Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anardil Fëanáro

Aller en bas 
AuteurMessage
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Anardil Fëanáro   Jeu 10 Déc - 20:40

Nom : Fëanáro

Prénom : Anardil

Âge : 278ans

Présentation physique :

Comment vous présentez Anardil ? D’apparence, on lui donnerait la vingtaine, mais sa jeunesse aux yeux de l’humanité n’est qu’illusion. Pour les Elfes, Anardil est dans la fleur de l’âge, avec ses 278 ans. Ses formes sont taillées pour la vie en forêt : à la fois svelte et puissant, elles lui permettent mille exploits sportifs.
Ses cheveux bruns, presque noirs s’harmonisent avec un visage simple et serein. Comme tous ceux de sa race, ses oreilles sont taillées en pointes. Ses yeux, dont la couleur peut-être comparée à celle de l’océan, quand il prend cette superbe couleur verte parsemé de bleu, sont si profonds et intenses qu’on a l’impression qu’ils sondent chaque parcelle de votre âme.
Son allure d’elfe arrogant est complétée par un énorme contraste entre sa peau très clair et le noir de ses habits de cuir. Affublée en permanence de l’arc de son père et d’une paire de Sai qu’il manie avec beaucoup de maitrise. Entre autre, grâce à la grande finesse de ses mains et de l’habilité qu’il a acquis après de nombreuses heures d’entrainement. Entrainé depuis son plus jeune âge, il en garde une profonde cicatrise sur son épaule droite.

Caractère :

Son caractère : Malgré l’éducation sévère de son père, Anardil nourrit pour lui un profond et sincère respect. Archer de grand talent, son père lui a enseigné tout se qu’il sait de l’art de combattre, aussi bien au corps à corps qu’au tir à l’arc, l’arme favorite des elfes. Cette entrainement à poussé Anardil à développer certain aspect de sa personnalité comme la méfiance mais surtout son habilité et ses reflexes. Ce ne fut pas les seules choses que son père transmit à son fils : celui-ci ayant fait la guerre, il en avait de lourde cicatrice. Cette éducation le pousse généralement à ne parler que quand il a vraiment quelque chose à dire : c’est un elfe très mystérieux aux premiers abords. C’est ainsi que le jeune elfe est devenu hautain et méprisant envers les autres races, qu’ils considèrent comme inférieures. Seuls les anges trouvent grâce à ses yeux. Froid et distant, il n’est pas indifférent aux charmes de la gente féminine.
Malgré son passé et sa froideur apparente, il suffit de le connaitre un peu et un tout autre personnage se découvre sous les yeux de ses contemporains. Quand le bouclier tombe, c’est alors un jeune homme fougueux et instruit, capable de soutenir une conversation sans sourcilier. Mais c’est vraiment auprès de ses proches et amis qu’il se révèle vraiment comme un elfe s’émerveillant des choses simple de la vie comme l’amitié et l’amour.

Histoire:

Par un soir d’automne, au plus profond de la forêt de Symphonia, un cri déchira l’atmosphère : une vie venait d’éclore.
Me voici, je suis né ce soir d’automne, auprès de mes proches. Une seule personne n’était pas présente à ma naissance et il m’avait fallut attendre plusieurs années pour la rencontrer enfin. Cette personne n’était autre que mon père, mais ceci est une autre histoire, que je conterais plus tard.

Donc là, auprès de ma mère, si belle si rayonnante je vins au monde et comme le veux la coutume de ma famille, je fus présenté à la forêt. Un renardeau se présenta alors à l’orée des buissons et s’approcha de moi. Le silence se fit et il repartit presque aussitôt. Bientôt, une foule d’animaux firent pareil. J’étais désormais un fils de la forêt. La venue du renardeau détermina mon prénom et je fus alors prénommer Anardil « esprit de feu ou encore esprit malin " . Mes premières années furent les plus calmes de ma vie. Ma mère, sage parmi les sages, veillait sur moi comme sur son bien le plus précieux. Les années passèrent. Je grandis dans une certaine insouciance jusqu'à un soir d’hiver.

Un homme entra et salua ma mère la serrant dans ses bras et pleurant sur son épaule. Je me présentais à cette homme et sans comprendre ce qui se passait je fus soulevé de terre et serrer dans ses bras. Je venais de rencontrer mon père sans même savoir. Ce fut ce qui clôtura ces années de calme. Mon père et ma mère discutèrent jusqu'à très tard dans la nuit, cette fois là. Le lendemain, mon père me leva très tôt au matin et nous sommes partie pour notre belle citée au cœur de la forêt. Il salua le fabricant d’arc et lui commanda une longue série d'arc tous différent de par leur taille, matériaux ou forme respective dont deux très particulier : un dont il avait besoin aujourd’hui et l’autre dans un long moment. L’elfe, d’une taille impressionnante pris mes dimension et nous invita à passé dans son atelier. Là, des dizaines d’arc et d’arme en tout genre étaient entreposés. Il attrapa une branche d’arbre fraichement coupé. Mon père me fit taire et un chant mélodieux commença. L’elfe menuisier chantait avec une telle justesse que la magie opéra bien vite. La branche qui semblait alors dansé au son de sa voix prix doucement la forme d’un petit arc d’entrainement. Il le remit à mon père ainsi que deux carquois rempli de flèche, l’un adapté pour l’arc qui venait d’être créer sous mes yeux et l’autre pour l’arc de mon père. Continuant à discuter avec le menuisier, j’échappais à sa surveillance, farfouillant dans les étagères, je trouvais une paire de Sai. Voulant faire le malin devant mon père, je me présentais devant lui armé de ses deux Sai. Mon père me frappa alors sans même que je puisse esquiver son coup, se qui me projeta dans une armoire non loin de là.

Il me regarda de ses yeux méchants : « Les armes ne servent pas à jouer mon fils, il te faudra l’apprendre »

Surpris par tant de violence mais conscient de la bêtise que je venais de faire, je me relevais sans un mot. Mon père paya l’artisan et nous repartîmes après de long jour de marche. Nous nous arrêtâmes au cœur de la forêt. J’aurais été bien incapable de rentré seul. Mon père me lança alors le petit arc et le carquois et d’une voix autoritaire.

« Maintenant tu rentre à la maison je t’attendrais »

D’une voix calme il se mit à murmurer : " Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. "

Ces mots à peine prononcé, il avait disparu. Je me retrouvais seul au milieu de la forêt, condamné à rentrer par moi-même. De nombreux jours passèrent. J’appris mille et une chose sur comment vivre en forêt. J’avoue que le premier jour, je fus souvent étonné de trouvé trop facilement des proies ou des abris ou passé la nuit. Mais les jours passant, je retrouvais doucement mon instinct. De longs mois plus tard, je fus de retour à la maison, les habits troués, sale de la tête au pied. Ma mère sourit. Elle me montra un bain chaud, fraichement coulé et je ne me fis pas prié. Mon père était là, à siroter son thé, ne m’adressant pas un regard. La nuit fut courte : le lendemain, jour de mon 7 ème anniversaire mon père m’emmena encore une fois en forêt mais cette fois pour une toute autre raison : mon père planta deux Sai à mes pieds.

« Prend mon fils à partir d’aujourd’hui ils sont à toi »

Les 200 ans suivant furent de longues heures d’entrainement tous plus violent les uns que les autres. Au début, mon père respecta mon inexpérience et mon âge mais les mois et les années passant, la différence se fit de plus en plus petite. M’enseignant tout ce qu’il savait sur comment se battre grâce aux arcs que nous passâme prendre chez l'artisant au cour de ces années ou sur son expérience des autres races. Malgré tout, mon père gardait un profond silence sur la période où il était à la guerre. Si bien qu’un jour, mon père avant de commencer l’entrainement, nous amena une fois de plus à la ville. Chez l’artisan chez qui il avait commandé tous ces arc. Cette fois il s'agissait du second arc très spécial celui-ci d’une grande finesse ressemblait à celui de mon père. De retour, au cœur de la forêt mon père me donna son arc.

« Tient mon fils je te fais don de cet arc. Comme tu le découvriras, il est puissant et surtout très précieux pour notre famille. »

L’arc dans les mains, je regardais mon père intimidé par cet arc majestueux en bois de cyprès finement ciselé par un artisan de grand talent, recouvert d’une mince mais résistante couche d’or. Sa taille et la résistance de son bois en fait une arme exceptionnelle, difficile à bander se qui lui permet d’avoir une puissance d’impact et une porté impressionnante.

« Mais et toi, père c’est ton arc je ne peux pas »

Mon père me regarda dans les yeux

« Tu le mérites. De plus, ma vie est derrière moi, la guerre aussi, c’est à ton tour de vivre. »

Mon père me regarda dans les yeux et dit d’une voix grave :
« Tu le mérite, pour toutes ses heures d’entrainement. De plus, ma vie est derrière moi, la guerre aussi, c’est à ton tour de vivre ».

« Ces prochaines années, nous allons t’initié à la magie et le défi ultime sera un combat jusqu’au premier sang versé. »

« Mais avant tout, tu vas devoir t’entrainer avec mon arc. Comme tu as dût le sentir, il est beaucoup plus difficile à bander que tout ceux que tu as déjà utilisé. Cela à cause de la qualité des différents bois et à l’alliage d’or et de bronze qui le recouvre »

« D’accord, père mais comment saurons nous que je suis prêt à continuer ? »

« Quand tu seras capable d’atteindre une pomme à 350 mètre et de la coupé en deux »

A ces mots je restais interdit : à 350 mètre une cible qui ne doit pas faire plus de 10 cm de haut pour 7cm de large. Mon père n’avait franchement pas l’air de plaisanter, il ajouta :
« D’ici là, tu t’entraineras seul »

Il prit son arc et repartit en direction de la maison. Je restais là, à me demander comment j’allais pouvoir réaliser cet exploit. Je mis tout d’abord la fameuse pommes à 100 mètre et commençais mon entrainement. Les débuts avec l’arc de mon père furent laborieux. D’abord incapable de le bander jusqu’au bout, je perdis rapidement patience et me lançais dans divers exercices physique afin de devenir plus fort. Jusqu’au jour où je réussis enfin à le bander jusqu'à sa limite. Un an était déjà passé pour réussir cette seule étape. Mon père venait tous les jours assister à mon entrainement sans y prendre part, ni m’aider. La seconde étape fut d’apprendre à le maitriser, dans n’importe quelle situation. Et enfin, la troisième fut de trouver la paix intérieure nécessaire au tir de haute précision, à longue distance. Il ne fallut pas moins de 5 ans pour maitriser ses trois aspects et un jour alors que je m’entrainais, mon père attrapa la pomme et la posa sur sa tête.

« Mon fils, aujourd’hui, sois tu réussis, soit tu devras me tuer »

Mon cœur battait la chamade : je devais viser une cible à peine plus grosse que mon poing à plus de 300 mètre de là, où j’étais cela représentait une cible à peine plus grosse qu’une tête d’épingle. Je repris mes esprits : cette fois ma concentration devait être parfaite sinon j’aurais la perte de mon géniteur sur la conscience. Et comme par magie je visualisais la trajectoire de ma flèche comme si j’étais devenu celle-ci et que je filais, aussi rapide que le vent, droit vers ma cible. Mes doigts lâchèrent la corde et la flèche partit avec une vitesse effarante, sifflante à travers l’air, les secondes semblaient devenir des heures et quelques 300 mètre plus loin, elle vint se ficher dans l’arbre, coupant en deux la pomme sur la tête de celui qui m’avait tout appris jusque là.

Ma mère qui se tenait derrière moi me félicita et me pris dans ses bras. Mon père posa dans mes mains les deux moitiés de pomme et posa sa main sur mon épaule puis repartit vers la maison.

« Père ! Et pour cet entrainement à la magie »

« Il a déjà commencé mon fils, tu viens d’utiliser la magie qu’il y a en chacun de nous, pour réussir ce tir. Mais nous commencerons demain plus sérieusement »

« Oui et je serais des votre pour cet entrainement. J’ai toujours été plus douée que ton père en se qui concerne la magie » Répliqua ma mère qui m’aidais à me relever.

Le lendemain, je fus le premier debout et sans même les attendre, je tentai de réaliser à nouveau ce tir parfait. Mais, ce fut seulement après quelques échecs que je retrouvais cet état d’esprit et la magie coula à nouveau à flot dans mes veines.

« Je vois que tu es impatient de commencé, mon fils »

« Oui, mère »

Quel ne fut pas mon étonnement quand je la découvris, elle si élégante, d’habitude parée des plus belle robes, alors qu’elle les avait troqué pour une tenue d’archer. Ma mère n’avait rien perdu de sa beauté mais elle avait gagné une certaine assurance, une maturité que je n’avais encore jamais décelée. En effet, je l’avait toujours vu comme une mère, une elfe qui me protégeait et qui s’occupait de moi. Mais aujourd’hui, c’était la guerrière, celle qui avait fait d’autres guerres qui se tenait devant moi. Belle comme le jour mais dangereuse comme l’arc qu’elle portait à la main. Mon père en retrait lui dit :

« Aujourd’hui, je ne fais que vous regardez. A toi de te débrouiller avec se garnement »

Je levais les yeux au ciel. Il ne changerait donc jamais, mais c’était ainsi et malgré tout je savais que quelque part, il donnerait sa vie pour protéger la mienne.
« Bien, alors voila : se que tu as réalisé est la première étape d’une attaque magique appelé la flèche de chêne. Avant de t’en apprendre plus, tu dois savoir que la magie est à double tranchant. Une formule mal prononcé peut se retourner contre le lanceur du sort. Cela reste donc à n’utiliser quand dernier recours»

« Oui, mère »

« Donc notre premier sort sera celui de la flèche de chêne. Pour ce sort, tu dois te souvenir de cette formule " L'or tombe des feuilles dans le vent, et dans la mort, toute brise se tait."

Une flèche de chêne dorée apparue entre ses mains et se plaça d'elle-même parfaitement sur la corde de l'arc.

« La précision de cette flèche est sans égal : elle touchera forcément son but, quel qu'il soit. »

La flèche partit en sifflant et comme si elle possédait une vie propre, évita plusieurs arbres pour se planter dans une moitié de pomme à 350 mètre de là.
« Incroyable, mère»

Mon père leva les yeux au ciel et croisa les bras. « Être à ce point émerveillé par un sort de ce niveau. »

« Excuse-moi père »

« Ne l’écoute pas. Il est jaloux car un jour tu seras plus doué que lui»

Ma mère me sourit et l’entrainement repris. Il fallut près de la journée pour commencer à maitriser ce sort.
Les jours passèrent et chaque jours, je maitrisais ce sort avec de plus en plus de précision et de sagesse.
Ma mère m’enseigna alors d’autres sorts, comme la Danse Gracieuse et l’amour du vent, mais il me fallut beaucoup de temps pour tous les maitriser avec perfection. Pour clôturer son entrainement, ma mère m’appris un dernier sort que même encore aujourd’hui je ne maitrise pas parfaitement : le sortilège vie, un sortilège de guérison.

« Voila mon fils, je t’ai appris ce que mon rang peut me permette de t’apprendre. J’en connais bien plus mais je n’ai pas le droit de te l’enseigner, tu devras trouver quelqu’un pour t’enseigner le reste. Je suis fière de toi mon fils »

« Fils »

« Oui père ? »

« Il est temps pour nous deux de faire un combat jusqu’au premier sang versé »

Je reculais de plusieurs pas, jusqu’au premier sang versé disais-il. C’était une métaphore bien sur, vu que lors de nos précédents entrainements nous avions déjà été bien plus loin que le premier sang versé. Je posais alors la question à mon père

« Que veux-tu dire par là père ? »

« Que demain, il y aura un gagnant et un perdant »

Je n’en dormis pas de la nuit et le lendemain au cœur de la forêt mon père fixa les règles.

« Utilisation de la magie accepté, mais aucun coup mortel, c’est bien compris ? »

« Sinon tout les coups sont permis »


C’est alors que le combat commença. Au début, on aurait pu croire à une simple partie de cache-cache entre les arbres. Mais quand les premières flèches sifflèrent à travers la forêt, je compris très vite que mon père ne plaisantait nullement. Je dû faire appel à tous mes acquis, à tout ce que mon adversaire du jour m’avais appris au cours de ma vie. Très vite, nous passâmes à quelque sort de magie aussi bien pour la défense, l’attaque, ou nos propres soins. Mon père, à la tombée du jour utilisa le sort de la flèche de chêne quand j’entendis ces mots, les conseils de ma mère qui résonnèrent. « La précision de cette flèche est sans égal : elle touchera forcément son but, quel qu'il soit. » Je ressentis quelques secondes plus tard, une violente douleur dans le dos. Mon père, satisfait, s’approcha sans méfiance et dans un murmure, je prononçai la formule de la danse gracieuse " Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. " Comme par le passé, mon corps sembla sans limite pendant quelques secondes, et avant même qu’il puisse réagir, je me tenais à coté de lui, l’épaule en sang, l’arc bandé, la flèche pointée sur sa tête.

« Désolé père »

« Ne le soit pas mon fils, tu as réussi. Je t’ai sous estimer, je n’aurais pas dû»

Je relâchais alors la corde, la flèche siffla derrière la tête de mon maitre et père. Ma blessure étant, je tombais dans ses bras. Il me ramena à la maison où ma mère me soigna. La blessure était malgré tout très profonde et j’en garderais à jamais la cicatrice. C’était à la fois un trophée et une mise en garde. Depuis et jusqu’à aujourd’hui, jour de mon 278ème anniversaire, jour auquel, j’ai quitté la maison pour me trouver un chez moi où je pourrais vivre ma vie, nous nous sommes entrainée ma mère, mon père et moi pour le plaisir tachant toujours de rester dans les limites.

Fin


Information(s) importante(s) : forte dyslexie mais je ferais de mon mieux de plus je reçoit de l'aide pour me corriger

Rang souhaité : aucune idée

Disponibilités pour poster : régulière minimum 3 fois par semaine

Comment avez-vous connu les Cendres d'Alésia ? Une amie m'a dit que pour vivre de passionnante aventure c'était le lieu idéale

Si vous connaissez le nom de votre avatar et le manga/jeu ou autre dont il est tiré, mentionnez-le ici : aucune idée dsl


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Lun 28 Déc - 15:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 26
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Jeu 10 Déc - 22:07

Bienvenue cheers !

Ton début de fiche est très sympathique, agréable à lire malgré quelques petites fautes sans gravité ^^.
Je vois que tu as très bien intégré la mentalité des elfes *content*.

Nous attendons la suite avec impatience =).

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Dim 27 Déc - 1:28

cheers cheers merevoila avec une grosse partie de mon histoire en prime Very Happy Very Happy Very Happy

(éditer le 28/12/2009) voila mon histoire je me soumet à votre jugement j'espère que vous aimerez ce que j'ai écrit merci à mon amie qui m'a invité et aidé dans la réalisation de cette fiche de description. J'espère très vite vous rencontrez au cours d'un rp. Very Happy Very Happy


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Lun 28 Déc - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Lun 28 Déc - 15:11

EDIT : Nioup, après ton MP je corrige mon erreur de compréhension ^^
Donc c'est une fiche très sympathique et agréable à lire malgré les fautes, dont je ne te tiendrais pas trop rigueur en tenant compte de ta dyslexie Wink

Pour le rang, je propose celui de guerrier, donc de Woodelian. Cela t'irait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Mar 29 Déc - 13:22

c'est plus que je n'osait en expéré trauma merci à toi

Dit par après grâce au rp puis je évolué au sein des classes car "j'aimerais apprendre la magie et devenir plus fort au cours des âges"

Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Mar 29 Déc - 13:30

Bah voui que tu pourras évoluer petit elfe
Comment crois-tu que je sois devenue Reine Razz

Bienvenue parmis nous petit elfe en tout cas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Mar 29 Déc - 13:33

Merci ma reine pour ton acceuille et à très bientôt vous allez nous manquer ces quelques jours ou vous serez loin de nous.

Mille bisous et très bonne année à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Mar 29 Déc - 13:37

Merci, mais t'es pas obligé d'être aussi guindé avec moi petit elfe ^^
Je ne suis pas très à cheval sur le protocole (pour ne pas dire que je ne le respecte pas du tout Surprised )

Et merci, bonne année à toi aussi hi hi hi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Mar 29 Déc - 13:41

Comme l'a dit Moryan, tu pourras evidemment évoluer, c'est le principe même du forum Smile
Je te mets donc ton rang et ta couleur, bienvenue parmi nous et puisses-tu vivre de palpitants Rps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El'lena Er'iloa
Luthanen
avatar

Nombre de messages : 118
Localisation : Ecoute le murmure des arbres ils le diront pour moi...
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Sam 2 Jan - 17:34

Un elfe de plus... bienvenue !
^^ bon moi j'ai un rp à faire... Oui moryan j'arriiiivveeuhh Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Sam 2 Jan - 17:38

Et oui un de plus un homme pour une fois et à ce que j'ai vu je suis bien entouré en plus
Ravi de te rencontré El'lena au plaisir de te rencontré au cour d'un rps Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El'lena Er'iloa
Luthanen
avatar

Nombre de messages : 118
Localisation : Ecoute le murmure des arbres ils le diront pour moi...
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Sam 2 Jan - 17:42

Dommage que pour les hommes El'lena ai déjà donné son coeur ^^
Sinon je suis jamais contre un rp ^^ Wink entre elfe enplus je dirais pas non ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   Sam 2 Jan - 17:46

Alors pas de soucis au plaisir je viens bientôt essayer de posté au seins des maisons pour me créer mon antre et je passerais probablement après du coté du camps d'entrainement j'ai des progrès à faire en magie Very Happy Very Happy Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anardil Fëanáro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anardil Fëanáro
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Fiches des Elfes-
Sauter vers: