Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontres impromptues [PV Anardil]

Aller en bas 
AuteurMessage
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Lun 29 Nov - 1:09

Elle se déplaça d’un pas sur la gauche d’un mouvement fluide et prompte. Elle tournoya rapidement, ses cheveux flottant telle une bannière derrière elle tandis qu’elle effectuait sa rotation pour donner plus d’impact à son coup. Son poing vint s’écraser sur le morceau de bois qui représentait son adversaire du moment. Le pauvre mannequin offrit bien peu de résistance, se fracassant en mille morceaux sur le sol inégal. Mais avant même que la première écharde eut touché terre, Moryan était déjà sur le deuxième mannequin. Elle prit une flèche de son carquois et la jeta de toutes ses forces à mains nues. La flèche vint de planter à l’endroit qui était symbolisée par la tête. Pile entre les deux yeux.

Mais la jeune Reine ne s’arrêta pas sur ses exploits morbides : elle était déjà sur le troisième tas de branches qui représentait sa troisième victime. Elle commença par un coup de pied circulaire qui le décapita net puis elle sortit un petit couteau qu’elle lança. Il se ficha dans le bois, à peu près à l’endroit du cœur. Si le bois avait un cœur bien sur. Enfin, elle continua son cercle, se penchant sur sa quatrième victime. Elle allait lui mettre un magistral coup de poing lorsqu’elle se rendit compte que sa poupée de bois avait changé d’apparence. C’était un elfe de sang et de chair qui se tenait à sa place. Elle réussit à détourner son attaque à la dernière seconde. Elle fronça les sourcils, passablement énervé que quelqu’un vienne la déranger pendant son entraînement. Elle le fut d’autant plus lorsqu’elle reconnu la silhouette qui se tenait là. Moryan reprit son souffle tandis que l’elfe ne put retenir un sourire sarcastique en disant :


-Alors Mo’ ? On ne frappe pas ? Je suis sur que ça te démange les doigts pourtant ! Depuis le temps que t’attend ce moment. Alors grande Reine, on s’entraîne à l’art du combat maintenant ? Tu aurais pu m’appeler, je t’aurais servis de punching-ball avec plaisir ! Enfin, un punshing-ball qui t’aurait répondu quoi … Pas comme ces pauvres mannequins.

La Reine leva les yeux au ciel, en faisant un geste dédaigneux de la main. Elle était dans l’incapacité de répondre à ce petit elfe bien arrogant. Mais elle ne put s’empêcher d’être attendris : Amushsor était l’un des rares à pouvoir l’appeler Mo’ sans s’attirer les foudres de la Reine. Il croisa les bras et lança d’un air supérieur en regardant à droite et à gauche :

-Elle est où ta nounou dis moi ? Ça fait une semaine que ta sœur est revenu et voilà qu’on te voit plus sans ton garde du corps miniature ! Tu l’as semé ?

Moryan ne répondit pas mais ses yeux parlaient pour elle. Amu éclata de rire. Il la connaissait si bien. Ils étaient amis depuis l’enfance, tous les deux un peu rebelles et surtout tous les deux de grands guérisseurs. Le Luthanen avança vers la deuxième victime et retira la flèche du bois en un bruit sourd. Il tendit la flèche à la Reine qui put enfin répondre :


-Tu sais que je ne peux pas frapper mes sujets Amu … Même si je t’avais reconnu avant, je n’aurais pas arrêté mon poing. Tu aurais souffert mais tu l’aurais bien mérité ! Quant à ma nounou, je ne l’ai pas semé. Il ne m’a pas suivi. Nuance …

Elle sourit en jouant machinalement avec la flèche qu’il venait de lui remettre. Lui, il éclata de rire.

-J’adore tes nuances Mo’ ! Elles font toujours toute la différence. Alors dis moi pourquoi je ne te vois plus en ce moment … J’ai été extrêmement déçu que tu ne viennes pas me voir lors de l’anniversaire de ma mère. C’était quelque chose que tu ne nous loupais jamais … Avant.

Moryan baissa les yeux. Comment lui dire qu’elle était quelque part chez les vampires à ce moment-là ? Très peu d’elfe étaient au courant de son escapade. Et comme ça s’était bien terminé, elle n’avait pas jugé utile d’en informer la population. Et il valait mieux éviter les mouvements de panique. Moins il y avait d’elfe au courant, mieux cela valait. Aussi, elle répondit, très mal à l’aise de devoir mentir à se qui s’apparait le plus à un meilleur ami :

-J’étais … une toute jeune Reine, j’étais très occupé. Je sais que ce n’est pas une excuse, mais je n’en ai pas d’autre à te fournir.

Et puis, voir Moryan s’excuser ? C’était mission impossible. C’était déjà quelque chose qu’elle se sente aussi mal au point de fournir une explication. Amu ne put se retenir de lâcher :

-Tu me cache quelque chose. Je le sais, je le sens Moryan. Mais je ne te poserais pas plus de question. Je me doute que tu as tes secrets de Reine. Ta nounou est au courant du pourquoi de ton absence ou pas ?

Le ton calme, sérieux ne collait pas avec le personnage. Il n’y avait aucune agressivité, aucun reproche dans ses paroles, mais la Reine sylvestre se sentait mal dans sa peau. Elle ne put s’empêcher de protester :

-Non ! Bien sur que non ! Comme tu le dis, c’est un secret de Reine … Il n’a pas à le savoir …

Amu posa une main sur l’épaule de la Reine, un doux sourire accroché à ses lèvres pour lui dire d’arrêter les bavardages inutiles. Elle l’interpréta aussitôt et fut plutôt satisfaite de voir qu’ils se comprenaient toujours d’un seul geste, d’un seul regard. Soudain, un bruit se fit entendre dans le treillis des buissons alentours. Les deux elfes se mirent sous tension pour faire face à n’importe quel ennemi sans même se concerter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Dim 5 Déc - 1:35

Voilà quelques instants qu’Anardil était arrivé dans la clairière à la suite de Moryan dans le plus grand silence. A la vue de celle-ci et d’un inconnu, Anardil s’était planqué dans un fourré et avait surpris la conversation entre Moryan et l’inconnu au bataillon pour le jeune garde du corps de la reine. « Qui c’est celui là ?... D’où il sort ?.... » Pensa Anardil en voyant l’apparente amitié qui le liait à Moryan. C’est alors qu’Anardil entendit :

« Tu me cache quelque chose. Je le sais, je le sens Moryan. Mais je ne te poserais pas plus de question. Je me doute que tu as tes secrets de Reine. Ta nounou est au courant du pourquoi de ton absence ou pas ? »

« Nounou ? Comment ça nounou ? Non mais il se prend pour qui celui là ? » Pensa Anardil sur le coup. Il attrapa son arc et se releva mais entraina une branche avec lui ce qui fit bouger tout le fourré dans lequel il s’était tapie …

« Eh zut, vais me faire remarquer ! Bon bah allons y pour le grand jeu… » Dit tout bas le jeune elfe démasqué par Moryan et l’inconnu. Il se redressa et sortit alors des fourrés tout en récitant la formule de la flèche de chêne et braquant son arc vers le duo :

" L'or tombe des feuilles dans le vent, et dans la mort, toute brise se tait. "

La flèche dorée se glissa sur la corde et sur ses doigts et partit dans un léger souffle de vent. La flèche ainsi décochée passa à quelques centimètres du visage de l’inconnu qui était au coté de Moryan. La flèche siffla entre eux et se ficha à son tour dans la tête du mannequin en bois derrière lui. Anardil avec son arrogance habituelle se présenta alors devant les deux elfes, prêts au combat. Il détailla le nouveau venu des pieds à la tête. Celui-ci était un peu l’antithèse de Moryan : très pâles et il semblait plus doué en magie car son aura était prenante. Moryan, comme à son habitude, était d’une beauté à couper le souffle, bien que visiblement, elle venait de faire d’importants efforts physique. Arnardil leva alors les mains jusqu’au dessus de ses épaules et dit :

« Eh eh…. Du calme ! C’est juste la « Nounou »……. Pas de panique »

Anardil marcha tranquillement à leur rencontre tout remettant son arc dans son dos et en débarrassant ses habits des feuilles qui s’y étaient accrochées. Il se présenta alors devant Moryan et l’elfe qui lui tenait compagnie. Comme à son habitude, Anardil salua la Reine d'un mouvement de tête. Ayant appris depuis qu'il l'avait rencontré qu'en faire trop n'était pas une bonne idée, il s'adressa à elle d'un ton naturel :

« Moryan, ma reine, tu es incorrigible…. La fenêtre n’est pas une issue vers la forêt…. Si Aya savait que tu me fausse compagnie comme ça régulièrement, elle ne serait pas contente et moi plus très en vie »

Anardil sourit à sa remarque, pensant au ton de colère qu’Aya avait en lui disant cela à l’époque… Voila quelques jours qu’ils s’étaient rencontrés et qu’elle lui avait confié la charge de garde du corps de la jeune reine. Depuis, Moryan s’évertuait à lui fausser compagnie tant et si bien qu’Anardil lui laissait du champ libre de temps à autre sans jamais être vraiment loin au cas où. Bien que cette fois, il était vrai qu’elle aurait pu passer par la porte qu’il ne l’aurait pas vu passer, trop occupé à essayer d’apprendre de nouveau sort et de nouvelle technique de combat avec Thoron. Il regarda derrière elle et aperçu les mannequins décapités ou fendu au cœur à coups de poignards. Il ajouta alors :

« Je vois que tu t’entraine dur. Aurais-tu de l’énergie en trop à dépenser ou un quelconque ressentiment à évacuer pour martyriser ainsi ses pauvres mannequins ? »

Il se tourna alors vers l’inconnu, le fixant quelques secondes yeux dans les yeux. Anardil et lui était de même taille mais pas de même stature. Il le salua de la même manière que la jeune reine, il présenta sa main dans le même temps et dit tout en rigolant :

« Je me présente…. Nounou…. Enfin…plutôt Fëanáro Arnardil mais si vous préférez m’appeler Nounou, c’est à vos risque et péril… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Mer 8 Déc - 21:30

Il y avait bien quelque chose dans les buissons. Les deux elfes qui étaient dans la clairière étaient tendus vers le bruit suspect, regardant les fourrés d’un œil intense. Les feuilles vertes en permanence dans cette partie de la forêt grâce à la magie des elfes semblaient les narguer tel un champ opaque, dissimulant n’importe quoi. Un animal ? Un elfe ? Un vampire ? Mais Moryan savait aussi qu’il n’y avait pas de grand danger : aucun ennemi n’aurait pu entrer aussi profondément dans la forêt sans alerter personne. Enfin presque aucun ennemi. Il y en avait bien un qui avait réussit l’exploit de pénétrer jusqu’au Chêne Blanc sans que personne ne bronche … Mais la Reine savait qu’il ne reviendrait pas si elle était avec quelqu’un. De plus les arbres n’étaient pas agités, ils regardaient la scène d’un air confiant. Moryan les connaissait si bien qu’elle réussit même à capter des émotions joyeuses, d’amusement, voir même de taquinerie. Qu’est-ce qui pouvait amuser à ce point la Nature alentour ?Puis, la formule du chêne d’or fut prononcé et aussitôt après la flèche apparue, frôlant Amu au passage et termina sa course avec un bruit sourd dans un mannequin pas encore décapité.

-Anardil !

Une demi-seconde avant qu’il n’apparu, elle avait deviné que c’était lui. Il s’avança, goguenard au milieu des deux elfes, saluant son arrivé d’une phrase bien sentit, prouvant par la même occasion qu’il avait épié leur conversation. Moryan n’aimait guère qu’on écoute aux portes, même si tout était relatif dans la forêt. Mais elle ne releva pas, se contentant de scruter Amushsor au cas où se dernier veuille sauter sur l’elfe qui venait d’arriver. Malheureusement pour le nouveau venu, le Luthanen était dans un très mauvais jour : il ne fit rien, attendant la suite. Se qui était un très mauvais présage. Sa réplique n’en serait que plus vicieuse et plus traitresse. Anardil avança, décontracté en rangeant son arc. Erreur typique des débutants. Enfin, il apprendra avec le temps pensa-t-elle. Il la salua d’un mouvement rapide de tête. Nouvelle faute : on se présente d’abord aux étrangers. Mais elle espéra encore une fois qu’il apprendrait avec le temps les protocoles. Surtout qu’elle était Reine maintenant …

« Moryan, ma reine, tu es incorrigible…. La fenêtre n’est pas une issue vers la forêt…. Si Aya savait que tu me fausse compagnie comme ça régulièrement, elle ne serait pas contente et moi plus très en vie »

Il sourit d’un air totalement normal, comme s’il parlait à une copine. Moryan en eut le souffle coupé. Aucun elfe ne se serait permis pareille conduite. Même Amu qui la connaissait depuis plus de deux cent ans ne lui aurait pas parlé comme ça. Il poursuivit mais Moryan était toujours sous le choc de sa déclaration. Certes, c’était un ami maintenant. Mais oser de telle familiarité avec elle, elle ne pouvait pas le supporter. Ni le tolérer longtemps. Elle allait devoir remettre les pendules à l’heure et très vite. Elle regarda son compagnon du moment. Elle le vit immobile, scrutant Anardil d’un air pensif. Mais elle le savait bien, il réfléchissait à tout allure, sur quoi faire, quoi dire, à quel moment et surtout, se qui serait le plus dévastateur. Il ne sursauta même pas lorsque le woodelian lui tendit la main. Elle reprit contenance à sa dernière phrase, se tournant de nouveau vers lui :

« Je me présente…. Nounou…. Enfin…plutôt Fëanáro Arnardil mais si vous préférez m’appeler Nounou, c’est à vos risque et péril… »

Amu regarda Anardil dans les yeux, puis la main tendue et de nouveau l’elfe au bout de la main. Son calme et sa maitrise de soi était parfaite : aucun muscle ne s’était raidit, on percevait à peine sa respiration tellement il était concentré sur se qu’il allait faire et dire. Tout le contraire de la jeune Reine qui était toute feu toute flamme. C’était aussi pour ça qu’ils s’entendaient si bien d’ailleurs. Moryan préféra prendre les choses en main. Au début en tout cas, parce qu’elle ne pourrait pas retenir son vieil ami d’intervenir. Elle commença, maitresse d’elle-même, sa voix légèrement cassante :


-Anardil ! C’est une façon d’entrer en scène ? Et de me parler en plus ? Tu me tutoie et tu me parle comme à une gosse de cinquante ans. J’ai dépassé cet âge et en plus, je suis la Reine. Montre-moi du respect, même si tu es mon garde du corps.

Elle désigna son compagnon à côté d’elle et ajouta d’un air apaisant, pressentant se qui allait suivre :

-Même si je ne suis pas sur que cela serve à grand-chose car visiblement tu as entendu notre conversation, je te présente quand même …

Elle fut brusquement interrompue :

-Amushsor, pour vous servir !

Mais, au même moment où il parla, il prit la main d’Anardil et l’attira à lui pour essayer de le faire passer cul par-dessus tête. Le Luthanen avait suffisamment d’expérience pour réussir ce coup mais en plus, tout son corps était préparé à cette manœuvre. Moryan avait prévu son coup, elle le savait, elle avait voulu lui dire de ne pas le faire juste après l’avoir présenter, mais comme d’habitude, il avait réagis plus vite qu’elle. Elle soupira : et un nouveau match de testostérone, un !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Mer 15 Déc - 19:30

Anardil, sous l’impulsion d'Amushsor, se retrouva les quatre fers en l’air sur le sol. D’une roulade improvisée mais maladroite, il se releva à genou à terre un mètre plus loin, l’air amusé par la réaction de l’elfe en face de lui. Le jeune garde du corps essuya son visage taché par la terre. Il était vrai qu’il fut assez surpris par la réaction de l’ami de Moryan à sa plaisanterie. Le jeune elfe s’attendait à une joute verbale et non à un accrochage plus physique. Et Moryan qui s’était sentit insultée, lui qui espérait faire bonne figure devant elle. Ce n’était pas encore ça … Mais qui pouvait être cet elfe si svelte et qui paraissait si calme, si réfléchi …

Était-ce normal ou exceptionnel ? Cela, seule une plus discussion plus approfondie avec lui, lui permettrait de le déterminer. Qui sait ? Ce Luthanen était peut-être plus intéressant que les apparences ne le laissaient présager.

*Que faire ?... Répondre dent pour dent ou ravaler ma fierté ?...*

Pensa Anardil en posant sa main sur la poignée d’un de ses Sai. Il observa Amushsor qui continuait de le fixer. Anardil hocha la tête et ravala sa fierté. Moryan était présente et c’était l’une des leçons qu’il avait apprise d’elle et comptait bien lui montrer qu’il était bon élève.

*Soit, Amushsor pour cette fois, je reconnais mes torts et je m’écrase mais la prochaine fois, n'espère pas t’en tirer à si bon compte…*

Pensa tout bas le Woodelian, qui devait se méfier de ses pensées emplies de colère. Il prit une profonde inspiration et fixa les muscles de son visage sur une expression froide et neutre.

Anardil finit de se relever, réajusta sa veste et se débarrassa des quelques feuilles et de la poussière qui s’étaient accrochées à sa tenue durant sa roulade. D’un pas nonchalant, il s’approcha du mannequin et retira la flèche à grand peine du bois fendu par l’impact. Il se frotta les mains et en glissa une dans un carquois improvisé accroché à sa taille. L’elfe se tourna alors vers Moryan et Amushor et s’inclina respectueusement devant les deux elfes en commençant par l’ami de la jeune reine.
D’une voix calme et sereine, il s’adressa à eux qui observaient sa réaction face à la manœuvre d’Amushsor :

« Ma reine, Amushor pardonnez au jeune garde du corps que je suis mon impertinence. Ma reine, pardonne à ton ami et garde du corps sa familiarité, elle est plus un signe de respect pour ta personne qu’autre chose. Ce n’est en rien une excuse, je le conçois. »

Puis s’adressant à son compagnon, il dit en gardant son timbre de voix :

« Amushor, sache que je suis un garçon entreprenant et fier et bien que mon rôle auprès de notre reine soit de veiller à sa survie, même au prix de ma vie, je ne me vois pas trop dans le rôle d’une nounou… Notre reine est bien assez sage pour gérer notre royaume, elle l’est donc bien assez pour gérer sa vie. »

Il releva la tête et termina :

« Une sacrée poigne en tout cas… Impressionnant, j’aimerais rencontrer l’homme qui vous a entrainé … »

Un sourire à la fois crispé et sincère se dessina sur son visage. Il observa la réaction de la jeune reine et de son ami à ses excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Mer 15 Déc - 20:08

Et se qui devait se produire se déroula : Anardil fit un magnifique vol plané et atterris un mètre plus loin en une roulade plus ou moins maitrisé. Moryan fusilla son vieil ami du regard. Ce dernier haussa les épaules, l’air de dire : tu me connais. Et effectivement, elle le connaissait. Plutôt bien même. Il sourit tandis que la colère sourde qu’elle éprouvait se répandait parmi les arbres. D’ailleurs, s’ajouta rapidement celle d’Anardil. Le Luthanen devait être aux anges : détesté par deux elfes en même temps, il y avait de quoi le réjouir. Moryan tenta de se calmer et se tourna derechef vers Anardil qui mettait du temps à se relever. Avait-il mal quelque part ? C’était-il mal réceptionné ? Elle interrogea les arbres alentours, mais elle ne perçut qu’une indécision de sa part et sa colère, toujours, brutale et vengeresse. Une de ses mains s’était d’ailleurs posé sur une de ses armes. Moryan s’attendait à une rebuffade, à un baroude d’honneur. Et apparemment, Amu aussi car il s’était préparé à recevoir le jeune elfe. Mais Anardil leur fit la surprise de se relever tout en se calmant. Après avoir arraché sa flèche du bois, il vint les voir et les salua respectueusement. Une leçon d’apprise pour lui ? En tout cas, il déclara tranquillement :

« Ma reine, Amushor pardonnez au jeune garde du corps que je suis mon impertinence. Ma reine, pardonne à ton ami et garde du corps sa familiarité, elle est plus un signe de respect pour ta personne qu’autre chose. Ce n’est en rien une excuse, je le conçois. »

Moryan baissa la tête pour lui dire qu’elle acceptait ses explications. Il paraissait calme mais Moryan pouvait sentir la tension toujours présente en lui. Elle regarda son compagnon du coin de l’œil : il paraissait extrêmement déçu de ne pas pouvoir continuer à martyriser Anardil. Ce dernier continua sur sa lancée et piqua au vif Amushsor qui grinça des dents. Il n’aimait pas qu’on le rabroue, surtout par un Woodelian. Il conclut :

« Une sacrée poigne en tout cas… Impressionnant, j’aimerais rencontrer l’homme qui vous a entrainé … »

Amu éclata d'un rire moqueur. Moryan fronça des sourcils, se tourna vers le Luthanen et commença par le réprimander :

-Non mais ça ne va pas toi ? Mon garde du corps, certes pas très orthodoxe, vient te dire bonjour et toi tu l’envoie bouler ? Je ne pensais pas que ta mère t’avait élevé comme ça. Il faudrait qu’on t’apprenne les bonnes manières. Comme Anardil vient de te faire ses excuses, j’aimerais que tu fasses les tiennes aussi. Allez !

Il s’était arrêté de rire. Un pli creusa son front. Il la regarda. Elle pouvait presque sentir sa question muette : t’es sur de se que tu dis là ? Je dois vraiment le faire ? Bien sur, elle n’était pas adepte des excuses mais lui encore moins. La jeune Reine était sur qu’il ne regrettait aucunement son geste. Pourtant, elle lui demandait. Elle, la Reine. Mais avant tout, son amie. Il se tourna vers Anardil, le détailla des yeux et finit par lâcher :

-Ouais … Peut-être que je lui présenterais mes excuses lorsqu’il arrêtera les bourdes … Alors écoute moi bien gamin, parce que je me répéterais pas. Première erreur : tu utilise la magie pour un tir qui est à quelques mètres. Pourquoi t’épuiser à utiliser la magie pour une cible aussi facile ? Même pour faire de l’esbroufe … Deuxième erreur : tu range ton arc directement en t’avançant à terrain découvert, alors qu’il y a un étranger avec ta Reine. Si t’es un garde du corps, tu dois me dire de dégager le terrain en me menaçant de ton arc. Tu ne sais pas quelles créatures peuvent trainer dans la forêt …

Il s’interrompit quelques secondes. Moryan comprit sa détresse et lui prit la main doucement. Il se reprit rapidement et il retira sa main aussi sec. La jeune Reine s’écarta d’un pas, comme s’il l’avait brulé. Il poursuivit, faisant abstraction de Moryan :

-Ensuite, et seulement ensuite que tu t’es assuré que je ne sois pas un ennemi, tu pourras ranger ton arc. Enfin, tu ne tends pas la main au inconnu … Tu n’imagine même pas se qu’on te faire avec cette main tendue. Parce que le vol plané que tu viens de faire, c’était rien ! Compris ? Parce qu’il faudra que tu sois à la hauteur pour assurer les arrières de notre Reine. Quant à la personne qui m’a entraîné, et là je parle d’entraînement militaire … Et bien, elle se trouve à mes côtés.

Il désigna Moryan d’un mouvement de la tête et celle-ci acquiesça la démonstration d’Amushsor, ainsi que la dernière information. D’un point de vue tactique, il avait tout bon. Comme d’habitude. Mais elle se sentait blessée par sa réaction de tout à l’heure. Et surtout par le fait qu’il dise la Reine au lieu de Moryan. Comme à son habitude. Lui en voulait-il toujours pour l’anniversaire loupé ? Il était assez rancunier, mais jamais avec elle. Il dû percevoir sa frustration car il se tourna vers elle. Mais la Reine des elfes repris contenance et ajouta :

-Il ne faut pas prendre ça mal Anardil. Amushsor ici présent est très bon stratégiquement parlant. Il pourrait t’apporter bon nombre d’enseignement sur quoi faire en quelle circonstance. Il réfléchit toujours avant d’agir. Tu as dû t’en apercevoir …

Amu se rapprocha d’elle et planta son regard dans celui de Moryan, snobant royalement Anardil, interrompant même la démonstration de la Reine Blanche. Elle détourna le regard tandis qu’il chuchota :

-Mo’ … S’il-te-plait …

Elle l’écarta du bras et finis sa phrase :


-Tu as dû t’en apercevoir Anardil. Même s’il ne fait pas toujours le bon choix pour l’égo des personnes présentes, il a toujours le bon geste. Et toi, mon Luthanen, on n’interrompt pas les gens quand il parle, surtout lorsque c’est la Reine qui le fait. Respecte donc ta Reine, comme je viens de le dire à Anardil.

Il soupira, et s’éloigna un peu pour aller passer ses nerfs sur un mannequin plus loin. Il planta un couteau dans le bois, toujours au même endroit, faisant entendre un bruit sourd dans toute la forêt. Mais Moryan n’en avait cure de se qu’il pensait. Elle questionna Anardil :

-Tu n’étais pas avec Thoron au moment où je t’ai quitté ? Vous aviez finis la leçon ? Je pensais que vous en auriez pour beaucoup plus longtemps à vrai dire …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Sam 18 Déc - 19:14

Le visage d’Anardil se ferma quand Amushsor éclata de rire devant lui. Moryan les sourcils froncés s’en prit calmement à son ami pour lui faire comprendre que son habitude était plutôt vexante. Le Woodelian se fit tout petit face à eux. Puis, l’ami de la Reine se tourna vers le jeune elfe et le détailla de la tête au pied. *Eh ça va, je ne suis pas un objet, les yeux c’est plus haut !* pensa Anardil. Le Luthanen, d’une voix détachée lâcha alors à Moryan :
-Ouais … Peut-être que je lui présenterais mes excuses lorsqu’il arrêtera les bourdes …

*Et vlan, ça commence bien…*

Anardil sourit à la remarque de l’ami de Moryan, alors que lui, plus que quiconque devrait se sentir vexé. Mais le jeune elfe appréciait le franc parlé d’Amushsor. Ce dernier continua par :

« Alors écoute-moi bien gamin, parce que je me répéterais pas. Première erreur : tu utilise la magie pour un tir qui est à quelques mètres. Pourquoi t’épuiser à utiliser la magie pour une cible aussi facile ? Même pour faire de l’esbroufe … Deuxième erreur : tu range ton arc directement en t’avançant à terrain découvert, alors qu’il y a un étranger avec ta Reine. Si t’es un garde du corps, tu dois me dire de dégager le terrain en me menaçant de ton arc. Tu ne sais pas quelles créatures peuvent trainer dans la forêt … »

Et accepta sa remontrance avec une concentration accrue, bien décidé à suivre ses conseils la prochaine fois. C’est alors que Moryan fit un geste vers son ami, qui la rejeta.

*Houlà mon gars, je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond chez toi, mais là tu baisse dans mon estime.*

Il reprit sur le même ton détaché, mais le plus important était qu’il dit alors c’est que la personne qui l’avait formé n’était autre que Moryan en personne. Voila qui devenait intéressant.

Moryan reprit la parole, vantant les qualités de son ami et en le remettant à sa place comme elle l’avait fait quelques instants plus tôt avec lui. Il fut rassuré sur le coup qu’il ne fut pas le seul à avoir du mal à suivre la jeune reine et son caractère, mais c’est ce qui plaisait à Anardil chez elle. Ce côté sauvage et imprévisible la rendait si incroyable à ses yeux qu’il en fut troublé quelques instants, si bien qu’il y eut un léger silence entre la fin de la question de Moryan et la réponse du jeune garde du corps, qui toussa pour détendre l’atmosphère:

« C’est tout à faite exacte ma Reine, mais alors que Thoron m’avait laissé m’exercé sur un contrôle de la magie visant à localiser une personne grâce à sa magie, même en mouvement, j’ai remarqué qu’une de vos servante était redescendue de votre chambre, le repas encore fumant. J’en ai déduis que vous étiez sortie sans moi. Donc je suis partit à votre recherche… Et je crois qu’il ne va pas être content que je sois partit sans prévenir »

Un bruit vint troubler ce moment tendu et un elfe apparu : il était essoufflé et passablement furieux. Il coupa sèchement le jeune elfe :

« Anardil, c’est là que tu étais bougre d’âne ? »

« Tiens voila tête de plume. Quand on parle du Paon…. »

Dit Anardil tout en roulant des yeux

« Pardon ?… »

Thoron pris un visage proche de celui de la colère en observant son apprenti.

« Rien, rien… maitre »

Anardil, d’habitude si franc, sembla s’effacer et ce, devant son maitre tout comme il venait de le faire devant Moryan et Amushsor. Anardil se fixa, les jambes légèrement écartées, les mains dans le dos, la tête droite, regardant dans le vide. Il s’agissait bel et bien de Thoron. Il s’approcha du duo, Amushsor étant bien trop occupée à passer ses nerfs violement sur les mannequins en bois. Il se posta au coté d’Anardil et s’inclina devant Moryan. D’une voix moqueuse, il s’adressa à Amushsor :

« Bonjour Amushsor. Tu viens te joindre à nous ou tu es trop occupé à tyranniser ces pauvres mannequins en bois ? »

Puis s’adressant à Moryan :

« Ma Reine, je suis heureux de vous voir en ce jour .Vous êtes rayonnante, comme toujours … J’espère que mon apprenti n’a pas encore fait des siennes, il a encore réussi à filer en douce durant un entrainement »

Sur ces mots, Thoron mit une claque sur l’arrière de la tête d’Anardil.

« Tiens bougre d’âne, je suis passé chez ton ami Menelmacar pour remplir ton carquois... La prochaine fois, je t’y envoie à coup de pied dans le…. »

Thoron posa un carquois en cuirs rempli de flèche avec violence dans les bras du jeune apprenti, lui heurtant le ventre au point de lui couper le souffle. Anardil prit alors le carquois, retira son arc et l’accrocha solidement dans son dos et fixa ensuite l’arc de son père à coté de celui-ci.

« Merci maitre… Mais ? Mon carquois semble plus lourd qu’a l’accoutumé. C’est normal ?...»

Thoron leva les yeux et glissa sa main dans le sac de cuir et en sortit une épée emmitouflée dans un tissu.

« Tient, damné impatient »

Après avoir déballé l’épée, il la lança à Anardil. La lame de celle-ci était cachée par un fourreau en cuir noir, portant à son sommet une pièce en argent taillé en v, venant s'insérer sur la garde de l’épée. Forgée en alliage d’argent, elle aussi, avait la forme de deux renards, l’un les crocs en avant prêt à mordre l’autre, plus pensif. La poignée de l’épée était, elle réalisée à l’aide de cuir tressé rouge sang, pourvu d’un large pommeau en argent.

« Eh bien alors, tu ne montres pas le cadeau de ton amis Menelmacar ? »

Anardil accrocha l’épée à sa ceinture et sortit l’épée de sa gaine de cuir. La lame, d’un acier bleu nuit, se dévoila à la vue des 4 elfes. La lames à double tranchant était légèrement cintré prêt de la garde au niveau du fort. La lame était aussi pourvue d’une gouttière peu profonde, partant de la garde jusqu’à la pointe lui donnant une forme agréable à la vue. Les deux tranchants de l’épée étaient aiguisés au possible. C’était une arme de choix.

« Mais… Maitre mes armes de poing sont des Sai, pas une épée… »

« Je sais Anardil, mais une bonne épée ne te ferait aucun mal, bien au contraire »
« Soit…Merci maitre »

« Ne me remercie pas remercie ton amis Menelmacar à l’occasion.»


Dernière édition par Anardil Fëanáro le Sam 18 Déc - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Sam 18 Déc - 19:18

Anardil toussa tandis qu’un nouveau bang se fit entendre lorsque le métal rencontra le bois à nouveau sous l’impulsion d’Amu. Mais Moryan, ignorant la frustration de son ancien ami, se concentra sur les paroles du jeune elfe face à elle. Ce dernier certifia qu’il était effectivement en entraînement avec Thoron mais qu’il lui avait faussé compagnie. Moryan faillit répliquer que ce n’était pas ainsi qu’il serait suffisamment fort pour la protéger comme sa sœur lui avait ordonnée, mais elle se tut, pensant aussi qu’il était partis à sa recherche justement parce qu’elle avait fuis. Enfin, en même temps, elle n’avait pas vraiment besoin d’être protégée lorsqu’elle se trouvait dans sa propre forêt : elle était en état de se défendre face à n’importe qui dans son élément. Mais elle garda ses réflexions pour elle. Soudain, un bruit de pas se fit entendre dans la forêt, coupant le discours d’Anardil.

« Anardil, c’est là que tu étais bougre d’âne ? »

Moryan vit apparaitre Thoron. Un lent sourire se dessina sur son visage. Elle était sur qu’il viendrait ! Cela lui faisait plaisir de voir apparaitre encore un vieil ami. Il était passablement en colère, mais la jeune Reine savait aussi qu’il ne le resterait pas longtemps. Il était d’un naturel patient avec ses élèves et les autres en général. C’est pour ça d’ailleurs qu’il était souvent professeur pour les jeunes elfes. Elle suivit l’échange entre les deux elfes d’un air amusé, jusqu’à se qu’Anardil se mit au garde à vous sans même qu’on lui demande quelque chose. Elle était étonnée de la discipline dont il faisait preuve alors qu’il n'y avait pas si longtemps, c’était un vrai chien fou. On entendit un juron derrière eux tandis qu’une lame passa largement à côté de sa cible tant l’irritation d’Amu atteignait des sommets. Thoron, diplomate, s’adressa à lui en premier :

« Bonjour Amushsor. Tu viens te joindre à nous ou tu es trop occupé à tyranniser ces pauvres mannequins en bois ? »


Un vague grognement se fit entendre en réponse. Il s’était arrêté un instant et Moryan sentait ses yeux de braise sur elle. Puis, il reprit son va et vient entre sa cible et l’endroit d’où il tirait.

« Ma Reine, je suis heureux de vous voir en ce jour .Vous êtes rayonnante, comme toujours … J’espère que mon apprenti n’a pas encore fait des siennes, il a encore réussi à filer en douce durant un entrainement »

La jeune Reine sourit et répondit :

-Merci Thoron. Je savais bien que vous viendriez rapidement. Mais il ne faut pas punir Anardil, il est chargé de me surveiller et je suis partit sans même le prévenir. Je pense qu’il a cru bien faire en venant voir si je ne me faisant pas attaquer …

Mais elle ne put finir que le maitre frappa l’élève derrière la tête d’une tape ridicule et terriblement humiliante. Moryan ne dit rien et croisa les bras sur sa poitrine. Les deux elfes parlèrent entre eux de flèches et d’épée, aussi Moryan décrocha rapidement. Elle se concentra sur les émotions de son acolyte de toujours via les arbres qui renvoyaient fidèlement tout se qu’il ressentait. Et elle sentait sa frustration diminuer petit à petit et sa colère s’estomper à chaque coup de couteau qu’il lançait dans le bois. Elle était rassurée : il n’avait pas changé.

« Eh bien alors, tu ne montres pas le cadeau de ton amis Menelmacar ? »

La jeune Reine revint aux deux elfes qui avaient l’air de bien s’amuser pour voir Anardil sortir une magnifique épée bleuté de son fourreau tout aussi travaillé. Elle n’y connaissait pas grand-chose en arme en tout genre, mais pour sur que cette épée était de qualité. A ne pas placer entre toutes les mains ! Pourquoi Thoron osait donner un équipement d’une telle facture à son apprenti alors que ce dernier était au tout début de son apprentissage ? Curieuse façon de faire, mais après tout, elle n’avait suivit véritablement de leçon de combat, à part ces deux dernières années. Et encore, ça avait été un entraînement très succinct. Rien de comparable à se qu’Anardil pratiquait.

« Ne me remercie pas remercie ton amis Menelmacar à l’occasion.»

-Menelmacar ? C’est lui qui a forgé ça ? Pour lui ?

La Reine Blanche se retourna vers son ami qui s’était avancé pour voir l’épée de plus près. Ses yeux brillaient d’envie, car comme tous les elfes mâles, il était fasciné par les armes. Il fit tournoyer son couteau dans sa main en observant Anardil avec convoitise tandis qu’il poursuivait comme si de rien n’était :

-Tiens, salut Thoron. Je ne martyrisais en rien ces pauvres mannequins, je m’entraînais tranquillement. Et puis, c’est Moryan ici présente qui leur a fait le plus de mal. Elle essaie encore une fois de me surpasser, mais elle n’y arrive pas … La pauvre, elle se berce d’illusion.

Moryan fila un coup de coude à Amushsor qui éclata de rire, ravi de voir sa meilleure amie répondre à sa provocation. Il se frotta les côtes, et se pencha vers Moryan en chuchotant, de sorte que seuls eux deux puissent entendre :

-Excuse-moi Mo’ … Je sais que tu ne faisais que ça pour me consoler … Je n’aime pas me montrer si faible …

-Ce n’est rien Amu, vraiment, répondit-elle, soulagée. Elle reposa brièvement sa main sur le bras d’Amu qui ne fit cette fois rien pour la repousser. Amushsor se tourna vers Thoron et reprit :

-Alors c’est toi le maitre de ça ? Tu dois avoir pas mal de travail. Rien qu’en venant ici, il a fait je ne sais combien d’erreur, se montrant à découvert sans arme, utilisant la magie à mauvais escient et j’en passe. L’entraînement se passe bien ? Pourquoi se n’est pas Moryan qui s’occupe de lui ? En tant que Reine, elle le ferait progresser beaucoup plus vite …

-Amu ! Je ne suis pas un professeur ! Je ne l’ai jamais été ! Et Thoron est au contraire habilité à donné des leçons à Anardil. Il a d’ailleurs déjà fait pas mal de progrès.

Amushsor haussa un sourcil, regardant Moryan avec intérêt. Elle lui répondit par un regard empli d’émotion qu’il réussit à capter. Comme s’ils étaient sur le même mode de pensé. Comme d’habitude. Leur amitié était belle et longue : malgré les choix quelque peu bizarres de Moryan, il lui était resté fidèle, même si elle avait fait quelques erreurs. Comme oublier l’anniversaire de sa mère par exemple … Sauf que cela s’était passé lorsqu’elle avait été chez les vampires pour chercher sa sœur. Elle ferma ses pensées pleines de culpabilités pour éviter qu’il ne les ressente aussi. Il ne dit rien, se contentant de sourire. Qu’avait-il derrière la tête ? Mo’ craignait le pire. Se qui se confirma lorsque le Luthanen lança :

-Tiens petit elfe … ça te dirait de m’affronter avec ta nouvelle épée ? Celui qui gagne ce petit match pourrait remporter … je ne sais pas moi … et bien ta nouvelle épée par exemple ! Je suis sur qu’elle serait du meilleur effet sur mes flancs … Allez, soit pas un froussard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Anardil Fëanáro
Woodelian
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 32
Localisation : quelque part ^^
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Mer 22 Déc - 21:42

« Froussard ??? M’as-tu vraiment traité de froussard, Amushsor ? Pensais-tu réellement que j’allais jouer une épée offerte par Menelmacar par pur orgueil ? Me crois-tu donc aussi stupide ?... Surtout face à toi, dont la magie dépasse de loin la mienne… »

Sous la provocation d’Amushsor, Anardil sembla perdre tout contrôle sur sa magie qui explosa en lui, irradiant chaque cellule de son organisme. Chacun de ses muscles étaient raides comme du bois. Le jeune elfe était fou de colère ! Amushsor avait réussi à le faire sortir de ses gonds. Son cœur battait la chamade, ses mains se serrèrent sur son épée. Les pupilles de ses yeux se dilatèrent au maximum, se qui troubla sa vue.

*Que faire ? Me laissez porter par ma colère ou la faire taire à nouveau ?*

Anardil regarda son épée neuve. Comment Amushsor pouvait-il penser que par pur orgueil il serait prêt à parier le travail de l’ami de sa famille, Menelmacar. Anardil était en pleine confusion : d’un coté la colère qui brûlait son corps, de l’autre l’enseignement de Moryan et Thoron.

Thoron, bien conscient de ce qui se passait dans le corps de son jeune apprenti, s’apprêta à se mettre entre lui et Amushsor. Mais alors qu’Anardil allait reprendre la parole, une voix rauque se fit entendre " Le Soleil guide nos pas et silencieusement, emporte l'ennemi au trépas. " . Un elfe s’interposa alors entre le jeune Woodelian et le Luthanen, épée à la main, prête à combattre. Sa magie, bien que puissante, semblait perturbée, comme instable à coté des forces magiques de Moryan, Amushsor ou encore Thoron.

Surpris par l’arrivée imprévue de l’inconnu, Anardil fit un bond en arrière. Il observa le nouveau venu dont le visage était masqué par une capuche aux couleurs sombres. Thoron, épée à la main, semblait estomaqué face à la situation.

*Cette… cette… position de combat ! Je la connais !*

La magie d’Anardil redescendit à des niveaux normaux, prêt à se défendre et à défendre Moryan au cas où. Il attrapa son arc et mit en joue l’inconnu.

« Qui es-tu ? Ne bouges pas un muscle ou tu le payeras cher » cria Anardil

« Anardil, ranges cet arc sombre crétin » dit Thoron

Anardil regarda Thoron, surpris par son ordre.

« Ranger mon arc maitre ? Mais je ne sais pas qui est cet elfe ni ce qu’il vient faire ici »

L’inconnu prit alors la parole en haussant la voix, sans même se soucier de la menace d’Anardil:

« Ce que voulait dire Anardil, c’est qu’il décline votre provocation sieur Amushsor… Par contre, si l’envie de combattre vous démange, je serais ravi de vous enseigner le respect de ceux qui vous sont inférieurs. Bien que plus faibles et surement nettement moins bien entrainés que vous ne l’êtes, ceux-ci sont tout aussi importants dans notre clan que vous même en ces temps difficiles »

Thoron semblait comme paralysé face à l’étranger comme s’il avait eu les membres et la langue coupés. L’inconnu se retourna et fit face à Moryan. Comme l'avait fait Anardil, il la salua d’un léger mouvement de tête et dit :

« Madame, excusez mon entrée théâtrale mais la situation demandait une intervention propre et sans bavure. J’espère ne pas avoir fâché notre jeune et si belle reine »

Il se tourna vers l’ami de la jeune reine et dit d’une voix moqueuse :

« A se que je vois, vous êtes toujours aussi dur avec les vôtres Amushsor. Quand apprendrez-vous que l’ennemi n’est pas dans votre camp ? »
Avant de se tourner vers Thoron, il dit :

« Alors l’emplumé, comment vas-tu ? Cela faisait longtemps qu’on ne s’était vu, n’est ce pas ? »

Thoron répondit alors tout en bégayant :

« Oh oh oui bien longtemps… Une éternité même… Tellement que je t’ai cru mort Glingal… »

Anardil sembla se briser sous les yeux des personnes présentes quand Thoron prononça le prénom de son père. Il relâcha la tension de son arc et détourna son arme du dos de son père.

Le père d’Anardil repris alors :

« On ne peut rien te cacher. Mon ami et professeur Thoron de Narya. Je vois que tu as rencontré mon fils et lui enseignes ton savoir. »

« Oui j’ai rencontré ton fils, tout le portrait de son père au même âge »

« J’étais aussi colérique ? »

« Oh oui, pire même !»

Glingal sourit et retira sa capuche, dévoilant ses cheveux grisonnants. Svelte comme tous ceux de sa race, le père d’Anardil n’en était pas moins aussi musclé que Thoron et en comparaison avec Amushsor, accusait un corps taillé pour le combat. Sa magie, bien que puissante et instable se calma très vite jusqu'à presque disparaitre. Il était fier, fidèle au souvenir d’Anardil. Un père aimant mais froid en apparence. Qu’était-il donc venu faire si loin de la maison familiale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moryan Erïgold
Reine Blanche
avatar

Nombre de messages : 2348
Age : 28
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   Lun 27 Déc - 18:13

« Froussard ??? M’as-tu vraiment traité de froussard, Amushsor ? Pensais-tu réellement que j’allais jouer une épée offerte par Menelmacar par pur orgueil ? Me crois-tu donc aussi stupide ?... Surtout face à toi, dont la magie dépasse de loin la mienne… »

Le ton montait entre les elfes. Déjà, Moryan n’avait pas apprécié le défi lancé par Amushsor : pourquoi s’était-il mêlé de la conversation celui-là ? Elle le connaissait un peu vénal et la lueur de convoitise dans son regard avait été très puissante mais de là à faire une telle proposition, Moryan n’aurait pas pensé qu’il en aurait été capable. Bien des choses avaient changé depuis le temps. La réaction d’Anardil était légitime, même si un simple non aurait été tout aussi simple et clair. La jeune Reine s’esquiva un peu du groupe, reculant légèrement, observant les choses se dérouler.

Tout d’abord la magie du jeune Anardil monta d’un cran. La colère le submergeait, cela se voyait à sa tempe qui battait la mesure et à ses muscles saillants. Il semblait hésiter. Moryan hocha la tête satisfaite. Enfin un point de la leçon retenu : ne pas se laisser diriger par ses émotions. Aya avait raison sur un point au moins : les sentiments étaient puissants, mais mal contrôlé, ils devenaient traitres et inutile. Pendant ce temps, Moryan pourrait se faire attaquer une dizaine de fois par des assassins surentraînés. Son indécision pouvait leur couter cher pendant un combat.

Moryan regarda de l’autre côté : Thoron était tendu, prêt à agir si le Woodelian prenait la mauvaise décision. Ce qui était dommage, Amu était largement capable de se défendre tout seul. La jeune Reine croisa les bras et entendit un léger bruit sur sa gauche. L’instant d’après, une formule magique était prononcé à l’endroit où Moryan avait entendu le bruit suspect. Un nouvel elfe apparu et se plaça entre les deux protagonistes. Anardil recula tel un chat effrayé et réagit promptement en dégainant son arc et en mettant en joue l’inconnu, contrairement à Thoron qui resta coi à l’apparition.


*Et une nouvelle inconnue dans l’équation. Inconnu inoffensif ou pas ? Et pour qui surtout ? Et si c’était La’ow revenu pour se venger ?*

Effectivement, le conseiller avait un coup de poing à mettre à Anardil. Comme ce dernier était en pleine confusion, c’était un bon moment pour agir. D’autant qu’utiliser la magie alors que le garde du corps de la Reine n’était pas en mesure de se contrôler était doublement bien joué. Ou très stupide si ce n’était pas La’ow. Moryan sonda tout ce petite monde : heureusement les pouvoirs d’Anardil revint à leur point d’origine, tandis que ceux de l’inconnu était instable, mais pas dangereuse. Curieuse combinaison. S’en suivit un échange entre l’inconnu, Thoron et Anardil, délaissant complètement les deux autres elfes. Mais qu’importe, cette discussion eut le mérite de confirmer les soupçons de la jeune Reine : Thoron et l’inconnu se connaissaient. Depuis longtemps ? Voilà une intéressante question.

« Ce que voulait dire Anardil, c’est qu’il décline votre provocation sieur Amushsor… Par contre, si l’envie de combattre vous démange, je serais ravi de vous enseigner le respect de ceux qui vous sont inférieurs. Bien que plus faibles et surement nettement moins bien entrainés que vous ne l’êtes, ceux-ci sont tout aussi importants dans notre clan que vous même en ces temps difficiles »

Amushsor fut bouche bée. Ses poings se serrèrent sous l’effet de la colère. Cet elfe encapuchonné débarquait et se permettait de donner des leçons à tout vent. Il y avait de quoi devenir dingue ! Pour un peu, Amu aurait bien fait taire l’impertinent s’il n’avait regardé Moryan d’un coup d’œil et si celle-ci n’avait secoué la tête de droite à gauche pour l’en empêcher. Elle partageait sa fureur, mais elle ne voulait pas qu’Amu fasse quelque chose de stupide. Les émotions passaient entre les deux amis de longue date, si bien qu’Amu se retint de balancer son pied dans le popotin du nouveau venu. Ce dernier d’ailleurs se retournait déjà pour saluer Moryan :

« Madame, excusez mon entrée théâtrale mais la situation demandait une intervention propre et sans bavure. J’espère ne pas avoir fâché notre jeune et si belle reine »

*Tiens, il parle comme Anardil …*

Mais elle n’eut pas le temps de répondre qu’il se détourna d’elle pour continuer de se moquer d’Amu.

« A se que je vois, vous êtes toujours aussi dur avec les vôtres Amushsor. Quand apprendrez-vous que l’ennemi n’est pas dans votre camp ? »

Déjà qu’il la snobait comme pas deux mais en plus, il osait ridiculiser son ami de toujours avec son ton concupiscent et ses leçons de moral au ras des pâquerettes. Ce dernier ne pipa mot, se qu’elle lui fut reconnaissante. Sans ça, elle n’aurait pu savoir que cet elfe s’appelait Glingal. Nom qu’elle connaissait depuis qu’elle avait eut accès aux souvenirs du Woodelian. D’ailleurs, il se décomposa sous les yeux des elfes présents en faisant lui aussi instantanément le lien. C’était son père. S’en suivit une conversation d’anciens combattants entre Thoron et le fameux Glingal. Leur irrespect ne plaisait pas à la jeune Reine. Mais alors pas du tout. Elle sembla ailleurs pendant un moment, sa colère grondant en elle, la submergea telle une lame de fond, emportant tout sur son passage : son bon sens et son contrôle en elle. Sa magie enflait déjà telle une tempête à la puissance maximum. Si elle lâchait tout, il risquerait d’avoir des morts. Amu fut le premier à réagir. Il se précipita vers elle et il la secouait déjà.

-Moryan ! Moryan non ! Reviens avec nous. Ce n’est pas toi qui es en colère, c’est moi ! Laisse-moi cette colère. Moryan, nom d’une fée mal lunée ! Reste avec moi ! Regarde-moi ! MORYAN !

Mais il n’y avait rien à faire. Les yeux de Moryan restaient dans le vague, un sourire cruel et fixe accroché à son visage tandis qu’une colère sourde grandissait en elle. Emotions à elle, émotions prises à Amu, peu importe. La jeune Reine était au-delà de la colère, perdue en un combat intérieur pour maitriser sa magie trop puissante pour être contenu par quelqu’un d’autre.

Elle avait à peine entendu les mots d’Amu là où elle était. Elle flottait dans son inconscient, entouré par des couleurs plus ou moins vives. Les auras des arbres autour d’elle était tel un kaléidoscope de couleur, passant par toutes les nuances de verts. Elle se détendit un peu, les forces en présences étant apaisantes pour elle. Peu à peu, elle dompta sa magie. Elle tendit la main vers les auréoles de lumières. La sienne apparu dans son champ de vision : elle était d’un rouge intense. Elle aimait cette couleur. On ne lui disait pas qu’elle était toute feu toute flamme ? Elle regarda son ami de toujours et vit que pour lui, la couronne de couleur était bleu intense mais calme. C’était bien son ami. Amushsor … Elle devait revenir vers lui … Elle devait se concentrer pour ne pas tous les faire exploser sous le coup de la colère. Elle se calma et revint juste à temps pour entendre Amushsor dire, tout en s’avançant vers les trois autres elfes :


-C’est de votre faute ! Barbare ! Vous pensiez quoi ? Que je n’étais pas assez bien pour me battre contre votre … fils ? Comme si j’avais la moindre chance de gagner contre lui à l’épée ! Réfléchissez un peu ! je suis guérisseur, pas un faiseur de mort ! En plus, on ne vient pas rajouter de la magie tandis que lui, ne la contrôlait pas du tout ! Vous nous avez tous mis en danger ! Moryan …

Il gesticulait dans tous les sens mais tandis qu’il s’était à nouveau tourner vers elle, il la vis chanceler sous l’effort il bondit vers elle et la maintint fermement debout. Il passa son bras autour de ses épaules sans aucune gêne. La jeune Reine revenait à elle. Et elle avait pas mal de chose à dire.

-SILENCE !

Une violente rafale de vent balaya la plaine dans laquelle les elfes étaient rassemblés. Les nuages arrivèrent au pas de course, cachant les rayons du soleil. L’herbe se coucha, les arbres ployèrent sous la bourrasque. Les fleurs perdirent quelques pétales dans la mêlée. La Reine resta parfaitement immobile : seuls ses cheveux dansèrent autour de sa tête, animée d’une vie propre. L’impact avec les autres elfes fut plus violent par contre. Heureusement qu’Amu était cramponné à la Reine, sinon il serait tombé. Le vent continua de souffler avec force tandis que la Reine Blanche continua de parler, en hurlant à moitié et en parlant doucement l’autre moitié du temps :

-J’en ai plus qu’assez ! Vous êtes inconscients, tous autant que vous êtes ! Et j’en ai marre de vos combats de macho ! Vous voulez être les meilleurs, les plus forts ! Sachez messieurs qu’ici, se n’est certainement pas vous les plus forts. C’est moi ! Alors cessez vos jacasseries ! Arrêtez de vous en prendre à mon garde du corps …

Elle jeta un regard empli de férocité à Amu, qui pencha la tête en un signe de soumission sincère tout en maintenant la Reine droite.

-… Ou à vous en prendre à mon ami ! Surtout à trois contre un !

Elle jeta cette fois un regard empli de haine aux trois autres elfes présents dans la clairière.

-J’étais ici pour me détendre et me distraire ! Pas pour arbitrer des matchs de testostérones ! Alors vous vous calmez ou vous aurez affaire à moi …

Sa démonstration de magie cessa doucement tandis qu’elle inspirait de grande goulée d’air et de rejeter toute sa colère par la bouche. Telle que Miava lui avait apprit. Le soleil revint timidement et le vent se calma dans la clairière. Les arbres, quelque peu bousculés, marmonnèrent dans leur branches mais sans oser le montrer de manière significative. C’était la Reine tout de même … Cette dernière se tourna vers Glingal et Thoron et demanda plus doucement, comme si de rien n’était :

-Glingal c’est ça ? Le père d’Anardil et apprenti de Thoron si j’ai bien suivis. Pas mal. Mais on dirait qu’il y a plus. Vous avez l’air d’avoir une longue et sombre histoire en commun tous les deux. Peut-être voudriez-vous nous la faire partager ? Ah oui, une dernière chose : je n’excuse pas votre arrivée théâtral Glingal. Même si c’était votre fils qui était au centre du débat, cette conversation n’était pas la votre. D’autant que nous avions la situation sous contrôle. Et enfin, Anardil ayant répondu, je ne vois pas pourquoi vous osez parler ainsi à Amushsor qui avait parfaitement compris du premier coup que mon garde du corps ne voulait pas se battre. Malgré ces bonnes chances de triompher sur Amu qui n’a presque aucune formation militaire …

Une main se serra sur son épaule. Le Luthanen n’aimait pas trop qu’on le répète à tout bout de champ. Moryan leva la tête et croisa son regard. Un lien complice se tissa de nouveau entre eux. Elle fut sidéré de retrouver l’intensité de ce lien. En une fraction de seconde elle eut accès à tout se qu’il pouvait ressentir.

*Comme avant SON apparition …*

Penser à ça lui faisait atrocement mal, aussi elle baissa la tête, rompant le lien mental. Cette fois, la pression sur son épaule fut plus douce. Lui aussi avait souffert. Enormément. Cette parenthèse ne dura que quelques secondes. Aussi, pour détendre l’atmosphère, il lança d’un ton ou perçait l’ironie :

-Oui enfin, j’aurais pu l’écraser si la magie avait été autorisé hein … je suis doué en magie, pas vrai Mo’ ?

La jeune Reine ricana et acquiesça. Que de souvenir lui revint en mémoire. Pourquoi s’était-il séparé ? Pourquoi leur amitié n’avait-elle pas tenu le coup ? Ah oui … Souvenir encore une fois douloureux. Amu tressaillit à côté d’elle, mais ne la lâcha pas. Comme s’il savait exactement à quoi elle pensait à ce moment-là. Que c’était bon d’avoir quelqu’un sur qui compter, en qui avoir confiance (sans compter sa sœur, c’était l’évidence même !). C’était réconfortant d’avoir une énergie familière et ô combien fiable sur laquelle se reposer. Une épaule solide. Elle se tourna vers les autres elfes pour écouter leur récit qui devait être passionnant. Les histoires des anciens combattants étaient une mine de renseignement et de savoir pour les jeunes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greek-epic.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontres impromptues [PV Anardil]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontres impromptues [PV Anardil]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Salle des entrainements-
Sauter vers: