Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Elios Lothoria
Sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]   Mer 26 Mai - 16:23

Une odeur des plus insupportables s'empare petit à petit de ces sombres et chaotiques ruelles. Vous vous demandez certainement en quoi une telle odeur, aussi nauséabonde soit-elle, est étonnante aux Enfers? Si vous arpentiez les rues du Quartier des Succubes au moment où cette odeur l'a envahie, vous auriez compris en vous vidant de vos tripes sur le pavé.
Seulement, au moment ou je vous parle, cette odeur est de moins en moins perceptible, laissant petit à petit la place aux effluves des Enfers, en même temps qu'une ombre inquiétante perd de son importance pour, enfin, disparaître au coins d'une de ces grandes bâtisses. Un garçonnet sortit de la ruelle.
Oui, un garçonnet. Douze ans... une quinzaine d'années au grand maximum, guère plus. Qu'est-ce qu'un enfant fait au quartier des succubes? Visiblement, vous ne l'avez jamais aperçu. Cet être irradie de lumière. Cette chose qui, un instant auparavant vous aurait fait prendre la fuite, saurait désormais vous séduire de part ses innocentes iris aux teintes azurées et par son visage d'Ange. C'est d'ailleurs ainsi qu'on le nomme. Enfin "on"... Disons plutôt les quelques personnes qui n'ont pas mystérieusement été retrouvées démembrées, massacrées, mutilées, assassinées après l'avoir rencontré. Le visage de l'Ange...

Cervariant... To’Oltiard … Misérable être avarié, demeuré, dépravé, gangrené, infect, malsain, moisi, putréfié, putride, rance... Ton existence m'abhorre, m'insupporte, me fait vomir... Je te hais... Mais c'est finis, tu n'existe plus. J'ai mis fin à ton existence funeste, néfaste, nuisible... Je vais en faire de même pour toutes ces créatures existantes... Puis je porterais un coup à l'Existence elle-même, oui... Il faut anéantir l'existence, l'écraser, la terrasser, la dévorer, la brûler, l'abattre, la ruiner, l'occire, l'exterminer, l'annihiler, l'effacer, la ravager, la dévaster, la briser, l'embraser...

Se perdant dans ses pensées malsaines, l'être Chaotique continua à déambuler dans le quartier des succubes, bousculant quelque Démons au passage... Il récoltait insultes, indifférence et mépris, continuant d'avancer sans prêter la moindre attention à ce qu'il entourait, comme si il était autre-part... C'est une main puissante qui le ramena à l'Existence en se posant fermement sur ses épaules – ses épaules et non pas une de ses épaules car cette main, si on peut l'appeler ainsi, était si imposante qu'elle faisait la largeur des épaules du garçonnet –.

« Une frêle Créature de ton espèce n'a rien à faire ici... Préfères-tu être démembré, violé, torturé? Je crois que je vais tout te faire sub...
- Fuis, Être, si tu tiens à la vie, à ta pitoyable existence. Le coupa le Visage de l'Ange.
- FUIR?! Pour qui te prends-tu, petit rejeton misérable d'humain puant?! Je vais t'infliger des souffrances que tu n'aurais pu imaginer, même dans tes pires cauchemars! »

Pendant un instant qui sembla durer des heures, les deux Démons se toisèrent – l'un de plus haut que l'autre, bien plus haut –, puis le premier coup partit. C'était le colosse. Sa on poing s'écrasa lourdement dans le sol. En fait, pour être plus précis, il s'y enfonça jusqu'au coude à défaut de pénétrer le poitrine du blondinet qui venait de le faire sortir de ses gonds. En effet, le Chien du Chaos à l'apparence plus que ridicule pour un être démoniaque s'était tout simplement volatilisé.

« Subis mon courroux, Être. Adore ta douleur, sache que j'envie ta souffrance ! »

L'enveloppe corporelle du Démon sembla se fissurer sous la pression des escarres somptueuses... Plus les fissures gagnaient en nombre et en importance, plus le colosse semblait avoir du mal à tenir debout... Le blondinet se plaça tranquillement en face de lui, un air enjoué sur le visage.

« Je suis vraiment navré... j'espère que tu n'as pas mal? Nous pourrions être amis, si tu le souhaites! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alouqua Tindelos
Démon Esclave/Messagère du Chaos
avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 06/08/2009

MessageSujet: Re: Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]   Sam 29 Mai - 20:06

Sarad, Sarad... Où es-tu ? Pourquoi ne te vois-je plus ? Pourquoi le Chaos t'oublie-t-il doucement, pourquoi ne te sent-il même plus ? Où es-tu parti, Sarad...

L'étrange petit corps dépassa une ruelle. Les lanières de cuir protégeant ses ses chevilles se délitaient, maltraitées par les pierres et les gravas du chemin inégale. Toutes les rues de Val-Tempête étaient ainsi. Inégales, blessantes, indisciplinées, pleines de rochers tranchants et de poussière de cendres brûlantes. Pourtant, les petits pieds ne semblaient pas affectés par les rugosités et les violences silencieuses du sol. Comme si la peau blafarde était au-dessus de cela. Comme si, bien qu'étant présentement dans ce monde-ci, Alouqua Tindelos était ailleurs.

La silhouette tentaculaire marchait lentement, les bras le long du corps. Seul un souple et infime mouvement du dos et du bassin accompagnait le déplacement lent, si lent, des jambes. Elle semblait chercher quelque chose. Les quelques démons présents dans la ruelle détournaient les yeux, oubliant de faire attention à elle. C'étaient les émotions qu'elle envoyait à tous ceux qu'elle croisait : " Ne me regarde pas. Je n'existe pas. " Et si un Elite résistait par malchance à ses vapeurs psychiques, les tatouages sur sa peau finissait de lui faire s'intéresser à autre chose. En effet, ceux-ci, dans leur bleuâtre entrelacement bizarre, semblaient se mouvoir, se tortillant lentement, si lentement, au rythme de la marche d'Alouqua. En cet instant, ils étaient le Chaos, et personne ne pouvait y résister. Ils étaient le Chaos car sa Messagère avait perdu quelque chose. Quelque chose d'essentiel. Elle avait perdu son Protecteur, et elle devait impérativement en trouver un autre.

Les pas de la Messagère du Chaos la menèrent lentement, si lentement, au quartier des Succubes. Elle paraissait une horreur irréelle qui marchait pourtant, et il était évidemment que n'importe quel humain ou créature autre qu'un Démon, serait écraser par la terreur rien qu'en posant les yeux sur elle. Elle était le Chaos, bouillonnant, immonde, abjecte, incompréhensible. Alouqua laissait derrière elle comme un parfum de peur pure qui dissuadait tout témoin de la suivre. La suivre, à cette heure, était indubitablement promesse des pires atrocités.

Elle se dirigeait vers le quartier des Succubes, car c'était là que se trouvait habituellement Sarad. Cependant, elle savait qu'elle ne le trouverait pas. Elle ignorait où avait disparu Sarad, mais il avait disparu. Et cela ne lui semblait guère révocable. Alors, elle allait là où il se trouvait d'ordinaire, parce que maintenant elle cherchait un autre Protecteur. Et peut-être le trouverait-elle là où elle avait déniché le précédent ? Alouqua découvrait la véritable colère, et la rancoeur. Mais une pensée lui permettait de garder ce sourire macabre et terrifiant gravé sur le visage. Si Sarad revenait, rien ne pourrait plus le protéger. S'il revenait, il paierait pour l'avoir abandonnée.
Le Chaos eut un sursaut soudain. Oui, c'était là, oui. Il y avait un Démon que le Chaos affectionnait, vite, vite, il fallait qu'elle s'y rende. Elle accéléra le pas. Plus vite. Plus vite. Une rue, deux rues. Trois rues.

Du bruit. Des cris de douleur.

« Je suis vraiment navré... j'espère que tu n'as pas mal? Nous pourrions être amis, si tu le souhaites! »

Un sourire déchira les lèvres d'Alouqua Tindelos. Une puanteur atroce, délicieuse, assaillit ses narines alors qu'elle s'approchait. Elle arrivait de derrière le colosse qui succombait doucement aux Escarres Somptueuses du... Petit ange qui lui souriait joyeusement. Alouqua envoya une pressante envie au Démon meurtri de se reculer, malgré ses blessures, vers elle. Il le fait alors que sa peau commençait à suinter de sang et de pus. La Prêtresse du Chaos était restée dans l'ombre d'une bâtisse, presque invisible. Le Démon arriva à la limite de l'ombre et s'affala devant elle. Une main, frêle et blanche, sortit des ténèbres et vint se placer sur la tête du mourant. Alors, la peau commença à se refermer, purulente, vomissant des effluves immondes de sucs divers et de sang. Mais le sortilège se résorbait, bouillonnant vers la main pâle posée sur le crâne démoniaque. En quelques instants, les horribles balafres avaient disparues.
Nul ne pourrait dire ce qu'Alouqua envoya comme message mental au Démon, mais il fut pris de la plus puissante et pure des terreur, et s'enfuit en hurlant comme s'il avait aperçu pire, bien pire que la mort.

La main blafarde aux tatouages étranges, mais immobiles à présent, retrouva la sécurité de l'ombre. Elle se tenait droite, un simple sourire mystérieux et lointain au bout des lèvres, à une quinzaine de mètres du petit angelot blond, qui était incapable de la distinguer clairement dans l'obscurité. Alouqua souriait, car elle savait que le petit homme au visage d'ange qui lui faisait face sans la voir n'était pas ce qu'il paraissait être. Loin de là. Elle ne voulait pas se révéler à lui tant qu'elle n'en saurait pas plus sur la psyché du Démon. Avait-il assez d'ambition, d'intelligence ? Elle l'espérait ardemment.

La Messagère Chaotique ne sortit pas de l'ombre, mais elle envoya un puissante bouffée psychique vers le Visage de l'Ange. Elle lui donna, sans lui faire savoir que ce désir venait d'elle, l'irrépressible envie... De révéler sa véritable forme. Sa forme démoniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elios Lothoria
Sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]   Ven 18 Juin - 19:00

Il souffre... Il souffre... Il souffre... Il souffre! Cesse d'exister, misérable vaut-rien, raclure, vermine, ordure, rebut, déchet, fumier, pourriture, parasite, racaille! Oui... Petit à petit, tu perd toute existence... Bientôt, tu n'existera plus... Encore une existence de moins... L'Existence est si fragile... Je la détruirai... Je l'anéantirai... Je la déchiquetterai... Je l'annihilerai... Je la démolirai... Je la ruinerai... Je la briserai... je la dévasterai... Je mettrai fin à l'Existence... Oui...

Se perdant de plus en plus dans ses pensées et dans la contemplation de l'agonie de sa nouvelle victime, le Visage de l'Ange ne sentit pas cette perturbation dans le Chaos. Il ne s'aperçut pas que le Chaos lui même sembla convulser un instant pour glisser jusqu'à sa proie et lui insuffler irrépressible envie de s'approcher d'une sombre bâtisse... Une sombre bâtisse dans l'ombre de laquelle se cachait une Créature.
Un Démon, impossible de le nier. Mais pas n'importe quel Démon... Il ne s'agissait là en aucun cas d'un de ces esclaves du Chaos... Non. Malgré sa faiblesse apparente, cette créature semblait être bien d'avantage liée au Chaos que n'importe quel autre Démon – c'est peut-être de là que venait sa chétivité, qui sait?–.
Elios, toujours perdu dans les méandres de ses pensées, n'eut aucunement conscience de la scène qui suivit. Tandis que le crâne du jeune Démon s'emplissait de scènes plus macabres les unes que autres, la créature chaotique avait réussi à absorber – ou quelque chose qui s'en apparente – ses escarres, mettant fin à l'agonie du Démon. Ce n'est que lorsque, après que la créature démoniaque eut sauvé le Démon de l'emprise des escarres, le Chaos convulsa de nouveau, faisant s'enfuir le colosse démoniaque en hurlant, qu'Elios émergea.
Son expression joviale ne fut absolument pas contrarié par la vision de sa proie qui s'enfuyait. Au contraire, il eut l'air de d'avantage irradier de lumière. Le visage luisant de bonté, le Visage de l'Ange tendit la paume en direction du fuyard. Tout le Chaos que ce corps contenait fut rassemblé dans cette paume enfantine.

« Haine inf... »

Le Chaos s'agite, de nouveau, stoppant le Visage de l'Ange dans son élan destructeur. Cette fois-ci, le Chaos convulsa pour lui, s'insufflant dans tout son être et lui faisant oublier sa cible. Seule une chose le préoccupait : revêtir sa véritable forme, se parer des habits que le Chaos lui avait donné.
Cédant à ce désir irrépressible, sa peau devint translucide, faisant apparaître veines, artères et autres composants du corps humain. Alors que son crâne et l'ensemble de son corps se déformait dans une multitude de craquements plus sinistrement macabres les uns que les autres un liquide adipeux à l'odeur comment dire... Infecte? Non... Non, aucun mot, pas même des plus infernaux, ne pourrait qualifier l'effroyable odeur qui émanait du liquide qui s'était mis à suinter de tous les pores de la peaux d'Elios... Enfin, deux protubérances se formèrent sur le haut du crâne de cette...horreur. Dans un horrible bruit de succion et de craquements, deux cornes impressionnantes apparurent, suivies d'une bonne centaine de crocs aiguisés et à la taille inégale qui percèrent les gencives du monstre, faisant s'écouler des flots de sang.
Le Visage de l'Ange avait cédé la place à celui de la peur. Et il réclamait son dû.
Faisant claquet le fouet quasi incandescent qui ornait son bras droit sur le sol et soulevant un petit nuage de crasse et de poussière, le Démon se mit à avancer dans les rues, cherchant une Existence satisfaisante à détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alouqua Tindelos
Démon Esclave/Messagère du Chaos
avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 06/08/2009

MessageSujet: Re: Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]   Mer 4 Aoû - 14:50

Le charme opéra. Alors que le petit ange commençait à prononcer les mots de pouvoir, il s'arrêta net. Alouqua sentit son effluve psychique faire effet dans les synapses du Démon. Et il se transforma.
La promesse immonde que lui avait fait le Chaos quant à cette véritable forme se révéla parfaite. Une puanteur abominable se mit à ruisseler sur ce corps atroce, qui enflait, grossissait comme pour exploser, devenait horreur indescriptible. L'odeur la fit presque porter sa main délicate à ses narines, mais son extase garda le dessus et son poignet n'eut qu'un soubresaut, cliquetant du bruit métallique des chaînes.

Le monstre se mit à avancer vers elle, ne la percevant toujours pas. Elle apprécia lentement chaque recoin hideux de l'être putride jusqu'au moment où il ne fut plus qu'à une cinquantaine de centimètres d'elle. Alors qu'il allait la dépasser sans la voir, elle surgit de l'ombre et se planta fermement devant lui, une main en avant barrant sa route. Le temps qu'il réalise sa présence et s'arrête, la petite paume blanche avait rencontré la peau visqueuse du ventre du Démon.
Elle bougea les doigts doucement, examinant les muscles, faisant fi du liquide graisseux et immonde qui coulait sur sa main, son poignet et son avant bras. A son contact, les tatouages semblèrent s'agiter de plus belle. Semblèrent, car ils reprenaient leur immobilité dès qu'on les regardaient fixement ; et se mouvaient improbablement lorsqu'ils n'étaient plus qu'au second champs de notre champs de vision.
La petite main fine remua et remonta, presque sensuellement, le long du torse du Démon en une caresse délicieusement malsaine. Elle souligna les muscles saillants du poitrail, des épaules, et Alouqua se dressa sur la pointe des pieds pour atteindre le visage du monstre. L'épaisse liqueur puante qui couvrait le corps d'Elios tomba en lourdes gouttes gelatineuses sur la joue blafarde et le coin du sourire extasié de la Prêtresse du Chaos. Elle n'y prêta pas attention, continuant son exploration jusqu'à la base des cornes - sa petite taille ne lui permettait pas d'aller plus loin. Manifestement satisfaite, elle baissa le bras et se recula de quelques pas pour observer le monstre dans son ensemble. Il ne l'attaquait pas, car elle lui avait insufflé doucement un grand calme, réfrennant ses pulsions destructrices. De toute manière, peu de Démons avaient assez de volonté pour soutenir la présence d'Alouqua et souhaiter lui faire du mal.

De son autre main, elle essuya le liquide dégoulinant sur son bras et son visage, et elle sourit à l'immense Démon. Elle lui envoya une puissante effluve lui insufflant de reprendre sa forme initial de petit ange. Une fois ceci fait, elle vint s'agenouiller devant lui, les chaînes cliquetant et bougeant sur son corps sans jamais révéler la fleur de son intimité. Une main s'éleva, et se déposa maternellement sur le visage de l'ange.
Il put alors entendre distinctement cette voix, improbable, impossible, sublime, feminine et terrifiante ; pourtant les lèvres d'Alouqua Tindelos ne s'entrouvrirent même pas.

"Qui es-tu petit ange ? Quelles sont tes ambitions, quel est ton nom, ton histoire ? Je veux tout savoir, et je saurai tout. Te penses-tu assez intelligent et fort pour servir le dessein que le Chaos désir te confier ? T'en crois-tu capable, minuscule petit être ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque le Chien du Chaos rencontre la messagère du Chaos... [PV Alouqua Tindelos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ban permanent de Xellium
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Quartier des Succubes-
Sauter vers: