Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mar 5 Jan - 22:16

Anardil, enfin installé, se décida à partir à l’entrainement. Son père lui avait parlé d’un terrain d’entrainement créer par les elfes, au cœur de la forêt, au pied d’un saule. Il le découvrit un peu à l’écart du village. Le lac, d’un bleu azur, était entouré de cible de mannequin en bois et des armes en tout genre étaient entreposées sur des étagères. Un elfe de forte stature, encapuchonné, s’entrainait à l’arc sur une cible en paille, tirant ses flèches avec une rapidité effarante. Anardil, qui venait de marché deux bonnes heures, était prêt pour l’entrainement et défier cet elfe serait un bon début. Il attrapa son carquois et lu le fameux parchemin que Menelmacar lui avait laissé.

« Alors voyons ça »

Anardil pris alors une flèche plutôt courte, dont la tête de flèche, un carreau de métal, formait une croix parfaite. Les plumes formant l’empennage, parfaitement aligné avec la croix, formé par la pointe, était de belle taille, plutôt longue et taillée pour forcer la flèche à tournoyer sur elle même en plein vol.

« Permettant ainsi de favoriser vitesse et précision, sacré Menelmacar »

La flèche suivante était d’apparence une flèche banale : sa pointe de métal taillée en triangle favorisait la pénétration de celle-ci dans le corps de l’ennemi. Son empennage large et court, permettait à la flèche de gagner en distance mais perdait en vitesse et en précision. Malgré tout Anardil fut surpris par la nature du bois dont elle était constituée. Lisant plus en avant le parchemin, il lu :

« Le bois de cette flèche, plus dur, qu’à l’ordinaire, permet de s’attaquer à des ennemis dont l’armure solide le protège habituellement des attaques des archers. »

Et enfin, il prit dans ses mains, la plus longue des trois flèches : son empennage, sa taille et sa pointe en faisait la flèche idéale pour les tirs à très longues distances. Les plumes formant l’empennage de cette flèche étaient très courtes mais très larges en comparaison des autres flèches, son bois très souple permettait à celle-ci d’onduler durant son vol, favorisant ainsi sa porté mais diminuant de façon draconienne sa vitesse. La pointe pouvant être adapté selon les circonstances, était forgée avec beaucoup de soin, afin de diminuer sa trainée au vent.

« Sacré Menelmacar, tu as du talent mon ami. Voyons maintenant ce qu’elles valent au combat. »

Anardil posa son sac, pris son arc bien en main et accrocha solidement son carquois. Ses Sai accrochés à la ceinture, au cas où il en aurait besoin au cours du combat qu’il s’apprêtait à déclencher. Il prit une longue flèche et se plaça derrière l’elfe qui s’entrainait. Il décocha sa flèche au centre de la cible de celui-ci coupant ainsi la capuche sur plusieurs centimètres. L’elfe se retourna et avant même qu’il puisse dire un mot, Anardil avait déjà décoché une autre flèche, qu’il esquiva à l’aide de son arc. Anardil avait maintenant disparu, courant d’arbre en arbre, tirant sur l’inconnu chaque fois qu’il en avait l’occasion. Au début, celui-ci se contenta d’esquiver avec son arc mais quand les flèches se firent plus pressantes et plus précises, il se déplaça avec souplesse, cherchant à localisé l’origine de ces flèches. C’est alors qu’au cours d’un saut pour éviter l’une des flèches d’Anardil, il décocha une flèche qui vint frapper l’arbre depuis lequel le jeune elfe venait de tirer.

« Vas-tu enfin te montrer, impertinent. Sais-tu seulement à qui tu viens de t’attaquer ? »

« Non, et c’est bien là où est le challenge, tu ne pense pas ? »

« Il n’y aura point de challenge pour moi. Tu vas regretter de m’avoir attaqué »

« J’en doute mais nous verrons »

« C’est tout vu »

Dans un murmure, Anardil prononça la formule de la danse gracieuse" Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. " Et sauta à travers les arbres, montant toujours plus haut, à une vitesse vertigineuse. Il prit son élan sur la plus haute branche de l’arbre et dépassa la cime de celui-ci, arrivant dans le soleil. Son adversaire fut incapable de le viser avec précision. Une flèche cependant toucha Anardil, le blessant légèrement à la cuisse. Il profita de l’occasion pour tirer à volonté sur son adversaire, criblant le sol de ses flèches. Aucune ne toucha l’elfe face à lui, qui se défendait comme un beau diable, esquivant avec son arc, son sabre et mille acrobaties. Avant de touché terre, Anardil rangea son arc dans son dos et sortit ses deux Sai. Une fois à terre, il repartit de plus belle, courant vers son ennemi, évitant les flèches de celui-ci, parfois de justesse grâce à ses talents d’acrobate : se fut un festival de grandes roues, de pirouettes que l’elfe dû soutenir jusqu'à ce qu’il soit assez près de son opposant pour entamer un combat au corps à corps. Les lames sifflèrent dans l’air frais du matin et se fut bientôt une cérémonie d’étincelle. Les deux elfes maniaient leurs armes avec justesse et rapidité. Le sabre de son rival siffla et Anardil dût l’éviter au prix d’une périlleuse roue arrière, l’éloignant ainsi de son adversaire. Il saisi son arc et décocha une flèche rapide qui arracha la capuche de son adversaire. Le visage de celui-ci semblait peint de mille couleurs et ses cheveux étaient de longue plume de paon. Ses yeux rouges et bleus étaient à la fois chauds et froid. Chaud de par la colère qui se lisait sur son visage et froid par l’apparente facilité qu’il avait à combattre. Anardil repartit à la charge et son concurrent changea sa façon de combattre jusque là très rigide lors des attaques : il se fit plus souple et nettement plus puissant.

Anardil ne pu soutenir un tel rythme de combat bien longtemps et il fut frappé par le plat du sabre et par la paume de la main de son adversaire. Le souffle coupé, il fut projeté en arrière, s’écrasant sur un tronc avec violence. Son adversaire se redressa, finissant ses gestes, tel un maitre en art martiaux. Il croisa les bras et attendit que le jeune elfe se relève, la plaie à sa jambe ne saignait presque plus.

« Tu devrais soignés ça, Anardil, fils de Glingal Fëanáro et de Helka de Anach »

Anardil se leva et salua son antagoniste. Il semblait surpris que cette elfe le connaisse lui et ses parents.

« Comment me connais-tu. Je n’ai point souvenir de t’avoir déjà rencontré, tête de plume »

Sur ses mots, Anardil reçu un coup violent au torse et se retrouva au sol sans même comprendre d’où était venu le coup.

«Kof !! Kof !! kof !! Tu as une sacré poigne, tête de plume » dit Anardil en se relevant

« Tu tiens tellement à retourner par terre ? »

« Mon nom est Thoron Narya, souviens-t-en, je fus l’instructeur de ton père à la guerre »

« Il avait du talent mais il n’était pas fait pour la guerre, il était trop faible, quand à ta mère, elle était guérisseuse dans ma garnison, avant de t’avoir »

A ces mots, le sang d’Anardil se mit à bouillir de l’intérieur. Il s’élança vers Thoron les poings en avant. Celui-ci esquiva sans mal et fit trébucher le jeune elfe, emporté par son propre élan dans le lac.

« Sort de là, au lieu de faire trempette. Tu devras t’entrainer dur si tu veux un jour me faire ravaler mes paroles »

« J’avoue avoir été surpris par ton esprit combatif et ton astuce mais tu laisses beaucoup trop aller ta garde, comme ton père jadis »

Trempé jusqu’au os, il se releva et d’un bon sortit de l’eau face à Thoron. Les yeux dans les yeux, sans montré la moindre peur de cet elfe, il dit alors :

« Enseignez moi, faite de moi un elfe fort qui puisse un jour vous faire avaler votre arrogance »

Thoron qui fixait Anardil, lui aussi répondit alors d’une voix rude :

« Ca, c’est pas gagné ! Tu vas devoir te plier à mes ordres et encaisser un rude entrainement pour devenir comme moi, petit woodelian »

« Tes attaques ne manquent pas d’astuce, mais de justesse, de précision et de puissance. Et à par la danse gracieuse, connais-tu d’autre attaque magique ?»

Anardil fit un bond en arrière et cria " L'or tombe des feuilles dans le vent, et dans la mort, toute brise se tait. " a deux reprises et bientôt ce ne fut pas une mais deux flèche d’or qui se posèrent sur la corde et dans ses doigts. Elles partirent presque aussitôt vers Thoron, sifflant à travers le vent qui se mit à souffler de plus en plus fort, ralentissant les flèches jusqu'à l’arrêt complet à la hauteur de l’elfe. Elles tombèrent à ses pieds après avoir perdu leur magie.

« Je vois : des sorts simples, demandant peu de concentration. Il faudra améliorer ça »

« Soigne-toi avec le sortilège de vie. Ta mère a du bravé l’interdit et te l’apprendre »

Anardil s’exécuta et prononça la formule " La haine n'a pas sa place en nos cœurs, et la lumière se fera sur nos douleurs. " le sort mit du temps à s’exécuter et la blessure se referma laissant une cicatrice.

« Laisse moi faire, c’est du travail bâcler " La haine n'a pas sa place en nos cœurs, et la lumière se fera sur nos douleurs. " »

La cicatrice disparue presque instantanément. L’elfe se releva et partit.

« Alors tu viens jeune impertinent ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 6 Jan - 17:23

La jeune Reine avait réussis à s’enfuir de sa Chambre Royale. A force de la confiné là-dedans, alors qu’elle était Reine depuis un jour seulement avait eut le don de l’exaspérer. Bien sur, ils faisaient ça pour sa sécurité … Mais ce n’était certainement pas ainsi qu’ils allaient la protéger ! L’ancienne Reine est morte, assassiné dans sa propre chambre ! Alors la Chambre Royale n’était peut-être pas aussi sur qu’ils le pensent … Elle rejeta ces pensées loin d’elle et grimpa dans un arbre aussi souplement qu’un chat. Là, elle était sur que rien ne lui arriverait ! Elle suivit son chemin de branche en branche : les arbres étaient tellement denses que leur branches s’emmêlaient les unes aux autres. L’elfe poursuivit son chemin dans la forêt aussi simplement que si elle avait été par terre. Equilibriste prodige, Moryan s’amusa à chatouiller les arbres de sa présence. Elle était enfin libre. Oh bien sur, ce ne serait que pour quelques heures, mais elle avait bien l’intention d’en profiter un maximum !

Alors que son périple l’emmena toujours plus loin du Grand Chêne Blanc, Moryan se rapprocha du terrain d’entraînement. Elle était souvent venue ici étant jeune, pour manier son arc. C’était d’ailleurs la seule arme qu’elle maniait avec dextérité. Soudain, elle entendit des paroles et des bruits d’arc, caractéristiques des elfes. Quelqu’un s’entraînait ! Elle s’approcha et vit les deux elfes qui combattaient dans la clairière. Les arbres se marraient bien de la scène. Moryan lu dans leur esprit que le petit jeune voulait s’entrainer et qu’il n’avait rien trouvé de mieux que d’attaquer Thoron, l’un des meilleurs Luthanen. Prise d’un fou rire, Moryan s’assit sur une branche, balançant ses jambes dans le vide pour observer le combat, très inégal. Thoron avait déjà blessé le nouveau venu. Moryan ne l’avait jamais vu ici. Il faisait peut-être partis des elfes qui habitaient plus dans la Bordure. Elle n’en savait rien, mais il était vraiment mal barré là …


« Je vois : des sorts simples, demandant peu de concentration. Il faudra améliorer ça. Soigne-toi avec le sortilège de vie. Ta mère a du bravé l’interdit et te l’apprendre »

Thoron observa le processus de cicatrisation, tout comme Moryan. Mais quel bleu celui-là ! Moryan ne put réprimer un éclat de rire. Comme Thoron voulait finir la guérison, Moryan l’aida en lui passant l’énergie nécessaire. Ainsi, la plaie disparue complètement. Thoron allait savoir qu’elle était là, mais il ne dit rien, se contentait de lancer :

« Alors tu viens jeune impertinent ?»


Parlait-il à elle ou au jeunot ? D’ailleurs, à bien y regarder, il ne devait être guère plus jeune qu’elle. Enfin, elle était une bien jeune Reine. Le poids de ses responsabilités pesait lourdement sur ses épaules soudainement. Elle se secoua : elle voulait profiter de ces moments volés aussi longtemps qu’il lui plaira, sans avoir à se prendre la tête. Elle descendit souplement et silencieusement de l’arbre et se rattrapa sur ses pieds, comme tous les chats. De sa démarche félines et vint sur le terrain d’entraînement avant qu’il ne recommence le combat. Elle lança d’une voix assuré et mélodieuse :

-Alors Thoron, c’est ainsi que tu me parles ? Jeune impertinent ?

Elle sourit d’un air taquin. Et avant qu’elle ait pu dire ouf, Thoron se tourna vers elle et s’agenouilla. Elle soupira. Le rire qui avait voulu sortir de sa gorge mourut instantanément. Le vent se leva et secoua la chevelure brune de Moryan, dévoilant un peu ses oreilles de panthère. Ses moustaches frémirent et elle dit doucement :


-Oh Thoron, relève toi s’il-te-plait …

-Oui Madame … Je suis à votre service, vous le savez bien.


Il se releva, en gardant une expression humble ; chose qui exaspéra Moryan au plus haut point. Elle connaissait Thoron depuis longtemps maintenant. Elle ne s’y habituerait pas, c’était sur ! Finalement, elle se tourna vers le nouveau. Ses yeux jaunes détaillèrent l’elfe des pieds à la tête, s’attardant sur ses vêtements sombres et son air hautain. Finalement, elle déclara :

-Et toi ? Qui es-tu jeune elfe ? D’où viens-tu ? Tu es surement un peu fêlé de t’être mesuré à Thoron ainsi … Il est puissant.
Thoron ? Veux-tu que je poursuive le combat un peu ? Je suis ici pour oublier un temps mes obligations …


Elle alla prendre une arme légère, ayant … oublier son épée au Chêne Blanc. Et puis, elle détestait les combats à l’épée, elle comptait sur son arc et sa magie plus qu’autre chose. Elle revint au centre de l’arène de sa démarche souple et regarda Thoron leur laisser de la place. Moryan se tourna vers le nouveau venu, lui fit un clin d’œil et lui dit :


-Oh fait. Je m’appelle Moryan. Moryan Erigöld.


Et elle planta son épée dans le sol et prit son arc. Juste après, une flèche était déjà sur l’arme, prête à être tirée …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 6 Jan - 19:00

Surpris par l’attitude de Thoron, Anardil ne suivit pas son exemple et reçu de la part de celui-ci un coup aux genoux. Anardil en déduit que la jeune elfe qui se présentait à eux, était probablement d’une famille noble. Mais il n’en était pas moins le fils d’une famille aisée et d’un guerrier ayant participé à la grande guerre. Il inclina la tête en signe de salut et dit.

« Bonjour à toi, belle Moryan, je me présente Anardil de la maison des Fëanáro »

« Pour te répondre franchement, si on ne devait s’attaquer qu’aux faibles, on n’apprendrait rien. Ne crois-tu pas ? »

Anardil repris ses armes, sortit ses flèches plantées dans le sol de la clairière et les remis en place dans son carquois. Il ajusta au mieux ses vêtements mouillés et s’avança vers Moryan. Il regarda la jeune elfe de haut en bas. Elle était d’une beauté à faire pâlir sa mère, pourtant déjà si belle. Sa peau cuivré et ses formes plus que généreuses détourneraient plus d’un regard au milieu d’une foule. Tout comme Thoron, elle semblait avoir fusionné avec un esprit animal. Pointant son arc vers lui, il s’approcha pourtant d’elle, jusqu'à toucher de son torse la flèche qui ne demandait qu’a partir, plongeant son regard dans celui de Moryan. Ses yeux jaunes ressemblant à ceux des chats, étaient à la fois étranges et hypnotiques.

« Tu es très belle, Moryan. Mais sait-tu te battre ? Je n’ai pas la prétention d’être très doué, mais j’apprends vite »

Thoron s’approcha d’eux

« Je doute que tu sois victorieux, jeune impertinent. Agenouilles-toi »

Posant sa main sur la flèche, Anardil l’éloigna de son torse et dans un éclat de rire répondit à Thoron.

« Probablement que je serais vaincu, mais comme je te l’ai dit, pour apprendre, rien ne vaut prendre des risques et accepter un challenge quand il s’en présente. »
Le regard toujours plongé dans celui de Moryan, il ajouta :

« Ce sera avec plaisir que je relève ce challenge, belle Moryan »

« Mais selon mes conditions. Déjà, range cet arc pour le moment. Comme tu le vois, j’ai rangé mes armes, je serais donc en position de faiblesse. Pour le reste, je propose que Thoron nous serve d’arbitre et que notre combat se fasse en trois points gagnants. »

« Qu’en penses-tu ? » les sourcils d’Anardil se soulevèrent et d’un bond en arrière, partit dans un festival de gymnastique jusqu'à ce retrouver assis sur la branche d’un arbre, non loin de là.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 6 Jan - 19:22

« Bonjour à toi, belle Moryan, je me présente Anardil de la maison des Fëanáro »

Fëanáro ? Ce nom disait quelque chose à Moryan. Elle fronça les sourcils, l’arc toujours tendu, essayant de se rappeler. Oui, elle voyait son père, Glingal. Il avait été un guerrier pendant la guerre. Oh bien sur, Moryan n’avait pas fait la guerre, mais son père lui en avait suffisamment parlé. Moryan revint au présent au moment où Anardil se planta devant elle, tout contre le bout de sa flèche. Et bien, il n’avait pas froid aux yeux ! Il la détailla longuement, comme elle l’avait fait. Il était bien plus grand qu’elle et sa fierté le faisait lever les yeux sur elle. Soit il ne savait pas qui elle était, soit il n’avait pas peur de la Reine Blanche. Moryan pencha plus pour la première solution … Thoron arriva, forçant le Woodelian à s’agenouiller. Il ne le fit pas, pour braver l’interdit sans doute. Un sourire s’étendit sur les lèvres de Moryan. Un rire cristallin s’échappa de la gorge de Moryan, tandis qu’Anardil repoussa son arc de geste de la main.

« Ce sera avec plaisir que je relève ce challenge, belle Moryan »
« Mais selon mes conditions. Déjà, range cet arc pour le moment. Comme tu le vois, j’ai rangé mes armes, je serais donc en position de faiblesse. Pour le reste, je propose que Thoron nous serve d’arbitre et que notre combat se fasse en trois points gagnants. »
« Qu’en penses-tu ? »


Moryan le vit faire quelques cabrioles, plus pour le fun et la démonstration de son savoir qu’autre chose. Il se plaça sur la branche d’un arbre, tel un jeune oiseau. Il avait l’air joueur. Moryan détendit son arc en le pointant à terre, et d’un air farouche, elle commença à retirer son carquois, le mit près de son épée au sol, puis déposa aussi son arc.

-Très bien très cher Anardil. Faisons ce … combat très spécial. Je rajoute que nous pouvons utiliser la magie pendant les trois phases de combats … Ne t’inquiètes pas petit elfe, je me contrôlerais !

Thoron pâlit encore plus. Les plumes sur sa tête frissonnèrent. Il regardait à droite et à gauche, un peu déboussolé. Il bafouilla quelque chose, mais Moryan l’interrompit d’un bref hochement de tête. Finalement qu’il ne connaisse pas était au mieux. Elle voulait oublier un instant qu’elle était Reine justement, quoi de mieux qu’un combats avec quelqu’un qui ne retiendra pas ces coups, de peur de la briser. Thoron ne posa pas plus de question et se contenta d’annoncer :

-Nous commencerons les combats par le combat à mains nues. Ensuite, viendra le combat à l’arc et nous finirons par le combat armé : l’épée pour … Moryan et les Sai pour Anardil.

Il était inquiet quand il se retira de la clairière, Moryan le voyait bien. Mais bon, elle n’allait pas le tuer le petit Woodelian quand même ! Elle leva les yeux au ciel, et observa le jeune elfe qu’elle allait combattre : savait-il se qui l’attendait ? Elle n’hésiterait pas à utiliser toute la magie qu’elle connaissait et tous les tours qu’elle avait dans sa manche pour gagner. Elle n’aimait pas perdre. Elle obtenait toujours se qu’elle voulait. Elle commença à marcher lentement, les tâches de son corps découpant ses muscles avec précision. Elle dit à Anardil, taquine :

-Tu es prêt petit elfe ? Descend de ton arbre … On va s’amuser …

Avant que l’elfe ne réponde, Thoron leva les bras et hurla :

-Que le combat commence !

Moryan n’attendit pas qu’il descende de son arbre. Elle commença par un sort de faible puissance. Elle murmura donc :

-Que les arbres m'écoutent, que la Terre me protège et que le Vent m'offre sa force.

Une sphère lumineuse apparut dans sa main. Elle ne lui donna que peu de puissance : avec toute la magie en elle, elle pouvait carboniser son pauvre adversaire avant qu’il ait eut le temps de faire le moindre mouvement ! Elle sentit le vent se lever encore une fois, arrachant les feuilles à ses pieds, faisant tournoyer ses cheveux sur sa tête. Quand elle jugea le moment opportun, elle lança sa sphère d’énergie vers le jeune elfe. Le sort n‘avait duré qu’une fraction de seconde. Elle se tint prête s’il voulait réagir rapidement …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 6 Jan - 21:02

Anardil avait pris ses armes dans sa main aux paroles de Thoron,mais quel ne fut pas sa surprise quand Moryan attaqua. Il se laissa alors tomber en arrière retombant vers le sol. Il sentit l’attaque de la demoiselle siffler au dessus de lui, a seulement quelques centimètres de sa tête. D’un mouvement souple, il se redressa dans sa chute et reproduisit la même attaque avec nettement plus de puissance mais volontairement dirigé en amont de sa cible.

« Que les arbres m'écoutent, que la Terre me protège et que le Vent m'offre sa force. »

La boule de lumière nettement plus grande que celle de son opposante frappa le sol avec violence ce qui souleva un épais nuage de poussière, le masquant ainsi durant sa chute. Une fois arrivé au sol, il dit :

« Ha ha ha ! Tu as un sacré tempérament pour une demoiselle. Mais ne me ménage pas trop, ton attaque était relativement faible, essaierais-tu de me faire peur ? »

Se qu’il n’avait pas remarqué sur le coup, c’était que son front portait maintenant une longue blessure, partant de son sourcil à la base des cheveux, trace laissé par l’attaque de Moryan

« Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. »

Son cœur se mit alors à battre à la vitesse de l’éclair, son corps sembla comme à chaque fois qu’il utilisait cette attaque, sans aucune limite. Ses muscles arc bouté lui permettaient de courir à une vitesse incroyable. Il en était à chaque fois grisé. Il joua avec les rayons de lumières qui passaient entre les arbres pour disparaitre du champ de vision de Thoron. Mais au contact du nuage de poussière sa présence fut trahie, mais qu’a cela ne tienne, il était maintenant à moins de deux mètre de Moryan.

« Que les arbres m'écoutent, que la Terre me protège et que le Vent m'offre sa force. »

Il concentra dans cette attaque une bonne partie de son énergie. De si près, il fallait être très bon pour esquiver cette attaque. Il la dirigea vers la poitrine de son adversaire.

« Allez va y, frappe fort » pensa t’il sur le coup.

Espérant que cette attaque ait un peu surpris Moryan.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 6 Jan - 21:28

La première attaque d’Anardil projeta de la terre partout, le chassant de la vision de Moryan. Celle-ci ne fut guère gênée par la poussière qui volait partout suite à l’attaque. Elle attendit patiemment, le corps tendu, prête à réagir à n’importe quel moment. Elle savait qu’il avait fait ça pour avoir le temps de se remettre d’aplomb après son attaque. Mais il allait surement aussi vouloir attaquer, prendre l’avantage sur elle. Du coin de l’œil, elle vit Thoron qui les regardait combattre. Il semblait à bout de nerf. Avait-il peur pour elle ou pour Anardil ?

Alors qu’elle se posait ces questions, Anardil était prêt d’elle et lui lança une attaque d’Amour du Vent, encore une fois. Seulement lui, il avait mis toute la puissance. Il était à deux mètres d’elle, si bien que l’attaque fut rapidement sur elle. Elle leva la main : l’orbe lumineux scintilla un instant dans sa main, telle une flamme vivante qui essayait de l’attendre. La Reine fit une torsion de la main et réussit à détourner suffisamment l’attaque d’elle-même. L’orbe éjecta quelques étincelles qui brûlèrent l’épaule droite de la Reine, mais celle-ci n’y prit pas garde. Toujours sans bouger, elle continua d’observer les alentours. Anardil était toujours invisible, mais Thoron semblait livide : il fixait l’épaule droite de Moryan. Il balbutiait tout seul dans son coin, en proie à une grande agitation. Moryan envoya les arbres le rassurer. Peu après, il paru plus détendu. L’elfe les remercia et se concentra sur le combat en cours.

Anardil courrait toujours dans les rayons du soleil, se demandant surement comment l’attaquer. Moryan fit un sourire en coin. Elle murmura :


" Mes amis ! Venez à moi, la forêt a besoin de vous ! "

Le sort préféré des Luthanens. On ne les appelait pas Dresseur de Lutin pour rien ! Les cinq lutins apparurent devant Moryan : les oreilles en pointes comme leur créatrice, un nez en forme de poire, la peau parcheminée, il ne mesurait pas plus d’un mètre. Ils se placèrent devant Moryan et utilisèrent leur magie pour la faire disparaitre d’un seul coup d’un seul, pour la cloner des dizaines de fois. La clairière se remplis de Moryan. Toutes éclatèrent d’un rire cristallin, qui se répercuta sur tous les arbres à la fois, si bien qu’on ne savait même pas d’où il venait. Les lutins se dispersèrent et la vraie Moryan, invisible aux yeux de tous, se faufila au large, pour observer la réaction d’Anardil face à ce sort.

La Reine baissa les yeux sur son épaule. Ce n’était presque rien, ça ne servira à rien d’user de l’énergie pour soigner ça. Elle reporta son attention sur les dizaines de Moryan. Elle était comme ça vu de dos ? Son corps avait vraiment cette teinte ? Et ses tâches étaient aussi foncées sur ses reins ?? Elle se savait belle, mais c’est vrai que se voir ainsi avait quelque chose de déroutant … Elle se força à se concentrer sur la réaction d’Anardil …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 7 Jan - 2:06

« Je vois joli tour de passe-passe. Impressionnant, j’avoue »

*Alors, image ou clone ?? * Pensa-t-il. D’un rapide balayage latérale avec le pied gauche sur l’un des clones de Moryan, celui-ci se dissipa dans un léger nuage de fumée.

* Ok, une image, bon à savoir *

« Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. »

Anardil disparu presque instantanément et réapparu sur la berge en gravier du lac. Il regarda les clones et cria à travers la plaine :

« Au faite, ça va ton épaule, désolé, je pensais en finir d’un seul coup plutôt que de te blesser.»

« Bon alors, on va devoir faire du ménage, enfin ménage si on peut dire ! »

Anardil ferma alors les yeux, semblant se concentrer. Le vent se leva de nouveau autour du jeune elfe. Il se préparait visiblement à utilisé à nouveau l’attaque amour du vent mais à quoi servirait une telle attaque face à autant d’adversaire ? C’est alors qu’il prononça non pas une ni deux fois, mais bien trois fois la formule de l’attaque magique amour du vent.

« Que les arbres m'écoutent, que la Terre me protège et que le Vent m'offre sa force. »

De la première des trois attaques, il frappa le sol avec violence soulevant une énorme quantité de gravier dans les airs. Les deux attaques suivantes furent simultanées. Il concentra deux boules d’énergie : une dans chacune de ses mains. Puis, il les réunit en une seule, se qui eut pour effet de déstabiliser les sphères magique. La boule ainsi créée, explosa créant une onde de choc qui propulsa les cailloux à travers la plaine, telle une myriade de flèche, dispersant les clones en nuage de fumée. Seul restait cinq à six clones, qui avait été protégé par des arbres, se trouvant dans la trajectoire des cailloux. Cette attaque risquée avait propulsé à la fois les cailloux mais aussi Anardil, qui était tombé dans l’eau du lac. Il en sortit encore une fois complètement trempé mais l’attaque avait porté ses fruits.

« Bon, suis-je vraiment obligé d’attaquer les derniers clones qui sont dans la clairière ou mademoiselle Moryan va-t-elle enfin sortir pour m’affronter ? »

Le sang humidifié par l’eau coula bientôt du front d’Anardil dans son œil.

« Tu sais, quoi, on en est à un partout. Il semble que ta première attaque ait porté ses fruits elle aussi »

Anardil attrapa un mouchoir qui se trouvait dans sa ceinture de cuir et le passa autour du front, tel un bandeau. Il n’avait pas le temps ni l’énergie pour se soigner, il était bien trop novice dans ce domaine.

« J’aimerais que tu me dises comment tu as fait pour éviter mon coup. C’était de la magie sans incantation ? Comment est-ce possible ? »

Anardil était perplexe et ses provocations n’avaient pas l’air de servir à grand-chose.

* Un sacré caractère la demoiselle. Et de sacrés pouvoirs. Elle est au minimum de la même puissance que Thoron et ça ce n’est pas bon pour moi. Va falloir être imaginatif si je veux avoir une chance et utilisé la formule que j’ai découvert dans le livre de ma mère. Bien que j’ai aucune idée de ce que cela fait *


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 7 Jan - 17:35

« Je vois joli tour de passe-passe. Impressionnant, j’avoue »

Moryan, toujours invisible, se contenta de sourire, sans se déconcentrer. Ce sort était d’une simplicité pour elle. Déjà en tant que Luthanen elle le maitrisait parfaitement, mais maintenant qu’elle avait les pouvoirs de Reine, elle maitrisait sa magie à un niveau qu’elle ne soupçonnait même pas encore. Ses clones étaient d’une netteté troublante, mais au moindre impact de quelqu’un ou quelque chose, l’image se dissolvait dans le néant, comme Anardil put le constater après un coup de pied sur une image. La Reine pensa :


*Et si je me concentrais davantage ? Si j’avais donné toute la puissance que j’avais ? Les images auraient-elles mieux tenu le choc ?*

« Au faite, ça va ton épaule, désolé, je pensais en finir d’un seul coup plutôt que de te blesser.»


Moryan faillit éclater de rire à nouveau, et ainsi révélé sa présence. Cet elfe avait une arrogance extrême, qui amusait plus qu’autre la Reine. De toute façon, valait mieux pour lui qu’elle s’en amuse. La colère d’une Reine n’est jamais belle à voir … Pendant ce temps, Anardil avait lancé trois sorts : trois fois le même, l’Amour du Vent. Le premier fut rapidement jeté sur le sol, se qui eut pour effet de soulever plein de poussière, de feuille et de gravât. Les deux autres furent associés en une boule d’énergie instable qui souffla le tout dans un formidable rayon. Moryan, qui avait compris une fraction de seconde avant cela se passe, réussit à se protéger derrière un arbre. Tout le reste fut balayé par les projectiles, lancé à pleine vitesse par le souffle de l’explosion. Bientôt, il ne resta qu’une poigné de clone.


Cependant, le souffle fut tellement intense, que l’auteur de cette magie devint introuvable. Moryan, toujours invisible pour tout le monde regarda attentivement partout, quand Anardil sortis à nouveau du lac, trempé jusqu’au os. Un immense sourire naquit sur les lèvres de Moryan. Un rire silencieux la secoua un moment. Anardil essuya son front ensanglanté pendant ce temps, se demandant se qu’elle voulait faire. Finalement, les derniers clones s’évanouirent, tout comme les lutins suite à la demande de Moryan, au même moment où l’elfe posa cette question :

« J’aimerais que tu me dises comment tu as fait pour éviter mon coup. C’était de la magie sans incantation ? Comment est-ce possible ? »

Moryan sortit de sa cachette, de nouveau visible pour tous les habitants des bois. Thoron paraissait soulagé de la voir saine et sauve. Enfin ... Toujours blessé à l'épaule et une moustache cramé, mais rien que la Reine ne puisse soigner d'une seule incantation, jeté négligemment après le combat. Si pendant sa surveillance Moryan venait à disparaitre ou à mourir, il ne se le pardonnerait jamais. Alors qu’elle était plus forte que tout le monde ! Pourquoi voulait-il la surprotéger ? Elle était plus que capable de se débrouiller bon sang ! Elle se calma, sinon, elle serait capable d’utiliser sa magie trop fortement et de blesser trop gravement Anardil. Alors qu’en fait, ce n’était qu’un entrainement …

-Comment est-ce possible ? Je ne sais pas … Je ne me suis jamais posé la question … Je suis très forte et ça vient tout naturellement … Bon Anardil … Finis de jouer à chat perché maintenant !

Elle sourit de toutes ses dents et prononça distinctement :

" Entend-moi, Nature Mère, aide-moi, et l'aube sera alors teintée de rouge."

Elle n’avait jamais lancé ce sort. C’était une première pour elle, mais c’est comme si elle le savait déjà, inscrit dans sa mémoire, via son obtention des pouvoirs de la Reine Blanche. Moryan se concentra intensément, libérant sa puissance. Elle leva les bras au ciel : le vent commença à se déchainer, les arbres secouer dans tous les sens. Soudain, des racines sortirent du sol, toutes couvertes d’épines pointues. Les racines firent un rempart infranchissable autour de Moryan, et avant qu’Anardil ne puisse dire ouf, d’autres racines, entièrement contrôlé par la Reine Blanche, se précipitèrent sur lui et l’encerclèrent de toute part. Moryan, les yeux grands ouverts, les mains en avant, avait le corps tendu comme un arc et sa volonté ne faiblit pas. Les racines se rapprochèrent d’Anardil, lui empêchant tous mouvements … Il était cerné et il ne pourrait atteindre Moryan … Cette fois, c’était finis …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 7 Jan - 20:18

" Entend-moi, Nature Mère, aide-moi, et l'aube sera alors teintée de rouge."

*houla, je le sens mal ce pouvoir, je ne sais pas pourquoi, mais je le sens pas du tout !*

Les éléments se déchainèrent dans la plaine et une volé de racine entourèrent Anardil. Il tenta de s’échapper mais très vite, de puissantes épines parsemèrent les racines, si bien qu’Anardil ne put bientôt plus faire aucun mouvement, une épine s'arrêta seulement quelques millimètres de sa gorge.

« Ok ok, on se calme, je suis battus »

Thoron s’approcha d’Anardil et pouffa de rire. Les yeux d’Anardil se levèrent au ciel. Il ne rigolait pas trop la, planté telle un épouvantail.

*Et il trouve ça drôle, celui-là*

Thoron regarda Moryan et la salua. Il était peut-être aussi impressionné qu’Anardil de ce qui venait de se passer. Il s’adressa à nouveau à Anardil, tout en riant :

" « T’ai-je bien entendu dire que tu avais perdu, jeune impertinent ? »

Anardil soupira de tous ses poumons, les bras ballants, totalement incapable de faire le moindre mouvement. Il souffla sur une mèche qui tombait sur son visage. Sa fierté lui interdisait de répéter qu’il avait perdu aussi vite sans pouvoir rien faire.

" « Alors Anardil ! Je doute que madame Moryan ne te laisse à nouveau bouger tant que tu n’auras pas dit à haute de distincte voix que tu as perdu »

« Tête de plume, tu tiens vraiment à ce que le jour ou je serais aussi fort que toi je te botte le derrière jusqu'à ce que mes bottes soit usé ? »

Sacré Anardil : il préférait rester là pour l’éternité que d’avouer une seconde fois qu’il avait été vaincu.

« Moryan, aurait t-il moyen de me libérer ? Vous savez très bien que votre attaque m’oblige à ne plus bouger, j’aurais donc du mal à vous affronter »

Le bras d’Anardil le fit alors atrocement souffrir : les veines de celui-ci se gonflèrent atrocement, devenant apparente. Thoron qui observait Anardil, dit alors

" « Madame, relâchez-le. Je crois qu’il a mal estimé sa réserve d’énergie, venez vite »

Thoron semblais inquiet : il n’avait jamais vu une telle réaction physiologique chez les elfes, ceux-ci respectaient leur réserve d’énergie et ne l’utilisait pas sans compter. Anardil ne devait pas encore maitriser cet aspect de la magie. Mais quelle folie l’avait laissé accepter un combat entre ce débutant et leur reine. " *Il n’avait aucune chance mais il avait besoin d’une leçon* se dit-il. " *Mais peut-être pas à ce point là, cela devenait dangereux*

« Laisse, tête de plume ! » dit alors Anardil « J’ai dépensé sans compter, c’est vrai mais avais-je vraiment le choix face à un tel adversaire ? »

" « Ta fierté te perdra Anardil »

« Un jour, peut-être, tête de plume, mais d’ici là, je serais vieux et j’aurais débarrassé ce monde de l’infamie des vampires qui on détruit notre belle cité d’Imbolt »


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 7 Jan - 21:41

« Ok ok, on se calme, je suis battus »

Moryan n’était pas sur d’avoir bien entendu. Tendu par l’effort, elle écouta à peine la conversation des deux hommes. Le sort l’emmena plus loin d’elle-même, sur des sommets qu’elle n’avait pas encore connus : le pouvoir la grisa. Elle se sentit se dépassé. Sa conscience s’éleva et elle toucha de près une nouvelle énergie, qu’elle ne connaissait pas encore. Un sourire extatique apparut sur son visage, alors que les racines continuèrent de se déployer autour d’eux. Alors que la jeune Reine allait trouver sa pleine puissance, elle entendit l’ordre pressant de Thoron, qui cassa brusquement sa concentration :

« Madame, relâchez-le. Je crois qu’il a mal estimé sa réserve d’énergie, venez vite »

Elle se sentit soudainement tomber et très triste, comme si elle venait de contempler le paradis et qu’on venait de l’en priver brusquement. Elle se sentit réintégrer son corps. De nouveau les pieds sur terre, elle baissa les bras, déçue. Elle écouta les deux elfes, qui la regardaient d’un air malheureux pour Thoron et souffrant pour Anardil. Elle comprit brusquement qu’Anardil avait surestimé ses forces magiques. Elle aussi se sentit étourdis par cette dépense. Le sort des Racines d’Eté avait bien entamé sa réserve de mana.

« J’ai dépensé sans compter, c’est vrai mais avais-je vraiment le choix face à un tel adversaire ? »


Moryan le regarda : il souffrait visiblement, et il était coincé dans une position difficile. Elle compatit à sa douleur. Même s’il ne répéta pas le fait qu’il avait perdu, elle ordonna aux racines de le lâcher. Les plantes obéirent sans rechigner : les épines rentrèrent et les racines finirent leur route dans le sol, qui se reboucha derrière leur passage, comme si les plantes n’étaient jamais apparues. Celles qui étaient autour de Moryan partirent aussi, laissant de nouveaux les combattants libres à nouveau. Moryan, un peu fatiguée par cette dépense d’énergie repris son souffle et allant vers un arbre : elle absorba un peu de son énergie. Comme le jeune elfe paraissait souffrir, elle avait décidé, elle s’avança vers lui et lui donna un peu de cette nouvelle énergie, juste assez pour qu’il cesse de trembler et de rouler des yeux.

-Tu as toujours le choix jeune Anardil. Et justement ! Ta première leçon sera : toujours faire attention à ton énergie. C’est se qui te maintient en vie. Si tu te dépense trop, tu meurs !

Thoron la fixa des yeux. Voir Moryan faire la leçon était une chose inédite pour lui. Elle était bien trop jeune pour avoir déjà enseigné quoique se soit … Mais maintenant, elle savait beaucoup de chose. La preuve : elle maitrisait déjà un pouvoir de Chantelame alors qu’elle n’avait jamais été Chantelame avait. Et cela faisait un jour qu’elle était Reine. Elle apprenait vite … Elle avait toujours été douée. Elle poursuivit, pour qu’Anardil imprime bien :

-Si ton adversaire est trop puissant, il ne faut pas hésiter à battre en retraite ! Le propre de l’elfe est de chérir la VIE, sous toutes ses formes, et la tienne avant tout pour pouvoir poursuivre notre œuvre … Souviens t’en …

Elle arriva devant Thoron, et elle sourit devant son air intrigué. Belle et fière comme la Reine qu’elle était devenue, elle posa une main sur l’épaule de ce dernier et lui dit :

-Va le guérir, je m’en voudrais qu’il soit diminué par rapport à moi dans les prochains combats …

-Et vous ma …

-Laisse ! Vas le guérir !


Elle s’était tourné, outragée qu’il discute ses ordres. Il fila vers Anardil, peu désireux de subir ces fureurs. Elle le regarda partir d’un air suspicieux puis se tourna à nouveau. Elle se faufila de sa démarche féline si caractéristique vers son épée et son arc. Elle prit ce dernier ainsi que son carquois remplis de flèches. Elle passa son carquois par-dessus son épaule gauche, pour pouvoir saisir facilement ses flèches de cette main. Elle prit son arc de la main droite et se tourna face à Anardil.


-Es-tu prêt pour la seconde manche ? Ou préfères-tu que je te laisse le temps de souffler ?

Bien sur, elle connaissait déjà la réponse. Il était trop têtu pour dire autre chose. Mais elle était polie, alors elle avait posé la question, au cas où …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Ven 8 Jan - 20:01

Thoron, au milieu de ses soins, fut interrompu par Anardil :

« N’y comptez pas trop Moryan ! Je ne vais pas abandonner aussi facilement ! »

« Oh non Anardil, tu vas faire dodo au moins 5 minutes. »

A ces mots, Thoron frappa de son doigt à la base du cou de l’elfe. Celui-ci tomba raide comme assommé. Thoron se releva et engagea la discussion avec la reine.
« Madame, il est jeune et insouciant ! Il ne sait pas qui vous êtes et il n’a pas conscience de se qu’il risque »

« Déjà face à moi, il n’avait aucune chance, alors face à vous, il va utiliser son énergie sans compter, comme il vient de le faire. »

Thoron ne savait que faire dans ce genre de situation. A la fois, il était paniqué par la différence de puissance qui séparait Anardil de Moryan, mais aussi, il était inquiet pour la reine. Non pas qu’Anardil ne puisse lui faire grand mal, mais n’ayant aucune conscience de qui elle était, il ne s’arrêtera pas et surtout ne freinera aucun coup, même si Moryan devrait être blessée.

« Que cherchez-vous à prouver madame ? Que vous êtes plus forte que lui ? Et bien vous avez gagné. Il ne sera jamais aussi fort que vous, mais il se battra toute sa vie, en espérant un jour s’approcher de la perfection qui est votre. Il mettra mille fois sa vie en danger pour ça et je ne suis pas sûr d’être assez fort pour toujours veiller sur lui »

Il fixa Anardil qui dormait maintenant d’un sommeil que Thoron espérait réparateur pour sa magie. Ce jeune imprudent lui rappelait celui qu’il avait été jadis sur les champs de bataille. Celui qui devait sa vie à un plus faible que lui : le propre père d’Anardil. Il avait préféré sauver sa vie plutôt que de combattre jusqu'à là mort. Mais étais-ce de la faiblesse ou du courage ? Il ne le saurait peut être jamais. Car là sur ce champ de bataille, Thoron avait été frappé par une attaque directe d’une Aristocrate, Glingal avait alors risqué mille fois sa vie à le trimballer hors de porté des attaques de ces saletés de vampire. Ce faible avait risqué sa propre vie en poussant son corps au-delà de ses limites, pour sauver sa vie. Ou était la logique dans cet acte ?

« Madame, prenez soin d’Anardil. Je le dois à son père et je suis sur qu’un jour, il deviendra l’un de vos garde du corps parmi les plus puissants. »

« Mais pour ça, il faut qu’il reste en vie jusque là »

« Je sais que vous ne le tuerez pas, mais il peut très bien le faire tout seul, ça, regardez jusqu’où son ambition l’a poussée »

«Je n’ai plus rien à apprendre à la reine que vous êtes devenu. Mais à lui, je peux lui apprendre beaucoup. Sa mère aurait pu être une très grande Luthanen, voir plus si elle avait laissé ses pouvoirs se développer et qu’elle avait fusionné avec son esprit animal»

« Mais elle a préférer devenir mère et vivre en paix avec son fils et son mari »

Anardil se réveilla, comme on se réveille d’un cauchemar en criant, comme si sa vie en dépendait.

« Bordel ! C’était quoi ce bin’s ! Tu m’as fait quoi là, tête de plume ? »

Se relevant à la vitesse de l’éclair, il s’approcha de Thoron, le souleva de terre en le tenant par les vêtements. Thoron sourit en le regardant et dit d’un ton amusé :
« Je t’ai fait faire dodo. Pourquoi ?»

Anardil surpris par la force qu’il avait récupéré le lâcha. Il sentait à nouveau couler la magie dans ses veines. Il restait bien faible par rapport à d’habitude, mais ces quelques minutes de sommeil avait déjà permis à Anardil de récupérer un peu.

« Vous m’énerver à faire des trucs que je ne comprends pas »


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Ven 8 Jan - 20:08

Moryan croisa les bras alors qu’Anardil braillait comme un malade pendant que Thoron le soignait. Elle soupira mais sursauta et avança d’un pas alors que Thoron venait d’endormir Anardil d’une simple pression sur le cou. Elle haussa un sourcil alors l’elfe se retourna vers elle, l’air vraiment inquiet. Et il commença sa tirade …

« Madame, il est jeune et insouciant ! Il ne sait pas qui vous êtes et il n’a pas conscience de se qu’il risque ! Déjà face à moi, il n’avait aucune chance, alors face à vous, il va utiliser son énergie sans compter, comme il vient de le faire. Que cherchez-vous à prouver madame ? Que vous êtes plus forte que lui ? Et bien vous avez gagné. Il ne sera jamais aussi fort que vous, mais il se battra toute sa vie, en espérant un jour s’approcher de la perfection qui est votre. Il mettra mille fois sa vie en danger pour ça et je ne suis pas sûr d’être assez fort pour toujours veiller sur lui. »

Bouche bée, Moryan observa Thoron qui semblait un peu perdu dans ses pensées. Quoiqu’ils disent ou pensent, ils étaient complètement à côté de la plaque. Et elle ne perdit pas une minute pour lui dire comment pense une Reine :

- Ecoute-moi bien, Thoron. Je ne cherche RIEN à prouver ! Je sais parfaitement que je suis plus forte que lui, mais je ne suis pas inconsciente ! Je saurais le faire arrêter. D’ailleurs, ça lui fait une bonne leçon. Plus vite il apprendra à se maitriser, et à savoir ses limites, mieux cela voudra. Je ne veux pas que les elfes soient faibles !

Thoron la fixa, mais une lueur de tristesse filtra dans son regard. Il baissa les yeux, peut-être un peu honteux de penser une telle chose de la Reine. Il se tordit les doigts, peut-être gêné, mais il avait encore quelque chose à dire, cela se voyait. Moryan inspira, mais elle sentait la magie lui piquer les mains tellement elle était en colère. Elle essaya de se calmer. Le vent avait forci et les nuages jusqu’alors éloigné s’étaient brusquement rapproché, cachant le soleil, faisant chuter la température de quelques degrés. Thoron frissonna à cet écart de température, mais poursuivit malgré tout :

« Madame, prenez soin d’Anardil. Je le dois à son père et je suis sur qu’un jour, il deviendra l’un de vos garde du corps parmi les plus puissants. Mais pour ça, il faut qu’il reste en vie jusque là. Je sais que vous ne le tuerez pas, mais il peut très bien le faire tout seul, ça, regardez jusqu’où son ambition l’a poussée. Je n’ai plus rien à apprendre à la reine que vous êtes devenu. Mais à lui, je peux lui apprendre beaucoup. Sa mère aurait pu être une très grande Luthanen, voir plus si elle avait laissé ses pouvoirs se développer et qu’elle avait fusionné avec son esprit animal. Mais elle a préférer devenir mère et vivre en paix avec son fils et son mari »

Comme si c’était sa faute … Comme si elle avait forcé la mère d’Anardil de renoncer … Non, bien sur, ce n’était pas se que Thoron avait voulu dire, mais elle ne put s’empêcher de prononcer d’une voix glaciale, alors que la température continua de chuter et le vent de forcir :

-Je sais tout ça Thoron … Le jeune Anardil voulait un peu d’aventure et de combat : je lui ai donc donné. Mais ne t’inquiètes pas, je ne reviendrais plus. Par contre, je n’oublierais jamais que tu pense que je suis une incapable Thoron … Nous finirons le combat et je partirais. Ne t’inquiètes pas, je ferais attention à ne pas briser ton petit protégé très cher …

Thoron eut un faible « mais pas du tout … voulais dire … excusez moi ma Reine » mais Moryan le fit taire d’un nouveau regard glacial. Elle entendit Anardil crier et se débattre de son sommeil magique. Alors qu’il se rua vers Thoron pour le soulever de terre, Moryan réussit à se calmer, suffisamment en tout cas pour que les nuages fuient le soleil et que la température remonte sur la clairière. Thoron répondit à Anardil comme s’il ne s’était rien passé. Anardil avait meilleur mine : entre l’énergie donné par Moryan et le sommeil artificiel, il pourrait tenir le choc, c’était sur.


« Vous m’énerver à faire des trucs que je ne comprends pas »

Moryan se tourna vers Anardil. Elle ne le comprendrait vraiment pas ce petit elfe. D’un côté, il l’amusait par sa fierté toujours intact, mais de l’autre, il commençait sérieusement à l’agacer. Oh bien sur, il serait facile pour lui de lui rabattre le caquet : il suffirait qu’elle lui dise qu’elle était Reine pour qu’il ouvre la bouche d’un kilomètre de long. Mais elle se retint et se contenta de répondre en fixant son arc :


-Si on t’énerve, petit, tu peux t’en aller. Mais tu n’apprendrais rien, se qui serait dommage … Maintenant, si tu es prêt, nous pourrions peut-être poursuivre … Maintenant que tu es reposé …

Ironique, elle n’avait rien fait pour dissimuler son agacement. Anardil comprendrait vite qu’il avait loupé une discussion importante pendant son sommeil, mais elle n’en avait cure. Elle s’éloigna et jeta dédaigneusement :

-Thoron, tu pourrais peut-être nous rappeler les règles pour cette seconde manche …

Un peu secoué par la discussion avec la Reine, Thoron essaya de reprendre ses esprits. Anardil avait une interrogation dans le regard, mais il lui fit comprendre d’un signe de tête qu’il ne pourrait pas lui expliquer maintenant. Il annonça donc :

-Madame, jeune Anardil, à vos arcs. La distance minimale est de 300 mètres. La magie est interdite lors du premier échange de flèche, mais après, vous avez carte blanche. Bonne chance et que le meilleur gagne …


Puis, il se retira dans un coin, toujours honteux et angoissé par se qu’il avait dit. Mais il s’inquiétait réellement, il n’avait pas pu tenir sa langue ! Pendant ce temps, Moryan s’était placé et elle avait son arc bien en main. Elle ne se pressait pas … Jamais. Sur d’elle et de ses capacités, elle attendit que Thoron donne le top départ, mais surtout, qu’Anardil tire sa première flèche …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Sam 9 Jan - 18:00

« Moryan, je ne sais quelle impression j’évoque chez toi, mais sache que je suis très reconnaissant pour se que tu fais pour moi. Je ne sais pas qui tu es, ni si je dois avoir peur de toi, mais j’ai appris à ne pas reculer face à l’adversité. On apprend de ses défaites et de ses erreurs »

Il inclina la tête en signe de respect et ajouta :

« Merci à toi. Excuse mon arrogance, il m’a souvent sortit de très mauvais pas et me donne la force de grandir et de m’améliorer. »

C’était un tout autre Anardil qui venait de parler. Comment pouvait-il avoir changé du tout au tout, ainsi lui si rempli d’arrogance, Remerciant même son adversaire pour sa patience. Il releva la tête et prit ses armes, qu’il avait laissé au pied de l’arbre. Il se plaça face à son adversaire, et reprit :

« Sache que malgré le respect que j’ai pour toi, Moryan, j’irais jusqu’au bout de ce combat. Je donnerais chaque parcelle de moi-même »

Ses yeux se baissèrent sur son arme. Il prit une flèche dans son carquois et la posa sur ses doigts. Ses bras se firent fort, il tendit la corde de son arc et pointa son arme sur Moryan. Il était prêt à donner sa vie pour comprendre et apprendre des meilleurs, pour découvrir qui il était, et se dont il était capable. Ses yeux se fixèrent sur sa cible et son corps se tendit. Chacun de ses muscles endoloris étaient à nouveau prêt à combattre. Il savait que tirer le premier était à la fois un avantage et un inconvénient, car le temps de recharge d’un arc était relativement long lors d’un combat, surtout quand on avait une adversaire aussi doué que Moryan face à soit. Mais avoir le premier coup peut aussi donner l’avantage, car il impose à son adversaire son rythme.

*Sacré Moryan ! Tu as un regard à faire pâlir les morts et un sourire à faire fondre un iceberg. Qui es-tu, toi, qui inspire un tel respect de la part de Thoron. Tu es si belle, le sais-tu ?*

Thoron dit alors :

« A vos flèches, que la forêt protège vos vies »

Arnadil posté au plein milieux de la plaine avait ses sens en éveille le moindre mouvement pouvait trahir la présence de son adverssaire. Malgré cela, elle ne bougea. Ils restèrent ainsi quelques minutes, qui s’effilèrent telles des heures. Les nerfs d’Anardil s’émoussaient à chaque seconde qui s’écoulait. Combien de temps pourrait-il encore tenir ? Il était temps de commencer le combat. Il lâcha le premier la corde de son arc et dans un même mouvement, pivota sur lui-même, cherchant à éviter une éventuelle flèche que Moryan aurait tiré suite à celle qu’il venait de décocher. Il se réarma et tira à nouveau vers sa cible. Il bascula alors vers le sol, en une roulade et sortit ainsi du champ de vision de Moryan.

Le jeune elfe, si enclin à la bataille au corps à corps avait fait place à un elfe plus prudent, plus sage, plus réfléchi…Il monta alors dans l’arbre, dans le plus grand silence, s’accroupit sur une branche et ferma les yeux, se concentrant sur les sons de la forêt. Il calma le rythme endiablé de son cœur. Enfin, ses battement se firent plus calme, plus sourd, sa respiration se tue, dans le silence qui régnait au cœur de la forêt. Dans sa tête, mille pensées le traversèrent, * Moryan * il devait rester concentré sur elle, car dans un tel combat, elle devenait un danger mortel *Elle est si belle, qui est-elle ? Comment en apprendre plus sur elle ?* Il secoua la tête *Mon ami, il va falloir te concentrer, si tu tiens à la vie et si tu veux un jour avoir des réponses à tes questions !*
Il se vida la tête de ces questions : il s’imagina alors la clairière. Les Arbres, les buissons, jusqu’a chaque brin d’herbe qui l’entouraient avec pour seule aide ses oreilles. Sa vue devait devenir un handicap, si bien que dans sa tête, se dessina chaque parcelle de la forêt et de la clairière. Soudain, il perçut le cœur de Thoron qui battait la chamade. Que s’était-il donc passé ? Un bruit le fit frissonner. Il sentit sa vie en danger et d’un bond, il passa d’arbre en arbre, restant parfaitement silencieux et calme.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Dim 17 Jan - 19:42

Moryan écouta d’une oreille distraite les paroles d’Anardil. Elle avait déjà tourné les talons et s’était enfoncer dans les bois. Thoron devait faire un choix : rester au milieu, espérant qu’il n’arrive rien ni à son jeune protégé ni à sa Reine, soit resté près de l’un des deux. Moryan espéra qu’il irait vers Anardil, au cas où elle tirerait au mauvais endroit … ou plutôt au bon endroit.

« A vos flèches, que la forêt protège vos vies »

Moryan continuait de se déplacer, en silence, en symbiose totale avec la Nature. Elle avait tellement l’habitude de se cacher parmi les arbres … Elle se rappela soudainement que la première fois qu’elle avait vu Aya, c’était justement caché dans les arbres. Elle se souvint même de l’avoir observé alors que la jeune femme combattait son pouvoir d’empathie avec la Nature. Et elle avait rapporté sa vision étrange à son père. Elle était très jeune à cet époque et elle ne comprenait pas encore tout se qui lui arrivait où se que l’arrivé d’Aya allait changer dans sa vie … D’autres images défilèrent, mais elle les repoussa. Elle irait chercher sa sœur bientôt … très bientôt … Elle lui apprendrait la nouvelle de la mort d’Earané, sa fusion et sa nouvelle condition de Reine … Elle ne pouvait pas être morte, Moryan n’envisageait même pas cette possibilité malgré l’absence de nouvelle via son faucon …

-Elle est vivante … Forcément … je l’aurais su sinon … oui … je le saurais …

Moryan marmonnait tout en se déplaçant d’arbre en arbre. C’était avant tout pour se donner du courage. Une lumière verte irréelle faite de feuilles frappées par le soleil l’entourait. La sève qui coulait dans les troncs était signe de vie, d’espoir et le vent emportait divers odeur : humus, faune et flore. Tout se que Moryan chérissait. Sa forêt, celle dans laquelle elle avait tout vécu, tout fait. Ses pensées dérivèrent fatalement vers Anardil. Elle ne l’avait jamais vu. Elle ne pouvait pas se targuer de connaitre tous les elfes, mais elle reconnaissait les visages de tous les elfes vivant dans les environs. Mais lui était inconnu au bataillon. Et le fait qu’il ne la reconnaisse pas comme la Reine lui faisait dire qu’il n’était pas là hier pour la passation de pouvoir mais qu’en plus il était un novice en magie, puisqu’il n’avait pas réussis à détecter sa puissance. La puissance … Elle l’avait frôlé dans sa Chambre hier … Elle se concentra lorsqu’elle entendit une flèche siffler dans les airs. Anardil avait décoché sa flèche.

Amusée qu’il n’ait pas réussis à attendre plus longtemps, elle entendit la flèche se perdre dans les fourrés, pas très loin d’elle. Une deuxième suivit la première en un intervalle très court. Cette deuxième flèche passa pas très loin d'elle et se planta dans l'herbe verte. Moryan sourit et murmura :

-Pas si bête que ça celui-là … Mais rira bien qui rira le dernier …

Elle s’assit sur une branche, presque tranquillement. Elle plaça une flèche sur la corde, banda son arc fait de bois de noisetier, et visa vers où son instinct lui dictait de tirer. Ses pouvoirs l’aidaient à affiner son tir … Bien sur, elle ne voulait pas le tuer, mais une bonne flèche serait un avertissement pour lui. Enfin, étant sur de l’endroit où elle voulait tirer, elle lâcha la corde qui fit un bruit sec en sifflant à travers l’air et le vent. La flèche partit en vibrant à une vitesse folle vers sa cible … Moryan savait qu’elle avait visé juste. Ses réflexes le sauveront surement, mais sa flèche n’était pas mortelle. Elle se remit debout et poursuivit sa route. Elle n’avait pas envie de moisir ici …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Lun 18 Jan - 18:20

Une fois sur la branche de l’arbre en face, Anardil eu la curiosité de regarder ce qu’il venait d’éviter. Là, planté dans l’arbre, une flèche avait emporté une partie de sa tenue. Il regarda son bras et, en effet, un morceau de sa tenue de cuir avait été arraché et ce n’était pas la seul chose : son bras présentait une fine égratignure.

*Sacrément douée la demoiselle, va falloir être prudent*

Pour le jeune elfe, le plus important maintenant était de savoir où se trouvait son adversaire. Et sa magie étant encore bien trop basique, serait-t-il capable de l’utiliser pour déceler la présence de Moryan ? Il ne pouvait donc compter que sur une attaque magique, en espérant que cela fonctionne. Il se plaça sur une branche, se concentrant sur ses souvenirs de Moryan : son corps si félin, si féminin, sa peau cuivré,… Anardil se remit les idées en place

*On se concentre*

Il se remit à penser à la jeune elfe, détaillant chacune de ses formes, d’après ses souvenirs. La magique coula dans ses veines : il prononça alors la formule de la flèche de chêne.

" L'or tombe des feuilles dans le vent, et dans la mort, toute brise se tait."

La flèche d’or se plaça d’elle-même sur son arc, les bras d’Anardil tendirent la corde avec force. Seule manquait la direction d’où tirer : son esprit sembla alors se séparer de son corps, comme pour partir à la recherche de Moryan a travers la forêt. Il la trouva bien vite, poussé par il ne savait quelle magie. Son corps, bien loin de là, avait pris la position idéale pour tirer sur son opposante.

*Incroyable, j’aurais jamais cru que cela soit possible.*

Une seconde plus tard, au moment même où les doigts d’Anardil lâchèrent la corde, il réintégra son corps.

*Dommage que je ne puisse pas rester là-bas*

La flèche était déjà partit depuis quelques instants, que le jeune elfe réalisa qu’il ne valait mieux pas rester là. Car si elle était à moitié aussi douée que ce que Anardil l’imaginait, l’endroit ne serait pas très sure d’ici quelques seconde. Il sauta d’arbre en arbre, essayant de brouiller les pistes pour éviter que Moryan ne le retrouve trop vite.

Thoron quand à lui était resté à l’écart, entre les deux jeunes gens. Son inquiétude s’était calmée. De toute façon, il n’arrêterait aucun d’eux. La reine était suffisamment intelligente pour savoir maitriser ses nouveaux pouvoirs et Anardil saurait se retenir. Il sourit quand il sentit l’énergie magique de son jeune protégé qui cherchait à découvrir la position exacte de son adversaire. Se que ne savait pas Anardil, c’est qu’en faisant ça, il venait de révélez sa position au centimètre près à toute personne suffisamment expérimentez en magie. Il avait encore beaucoup à apprendre : Thoron soupira en se rendant compte combien de chose il aurait à apprendre à son protégé.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Lun 18 Jan - 18:53

Moryan ne savait pas du tout à quoi s’attendre. Elle s’était déplacée d’arbre en arbre pour s’éloigner la dernière position qu’elle avait occupée, mais elle ne savait pas comment Anardil allait lui répliquer. Magie ou flèche simple ? Une ou plusieurs ? Devait-elle s’attendre à une pluie de flèche ou quelques flèches magiques bien décochée ? Alors qu’elle se posait ces questions, elle eut déjà une première réponse. L’aura magique d’Anardil vint flotter jusqu’à elle. C’était sur, il allait tirer avec la flèche de Chêne. Il était sans doute un peu fou d’utiliser la magie aussi vite avec son état de fatigue avancer, mais après tout … Qui ne tente rien à rien. Par contre, elle arrivait à suivre sa piste en sens inverse. Désormais, elle savait où était Anardil. Elle le voyait presque, sur son arbre, tendu comme l’arc entre ses doigts, à la chercher. Elle sourit : elle se voyait elle-même il y a de ça quelques années, à tâter les rudiments de la magie. Que de chemin parcouru pour elle.

Toujours observée, Moryan se concentra pour marquer l’emplacement d’Anardil et surtout, pouvoir le suivre dès qu’il bougerait d’un pouce. Par contre, la jeune Reine omis une chose dans son calcul : l’elfe était en train de tirer sur elle, et elle ne faisait rien pour contrecarrer cette flèche. Elle l’avait même carrément oublié dans sa joie d’avoir un fil à se raccrocher pour pouvoir suivre Anardil sans se fatiguer. Aussi, elle fut très surprise lorsque la flèche magique arriva droit sur elle. Par un pur réflexe, elle réussit à faire un pas de côté, mais cela ne fut pas assez pour éviter le projectile ensorcelé.


-Aaaaah …

La flèche venait de se planter dans le bras droit de Moryan. Elle se colla au tronc de l’arbre pour éviter de tomber et leva la tête au ciel en une supplique muette. Se qu’elle pouvait être bête quand même ! Oublier la flèche qu’on venait de lancer sur elle … N’importe quoi ! Elle porta sa main gauche pour évaluer les dégâts : l’os n’était pas toucher, mais elle perdait beaucoup de sang. D’un coup sec, elle cassa la pointe de la flèche et l’arracha avec un grognement. La douleur fusa dans son corps. Elle trembla un peu, mais respira longuement pour calmer les battements de son cœur. Elle vérifia qu’il n’attaquait pas. Heureusement, il ne savait pas qu’elle était blessée et qu’il pouvait prendre l’avantage. Elle jeta les fragments avec dégout : dégout d’elle-même plus qu’autre chose et respect pour son adversaire. Il était doué, mais elle l’était tout autant que lui … voir plus, hélas pour lui.

-Tu ne perds rien pour attendre …

Elle mit la main sur sa blessure et serra fort. Elle faillit hurler de douleur, mais se retint à temps. Une larme de souffrance coula sur sa joue, mais elle se reprit et murmura la formule pour se guérir, malgré la douleur présente :

" La haine n'a pas sa place en nos cœurs, et la lumière se fera sur nos douleurs. "

La lumière, chaude et lumineuse referma la blessure doucement. Bientôt, il ne resta qu’une fine cicatrice qui disparaitrait dans quelques jours. Elle essuya sa main sur ses habits : elle allait devoir se changer avant de rentrer, sinon, on allait penser qu’elle s’était fait attaquer par un truc terrible ! Sa main n’était pas tout à fait propre, mais qu’importante : elle n’était pas là pour faire de la figuration. Elle retrouva facilement, à sa grande surprise, le chemin pour retrouver Anardil. Elle prit son arc et tenta de le tendre, mais son bras la fit souffrir. Elle respira calmement, oubliant la douleur et banda derechef son arc. Suivant la trace magique qu’il avait lancée, telle une flamme au milieu de la nuit, elle tira une première fois. Mais la flèche n’avait sitôt pas quitté l’arc, qu’une deuxième était déjà sur la corde, tendu et suivit la première en sifflant. Les flèches se suivirent en un ballet fou mais dangereux. Une dizaine de flèches furent ainsi tiré, en un très court laps de temps. Satisfaite d’elle, mais le bras complètement meurtris, Moryan descendit de son perchoir. Il était temps de passer à la deuxième phase de son plan … En espérant que son bras tienne le choc et qu’elle reste suffisamment concentrée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 20 Jan - 0:50

Anardil posté sur une branche avait à nouveau fermé les yeux pour mieux se concentrer. C’est alors que son ouïe l’avertit du danger. Mais déjà les premières flèches étaient sur lui. Il réussit à en éviter plus d’une grâce à ses cabrioles. Les trois dernières furent pour Anardil les pires, car chacune d’elles se figèrent dans sa jambe, si bien qu’il perdit tout appui et tomba de son perchoir, atterrissant avec violence sur le sol, une dizaine de mètres plus bas. Heureusement pour lui, sa chute fut ralentie par les branches se trouvant dans sa trajectoire. Quand il reprit connaissance, quelques instants plus tard, parfaitement caché sous un épais manteau de feuillage de branche et de terre, Anardil se mit à évaluer les dégâts. Les flèches en le touchant l’avaient transpercé de part en part, se qui était bon signe pour ses os. Par contre, son épaule droite avait mal accepté la chute et c’était déboité. Attrapant l’un ses saï de la main gauche, il coupa net les pointes des flèches et arracha le corps des flèches de ses blessures. Les blessures d’Anardil ne saignait que peu étant donné que seul le muscle semblait touché. Il allait le sentir passé mais quelques herbes, un peu de terre et d’eau suffirait pour le moment. Il y avait bien la magie qui aurait pu soigner ses blessures, mais le choc et la fatigue lui faisait déjà assez tourner la tête comme ça, pas besoin d’en rajouter encore une couche. Puis, regardant son épaule droite déboitée, le jeune elfe appréhendait se qu’il allait devoir faire : la remettre en place. Et cela se révélait très douloureux, surtout quand on réalisait cette opération seul. Mais c’était ça ou jeter l’éponge de suite. Après avoir réalisé les quelques pansements pour sa jambe avec les moyens du bord, il se releva. Sa jambe le faisait souffrir mais il avait déjà carapaté avec son père avec une jambe dans un pire état.

*Sacré demoiselle ! Tu m’as bien eut là, j’avoue, très jolie épinglage d’Elfe*

*Bon remettre en place cette fichu épaule maintenant*


Il remit son pantalon par-dessus ses blessures puis approcha d’un arbre dont le tronc faisait une fourche. Il y coinça son bras droit entre les deux arbres, attrapa un bâton qui trainait au sol, le serra entre ses dents et d’un mouvement rapide et violent, se remit l’épaule en place dans un grand crac. Ses dents se serrèrent sur le bâton si fort, qu’il se brisa. Il poussa alors un hurlement à travers la forêt.

« Bon sang de bois, ça fait mal cette connerie »

Thoron sursauta à ce cri. Il faut dire que l’énergie magique de son élève était si basse suite à sa chute qu’il avait perdu sa trace. Thoron ne put localiser d’où venait le cri vu la réverbération du son à travers la forêt. Le cri se divisa en une dizaine d’éco à travers la forêt. Son épaule remit Anardil en avait les larmes aux yeux, la douleur avait été aussi intense en si peu de temps que son cerveau était complètement dans le vague. Heureusement pour lui, son niveau d’épuisement et sa cachette lui aurait permit que Moryan soit à seulement quelques mètres de sa cachette sans jamais le voir. Il reprit doucement des forces et remis ses idées en place. Lorsqu’il se releva, sa tête avait cessé de tourné mais son corps lui faisait atrocement mal et ce n’était pas prêt de finir. Mais pour lui, fini les cabrioles, du moins avant de s’être soigné convenablement.

*En tout cas, plus de nouvelle de Moryan, c’est déjà pas trop mal, je n’aurais pas réussi à m’enfuir face à une deuxième attaque du genre.*

Lorsqu’il se remit en route, il se rapprocha le plus possible du lac. Il devait boire absolument, sa gorge sèche n’arrangeait en rien son état général. De plus, les buissons de baies seraient une bonne source de nourriture. Une fois arrivé au lac, il prit dans ses mains de quoi boire et quelques instants plus tard, tenta de rassasier sa faim. Jusqu'à maintenant, il était resté parfaitement invisible. Malgré tout, il avait laissé des traces pouvant mener Moryan jusqu'à lui. Son esprit se mit à tourner a vive allure. Comment piéger Moryan ? C’est alors qu’une petite parcelle de roseaux lui donna la solution. Il se força à monter dans un arbre pour y fixer quelques vêtements ainsi qu’un arc qui était entreposé dans le parc d’entrainement. De loin, on pouvait croire qu’il était en place pour préparer une embuscade à Moryan. Il attrapa son arc et une flèche et un roseau creux, se coucha dans l’eau respirant à l’aide de son tuba improvisé. Là, couché dans l’eau, il observait la forêt et les divers endroits où un archer pourrait faire feu sur son mannequin, totalement invisible au commun des mortelles. Il resta là, tachant de ralentir son corps au maximum afin de reprendre son souffle durant l’attende qui allait suivre avant l’arrivée de sa cible.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 21 Jan - 20:40

Le cri qui emplit la forêt fut assez envahit par la souffrance pour que Moryan sache qu’elle avait touché Anardil, et apparemment, assez pour qu’il en hurle. D’où venait ce cri, elle n’en savait fichtrement rien, mais elle se sentait un peu coupable de l’avoir amoché. Elle n’aurait peut-être pas dû tirer autant de flèche … En même temps, elle voulait gagner, et c’était lui qui lui avait proposé ce combat stupide ! A la base, elle voulait juste … lui donner une petit leçon, en magie ou au tir à l’arc. Pas forcément cavaler dans la forêt, se prendre des flèches ou des attaques magiques ! Mais son esprit de compétition avait été mis à rude épreuve, et elle avait accepté. Maintenant, elle avait mal au bras, elle culpabilisait pour Anardil et les gardes allaient s’inquiéter si elle ne revenait pas d’ici peu. Bien sur que non, elle n’abandonnerait pas ! Jamais ! Plutôt mourir !

Moryan tourna en rond un moment. Elle avait perdu le fil énergétique d’Anardil. Elle était d’ailleurs un peu énervée par cette partie de cache-cache, qu’elle avait pourtant commencé. Mais pourquoi était-elle partie ? Elle avait des choses à faire de plus urgente quand même … Non ? Comme préparer son voyage pour aller chercher sa sœur ! Elle devait le retrouver et l’achever … Enfin, pas le tuer non plus, mais il fallait qu’elle trouve le moyen de le faire abandonner. Parce que, s’il croyait qu’il allait s’en tirer ainsi !

La jeune Reine descendit de son arbre. Elle commença à courir vers la dernière position connue d’Anardil. Les arbres défilaient à côté d’elle. Tel un félin, ses jambes se déroulaient, puissantes, avalant la distance comme si de rien n’était. Ses bras se balançaient d’avant en arrière, assurant l’équilibre dans sa course. Ses cheveux se balançaient au rythme de sa cavalcade, animé d’une nouvelle vie, bruns comme l’écorce d’un hêtre, souples comme les feuilles douces des chênes. Ses yeux parcouraient le paysage rapidement, enregistrant chaque détail. Tel un courant d’air, elle passa devant le lac et elle capta un reflet. Anardil, là, dans l’arbre ! Elle se dépêcha d’aller se cacher derrière un tronc, à peine essoufflée par sa course. S’il l’avait vu, il allait réagir vite. Pour qu’elle ait l’avantage, elle devrait tirer avant lui. Elle arma son arc, fit le tour du tronc rapidement et fit feu sur se qu’elle avait vu. Une flèche, puis deux et une troisième, qui ne devaient pas être mortelles, juste incapacitantes. Mais elle ne comprit pas tout de suite se qu’elle voyait …

Les vêtements pendaient lamentablement aux branches, criblés de flèches. Mais seul le vent faisait bouger le tissus, aucune chaire n’actionnait les mouvements. Les flèches, une dans la branche derrière, une coincée dans le tissus et la dernière perdu dans l’herbe n’avaient évidemment fait aucun dégât sur Anardil.


-Ah le sale petit con ! Il a cru qu’il pourrait faire tourner en bourrique comme ça ? On va s’amuser !

Moryan repartit derrière le tronc. Elle hésitait. Grandement. Elle sentait ses pouvoirs se déchainer. Le Crépuscule des Eléments était là, elle pouvait l’utiliser. Elle pourrait faire d’énorme dégâts, mais au moins, elle le remettrait à sa place, une bonne fois pour toute. Le vent souffla fortement autour d’elle, caressant sa peau dénudée, rafraichissant l’air ambiant. Les feuilles commencèrent à voler, les arbres se balançant d’abord doucement puis plus fortement, telle une danse de plus en plus violente. Le soleil perdit de son éclat, transformant la journée en semi-nuit, ou les ombres grandissaient. Les animaux étaient affolés par ce brusque changement. Moryan les entendaient geindre un peu partout autour d’elle. La magie crépitait dans l’air, se rassemblant autour de la Reine, comme si elle était un gigantesque aimant. Elle se força à respirer calmement. Elle ne maitrisait pas encore tous ses pouvoirs. Mais la puissance qu’elle sentait pulser au creux de ses veines, la magie, abondante, dévastatrice, elle pouvait la toucher, la contrôler, s’en faire obéir. Tel un ras de marée, elle pouvait tout dévaster sur son passage. Elle commençait seulement à comprendre où était ses limites, se qu’elle pouvait faire et se qu’elle ne devait pas faire. Ses pouvoirs étaient aussi impressionnants que nouveaux …

-On se calme … On se calme … ça sert à rien de tout faire cramer après tout … Là … caaaalme …

Elle continua de respirer profondément. Elle sentit Thoron se rapprocher. Il avait dû comprendre se qu’il se passait et voulu peut-être l’arrêter. Mais elle partit dans l’autre sens, pour l’éviter. Elle ne voulait pas lui parler, elle ne voulait pas qu’il la sermonne, surtout pas, elle risquait de se mettre en colère derechef et de perdre les pédales à nouveau. Et là, elle n’était pas sur de pouvoir se contrôler comme elle venait de le faire. Thoron parut recevoir le message, n’insistant pas pour la suivre. Le vent ralentit et retrouva la douceur de sa brise qu’il avait avant le déchainement de pouvoirs de Moryan. La luminosité était par contre toujours aussi sombre. Moryan profita de cet instant où ses pouvoirs étaient presque à leurs apogées pour retrouver Anardil. Et elle trouva le lien et le suivit. Mais elle fut stupéfaite que sa vision se finisse dans l’eau. Qu’est-ce qu’il faisait là ? Il était toujours vivant, elle pouvait entendre son cœur battre, elle pouvait presque le touché avec sa magie. La sensation, merveilleuse mais terrifiante, s’arrêta dès que Moryan rompit le contact. Elle reprit son arc en main. Il était temps de lui montrer de quel bois elle se chauffait …


" L'or tombe des feuilles dans le vent, et dans la mort, toute brise se tait. "

La flèche d’or se posa d’elle-même sur l’arc de Moryan. Elle banda ce dernier, ajustant son tir en quelques secondes et lâcha la corde avec un sifflement strident. La flèche scintillante partit et presque animé par une vie propre, plongé dans les profondeurs du lac. Mais la jeune Reine avait déjà rechargé son arc, à moitié caché par le tronc de l’arbre qu’elle avait choisis. Elle pointa l’endroit où Anardil allait théoriquement apparaitre, suite à sa flèche, qu’elle avait lancé sur lui. Dès qu’il sortirait de l’eau, elle l’aurait en joue … Et se serait finis.

-Allez, viens petit Anardil … Je t’attends …

Concentrée, Moryan clignait à peine des yeux, observant toute la surface du lac, au cas où il sortirait ailleurs …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Ven 22 Jan - 18:38

Toujours caché sous l’eau, Anardil avait compris que son stratagème avait échoué. Et qu’en plus, cela avais plutôt énervé la demoiselle. Ses pouvoirs étaient dérisoires quand il aperçut les éléments se déchainer autour de lui. L’eau semblait perdre toute sa chaleur, comme aspirée, le soleil s’était volé si bien que ses yeux ne perçurent bientôt plus que des ombres dans la forêt. Il aurait bien été incapable de viser quoique ce soit dans cette pénombre *Mais qui est tu donc, belle Moryan ?* Il sentit alors une attaque magique approché de lui à grande vitesse. *Ho ho, pas bon ça* Il ne lui restait que peu d’énergie : juste assez pour une attaque magique et encore sans grande puissance, juste assez pour ralentir une flèche de chêne et encore pas bien longtemps. Qui sait, son tuba allait-il peut-être servir à autre chose qu’a respirer ? Il se concentra alors, se préparant à attaquer. Il savait que cela dévoilerait sa position. Il sortit de l’eau : son attaque se concentra très vite, plus vite qu’a l’accoutumé. La sphère d’énergie se tenait là, dans sa main. Il cria la formule, pointa son attaque sur la flèche à quelques mètres de lui.

« Que les arbres m'écoutent, que la Terre me protège et que le Vent m'offre sa force. »

La sphère se précipita à la rencontre de la flèche de Moryan, la frappant de plein fouet. Les deux forces magiques s’opposèrent quelques instants, créant un lien entre les deux opposants. Des images arrivèrent dans la tête d’Anardil, sans qu’il en sache pourquoi. *Le chêne blanc ? Des Gardes ? Mais où suis-je ? * Les images se brisèrent en mille éclats et la flèche repris sa route. Elle avait néanmoins pas mal ralentit sa course. Anardil, dans un ultime réflexe, présenta à la flèche la section longue de son tubas la flèche dont la pointe était bien trop large pour passez au travers, fut ralentit par les nœuds du bois, si bien qu’au dixième et dernier nœud, la flèche était arrêtée, encore pleine de magie. Anardil se dégagea de sa trajectoire. Et elle partit se planter dans l’eau. Il l’avait échappé belle mais il fallait arrêter le combat là, sinon, il allait s’en prendre une entre les deux yeux. Il lâcha son arc et sa flèche et s’agenouilla dans l’eau, les mains sur la nuque.

« On se calme, je me rends, pas besoin de continuer, tu m’a déjà assez amoché. Si tu veux un combat à l’épée, on va en rester là »

Dit-il d’un ton fier. Il espérait juste n’avoir pas été trop nul comme adversaire. Thoron apparut devant lui. Son regard en disait long sur l’état d’Anardil.

« Quoi l’emplumé ? Ta jamais vu quelqu’un de blessé ? »

« Oh si, beaucoup trop si tu veux tout savoir »

L’épaule d’Anardil le fit souffrir. Son corps, complètement crevé, était au bord de l’évanouissement.

« Un sacré tempérament la demoiselle en tout cas. Aie !! Et une sacrée archère »

Thoron ne répondit rien, juste d’un sourire entendu.

« Dit moi, belle Moryan, tes pouvoirs on-t-il une limite ? Je me sens ridicule à coté de toi »

« En tout cas, très impressionnant le coup de la tempête. T’ai-je seulement touché, belle Moryan ? »

Les nuages autour d’eux se dispersaient lentement. Le calme se remis à régner doucement autour du lac. Si bien que quelque instant plus tard, sur sa jambe blessée, se ruait divers poissons attirés par le sang qui s’échappait de ses plaies. Du plus petit au plus gros, si bien que très vite plusieurs brochets se présentèrent.

« Je peux me relever avant de me faire manger tout cru par les poissons. Car je ne sais pas si je t’ai touché, mais toi tu m’as transformé en gruyère ! »

Redressant les yeux, il aperçut Moryan encore posté dans la forêt, une flèche sur son arc, son épaule taché de sang. *Ouf, je l’ai quand même touché, je sors pas si en déshonneur que ça. Faut dire qu’elle est super douée, je croyais que Thoron était fort mais elle s’est … woow*.


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mar 26 Jan - 14:27

Anardil avait réagit rapidement à l’attaque, lançant une autre attaque sur sa flèche de chêne. Ainsi, il sortit de l’eau de suite : Moryan pointa son arc sur lui et ne le lâcha plus, attendant qu’il s’en sorte face à son attaque magique. Elle voulait gagner, mais il y avait un minimum de savoir-vivre quand même ! Alors qu’il jeta sa boule de lumière, une connexion s’établit entre eux … Des images, des visions envahir l’esprit de la jeune Reine : elle se voyait elle-même, belle au milieu de la clairière, Thoron en train de se battre avec elle … Un arbre qui prend forme sous ses yeux pour devenir une belle maison … Un autre elfe, qu’elle identifia comme le père, une formation, un combat, une douleur à l’épaule, une elfe, identifier comme la mère, la nature … Moryan relâcha la pression sur son arc quelques secondes. Elle avait l’impression d’absorber toute une vie en un seul coup et seules quelques images venaient percer au milieu du brouillard dans lequel elle était plongée.

Elle réussit à s’extraire de son état comateux et à retendre son arc en direction d‘Anardil, qui levait les mains pour un cessez-le-feu.


« On se calme, je me rends, pas besoin de continuer, tu m’a déjà assez amoché. Si tu veux un combat à l’épée, on va en rester là »

Moryan, toujours à moitié dissimulé ne perdait rien de l’échange entre Thoron et Anardil. C’est vrai qu’il était dans un sale état. Mais quand elle repensa à la catastrophe qu’elle avait faillis déclencher, c’était peut-être pas grand-chose. Les deux elfes avaient finis de parler et Anardil apostropha la jeune Reine :

« Dit moi, belle Moryan, tes pouvoirs on-t-il une limite ? Je me sens ridicule à coté de toi. En tout cas, très impressionnant le coup de la tempête. T’ai-je seulement touché, belle Moryan ? Je peux me relever avant de me faire manger tout cru par les poissons. Car je ne sais pas si je t’ai touché, mais toi tu m’as transformé en gruyère ! »

*Des limites ? Non, je n’ai de limite que ma propre mort … Ridicule ? Pour l’instant oui, mais je suis sur qu’avec le temps tu t’amélioras petit … Si tu savais contre qui tu te battais … Tu serais étonné. Touché ? Oui, dans mon orgueil, mais ça, je ne te le dirais pas !*

Elle fronça les sourcils. Il ne valait mieux pas dire ça. Elle préférait rester anonyme pour l’instant. Elle avait peur qu’il s’enfuit à toutes jambes s’il découvrait qu’il avait blessé une Reine. Par contre, il ne valait mieux pas qu’elle rentre ainsi, sinon les gardes voudraient absolument savoir se qui s’était passé et faire payer celui qui avait osé toucher la Reine. Moryan surprit le regard du Woodelian sur son épaule. Elle jeta un léger coup d’œil. Le sang maculait ses vêtements, mais elle était soignée, s’était ça le principal. Finalement, à bout de souffle, car son bras la faisait souffrir encore, elle baissa son arc et annonça d’une voix lointaine :

-Relèves-toi petit Anardil. Et viens pour la dernière phase de notre combat … Thoron, guéris-le, j’ai déjà remarqué ses piètres talents de guérisseur …

Elle s’enfonça dans la forêt, encore perturbée par les images qu’elle n’arrivait pas à chasser de son esprit. De plus, ses souvenirs tourbillonnaient avec, ajoutant des morts, des blessures et des guerres en plus, lui amenait un arrière-gout de sang dans la bouche. Elle s’appuya contre un arbre, le temps de reprendre son souffle.

*ça va passer … ça doit passer … C’est normal … Juste … respirer*

Mais plus elle respirait, moins cela passait. Elle avait l’impression de s’étouffer. Elle tomba à genou, incapable de rester debout. Son crâne allait exploser sous la douleur, c’était sur ! Tant de souffrance, tant de mort, c’était trop ! Elle ne pouvait pas supporter ! Elle allait … mourir elle aussi ! Elle tomba inanimé sur le sol …

Thoron qui était en train de soigner Anardil sentit tout de suite que quelque chose n’allait pas avec Moryan. Déjà qu’il avait décelé une grande perturbation chez elle, mais il avait mis ça sur le compte de la tempête provoqué par mégarde qu’autre chose. Il releva la tête et partit sans crier gare vers l’endroit où était Moryan, laissant là un Anardil ébahit. Il ne fit pas attention si le jeune l’avait suivie ou non. Et il s’en moquait pour le moment. Sa Reine était en difficulté ! Il marmonna :


-Entêtée … Stupide … Mais ce n’est pas vrai … Comme son père …

Il avait eut le temps de soigner suffisamment Anardil, il ne s’inquiétait pas pour lui. Mais Moryan … Il la trouva bien vite, étendu par terre. Il se précipita vers elle et s’agenouilla à ses côtés, prenant sa tête entre ses mains.


-Moryan ! Non ! Tu ne peux pas … allez, réveille toi !

La jeune Reine ne réagit pas à ses injonctions, perdue dans l’immensité de ses souvenirs. Les flashs se succédaient, mélangeant les deux vies, au point ou Moryan ne savait même pas qui elle était. Ses yeux bougeaient vite sous ses paupières, prouvant qu’elle vivante. Mais combien de temps pourrait-elle supporter ce traitement. Thoron n’y comprenait rien. Il prit Moryan dans ses bras, lui donnant un peu de son énergie. Mais cela ne servit à rien. Moryan tremblait dans ses bras. A cours d’idée, terriblement inquiet, il prononça tout simplement :

" La haine n'a pas sa place en nos cœurs, et la lumière se fera sur nos douleurs. "

La lumière blanche habituelle envahit sa paume et se dispersa sur le corps de Moryan. Celle-ci paru ralentir le rythme de sa respiration. Ses pensées arrêtèrent de se bousculer dans son cerveau et elle put reprendre pied dans la réalité. Elle ouvrit les yeux lentement.

-Doucement … Ma … dame … Je ne sais pas se qui s’est passé, mais je crois que c’est bon, tout va bien …

Trop faible pour bouger, Moryan resta étendu sur le sol quelques minutes. Elle réussit à articuler pourtant :

-J’étais … dans ses souvenirs … Mes pouvoirs … Ils ont … tout amplifié. J’étais coincée entre … mes souvenirs et les … siens … A cause de l’attaque … magique … contre mon … attaque magique

A bout de souffle, elle ferma les yeux. Thoron la serra doucement dans ses bras, comme quand on berce un enfant. La jeune Reine se laissa aller, enfin débarrasser de ses flashs inquiétant. Pourtant, elle sentait qu’ils étaient toujours là, qu’un rien raviverait les souvenirs d’Anardil dans son esprit …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 27 Jan - 16:52

La forêt avait repris sa quiétude mais cela ne devait pas durer. Alors que Thoron soignait les blessures du jeune Anardïl, Moryan s’était éloignée d’eux. Quelques instants plus tard, la forêt s’était éteinte, comme retenant son souffle. La jeune elfe avait chut quelques mètres plus loin, dans une sorte de transe. Son corps était là, totalement immobile. Par contre, ses yeux étaient aussi actifs que lors d’un rêve dont on veut sortir sans pouvoir. Thoron appliqua sur Moryan le sort de guérison et celle-ci revint parmi eux. Se qu’aucun d’entre eux n’avait pu remarquer, c’était que la météo avait refait des siennes. Une boule de vent entourait les deux elfes, comme pour les protéger. Anardil, qui pourtant ne connaissait rien à la magie, était encore moins a comment pouvoir la déceler, avait ressentit une énergie incroyable circuler dans les êtres vivants qui l’entourait : même lui n’était pas à l’abri.

*waouh, Moryan je ne sais pas qui tu es mais là chapeau*

Une fois revenue à elle, elle bredouilla quelques mots :

« J’étais … dans ses souvenirs … Mes pouvoirs … Ils ont … tout amplifié. J’étais coincée entre … mes souvenirs et les … siens … A cause de l’attaque … magique … contre mon … attaque magique … »

Alors comme ça, elle avait tout comme lui ressentit ce lien qui s’était ouvert et refermé entre eux. Que s’était-il passé ? Etais-ce à cause de ce phénomène météo qui s’était produit quelques instants avant l’attaque magique de Moryan et la rencontre de leur énergie ? Thoron se tourna vers Anardil, les yeux méchants et il dit alors :

« Qu’es ce que tu as fait ? »

Anardil souleva les sourcils, étonné et répondit :

« Euh, tout ce que je sais, c’est qu’au moment où nos énergies se sont rencontrées, j’ai eu des flashs »

« Des flashs dis-tu ? »

« Oui, j’ai vu le Chêne Blanc, des gardes,… rien de très précis, ça n’a pas duré »

« Des souvenirs de Moryan, je vois… »

« Des souvenirs de Moryan… ? Dis-tu ? Qui est-elle Thoron ? »

« Tu n’auras pas cette réponse de moi, Anardil. Vas te reposer, tu en auras besoin. »

Thoron essaya de réfléchir dans son coin. Anardil s’était installé contre un arbre et ferma les yeux. Ces rêves furent étranges, peuplé d’images qu’il ne connaissait pas. Son rêve devint de plus en plus agité, si bien qu’il se réveilla en criant le nom de Aya.

« Aya ? Qui est Aya Anardïl ? »

« Aya ? Euh, je n’en ai aucune idée, tout ce que je sais, c’est que ce nom me fait penser à plusieurs choses. Comme mort, vie, espoir, voyage, combat, famille… »

Moryan était encore dans les pommes. Anardïl essayait de reprendre ses esprits. Il n’avait pas dormit très longtemps mais quand même un bon moment venait de passer. Que s’était-il passé, d’où venaient ces images et pourquoi Il n’était pas aussi affecté qu’elle ? Peut-être son manque d’expérience et sa faiblesse actuelle empêchait Anardil de subir les mêmes effets que Moryan. Comment en était-il arrivé là ? La magie était vraiment bien trop complexe pour lui.

*Je suis nul, je suis peut-être à l’origine de se qui se passe mais je n’ai aucune idée de se qui se passe*

« Anardil, tu sembles perdu dans tes pensées ? Inquiet ? »

Anardil fit un signe de la main. Il était inquiet mais ne voulait pas le montrer à Thoron. Il fixait les yeux de Moryan, comme pour l’obliger à se réveiller.

*Allez, réveille toi Moryan*

Thoron fit signe à Anardil de s’approcher :

« Assied toi ici »

Il posa la tête de Moryan sur les jambes du jeune elfe et se leva. Il avait besoin de se dégourdir les jambes et réfléchir. Une fois debout, il se mit à marcher de long en large à coté d’eux, s’impatientant visiblement du réveil de Moryan. Se qui a eu pour effet de très vite porté sur les nerfs d’Anardil.

« Thoron, si tu allais faire ça plus loin, au lieu de creuser le sol à faire des allez-retours »


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Mer 3 Fév - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Lun 1 Fév - 12:29

Moryan était dans un état comateux. Perdu entre un néant noir et sans fond et le présent, dans lequel elle entendait les deux elfes parler. Mais elle n’arrivait pas à saisir le sens de leur conversation. Elle n’en avait pas envie non plus. Réfléchir lui donnait mal à la tête et elle n’avait vraiment pas besoin de ça ! Elle préféra laisse son corps amorphe et son esprit se perdre dans une chaleur bienfaisante. Tout s’était déroulé si vite : sa tête n’avait pas supporté. Ses pouvoirs étaient immenses et elle ne savait pas les contrôler. Mais alors pas du tout et cela commençait à lui faire peur. Qui pourrait lui enseigner son savoir ? Qui pourrait lui montrer les choses à faire et à ne pas faire ? Enfin, cette fois, se n’était pas de sa faute. Comment aurait-elle pu imaginer qu’il riposterait par un acte magique et que cette fusion allait les connecter un bref instant ? Les connecter ? Cela voulait dire que lui aussi avait vu ses souvenirs ?

Soudainement inquiètes pour Anardil, elle essaya d’échapper au brouillard qui la retenait prisonnière. Depuis combien de temps était-elle évanouis ? Depuis combien de temps tentait-elle de s’extraire de ce cauchemar ? Elle s’accrocha aux voix qu’elle entendait encore. Anardil … Thoron … Elle devait les rejoindre. Elle n’avait pas le droit de s’abandonner comme ça !


« Anardil, … perdu … pensées ? … uiet ? »

Moryan reconnu la voix de Thoron. Elle repensa à son visage, ses traits, ses plumes sur la tête, qu’elle lui avait toujours enviée. Il avait fusionné depuis bien plus longtemps qu’elle, c’était normal, il était aussi plus vieux et avait bien plus entraînement. Elle repensa aussi à son père et sa sœur. Aya … Elle devait, juste pour elle, se réveiller, pour aller la chercher, la libérer ! C’était son but dans la vie ! Aller délivrer sa sœur des monstres de l’anti-vie ! Elle ne pouvait pas la laisser ainsi ! Elle voyait Aya, ses oreilles en pointes, comme les siennes, sa peau d’albâtre et son sourire carnassier. Pourtant, les deux demi-sœurs s’adoraient désormais. Même si au début, Moryan la détestait par principe, Aya avait su conquérir son cœur. Elle ferait n’importe quoi pour lui faire plaisir ou la protéger. Même aller au village de son enfance … Même se battre à ses côtés contre l’attaque des vampires … même aller la chercher chez ses mêmes vampires …

« Assi … ici »

Moryan se sentit soulevé légèrement. Elle y était presque ! Elle pouvait avoir de nouveau des sensations, des caresses de l’herbe sur sa peau, entendre le vent entre les branches ou sentir le vent sur elle. Ce cauchemar allait bientôt être derrière elle … Elle pourrait reprendre les recherches de sa sœur et apprendre à se servir de ses pouvoirs violents.

« Thoron, si tu allais faire ça plus loin, au lieu de creuser le sol à faire des allez-retours »


Moryan ouvrit les yeux. Il y avait un arbre au-dessus d’elle. Les feuilles bruissaient doucement en bougeant, bercer par le vent. Les branches oscillaient en rythme, mélodie seulement connue des initiés. L’arbre lui envoya des ondes bienfaisantes et la jeune Reine se sentit tout de suite mieux, incorporer à cette danse et cette musique de la Nature. Elle s’était toujours très bien entendue avec les arbres. Elle tourna légèrement la tête pour voir qu’elle était sur les genoux d’Anardil et que Thoron allait et venait à la périphérie de sa vision. Inquiets ? Les deux elfes le paraissaient. Sitôt qu’elle eut repris conscience, Thoron se précipita vers elle, un sourire sur le visage, visiblement très soulagé.

-Moryan ! Doucement … ça va mieux ? Reprend contact avec la réalité … Tu nous a fais une de ces peurs …

La jeune Reine reprit ses esprits et voulu se relever, mais Thoron la maintint à terre. Elle sourit et annonça calmement :

-Ne t’inquiètes pas Thoron, je vais bien. Laisse-moi me relever, j’en ai besoin …


Oui, besoin de se sentir vivante, de poser le pied au sol, de se tenir droite, Moryan avait besoin de tout ça. Elle repoussa gentiment Thoron, sourit à Anardil et tenta de se lever avec difficulté. Les deux elfes voulurent l’aider, mais elle les arrêta d’un geste impérieux et fut debout, les jambes tremblantes. Elle soupira de bien-être. Enfin ! Elle avait eut très peur, mais maintenant, les souvenirs étaient juste en arrière pensés, comme s’ils étaient sous l’eau, noyé. Moryan pouvait à nouveau penser convenablement. Elle ferma les yeux et inspira profondément, savourant l’air frais dans ses poumons, le gout humide sur sa langue et les chauds rayons du soleil sur sa peau. Vivante ! Elle aurait voulu crier au monde sa renaissance, courir à en perdre haleine ou plonger dans les eaux froides du lac. Mais elle devait bien se tenir. Alors elle regarda les deux elfes qui lui lançaient des regards bizarres. Elle sentit ses jambes plus stables et elle put faire un pas puis deux. Elle alla jusqu’au tronc et s’appuya dessus pour récupérer un peu plus de force rapidement. Thoron brisa le silence :

-Moryan … Que c’est-il passer ? Anardil dit voir … tes souvenirs … Puis toi … dans les siens … Mais pourquoi es-tu tombé dans les vapes ?


Il semblait réfléchir en même temps qu’il parlait. Pourtant, elle n’avait pas beaucoup d’explication à lui fournir. C’était la première fois qu’une attaque magique faisait ça et surtout avec ces nouveaux pouvoirs. Quoiqu’il se soit passé, elle n’avait jamais entendu quelqu’un parler de ce lien, cette brève brèche qui s’était ouverte entre eux. Et Anardil, qu’avait-il vu ? Savait-il désormais qu’elle était la Reine Blanche ? Si oui, comment allait-il réagir ? Voudrait-il continuer le combat ? Elle était fatiguée, mais elle irait au bout de se qu’elle avait commencé. Toujours … Entêtée, elle ? Oui, elle le reconnaissait fort bien …


-Thoron, si je peux faire une hypothèse, je pense que mes pouvoirs, que je ne maitrise pas encore tout à fait, à amplifier cette réaction. J’ai capté tous les souvenirs d’Anardil d’un coup. Mon cerveau … Ne l’a pas supporté. Alors, je suis tombé dans les pommes …

Puis, elle se tourna et demanda doucement à Anardil :

-Qu’est-ce que tu as vu dans mon esprit jeune Anardil ?

Un peu inquiètes par sa réponse, elle se tendit. Elle avait vu sa vie à lui, et elle avait eut l’impression d’entrer dans un univers interdit. Elle avait été une voyeuse, et elle détestait cela. Alors qu’il ait vu la sienne … Elle avait ses secrets et elle voulait les garder. Elle avait fait ses choix … Allait-il la juger ? Elle ne craignait pas grand-chose sur ce plan là. Il suffisait qu’elle dise, je suis la Reine Blanche, tais toi, et il obéirait. Mais elle ne l’empêcherait pas de penser, c’était une évidence. Aussi, elle se demanda à quoi il pouvait bien penser à cet instant. Elle s’écarta de l’arbre, elle avait pris suffisamment d’énergie désormais. Elle ajouta donc :

-Je suis prête à reprendre le combat … Si tu le veux toujours petit elfe …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Mer 3 Fév - 0:03

La forêt avait reprit son calme. La paisible musique des oiseaux chanteurs avait reprit, la cascade au loin avait repris son bruyant tintamarre dans l’eau du lac. Bientôt, Moryan ouvrit les yeux. Les prières d’Anardil avaient été entendue, elle était revenue parmi eux, se relevant sans leur aide. Elle semblait encore plus fière que lui. Anardil ne put que sourire à cet état des faits.

*Sacré demoiselle, un vrai caractère. Elle n’est pas Elfe pour rien la Moryan !*

Elle le questionna alors, les yeux dans les yeux, comme pour chercher la vérité dans son regard. Il lui répondit presque aussitôt :

« Ne t’inquiète pas pour moi, ma faiblesse actuelle ou mon manque d’expérience en magie semble bloquer les souvenirs que j’ai reçu de toi. Juste de temps à autre, des sensations de déjà vu et dans mon sommeil, des images qui n’appartiennent pas à mon passé. »

Il n’avait pas mentit, les seuls effets que cela avait eu sur lui était ces drôles de flash durant son sommeil et au moment de l’attaque. Sinon le reste semblait trop flou pour essayer de comprendre.

« Hum si. Un nom, celui de Aya. Tout ce que je sais, c’est que cette personne provoque chez toi une certaine confusion et que ta vie est lié au Chêne Blanc de la Reine. Mais j’avoue ne pas vraiment comprendre tes souvenirs »

Il se tourna vers Thoron, lui tendant la main pour qu’il l’aide à se relever. Sa jambe, bien que soignée, le faisait encore souffrir. Il avait remarqué le manège de Moryan, s’appuyant sur les arbres comme pour se ressourcer. Était-il lui aussi capable de réaliser cette opération ? Il s’approcha d’un grand hêtre et posa sa main tranquillement sur son écorce. Pourtant rien ne se passa. Comment faisait-elle ? Elle avait utilisé nettement plus d’énergie que lui et pourtant, à part cet évanouissement, rien ne semblait vraiment l’atteindre. Thoron était aux mille soins avec Moryan, elle devait être quelqu’un d’important pour lui vu comment il se comportait avec lui par rapport à elle. C’était le jour et la nuit. Malgré tout, Thoron avait aperçu le manège d’Anardil et s’approcha de lui et d’un ton sévère dit :

« Tu t’y prends comme une truffe. Ta mère ne ta donc rien appris ? »

A ces mots, le peu d’énergie qu’il restait dans le corps d’Anardil se mit à bouillir. Thoron d’un geste rapide mais adroit, posa la main de son apprenti sur le tronc de l’arbre. Un éclair frappa la main du jeune elfe, qui recula d’un pas.

« Ah quand même, première leçon pour récupérer de l’énergie issus de notre mère Nature, deux solutions : dormir et synchroniser ton énergie avec celle d’un arbre. Un peu comme tu vas devoir le faire si tu veux une maison à toi, gamin. Là, ton énergie n’était pas en phase avec celui de l’arbre donc tu as reçu une décharge. Maintenant, recommence mais au lieu de te mettre en colère, recherche la paix intérieure »

Anardïl recommença et tout comme Thoron l’avait dit, il chercha le calme. Bientôt, son énergie magique se mit à vibrer au diapason avec l’arbre. Si bien qu’une partie de lui sembla flotter devant son corps. Tout autour de lui ainsi que lui-même, avait pris une teinte bleutée. L’énergie de l’arbre se mit lui aussi à vibrer avec un ton si grave alors que son énergie était si aigue, si stridente. Comment harmoniser ces deux corps que tout semblait séparer ? Il plongea encore un peu plus en lui-même, son rythme cardiaque diminua et sa vibration se fit doucement plus grave. L’arbre, quand à lui sembla faire l’autre moitié du chemin devenant plus aigu si bien que bientôt leurs énergies furent bientôt harmonieuses, calmes et sincères. Il resta ainsi quelques instants, mais une sensation le perturba comme si le temps c’était figé autour de lui. Il sentit pourtant son énergie remonter mais l’angoisse qui monta en lui quand au temps passé, brisa sa sérénité et le contact fut rompu. Ouvrant les yeux, il avait repris des forces. Il le sentait mais son cœur battait la chamade. Combien de temps s’était-il écoulé ? Quand il posa ses yeux sur Thoron, celui-ci sourit et dit d’un ton sage :

« Toi, tu as été déboussolé par le temps, n’est-ce pas ? Ne t’inquiète pas, tu as été plutôt rapide à apprendre d’habitude, à la première fois, c’est la synchronisation des énergies qui nous ramène au monde réel »

Anardil regarda Moryan qui maintenant le regardait. Il sourit et rougit presque aussitôt. Il devait avoir l’air bête devant eux, à expérimenter ainsi la magie. Malgré tout, il était fier de lui, il n’avait pas complètement récupéré, mais son petit somme et cette expérience lui avait donné un second souffle, assez du moins pour affronter Moryan à l’épée. Il pourrait enfin montrer son savoir faire au Saï, son arme favorite après l’arc.

« Excuse-moi de t’avoir fait attendre Moryan. Je suis prêt quand tu veux pour ce combat. Par contre, il va falloir retourner au terrain, tu y as laissé ton épée. J’ai gardé sur moi mes Saï »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 27
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Jeu 4 Fév - 14:06

-Ne t’inquiète pas pour moi, ma faiblesse actuelle ou mon manque d’expérience en magie semble bloquer les souvenirs que j’ai reçu de toi. Juste de temps à autre, des sensations de déjà vu et dans mon sommeil, des images qui n’appartiennent pas à mon passé.

Moryan faillit pousser un soupir de soulagement. Ainsi son anonymat était préservé … Jusqu’à se que Thoron fasse une gaffe. Moryan le sentait, cela faisait déjà trois ou quatre fois qu’il se retenait de dire ma Reine. Il avait déjà un mal fou à la tutoyer. Elle lui en demandait beaucoup, mais il tenait sa langue pour l’instant et elle lui en était reconnaissante. Elle écouta la suite :

- Hum si …

Si quoi ? Moryan perdit son sourire d’un coup. Qu’avait-il vu de si important pour l’avoir marqué ainsi ? Elle attendit, inquiète d’un coup. Mais elle se rassura assez vite. Il l’aurait dit tout de suite s’il avait découvert qu’elle était la Reine Blanche ! Ce n’est pas le genre de chose qu’on oublis en premier lieu pour s’en rappeler juste après, comme si c’était quelque chose de banal. Elle respira un peu mieux et essaya de se détendre.

- Un nom, celui de Aya. Tout ce que je sais, c’est que cette personne provoque chez toi une certaine confusion et que ta vie est lié au Chêne Blanc de la Reine. Mais j’avoue ne pas vraiment comprendre tes souvenirs.

Bon. Ce n’était pas une catastrophe en même temps. Le Chêne Blanc : elle pouvait travailler pour la Reine, avoir été faire une course là-bas ou alors elle était de la famille de la Reine. Rien de grave. Aya ? S’il ne la connaissait pas, et cela semblait être le cas, il ne pourrait jamais savoir que c’était une demi-elfe, sa sœur et petite fille de l’ancienne Reine. Donc, il avait quelques infos, mais rien qui ne remette en doute son anonymat. Elle glissa un regard en coin à Thoron. Il devait penser la même chose qu’elle. Elle replongea dans ses pensées. Et ces pensées étaient tournées vers Aya. Souffrait-elle ? Beaucoup ? Elle savait qu’elle était toujours vivante. Mais encore une fois, dans quel état allait-elle la retrouver ? En même temps que ces pensées, elle revit d’autres images d’Anardil, les souvenirs se mélangeant. Moryan se prit la tête entre les mains. Elle respira calmement, regardant l’herbe danser dans la brise. Elle réussit à s’extraire de ces pensées. Elle revint au présent pour voir Thoron qui donnait une leçon à Anardil pour reprendre de l’énergie. Cela faisait tellement longtemps qu’elle faisait ça que la jeune Reine ne pensait même pas qu’Anardil puisse ignorer cette méthode d’absorption d’énergie. Quelques secondes s’écoulèrent …

« Toi, tu as été déboussolé par le temps, n’est-ce pas ? Ne t’inquiète pas, tu as été plutôt rapide à apprendre d’habitude, à la première fois, c’est la synchronisation des énergies qui nous ramène au monde réel »

Elle se souvint de sa propre première expérience. C’était son père qui lui avait appris. Il était très exigent. Il voulait toujours le meilleur d’elle, qu’elle soit la meilleure, la plus forte … et rien que pour lui déplaire, elle avait appris la guérison, faisant d’elle la meilleure guérisseuse de la forêt. Bien sur, cela n’avait pas du tout plu à son père. Mais il avait tenu à lui apprendre très jeune à se ressourcer avec les arbres. Sa première expérience lui avait paru durer des heures et cet état des faits l’avait brusquement ramené à la raison, à peine quelques secondes après être partis. Maintenant, elle faisait tellement machinalement …

« Excuse-moi de t’avoir fait attendre Moryan. Je suis prêt quand tu veux pour ce combat. Par contre, il va falloir retourner au terrain, tu y as laissé ton épée. J’ai gardé sur moi mes Saï »

Elle releva brusquement la tête et sourit gentiment. Elle ne dit rien de plus et lui tourna le dos. Thoron lui expliquera surement tout en détail quand il le faudrait. Elle repartit vers la clairière, Thoron pas très loin d’elle. Elle pouvait le sentir. Il avait surement peur qu’elle ne refasse un malaise. Elle allait bien maintenant. Elle n’avait pas besoin d’être chapeauté …

Elle arriva à la clairière d’entraînement et sortit l’épée de la terre d’un geste brusque. Elle prit l’épée comme le lui avait appris Syrinoth lors de con passage éclair dans la forêt. Elle sourit tristement. S’il pouvait la voir maintenant, le changement était assez spectaculaire … Elle se secoua. Penser à lui, se souvenir lui laissait un gout amer dans la bouche. Et se n’était certainement pas le moment de se déconcentrer. Elle se savait pas très forte dans cet art qu’était l’art du combat au corps à corps. Heureusement, elle avait pour elle ses pouvoirs, sa force, sa souplesse surement supérieur à lui. Il était jeune, autrement dit, elle doutait de sa capacité à résister encore longtemps. Mais il semblait plus résistant, plus puissant qu’il le pensait, mais elle ne doutait pas d’elle. Elle s’avança vers le centre de l’arène, son bras encore douloureux suite à la flèche. Mais qu’importe. Elle sourit et prononça :


-Que le meilleur gagne … Thoron ? C’est quand tu veux …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   Ven 5 Fév - 16:15

Sans un mot, Moryan repartie vers la clairière, suivit de près par Anardil, qui n’avait pas ses yeux dans sa poche. Il faut dire qu’elle était si féline et féminine que s’il ne l’avait pas regardé ainsi, c’est qu’il y avait un problème. Malgré tout, se ne fut pas au goût de Thoron qui frappa le jeune elfe derrière la tête.

« Dit donc, petit on ne fixe pas les dames ainsi »

« Pardonne moi tête de plume, mais moi je préfère les filles. Libre à toi d’aimer se que tu veux »

Thoron vu rouge et souleva de terre Anardil qui avait un sourire satisfait sur le visage. Il le lança un peu plus loin mais Anardil se rattrapa sur un tronc et se redressa sans tomber au coté de Moryan. Il sourit et s’en éloigna à nouveau. Il saisie ses Sai accroché à la ceinture, les faisant tourner dans ses mains afin de s’échauffer. S’étirant, il se préparait à donné une dernière fois le meilleur de lui-même.

« Oui, tête de plume, qu’attends tu ? »

« Suffit Anardil !! Ma r….. Madame pardon. Hum bon, un bref rappelle des règles : pas de coup mortel. Moryan à l’épée, Anardil au Sai ! Le premier qui se trouve dans l’incapacité de reprendre son arme ou qui déclare forfait voit son adversaire remporter cette manche. Sachez toutefois que vu les manches précédentes, le vainqueur de ce défi est dors et déjà Moryan »

Anardil salua son adversaire en signe de respect. Quand à cette annonce, il est vrai qu’il avait déjà perdu deux manches et donc à la fin, il serait toute de façon perdant. Mais il n’était pas prêt à la laisser gagner trop facilement non plus.

« Anardil fais gaffe à toi, et à Moryan »

« Moryan, fais attention à toi et renvois cet impertinent dans les jupes de sa mère »

Thoron en disant ça, n’avait pas du tout l’air de plaisanter. Il fallait dire qu’Anardil avait un certain don pour le mettre en pétard. Il termina par :

« N’oublier pas : la magie est autorisée et même recommandée. Sur ce, bon combat et que le meilleur gagne »

Il n’en fallait pas plus pour Anardil. Il se mit à tourner autour de Moryan, faisant tournoyer ses Sai dans ses mains, cherchant l’ouverture appropriée pour attaquer la jeune elfe. Ses pas se croisaient, tout en tournant autour d’elle, puis en une fraction de seconde sa décision était prise. Basculant un de ses Sai lame en avant et l’autre le long de son avant bras, en position de défense, il se lança en avant. Le soleil qui se couchait doucement à l’horizon perça alors la cime des arbres, traçant en trait de lumière jusqu'à Moryan. Il murmura alors :

" Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. "

Dans un flash de lumière surnaturelle, il disparu, se dérobant au regard de son adversaire. Il se baissa, accroupit pour mieux la surprendre. Arrivé à son contact, son Sai d’attaque au bord de sa poitrine, il remonta brutalement sa main pour lui donner un coup de bas en haut avec sa main gauche tout en se protégeant avec sa main droite. Cette attaque n’avait aucune chance de porté mais il fallait bien commencer quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour d'entrainement peu banale [PV Moryan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Formation] Entrainement de Skralls
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» Laure Manaudou
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Salle des entrainements-
Sauter vers: