Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambre [libre]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Chambre [libre]   Ven 3 Avr - 19:13

Corran se trouvait dans sa chambre, assis devant son bureau, à étudier des rapports de divers éclaireur, sur les activités de plusieurs races. Les démons, comme à leur habitude, faisaient tout et leur contraire, avec une seule constante, la destruction. Les elfes se tenaient tranquille dans leur forêt. Il faut dire que depuis leur défaite contre les vampires, les oreilles pointues les évitaient comme la peste.

Le souvenir de cette guerre le mis de bonne humeur. Il s’étira, cela faisait bien trop longtemps qu’il était coincé sur ces rapports. Un peu de divertissement lui ferait du bien. Il se leva et traversa ses appartements privé où seul sa servante personnelle et la Comtesse Noire avait le droit de pénétrer. Les pièces étaient cossues, les murs couverts de tapisseries représentant la fin des elfes et divers autres scènes comme la construction des Cryptes Apocalyptique. Il arriva dans sa chambre proprement dite, un grand lit à baldaquin trônait au milieu de la pièce, les montants en bois noir finement sculptés, représentaient des femmes nues le visage déformé par la douleur.

Il s’assit dans son fauteuil devant le feu crépitant et réfléchit. Tout d’abord son esprit commença à penser à la situation actuelle des vampires mais très vite il repensa à Natasha. Il n’y avait pas un jour sans qu’il n’y pense. Plus que sa génitrice, elle avait été sa mère. Elle lui avait donné naissance et tout appris mais ce n’était pas de sa faute si elle était morte, Natasha avait été idiote et l’avait payé de sa vie. Cette dernière pensée se réverbéra pendant un certain temps dans son esprit jusqu'à ce qu’il y trouve un certain réconfort.

Ensuite il contempla le tableau au dessus de sa cheminée, il le représentait au côté d’Ysabella, qui pendant les dernières années de son existence, était de plus en plus amoureuse de lui au pont de vouloir à tout prix un tableau d’eux deux assis l’un à côté de l’autre se tenant la main. Ysabella n’avait pas que des défauts et il avait quand même prit plaisir à lui tenir compagnie toutes ses années durant mais son destin, depuis qu’il avait été transformé par Natasha, était de diriger les vampires, pas de servir d’ombre à un quelconque dirigeant.

Un bruit attira son attention, sa jeune servante venait d’éternuer. Cette jeune fille de 16 ans à peine était à son service depuis déjà deux ans. Elle avait les cheveux mi-long et de jolis yeux améthyste en forme d’amende, signe caractéristique qu’elle avait du sang elfe dans les veines.
Elle était vêtue d’un uniforme de soubrette et d’un tablier blanc. Ces cheveux noir avaient des reflets mauves et portaient une coiffe. Elle avait été capturée lors d’un raide et prise par le seigneur vampire qui avait tué l’aristocrate qui avait commandité le raide. Elle lui servait de servante et de réserve de nourriture.
Mais par dessus tout elle lui servait d’écran. Beaucoup de vampires ne comprenaient pas pourquoi il ne participait pas à leur fête et n’avais pas de compagne attitrée comme c’était souvent le cas pour les vampires puissants. Alors beaucoup pensaient que cette petite demi-elfe était la petite gâterie de leur seigneur, sa petite lubie qui passerait en même temps sa beauté. Sa lui permettait de ne plus avoir à repousser les propositions des mâles et des femelles de son espèce.

Il se tourna vers elle et lui dit :

« Jissia, j’ai faim, viens ici .»

La jeune fille avait l’habitude, elle enleva son tablier et défit son col. Elle laissa retira les bras de sa tunique et dévoila son torse. Une chose qui surpris un peu le seigneur vampire qui n’avait pas besoin de sa pour se nourrir.
Intéressant, essayerait-elle de me séduire ? pensa le seigneur vampire.
Il la laissa faire et comme à son habitude, elle vint se mettre à califourchon sur lui et lui tendit son cou. Il la mordit délicatement et frémit malgré lui quand il sentit sa poitrine contre lui. Mais sa passa assez vite car le sang de la jeune fille était vraiment d’un goût exquis, d’un goût presque fruité. Au bout de quelques minutes, il arrêta et fut surpris que dans son extase il avait caressé doucement le dos de la fille. A l’avenir, il devrait se plus se surveiller en sa présence et aussi se méfier d’elle car le fait qu’elle tentait de le séduire dénotait qu’elle n’était pas tout à fait soumise. Peut-être que si elle se montrait assez maligne il en ferait une des leurs.


[HorsRP]Bon j'ai indiqué libre dans le titre mais seul deux personnes peuvent enter dans cette chambre sans devoir m'affronter. Alors prudence.
une petite image de ma servante

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 6 Avr - 13:45

[HRP = Ce rp là se passe avant ma rencontre à Ackbar avec Reeken, je n'y ferai donc pas référence ^^]


Kareena Von Carstein relaça son corsage et fit signe à l'Aristocrate avec qui elle venait de faire l'amour de s'en aller. Celui-ci s'inclina, un sourire aux lèvres, et s'empressa de sortir de la chambre de la Comtesse Noire.

La Vampire ajusta le velours de son corset sur sa poitrine et s'allongea sur le gigantesque lit à baldaquins. Sa chambre était d'un violet foncé aux reflets vermeilles, où chaque objet s'assortait parfaitement avec les tentures qui pendaient sur les murs de pierre. Le sol était entièrement recouvert d'un tapis rougeâtre moelleux brodé de fils noir et or, qui dessinaient d'étranges arabesques aux accents pervers. La pièce était très vaste, meublée de nombreux fauteuils et sofas alléchants de conforts, ainsi que d'une grande coiffeuse surmontée d'un miroir gravé, une armoire d'une couleur framboise sombre aux poignées d'argent, et que d'une haute table flanqué de riches tabourets qui ressemblait à un comptoir de bar. Ce qui n'était pas loin d'en être un, d'ailleurs : une dizaine de bouteilles aux étiquettes dorées s'alignaient fièrement dessus.

Kareena se leva. Elle ne savait pas quoi faire. Même plus : elle s'ennuyait. Et visiblement, même une intense partie de jambes en l'air ne suffisait pas à la défaire de son ennui. Elle se leva rapidement en remettant en place sa jupe bouffante qui trainait sur le sol. Elle s'avaça vers la grande porte de bois rose foncé gravé de motifs d'argents, et sortit de sa luxueuse chambre.

Elle erra dans les couloirs durant de longues minutes, s'arrêtant çà et là pour échanger de mondanités avec d'autres Aristocrates, saluer quelques amis et prendre des nouvelles de quelques patrouilles parties en éclaireur. Tout allait bien, cette nuit là, au Manoir Nécromantique.
Alors, tandis qu'elle philosophait avec un confrère à grand coup d'étiquette, de protocole et de formules de politesse compliquées, il lui vint enfin une idée. Le Vampire qui détestait justement l'étiquette et le protocole, qui était toujours porté absent lors des soirées mondaines et qui ne se montrait en public qu'au moment des Conseils importants... Corran De Monfort, le Seigneur Vampire. Son maître.

Cela faisait bien longtemps qu'elle ne lui avait pas rendu visite et qu'ils n'avaient pas conversé de longues heures durant, faisant fit des formules de politesse en tout genre. Oui, cela était une bonne idée.
Elle prit poliment congé de l'Aristocrate avec qui elle discutait, et prit la direction des appartements de son maître. En quelques minutes, elle fut devant la gigantesque et somptueuse porte qui fermait la chambre royale aux autres parties du château. Kareena épousseta sa robe, réajusta ses cheveux et s'éclaircit la gorge. Puis elle frappa doucement, des ces trois petits coups caractéristiques qui faisaient que Corran savait que c'était elle qui venait et non un quelconque autre Vampire. Elle poussa la porte timidement, et entra d'un pas dans la pièce.

" Excusez-moi, maître, je viens vous..."

Quelque chose l'arrêta brusquement. Là, sur les genoux de Corran se tenait Jissia, la petite servante demi-elfe du Seigneur Vampire. Aux deux trous dans son coup, Kareena comprit que son maître venait de se nourrir. A la poitrine nue et à la main de Corran dans le dos de la jeune fille, Kareena ne comprit plus. Instinctivement, elle recula et se mit à feuler violemment, une pointe de colère et de jalousie piquant son coeur sans vie.
Puis, dans la seconde qui suivit, elle plaqua une main sur ses lèvres, l'air extrémement désolé et donfus. Elle s'inclina profondemment et parla d'une voix empreinte d'une honte immense et d'un grand respect.

" Pardon maître, je ne voulais pas vous déranger. Excusez ma réaction, je vous laisse immédiatement. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 6 Avr - 17:44

Corran entendit les coups porter à sa porte mais ne fit rien pour empêcher la Comtesse d’entrer. Ce qu’elle verrait ne ferait que renforcer la rumeur qui courait sur sa servante et cela lui convenait parfaitement.

La Comtesse entra doucement comme à son habitude et perdit sa contenance en les apercevant tous les deux, l’un sur l’autre. Elle feula puis se repris du mieux qu’elle put et s’apprêta à partir.

Elle avait bien tenté de le séduire quand il l’avait nommée à son poste mais Corran était resté de marbre face aux avances Kareena. Elle était très belle, même selon les standards vampire mais elle manquait d’une certaine sauvagerie, d’une certaine fougue pour lui plaire. Sans compter qu’il ne voulait pas d’une compagne capable de le détrôner un jour. Il était au delà de ça, du moins l’espérait-il. Corran leva la main qui caressait le dos de sa jeune servante et fit signe à Kareena puis dit.

« Voyons, reste Kareena, tu es toujours la bienvenue. Ne sois pas gênée, tu es la seule à pouvoir me voir me nourrir sans devoir en payer le prix. Profites-en ! Viens, entre, et assieds toi où tu veux… mais comme toujours je te déconseille le lit… »

Une petite remarque pour lui rappeler la fois où elle avait tenté de le séduire, la seule fois où il avait levé la main sur elle. Il prit Jissia dans ses bras et se leva. Il lécha le sang qui avait coulé et lui referma sa tunique puis lui déposa un baiser dans le cou, là où il l’avait mordu. Il lui fit un sourire affectueux et dit :

« Apporte une liqueur à la Comtesse et quelques viennoiserie. Je suis sûr qu'elle appréciera»

Il la regarda s’éloigner et se rassis. Quand il fut bien calé dans son fauteuil, il regarda la Comtesse, celle-ci paraissait plus vielle que lui. Cette pensée le fit sourire, il semblait très jeune, à peine sortit de l’âge adulte, peux de personnes non-initiées pourraient le reconnaître pour ce qu’il était. C’était amusant et peu de choses arrivaient à l’amuser, donc il savoura l’idée encore quelques minutes, pendant que Kareena patientait. Il savait celle-ci impatiente et aimait l’obliger à patienter. Il espérait qu’elle apprenne cette vertu et aussi il aimait bien de temps en temps lui signifier qui était le maître.

« Alors Kareena, pourquoi es-tu là, je suppose que ce n’est pas important, sinon tu n’aurais pas perdu de temps. »

Cette dernière phrase sonnait un peu comme une menace, il détestait perdre du temps à cause du protocole et encore plus quand une situation urgente se présentait. Mais il la savait compétante et ne pensait pas une seconde qu'elle commette ce genre d'erreurs grossières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mer 8 Avr - 18:26

« Voyons, reste Kareena, tu es toujours la bienvenue. Ne sois pas gênée, tu es la seule à pouvoir me voir me nourrir sans devoir en payer le prix. Profites-en ! Viens, entre, et assieds toi où tu veux… mais comme toujours je te déconseille le lit… »

Kareena fronça imperceptiblement les sourcils. Le ton légèrement menaçant de son maître la pris au dépourvu. Corran refusait toujours les avances de femmes, quelles qu'elles soient, mais cette fois là, il semblait y avoir eu un semblant de malentendu. Cette nuit-là, où ils parlaient de choses et d'autres, et entre autres de choses personnelles, Kareena avait évoquer Rhyan. Elle savait que Corran ne comprenait pas ses sentiments, elle s'était même parfois demandé s'il était simplement capable de sentiments, mais elle avait pensé sur le moment pouvoir trouver avec lui un peu de réconfort. C'est ainsi qu'elle avait voulu se nicher dans ses bras -peut-être un peu trop brusquement-, et qu'il l'avait violemment repoussée en la frappant.
Bien sur, elle n'avait jamais voulu en reparler avec lui, ni tenter de s'excuser. Elle avait trop peur de sa réaction.

Le Seigneur Vampire était néanmoins en train de faire preuve d'une affection déconcertante pour cette elfe misérable ; affection qu'il ne lui pas accordé à elle, la puissante Comtesse Noire. Elle retint une moue dégoutée.
Il lui ordonna d'aller chercher des friandises ainsi qu'une liqueur, ce qui parvint à arracher un sourire à l'intéressée. Malgré toutes ces contradictions qui faisaient naitre chez Kareena des sentiments étranges et pas forcément positifs pour son maître, celui-ci la connaissait mieux que personne. Après Rhyan.

Kareena choisit un fauteuil rouge foncé où elle alla s'installer. Corran semblait satisfait de quelque chose, et il la fit patienter pendant de longues minutes, un sourire terriblement irritant sur les lèvres. La Vampire n'était pas spécialement impatiente, mais il était vrai qu'elle préférait ne pas avoir à attendre trop longtemps. Elle commençait à s'agiter sur son siège lorsqu'il prit enfin la parole.

« Alors Kareena, pourquoi es-tu là, je suppose que ce n’est pas important, sinon tu n’aurais pas perdu de temps. »

La menace qui planait dans sa voix finit d'achever Kareena. Qu'avait-il donc à ainsi vouloir l'énerver, l'irriter et la provoquer ? Toutes ses envies de discussion s'était évaporées. Finalement, elle aurait dû continuer de s'ennuyer toute seule dans sa chambre, et dans les bras d'un Aristocrate.

C'est donc d'une voix froide et nonchalante qu'elle répondit.

" Non, évidemment, ce n'est pas important. Je suppose de toute façon que tout ce qui vient de moi n'est pas important, n'est-ce pas ? Enfin, passons. Je suis venue vous trouver car l'envie de parler avec vous, de tout et de rien, m'avait prise. Mais si je vous importune, j'insiste sur le fait que je peux vous laisser seul. "

Elle jeta un regard glacial et inexpresif à Jassia lorsqu'elle revint et posa les viennoiseries et la liqueur sur la table.
La Vampire prit délicatement le verre et but une légère gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mer 8 Avr - 19:52

" Non, évidemment, ce n'est pas important. Je suppose de toute façon que tout ce qui vient de moi n'est pas important, n'est-ce pas ? Enfin, passons. Je suis venue vous trouver car l'envie de parler avec vous, de tout et de rien, m'avait prise. Mais si je vous importune, j'insiste sur le fait que je peux vous laisser seul. "

Corran sourit intérieurement, il avait agacé la Comtesse. Celle-ci avait toujours eu du mal à cacher ce genres de sentiments. Il l’a vit se saisir d’un verre distraitement mais toujours aussi élégamment.
Mais il ne voulait pas non plus la choquer, Kareena était importante pour ses plans d’avenir. En plus, elle était très compétente et savait anticiper ses ordres sans toutefois faire preuve de trop d’indépendance.
Et aussi, il savait pour Ryan et cela lui donnait un grand pouvoir sur elle. Si jamais elle le savait, elle ferait tout pour savoir. Le seul autre qui connaissait les tenant et aboutissant était Vlad, c’était le seul que le seigneur avait épargné.
Quand il avait décidé de nommer Kareena Comtesse Noire, il avait tué les autres vampires qui avaient accompagnés Vlad lors de sa chasse. Aucun d’entre eux n’étaient des aristocrates donc c’était passé inaperçu.

En la regardant, il se mit à penser à elle. Elle avait le cou délicat et une poitrine plantureuse. Ses jambes étaient fines et sa peau d’albâtre. Ses lèvres étaient pulpeuses et appelaient aux baisers. Sa silhouette était parfaite et elle avait le maintient d’une reine. Il savait aussi qu’elle était experte dans les jeux de l’amour, elle pourrait lui donner beaucoup de plaisir et personne n’y verrait quelque chose à dire. Tandis qu’il réfléchissait à ça, l’image de la poitrine dénudée de Jissia, la douceur de sa peau et le goût sucré de son sang s’imposa à lui. Cela le perturba tant qu’il écarquilla les yeux. Il essaya de changer le cour de ses pensées.

Ainsi il se pencha pour prendre cette pose si caractéristique chez lui et dit :

« Voyons Kareena, tu crois franchement que je t’aurais invitée à entrer et à t’asseoir si tu m’importunais ? J’avais fini de me sustenter et te voir est toujours un plaisir. Dis-moi, tu sembles t’embêter en ce moment… mais c’est vrai que les choses sont assez calmes. Comment se porte la noblesse ? Toujours aussi accrochée au protocole et aux plaisirs sans intérêt ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 21 Avr - 17:42

Kareena fut pratiquement sûre de voir Corran écarquiller les yeux un bref instant, mais ne put en capter la raison. Cela se passa d'ailleurs si rapidement qu'au final, elle n'était pas certaine d'avoir biein interprété sa vision. Après tout, ce n'était peut être qu'une ombre passagère sur son visage ? Même avec tes capacités visuelles si développées, Kareena ?
Bon, d'accord, ce n'était sûrement pas la solution. Les paroles de son maître, alors qu'il prenait cette pose que la vampire connaissait si bien, la sortirent de ces pensées. Il la rassura, puis lui demanda des nouvelles de la noblesse.

Cela arracha un sourire franchement amusé mais involontaire à Kareena. Elle répondit d'une voix heureuse et moins irritée qu'auparavant.

" Oui, toujours la même chose Monseigneur. Mais vous savez, ce peut être parfois une source d'amusement plus qu'une source de distinction. Je trouve plaisant d'employer toute sorte de mots inutiles rien que pour embellir des phrases. C'est, dirait-on, un art de vivre chez nous. "

Elle sourit et ajouta pour le taquiner.

" Je vous assure, vous devriez essayer. "

Elle avait retrouvé un peu de l'engouement qui l'avait poussée jusqu'ici, et malgré qu'elle ne comprenât toujours pas pourquoi Corran s'était tant attaché à l'énerver, elle tâcha d'oublier la chose.

" Quant aux plaisirs, c'est là le propre de la majorité des Vampires. Luxure en devient presque un homonyme. Toutefois, là encore à mon sens ce n'est pas toujours déplaisant... "

Elle observa un instant son roi, sa beauté froide et perverse, ses yeux d'une sombre violence. Il était, par biens des points, absolument effrayant. Même pour la Comtesse Noire. Elle n'avait jamais songé à contrecarrer ses plans car le pouvoir ne l'intéressait, pour le moment du moins, pas du tout ; mais elle savait que si jamais elle était amenée à le combattre, elle n'aurait que d'infimes chances de réussites. Voire aucune. De plus, elle était consciente que le maître adorait jouer avec cela, pour bien signifier qui commandait, et malgré que cela lui déplut, Kareena devait admettre que c'était le bon moyen pour garder la place. L'histoire des Vampires était peuplée de traitrises et de coups d'état. Néanmoins, elle avait la puissante impression d'être entrer dans une ère de confiance et de solidarité chez les descendants de Caïn. Quelques obsolètes continuaient de jouer avec le feu en complotant des révoltes, évidemment, mais contrairement aux siècles passés, presque aucun Vampire ne venait plus se joindre à eux.

Bonne ou mauvaise chose, Kareena nétait pas encore en mesure d'en décider.
Elle reporta son attention sur Corran, et osa une question plus personnelle tout en gardant un timbre de voix très respectueux.

" Mais vous, Seigneur De Monfort... Vous avez sûrement quelques plaisirs propres à votre personne, comme nous tous... Nest-ce pas le cas ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Dim 26 Avr - 10:54

" Oui, toujours la même chose Monseigneur. Mais vous savez, ce peut être parfois une source d'amusement plus qu'une source de distinction. Je trouve plaisant d'employer toute sorte de mots inutiles rien que pour embellir des phrases. C'est, dirait-on, un art de vivre chez nous. "

Elle sourit et ajouta pour le taquiner.

" Je vous assure, vous devriez essayer. "


Corran pensa : plutôt devenir un elfe. Cet « art » était on ne peut plus idiot et détournait bien trop souvent les vampires d’objectifs plus enrichissant que de ridiculiser son rival. Sans compter ses orgies inutiles où chaque vampire se perdait dans l’extase du moment. Il détestait cet abandon de soi qui pouvait signifier sa propre perte. Il avait tué Ysabella grâce à ça.

" Mais vous, Seigneur De Monfort... Vous avez surement quelques plaisirs propres à votre personne, comme nous tous... Nest-ce pas le cas ? "

Le seigneur vampire sourit, la Comtesse avait mordu à l’hameçon, la rumeur circulerait bientôt que Corran s’était entiché de son esclave.

« Bien sûr, j’ai mes plaisirs mais je n’en n’oublie pas mes responsabilités… La noblesse croit que tout lui est permit, peux d’entre eux arrivent à appréhender ce que nous avons bâtit ici. Nous sommes dans une paix relative mais il ne faut pas oublier ce que nous avons fait subir aux elfes… Nous avons bruler leur forêt, les avons chassés de chez eux et massacrés. Cela pourrait nous arriver si nous ne prenons pas garde et devenons aussi pédant et suffisant qu’eux... »

Corran suspendit son discours quelque instants pour regarder Karrena dans les yeux. Puis il se détendit. Elle était clairement au fait de ses responsabilités, c’était pour ça qu’il l’avait choisie. Elle n’était pas cruelle ou démesurément attirée par le libertinage.

« C’est pour ça que je t’ai choisie Karrena, tu représentes la noblesse telle que je voudrais qu’elle soit. Je ne te dis pas ça pour te flatter, juste pour que tu comprennes que si nous voulons continuer à exister en tant que nation, nous allons devoir apprendre à se ramassis d’hédoniste que nous devons concentrer sur notre survie et pas sur notre plaisir. »

Corran changea de position et adopta un ton plus léger.

« Mais dit moi chère Comtesse, il semblerait que tu aies à tes côtés une nouvelle servante, qui est-elle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabelle De Shram
Spectre Vampirique - Nouvelle Née
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 28
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Dim 26 Avr - 21:58

Justement, à ce moment précis, la jeune créature passa au travers de la porte comme si elle n'avait jamais existé. C'était bien particulier comme phénomène... surtout qu'elle était un vampire. Son visage aux traits doux et fragile était empreint de trouble et d'inquiétude. Son regard bleu-gris froid comme l'acier s'était immédiatement posé sur la Comtesse aux pieds de qui elle s'agenouilla, comme une élève sage et docile.

"Oh! Maîtresse! Vous auriez dû voir ça! Jamais je n'avais... "


Lizabelle se remémora la chasse qu'elle avait entrepris au début de la nuit après avoir salué brièvement la Comtesse. La jeune femme détourna les yeux avec honte, ses longs cils noirs cachaient la pâleur de ses prunelles. Elle n'avait pas changé une miette depuis que Mathusalem l'avait déposé aux pieds du roi des Vampires. Relevant son visage qu'elel avait détourné, son regard croisa celui du roi. Ses yeux s'aggrandirent de surprise et elle posa ses doigts délicats sur ses lèvres. Elle courba l'échine.

"Pardonnez mon étourderie, Votre Majesté. Je ne vous avais pas vu."

Lizabelle se releva, gardant la tête courbée. Elle avait arrêté de respirer, ce qui ne représentait pas vraiment un danger en soit. Seulement, ce phénomène faisait remarquer qu'elle avait gardé l'habitude de respirer. La jeune créature recula pour se placer sur le côté de la Comtesse.

"Je peux disposer si je vous importune... Je suis navrée."


La jeune femme, dernière héritière de la lignée de Shram, était depuis peu la pupille de la Comtesse, mais elle demeurait l'infante de Mathusalem... qui avait récemment disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 46
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 10:43

Toc, toc toc ... trois petits coups délicatement donnés sur la porte communicante, la main sur son ventre ferme et plat, essayant ainsi tant bien que mal de retrouver contenance et surtout de chasser tout air rebelle de ses gestes, Jissia baissa la poignée et poussa la lourde porte, puis pénétra dans la chambre et la balaya d'un rapide coup d'œil, récoltant ainsi les informations dont elle avait besoin.
Le plateau trembla sur sa main lorsqu'elle vit la jeune femme debout prés de la comtesse, la tête courbée. Un éclair de sauvagerie traversa son regard, son poing s'était serré et elle le remonta rapidement sur le plateau, s'y agrippant comme si c'était sa dernière chance, afin de cacher l'émotion qui l'habitait.
Baissant les yeux vers le sol elle se tourna vers le seigneur des vampires et dit :


- Mon maitre désire t il autre chose avant que son esclave ne se retire pour la nuit ? Des rafraichissements peut être?

...* ça calmerai vos ardeurs *
! pensa t elle.

Puis levant le regard pour obtenir sa réponse, elle se rendit compte de l'énorme bévue qu'elle venait de commettre: Non seulement elle avait laissé un peu trop d'ironie poindre dans sa phrase mais en plus, elle l'avait regardé dans les yeux avec un air de glacial défi, comme d'égale à égal. Elle se promit que si elle en sortait vivante elle s'en collerait une toute seule ! Deux ans d'efforts ruinés à cause d'un être dont elle n'avait rien à faire ! Vite il fallait qu'elle trouve une solution. Elle fit un pas titubant de coté, comme si elle défaillait, avant de se rattraper de justesse pour ne pas tomber et baissa le regard d'un air faussement contrit.


- Pardonnez moi maitre, je ... je ... n'ai pas encore eu le temps de diner dit elle d'une voix tremblante ... Arghhh il fallait qu'elle se taise, elle allait finir par se trahir. Heureusement que, lui seul était capable de déceler l'anormalité de son comportement et même s'il se posait des questions, il avait sans doute mieux à faire que se soucier d'une servante.
Espérant tromper sa vigilance avec sa prétendue inanition, elle resta cependant sur la défensive, bien que cela ne lui aurait servi à rien en cas d'attaque vu qu'elle n'avait nulle échappatoire, et garda une attitude humble et servile, tout en jetant un coup d'œil de travers à la nouvelle venue en se disant que s'il la tuait maintenant , cette dernière pourrait prendre sa place. Elle ne put s'empêcher de ressentir un élan de jalousie à cette idée.


- Avez vous faim maitre? dit elle soudain la voix rauque.

Il ne se nourrissait jamais en présence d'autrui et s'il répondait par l'affirmative, elle aurait là l'occasion de se débarrasser des deux gêneuses qui allaient finir par ruiner ses plans ... *et d'une rivale aussi belle qu'elle a l'air doux, tout mon contraire quoi et tout pour lui plaire, lui qui aime les soumises !* persifla une petite voix dans sa tête. Agaçante petite voix qui soulignait toujours ce qu'elle ne voulait pas s'avouer. Elle allait finir par la museler!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 12:12

Justement, à ce moment précis, la jeune créature passa au travers de la porte comme si elle n'avait jamais existé. C'était bien particulier comme phénomène... surtout qu'elle était un vampire. Son visage aux traits doux et fragile était empreint de trouble et d'inquiétude. Son regard bleu-gris froid comme l'acier s'était immédiatement posé sur la Comtesse aux pieds de qui elle s'agenouilla, comme une élève sage et docile.

"Oh! Maîtresse! Vous auriez dû voir ça! Jamais je n'avais... "

Corran tourna vivement la tête alors que la jeune vampire passait la porte et les protections comme si rien de tout cela existait. Il reconnu tout de suite la nouvelle dame de compagnie de la comtesse.

Relevant son visage qu'elle avait détourné, son regard croisa celui du roi.

Le seigneur vampire écarquilla les yeux, elle osait le regarder dans les yeux, peu de vampires osaient .C’était complètement en dehors du protocole. Et c’est ce qui sauva la vie de la nouvelle née.

Ses yeux s'agrandirent de surprise et elle posa ses doigts délicats sur ses lèvres. Elle courba l'échine.

"Pardonnez mon étourderie, Votre Majesté. Je ne vous avais pas vu."

Lizabelle se releva, gardant la tête courbée. La jeune créature recula pour se placer sur le côté de la Comtesse.

"Je peux disposer si je vous importune... Je suis navrée."

A peine eu-t-elle fini de prononcer sa phrase que Corran bondit avec la célérité du démon et fut sur elle. D’un coup d’épaule au plexus, il la plaqua contre le mur. S’en suivit quelque coups au visage, Corran contenait ses coups, il ne désirait pas tuer la jeune vampire, juste lui donner une bonne leçon. Il fini par lui donner un coup de genou qui plia en deux la vampire.

Il remarqua enfin sa servante et sa mise tout à fait désordonnée, ce qui ne semblait pas du tout être normal mais il n’avait pas le temps de s’en préoccuper maintenant. Il lui dit :

« Retourne dans ta chambre, je viendrai te voir dès que j’en aurai fini avec la Comtesse et la jeune folle. »

Puis il tourna son attention vers Lizabelle, elle était recroquevillée au pieds du mur et se tenait le ventre. Il la releva d’une main en lui tenant la mâchoire, ses griffes traçant de petits sillon dans ses joue mais rien de grave ni de permanent.

« Tu n’es pas déjà morte car tu es la servante de la Comtesse mais sache que si je te reprends à pénétré chez moi sans être accompagnée de ta maîtresse ou sans une invitation explicite de ma part alors même la protection de Karrena ne te sauvera pas, c’est clair ? »

Ce n’était pas tout à fait vrai, le seigneur vampire voyait bien tout le potentiel de ce jeune vampire. Encore un bon point pour la Comtesse. Si Lizabelle se révélait assez douée, peut-être finirait-il par lui enseigner des choses lui aussi. Il se tourna vers Kareena .

« Comtesse, tu ferais mieux d’apprendre à cette jeune fille certaines règles essentielles à sa survie parmi nous. »


Dernière édition par Corran De Monfort le Sam 2 Mai - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 46
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 13:39

Elle n'avait jamais eu l'occasion d'assister à un combat de son maitre, c'était vraiment impressionnant! Il se déplaçait avec une telle rapidité qu'il fut sur l'intruse avant même qu'Aya ait quitté son précédent emplacement du regard. Le dernier coup qu'il porta fut un coup de genoux dans le ventre de la jeune vampire et Aya ne pu s'empécher de ressentir de la compassion pour la malheureuse qu'elle avait pensé être une rivale possible. Il fallait avouer que la réaction du vampire ne laissait aucun doute possible sur une éventuelle relation entre eux, de ce fait il n'y avait plus de raison qu'elle ressente de l'animosité envers la victime du seigneur vampire.
Elle se dit également qu'il ne faisait vraiment pas bon être dans les mauvais papiers de Corran De Monfort, elle allait devoir être vigilante au possible et redoubler de prudence ... s'il venait à découvrir ses plans, elle n'aurait sans doute pas autant de chances que la nouvelle venue.

Elle regarda en direction de la jeune vampire, avec un air plus appuyé, un air de sympathie dans le regard à l'état dans lequel elle était et vit quelque chose qui lui semblait étrange en elle. Elle n'aurait pas su définir ce que c'était avec précision, mais un éclat peu commun aux vampires brillait en elle. Chose dont elle n'avait jamais entendu parler auparavant. Il allait falloir qu'elle pense à demander à son faucon s'il pouvait l'aider à avoir des informations la dessus, maintenant qu'il semblait ne pas avoir l'air de vouloir la quitter.


« Retourne dans ta chambre, je viendrai te voir dès que j’en aurai fini avec la Comtesse et la jeune folle. »


L'ordre sec, froid et indifférent la tira de ses pensées, la figeant sur place Il n'y avait plus aucune trace d'affection dans sa voix, presque ... du dédain! Une colère sourde gronda en elle, se crispant au ton de la voix, elle inclina la tête et fit les trois petits pas qui la séparaient de la porte communicante.

- Bien maitre
dit elle froidement dans faux un air de soumission avant de disparaitre dans le petit couloir, éclairé par des candélabres.

Une fois à l'abri, elle s'adossa au mur et calma les battements de son cœur, afin de mieux entendre ce qui se passait derrière la lourde porte close. Des bribes de conversation lui parvenaient bien qu'elle n'entendit majoritairement que la voix du seigneur des vampires qui mettait en garde aussi bien la comtesse que celle qui semblait être sa protégée.
Soulagée et à plus d'un titre elle se dirigea vers sa chambre située à mètres de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 14:00

[HRP : Je propose un ordre de post pour éviter qu'on ne se mélange trop les pinceaux ; Corran, moi, Lizabelle. Ca vous va ? ]




« Mais dit moi chère Comtesse, il semblerait que tu aies à tes côtés une nouvelle servante, qui est-elle ? »

Kareena sourit à la pensée de Lizabelle. Elle ouvrit la bouche pour répondre, mais quelque chose l'en empécha. L'atmosphère de la pièce s'était légèrement refroidie, comme lorsque que Lizabelle était présente... La Comtesse se retourna, et tomba nez à nez avec celle-ci. Elle hoqueta de surprise, tandis que sa protégée la saluait. Comment Lizabelle était-elle apparu ici soudainement ? Avait-elle une nouvelle fois traverser un mur sans y faire attention ?
La Nouvelle Née aperçut Corran, et s'excusa précipitemment, visiblement troublée. Kareena vit alors le regard de Corran. Plus guère trace de courtoisie ni de sympathie. Il fixait Lizabelle. La Comtesse s'avança insctinctivement devant sa pupille.

Alors, tout se passa très vite. Le Seigneur Vampire se jeta sur Lizabelle, évitant la piètre défense de Kareena sans aucun mal, la plaqua contre un mur et se mit à la frapper violemment au visage. La Comtesse, les yeux écarquillés, ne parvint pas à réagir tout de suite. Elle se fit violence mentalement pour enfin bouger, faire un pas dans la direction de son maître et crier :

" Corran, arrête ! "

Mais à peine eut-elle prononcé ces mots que le vampire avait déjà mit Lizabelle à terre d'un coup de genoux au bas ventre, et s'écartait d'elle en sifflant. Il ordonna à la servante, que Kareena n'avait pas non plus vu revenir, de retourner dans sa chambre ; et quand celle-ci aquiescça, elle vit un puissant air de compassion dans le regard qu'elle lança à Lizabelle.
Corran la releva d'une main de fer.

« Tu n’es pas déjà morte car tu es la servante de la Comtesse mais sache que si je te reprends à pénétré chez moi sans être accompagnée de ta maîtresse ou sans une invitation explicite de ma part alors même la protection de Kareena ne te sauvera pas, c’est clair ? »

Kareena dut se retenir pour ne pas se mettre à gronder. S'il touchait à Lizabelle une seconde fois, elle n'était pas sûre de pouvoir se retenir. Il se tourna vers elle, persifflant.

« Comtesse, tu ferais mieux d’apprendre à cette jeune fille certaines règles essentielles à sa survie parmi nous. »

La Comtesse tiqua, battit des paupières, émit un claquement de langue. Elle ferma les yeux, se força à se calmer. Elle les rouvrit et inclina la tête.

" Pardon Maître, cela ne se reproduira plus. Elle vient à peine d'arriver, je n'ai encore pas eu le temps de tout lui expliquer. Pardonnez-moi. Désirez-vous que nous vous laissions ? "

Sa voix était empreinte d'un grand respect ; forcé mais véritable.
Elle espérait avoir adouci la colère de Corran, et que celui-ci les laisserait repartir sans les réprimander. Kareena prit doucement la main de Lizabelle dont les plaies saignaient encore, et se remit imperceptiblement devant elle.

Elle n'aurait jamais soupçonner que voir souffrir sa pupille lui fasse autant d'effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabelle De Shram
Spectre Vampirique - Nouvelle Née
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 28
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 18:30

[HRP : D'accord pour moi.]

Lizabelle fut surprise de la soudaine colère du roi. Heureusement qu'elle l'avait provoqué involontairement. Elle ne voulait pas savoir ce qu'il faisait subir à ceux qui osaient le défier en pleine connaissance de cause. La jeune femme s'était excusée de son mieux, comme il était de circonstance de le faire. Elle endura les coups bravement. Son corps à moitié éthéré assourdissait la douleur et lui donnait une plus grande résistance. Or, à l'instant où elle y songea, elle perdit tout contrôle et redevint entièrement matérielle pour les dernières salves. Lizabelle encaissa de plein fouet l'ultime coup.

Elle venait de chuter au sol, incapable de soutenir la douleur qui s'était abattue sur son corps. Elle fixait le sol avec détermination. Son regard ne se portait plus nulle part d'autre. Elle se redressa, s'adossant au mur tandis que la comtesse se portait garante de sa bonne conduite. Un sang translucide coulait des cicatrices des coups de poignards qu'on lui avait porté avant qu'elle ne meurt au moment de sa transformation. Encore surprise, Lizabelle ne semblait pas comprendre ce qui venait de se passer ni ce que le roi lui avait dit. Tout s'était déroulé si vite. Elle se releva en s'appuyant contre le mur. Elle replaça délicatement les boucles brunes tombées devant ses yeux. La jeune femme avait aperçu une servante... apparemment, les domestiques pouvaient se permettre davantage d'audace que les sujets. La jeune femme sentie la nausée poindre. Elle détestait cet endroit où rien n'avait de logique. Elle haïssait ce monde de non-vie que l'orgueil aveuglait tant qu'il provoquerait sa propre chute un jour.

Lizabelle songea à Mathusalem. Elle le haïssait lui aussi. Elle aurait dû mourir et restée morte ce jour-là. Elle le détestait pour s'être échappé de cette cour de corruption sans l'emmener avec lui. Elle qui était la toute dernière de sa lignée! La jeune femme ne démontrait rien de cette haine physiquement. Elle paraissait calme et sereine, comme toujours. Cette paisible tranquillité n'avait rien à voir avec l'environnement habituel des vampires.

La jeune femme attendit que le roi réponde à savoir si elles pouvaient disposées. Partir sans son autorisation n'aurait qu'aggraver les choses. Même si elle saignait abondamment, Lizabelle demeurait immobile et coite. Elle sentait l'odeur de son propre sang. Il était fait d'effluves sucrés, mais léger... et pourtant entêtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 27 Avr - 19:26

[HRP : Pour moi aussi faudra intercaler Aya aussi ^^]

Corran regarda le sang dégouliner de la nouvelle née et si dit qu'il y avait été un peu fort. Il la lâcha. Cette dernière avait du mal à tenir debout et tremblait. La réaction de la Comtesse cependant inattendue. Elle semblait déjà tenir très fort à Lisabelle, cela n'augurait rien de bon, Natasha avait payé le prix de ce genre d'attachement. Il devrait en parler en tête à tête avec le Comtesse, il ne voulait pas que les nobles puissent avoir un quelconque moyen de pression sur elle.

Il se tourna vers Kareena et la regarda. Elle essayait tant bien que mal de conserver une mine détendue mais elle était complètement défaite. Elle avait les poings serré et son regards semblait partager entre la colère, la peur et la tristesse. Aurait-elle pu oublier toute prudence et l'attaquer ? Il espérait que non car ni Kareean ni Lysabelle ne pouvait quoi que ce soit et lui ne voulait pas se trouver un nouveau bras droit.

" Pardon Maître, cela ne se reproduira plus. Elle vient à peine d'arriver, je n'ai encore pas eu le temps de tout lui expliquer. Pardonnez-moi. Désirez-vous que nous vous laissions ? "

Il lui répondit avec une voix douce et calme :

"Non Kareena, ne partez pas, nous n'avons pas fini de parler. Alors asseyons-nous et parle-moi de cette jeune fille insouciante."

En disant ça il regarda de nouveau Lisabelle, cette dernière faisait peine à voir, il eu l'once d'un petit remord il était maintenant claire que la jeune vampire ne savait pas du tout ce qu'elle faisait. Elle portait les marques de ses coups et des ses griffes. Cela ne dénaturait aucunement la beauté et la douceur de son visage. Il prit la jeune femme par le poignait et la força à s'assoir dans son fauteuil. Il soupira et dit :

"Karrena, ta protégée sait-elle déjà utiliser La Délectation Sanguinolente ? Si non apprend lui maintenant."

Sans attendre de réponse il passa une de ses griffes sur son autre mains faisant apparaitre un filet de sang. Il tendit sa main à la jeune femme attendant qu'elle fasse ce qu'il faut. Ce serait une bonne occasion de voir si la petite était doué. Et aussi une façon détournée de la soigner. Ensuite il ne voulait pas non plus faire de la peine à Kareena, cette dernière ne le méritait pas.

Ensuite, il cria bien fort :

"Jissia, apporte un rafraichissement pas trop corsé pour notre nouvelle invitée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 28 Avr - 18:03

[ Okay, ben elle pourra poster après Lizabelle, si ça va ^^]



"Non Kareena, ne partez pas, nous n'avons pas fini de parler. Alors asseyons-nous et parle-moi de cette jeune fille insouciante."

La Comtesse aquiesça doucement et attira Lizabelle vers un des sofas, en face de Corran. Elle la fit s'assoir à côté d'elle, et se mit à parler d'une voix légèrement hésitante.

" Eh bien... Je ne sais pas vraiment que vous dire, maître. Elle vient d'arriver et ne connait pas encore toutes les règles. Il semblerait également qu'elle n'ai pas tout à fait connaissance de ses capacités... "

Elle regarda sa pupille et lui sourit, encourageante. Puis, le Seigneur Vampirique attira brusquement Lizabelle vers lui et demanda si elle connaissait la Délectation. Kareena, pas exactement sûre de la réponse (car Lizabelle avait tout aussi bien pu l'apprendre plus ou moins seule ou avec son oncle), préféra tout de même préciser la manière de faire à sa protégée.

" Non, pas encore. Lizabelle, tu dois essayer de sentir la magie vampirique dans ton sang... Te concentrer dessus, puis prononcer doucement, en articulant bien, cette formule : Si je t'offre un baiser... Offre moi ton âme... Et après l'avoir dite, boire quelques gouttes du sang de notre maître. Cela te soignera. "

Elle attendit en silence, un peu tendue, que son amie tente l'expérience. Elle était certaine que celle-ci pouvait y arriver sans problèmes, mais elle redoutait que la présence violente et inquiètante de Corran ne fausse trop sa concentration... Elle l'observa en s'efforçant de lui communiquer toute sa force.

Le Seigneur Vampire avait en attendant appelée Jissia, pour qu'elle revienne servir à boire à Lizabelle. Kareena se questionnait à présent sur la jeune servante, maintenant que l'adrénaline du moment précédent s'était dissipée. Elle était certaine de l'avoir vue arriver en colère, parlant à Corran d'une manière qu'il n'aurait probablement pas tolérée d'ordinaire. Elle regardait à ce moment là Lizabelle comme une profonde ennemie... Mais lorsque Corran s'était mis à la frapper, le regard de Jissia était devenu compatissant et amical. Qui était donc cette petite ? Etait-elle réellement une simple servante ? Etait-elle seulement la servante de Corran... ? Kareena n'en avait à vrai dire pas grand chose à faire, mais elle savait que ce serait quelque chose qui ravirait tous les Aristo avides de commérages. Peut-être pourrait-elle s'en servir un peu, finalement. Devenait-il alors intéressant d'en apprendre plus ?

Elle chassa ces pensées d'un battement de paupières, et reporta toute son attention sur son protégée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabelle De Shram
Spectre Vampirique - Nouvelle Née
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 28
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 28 Avr - 18:56

Lizabelle se laissa docilement entraîner par la comtesse et s'assit près d'elle sur le sofa. Son sang ne cessait plus de couler, même si elle ne paraissait pas s'affaiblir autant qu'elle aurait normalement dû pour un flot aussi continue. Cela ne faisait pas grand chose à la jeune femme que l'on parle d'elle comme si elle n'était pas là en sa présence. Les nobles faisaient souvent cela, et ses parents n'échappaient nullement à la règle. Ses parents... La vision de leurs corps entrelacés en une dernière étreinte éternelle. Cela avait un côté romantique tout à fait grotesque et hors contexte. Elle sursauta imperceptiblement au sourire de la Comtesse et le lui rendit faiblement.

Lizabelle se tendit légèrement sous la poigne du roi, mais suivit tout de même jusqu'à s'assoir avec élégance dans le siège que lui offrait Corran. Elle le remercia sans même le regarder en face d'un petit mouvement de la tête. La créature vampirique écouta attentivement leur dialogue et n'osa intervenir lorsque la Comtesse se montra peu sûre de la réponse juste. Il fallait qu'elle attende qu'on la désigne pour un tour de parole... ce qui ne se ferait sans doute pas. Elle posa les yeux sur Kareena lorsque celle-ci lui expliqua et hocha de la tête avec un petit sourire qui lui disait qu'elle savait déjà. Mathusalem en avait usé de nombreuse fois afin de soigner ses plaies qui se rouvraient souvent à l'époque. Lizabelle observait la main que le roi venait d'ouvrir et glissa un regard à la Comtesse afin de s'assurer de son aval. Quand elle fut rassurée sur sa permission, elle prononça la dites formule à mi-voix, dans une langue ancienne que Mathusalem lui avait apprise.

Sa main pâle et d'un froid étrange se posa sur celle du roi. La sensation ressemblait étrangement à la caresse d'une brise fraîche, presque comme si elle allait le traverser d'un moment à l'autre. Son regard se mit à luire de cette même lueur assassine que la veille, lorsque la Comtesse l'avait trouvé sur la Place. Elle la réprima afin que son instinct n'enfle pas au point de lui faire faire des bêtises. C'est avec une douceur, qui pouvait aisément être prise pour une sorte de sensualité, qu'elle se mit à boire le sang du roi. Elle sentie l'énergie courir dans ses veines et eût un frisson qui la rendit intangible une fraction de seconde. Lizabelle bu peu de sang, mais tout de même assez pour se régénérer.

Elle posa ses doigts délicats sur ses lèvres et sortie un mouchoir de sa manche de dentelle pour essuyer les quelques gouttes de sang qui y perlaient encore. Sans lever les yeux, Lizabelle murmura :


"Merci, Votre Majesté. Ce n'était pas nécessaire..."


Ses plaies s'étaient lentement refermées et elles ne saignaient presque plus. Il faudrait quelques minutes encore pour que la magie achève son oeuvre. Lizabelle n'osait plus bouger ni prononcer une seule parole. Elle n'osait pas non plus décliner ce breuvage qu'il voulait lui faire apporter. Les yeux bleu-gris de la jeune femme se levèrent un bref instant vers la Comtesse pour s'assurer qu'elle faisait tout en règle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 46
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 28 Avr - 20:36

Elle s'arrêta avant de pousser la porte de la chambre du seigneur des vampires et jeta un coup d'œil à son entaille sous le cataplasme.
Un sourire émerveillé éclaira son visage dans la pénombre des candélabres, la cicatrisation avait déjà commencé et le cataplasme faisait effet. Elle le remit en place et rabaissa la manche de son uniforme dessus afin de ne pas attiré l'attention sur elle, oubliant que les vampires sentaient le sang à des lieux à la ronde.* Que les elfes sont doués en médecine et que les humains étaient ingénieux!* songea t elle *Dommage qu'ils ne puissent pas s'allier ne serait ce que dans ce domaine là. Enfin mieux vaut croire que les vampires étaient des anges que de croire que les elfes et les humains parviendraient un jour à s'entendre.*

Trois petits coups annoncèrent son arrivée, puis elle pénétra, le regard rivé sur son plateau et le pas lent. Relevant légèrement la tête, elle faillit s'étrangler à ce qu'elle vit :

La nouvelle venue assise dans le fauteuil du seigneur des vampires, s'abreuvait à la main de ce dernier et semblait y prendre gout; Le plateau trembla. Raffermissant sa prise, elle serra la mâchoire et se dirigea vers la jeune femme lui offrant son verre de liqueur de framboise, bien qu'apparemment elle n'en ai plus besoin, elle ignorait ce que la potion d'herbes purificatrices pourrait avoir comme effet mais normalement ça ne devrait pas lui faire de mal, elle la regarda dans les yeux avec son air de tristesse habituel et ébaucha un sourire à son intention, signe de sa compassion, la pauvre, n'avait pas demandé à être dans cette état elle ne devait pas l'oublier.
Puis elle se redressa, et tendit le calice encore fumant à son maitre, une lueur colérique passa un instant dans ses yeux doux lui donnant un air de chat sauvage prêt à bondir, elle se demanda alors s'il reconnaitrait son gout à travers les épice et s'il sentirai sa blessure, et ... ce qui allait se passer une fois qu'il aurait ingurgité le mélange !! Sans s'en rendre elle leva les yeux vers lui et admira son beau visage, son regard s'attardant sur les lèvres fines et froide du vampire, avant de terminer sur ses yeux brillants, qui fixaient le corsage déboutonné et la naissance de ses seins, un air de défi lui fit lever le menton avant de devenir toute rouge et de baisser la tête en revenant à la réalité.

Faisant demi tour, elle fonça sur la comtesse noire et lui tendit la coupe qui lui était destinée, en fulminant intérieurement. Elle faisait de plus en pus d'erreurs de débutante ! Il fallait qu'elle se calme! * A quoi ça rime?? tu n'es pas bien ma vieille! Bon dés ce soir tu vas aller choisir un esclave et calmer tes envies avant de nous conduire au désastre*. Une fois la comtesse servie, elle se retira puis se retourna vers le maitre et demanda de sa petite voix rauque:


- Mon seigneur et mesdames dineront ensemble ? Le maitre veut t il que je fasse préparer un diner spécial ?

Attendant la réponse elle continua à fixer obstinément le sol en se reculant et en serrant le petit plateau contre elle ce qui faisait ressortir sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Sam 2 Mai - 21:03

Corran regarda Kareena expliquer à sa pupille comment elle devait faire. Il était clair en y regardant bien que Lysabelle savait déjà comment faire. Mais les coups et la peur que devait lui inspirer le seigneur vampire pouvait faire échouer la nouvelle née. Celle-ci regarda la Comtesse et chercha son approbation avant de s'exécuter. Elle récita la formule et pris délicatement la main de Corran et lécha le sang qui en coulait.

Pendant que Lisabelle ce régénérait, Jissia sortit de sa mansarde et entra dans la pièce avec de quoi rafraichir tout le monde, non sans avoir donner trois petits coups à la porte. Corran pu voir les trait de sa servante changer. Celle-ci semblait en colère, décidément elle n'est pas du tout matée, pensa Corran. Il s'était surement trompé sur elle, il devrait faire attention et la tester pour voir ce qu'elle cachait. Son sang en partie elfique était délicieux mais ses grand yeux cachaient quelque chose. Il la vit se ressaisir et apporter les rafraichissements demander. Il la regarda faire le service et s'attarder sur lui, elle fini par rougir et lui lancer un regard empli de défi.

Tandis que la jeune vampire finissait de s'abreuver, Jissia lui posa une question.

- Mon seigneur et mesdames dineront ensemble ? Le maitre veut t il que je fasse préparer un diner spécial ?

Corran l'écouta d'une oreille distraite, l'odeur émanant du gobelet réservé à Lisabelle était suspecte. Il sentait à plein nez la magie elfique, il ne devait pas laisser boire ça à la nouvelle née sinon elle passerai au mieux un mauvais quart d'heure au pire elle mourrait. La Comtesse Noire exigerait à coup sûr la tête de Jissia et Corran n'était pas disposé à perdre sa servante, du moins pas avant d'avoir pu apprendre la vérité sur elle. Mais Lisabelle avait fini de se soigner, celle-ci essuyait élégamment sa jolie bouche avec un mouchoir.

"Merci, Votre Majesté. Ce n'était pas nécessaire..."

Corran lui tapota la tête gentillement et lui dit :

"Ce n'est rien, ma petite. Tu sembles précieuse à ma chère Comtesse, cela est suffisant pour que je prenne soin de toi. Tu vas certainement me rencontrer souvent. Si tu te montres assez intelligente, je pourrais me laisser aller à t'enseigner certaine chose. Mais si j'apprends que que ce qui ce passe ici filtre au dehors, même la Comtesse ne pourra rien pour toi."

Pendant qu'il parlait il se dirigea vers la coupe contenant le liquide empoisonner. Il la pris et l'huma pour trouver ce qu'avait mis sa servante. Il trouva facilement, c'était presque la même odeur nauséabonde que les elfes blessés qu'il avait tué lors de la guerre avaient. Ainsi sa servante avait seulement voulu guérir la petite. Il prit la coupe et vida son contenu dans le feu sans rien expliquer au deux autres. Sa servante avait été en contacte avec les elfes car elle en connaissait vraisemblablement la magie de base. Il se tourna vers elle et dit :


"Va cherchez quelque chose d'autre pour Lysabelle, je te prie." Il aurait une discutions avec elle, et si les réponses ne lui plaisaient pas, elle le payerais chère...

Il invita Lysabelle à rester où elle était et se tourna vers Kareena. Celle-ci impassible semblait attendre patiemment que Corran s'occupe d'elle.

"Alors Kareena explique-moi l'histoire de cette petite, je ne la connais toujours pas en détaille. Et n'oublie pas de me dire pourquoi elle semble être si...spéciale"

Il se saisit de sa coupe et sentit tout de suite que le sang de Jissia était le principal élément du breuvage. Il bu une gorgée et adora le gout poivré, décidément cette servante était particulière.

[hrp J'ai fait exprès de me retenir d'aller lire la bio de Lysabelle pour pouvoir poser ce genre de question ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Lun 4 Mai - 18:10

Tandis que Corran parlait à Lizabelle, une touche menaçante dans ses paroles, Kareena fixait la coupe que la servante venait d'apporter à sa pupille.
L'odeur qui s'en dégageait ne pouvait être en aucun cas uniquement celle de sang. Il y avait autre chose dedans. Et cet autre chose titillait nerveusement les narines de la Comtesse. Elle n'en était pas certaine, mais elle pensait avoir reconnu certaines fragrances de plantes... De plantes médicinales. De son vivant, Kareena avait été une grande magicienne, et la magie humaine étant essentiellement composée de sorts de soin, elle avait acquis de grandes connaissances dans le domaine. Ce n'était pas le fait que Jissia cherchât à aider Lizabelle qui faisait tiquer Kareena (elle avait déceler auparavant le regard compatissant de celle-ci), c'était l'origine des plantes. Elle ne s'y connaissait pas vraiment en magie elfique, mais ces plantes-là sentaient la forêt et la magie sylvaine a des lieux à la ronde. Pour elle, en tout cas.

Mais cela voulait donc dire que Jissia avait des connaissances en médecine, donc en magie... Et qui plus était, en magie elfique. Etait-elle en partie elfe ?
Aux yeux de Kareena, celle-ci ne pouvait alors représenter plus qu'un danger. Ou une aide... Selon son camp. D'ailleurs, alors qu'elle la détaillait, la Comtesse se rendit compte de son allure fièe et de ses muscles finement dessinés. Guerrière, en plus de ça ?
Non, il ne fallait tout de même pas chercher si loin.

Kareena chassa ces pensées de son esprit, pour se concentrer sur Corran. Qui justement, empoignait la coupe et... La jetait dans le feu de la cheminée. La Vampire commença par écarquiller les yeux, puis finit par se rendre à l'évidence : une servante n'avait nullement le droit d'apporter sa touche personnelle aux commandes du roi, si bienfaisante soit-elle.

Le Seigneur Vampire revint s'assoir et raporta son attention sur Kareena.

"Alors Kareena explique-moi l'histoire de cette petite, je ne la connais toujours pas en détaille. Et n'oublie pas de me dire pourquoi elle semble être si...spéciale"

La Comtesse sourit doucement, et prit quelques secondes pour réfléchir à sa réponse, avant de la formuler prudemment.

" Eh bien, c'est son oncle qui l'a sauvée et amenée ici ; vous le savez puisqu'il vous a supplié de l'autoriser à lui offrir le baiser de sang. Elle était à l'article de la mort lorsqu'il la mordit, et un instant, elle mourrut. Son corps disparut, pour se reformer plus loin. Nous ne savons pas vraiment ce qui s'est produit ni si elle est fondamentalement différente de nous -ce dont je doute- mais il est sur qu'elle possède des capacités qu'aucun de nos semblables n'a jamais effleuré. "

Elle observa Lizabelle, ne savant trop si elle devait continuer à expliquer. La petite n'avait peut-être pas envie d'être cataloguée, de plus, il était apparu à Kareena la nuit dernière, lorsqu'elles avaient discuté toutes les deux, que la nouvelle-née était quelque peu effrayée par sa condition.
Alors, Kareena osa proposer que ce soit celle-ci qui finisse de parler d'elle-même.

" Mais, Monseigneur, si cela ne dérange point, je pense que la mieux placée pour vous parler de Lizabelle est encore celle-ci, je préfère donc lui laisser la parole et terminer ce que j'ai commencé... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabelle De Shram
Spectre Vampirique - Nouvelle Née
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 28
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 5 Mai - 18:16

Lizabelle écouta sagement les paroles de son roi et acquiesça avec humilité. Elle se risqua même à lui faire un léger sourire mi-doux mi-carnassier. Ses yeux se mirent à luire de cette lueur de soif et de prédateur. Elle tourna son regard vers la servante, sentant son coeur palpitant... son sang chaud circulant dans ses veines au rythme des battements de son coeur. La jeune créature ferma les paupières, apaisant lentement la bête en elle. Le goût du sang du seigneur vampire avait éveillé sa soif et son envie de boire. Lizabelle fut, néanmoins, capable de lutter contre sa faim. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, ils étaient redevenus normaux. Elle avait soulevé les paupières juste au moment où le roi jeta le contenu d'une coupe dans le feu. Lizabelle interrogea la Comtesse du regard, mais dut retourner son attention sur le roi.

Ce dernier ordonna à la servante d'aller chercher autre chose à boire pour elle. La jeune femme ne réagit pas. Peut-être la domestique avait-elle voulu l'empoisonner? Ou peut-être lui avait-elle servi la boisson la plus infecte qui puisse être? Toujours est-il que Corran ne se soucia plus vraiment de la servante quand il se mit à interroger la Comtesse sur sa pupille. Lizabelle se tint droite, sans broncher, sans montrer la moindre émotion. Elle laissa sa protectrice raconter ce qu'elle savait sans trop s'aventurer sur un terrain qui soit glissant.

La jeune femme acquiesça légèrement lorsque la Comtesse sembla hésiter sur certain point. Même si Lizabelle n'appréciait pas particulièrement que l'on parle de ses capacités spéciales. Lizabelle ouvrit les yeux un peu plus grand quand la Comtesse proposa qu'elle poursuive elle-même les explications. Elle sembla réduire considérablement de taille. Elle aurait préférée disparaître.

La créature spectrale n'osa rien dire. Ni s'opposer ni accepter. Elle observa le roi et la comtesse afin de chercher leur accord ou au contraire. Elle ne pouvait parler tant et aussi longtemps que le seigneur ne lui indiquerait pas qu'il lui donnait le droit de parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 46
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 5 Mai - 19:02

"Va cherchez quelque chose d'autre pour Lysabelle, je te prie."

Elle le regarda, les yeux écarquillés, jeter le contenu du verre dans l'âtre ainsi que les regards, soupçonneux de lisabelle et mi-interrogateur mi intéressé de la comtesse noire. Elle maitrisa avec peine la colère qui la submergeait, elle l'aurait volontiers étranglé, se dit elle une lueur courroucée dans le regard ... et un sentiment de peine dont elle n'arrivait pas à identifier l'origine. Elle avait mis des jours et des jours avant de réaliser sa liqueur et en avait donné à la jeune nouvelle née par pitié et compassion ... Elle fulminait, décidément au regard qu'elle avait eu, cette jeune vampire ne semblait pas valoir mieux que ses compères! Elle aurait du doubler les doses d'épices qu'elle avait mis dans son verre à LUI!! se dit elle pendant qu'il l'avalait sans ciller, avant de la regarder un air intrigué au fond de ses brillantes billes vertes.

Sentant le rouge lui monter aux joues, elle salua son "maitre" de la tête et se dirigea vers le comptoir à boissons afin de servir un léger remontant à la nouvelle venue.
Cet état de servitude lui pesait de plus en plus! Elle, une élite, une paladine dont les mérites étaient reconnus par tout ses supérieurs, captive et servante du seigneur des vampires! Plus tôt mourir!
Elle se hâta de servir l'invitée du vampire, pressée qu'elle était de reprendre son entrainement, il fallait qu'elle accélère la cadence si elle ne voulait pas moisir ici se disait elle en reculant et en se mettant légèrement en évidence, attendant la réponse pour le diner.

Perdue dans ses propres pensées, elle écoutait d'une oreille distraite la conversation, lorsque les paroles de la comtesse l'interpellèrent:

Elle était à l'article de la mort lorsqu'il la mordit, et un instant, elle mourut. Son corps disparut, pour se reformer plus loin. Nous ne savons pas vraiment ce qui s'est produit ni si elle est fondamentalement différente de nous -ce dont je doute- mais il est sur qu'elle possède des capacités qu'aucun de nos semblables n'a jamais effleuré. "

Elle releva la tête instinctivement à ces mots. Serait il possible que ...? non ! impossible! Son père lui avait parlé de ce genre de phénomènes, lors d'une discussion qu'ils avaient sur les liens entre les elfes et les anges, mais ils étaient extrêmement rares ... et encore c'était peu de le dire ! Il lui avait expliqué que quand une âme pure venait à s'éteindre naturellement ou qu'elle, destinée à quelque chose de grandiose dans les cieux, était prise violemment, elle était accueillie par les anges de la miséricorde et devenaient des "thénautes", comme les avaient nommés son père, leur destin étant de rejoindre le cortège des anges. Mais parfois, un fait étrange se produisait sous l'effet d'interventions extérieures, l'empêchant d'accomplir leur destinée, et créant ainsi des singularités extraordinaires comme celle là. Elle ne pensait pas se tromper de beaucoup d'après ce qu'elle venait d'entendre, l'événement aurait eu lieu au moment où la jeune femme, ou plus exactement son âme blanche, trouvait sa nouvelle voie, sa nouvelle vie, mais son oncle apparemment ne voulant pas la laisser partir l'avait transformée en vampire au même moment ... la rappelant sur terre et créant un déséquilibre lui conférant ainsi ce pouvoir. Elle regarda la nouvelle née ...
Elle comprenait pourquoi elle éprouvait ce sentiment de compassion envers elle, son coté elfe sans doute était attiré par la pureté de la jeune femme. Malheureusement elle ne pouvait rien faire pour l'aider. Cela nécessiterai une trop grande magie, comme celle de la comtesse noire. Magie qu'elle ne possédait pas. Elle soupira, rien ne confirmait cette supposition hormis les quelques faits, mais c'était troublant.
Se souvenant qu'elle n'était pas seule et qu'il ne valait mieux pas se faire démasquer si elle voulait s'enfuir, elle se ressaisit et baissa les yeux sur son plateau, espérant que personne n'avait surpris la lueur d'intérêt qui s'était allumée dans ses yeux, faisant ainsi papillonner ses prunelles améthystes.


Dernière édition par Aya Snowtiger le Jeu 7 Mai - 15:51, édité 1 fois (Raison : correction de synonymes, ponctuations et majuscules)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 34
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Jeu 7 Mai - 15:54

" Eh bien, c'est son oncle qui l'a sauvée et amenée ici ; vous le savez puisqu'il vous a supplié de l'autoriser à lui offrir le baiser de sang."

Corran réfléchit très vite, oui c'est vrai, le vieux Mathusalem l'avait supplié de lui laisser transformer sa petite fille. Ce vieux vampire était de la vieille école, il ne faisait jamais rien d'important sans en référer au roi en fonction. Cela pouvait avoir un côté assez ennuyant mais le vieux vampire était tellement fidèle au pouvoir en place (et puis on arrivait pas à son age sans être puissant) qu'accéder à cette petite requête n'était rien du tout. Du moins c'est ce qu'il avait pensé sur le moment. Le cas de Lisabelle était vraiment étrange, il faudrait qu'il se replonge dans les vieux grimoire de Natasha pour savoir ce que Lisabelle subissait et comment il pourrait en tirer profit.

" Mais, Monseigneur, si cela ne dérange point, je pense que la mieux placée pour vous parler de Lizabelle est encore celle-ci, je préfère donc lui laisser la parole et terminer ce que j'ai commencé... "

Il se tourna alors vers la jeune vampire, celle-ci ne semblait rassembler ses pensées pour parler. Il patienta un petit moment, pour finir il en vint à la conclusion qu'elle attendait qu'on lui donne la parole. Alors qu'il allait dire à la jeune vampire de parler, il remarqua l'attention toute particulière qu'avait sa servante pour cette conversation. Ca et les plantes dans la boisson de la petite, le roi vampire ne pouvait laisser la servante hors de vue. Il se tourna vers Jissia, elle se tenait droite et son regard intéresser avait disparu. Elle tenait son plateau contre sa jolie poitrine et faisait semblant de ne pas entendre ce qui se disait. et dit :

"Jissia viens sur mes genoux" dit-il en tapotant ses genoux.

Cela renforcerait la conviction de la Comtesse qui penserait assurément que la demi-elfe était le jouet de son maître et lui permettrait de tenir à l'oeil la captive pas si soumise que ça et puis il aimait le contact de sa peau et son odeur... Il se ressaisit, il ne devait pas se laisser distraire. Il fixa donc la jeune vampire.

"Tu peux parler ma petite, je me souviens bien de ton grand père, un bon sujet, loyal et puissant. Maintenant que la kareena m'a rafraichit la mémoire, je me souviens un peu de toi. Parles sans retenue, raconte-moi comment tu as été créée, ce que tu as ressenti et aussi ta vie avant de rejoindre les enfants de la nuit.."

Il repensa à sa propre jeunesse, sa vie de jeune noble, négociant en vin. Sa première chasse seule, la fois où il avait tué son propre père. Ce souvenir lui rappela autre chose, une vielle rencontre, une déchue plus puissante que lui. Mais une agréable rencontre. Avait-elle survécue à la guerre des démons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 12 Mai - 19:50

[Désolée de vous avoir fait attendre >.<" !]


"Jissia viens sur mes genoux"

Kareena s'efforça de rester stoïque.
Elle avait du mal à se faire un avis sur cette humaine. Que ce soit la fille de joie de Corran, cela ne l'intéressait guère ; mais qu'elle soit si proche du roi et pourtant visiblement si... Puissante ? Sans lui faire peur, cela la turlupinait. Etait-elle pour ou contre Corran ? Prête à tuer pour lui, ou à le tuer lui ? La Comtesse ne parvenait pas à cerner la servante, et cela la dérangeait grandement.

Au bout d'un silence presque embarasant de sa longueur, le Seigneur Vampire comprit la gêne excessivement modeste de Lizabelle, et il l'autorisa à parler... Lui demanda même des choses sur sa vie d'avant.

Kareena se tourna vers sa protégée, espérant ne pas trop montrer à Corran le désarroi qui s'était emparé d'elle. Lizabelle allait-elle parvenir à parler de tout cela sans s'emmêler en taisant des choses, ou en se faisant souffir ? La Comtesse Noire hésita un instant à répondre à son maître qu'il valait peut-être mieux pour le moment ne pas l'interroger sur sa vie précédente, mais elle resta finalement coite. Si sa pupille dérapait ou commençait à ne plus pouvoir parler, ou quoi que ce soit d'autre, Kareena rattraperait le coup.

Elle lui fit donc un grand sourire avenant et encourageant.
Elle se tourna ensuite vers Corran et Jissia, prête à aider Lizabelle s'il le fallait... et épiant aussi discrètement les réactions, inconscientes ou non, de la servante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabelle De Shram
Spectre Vampirique - Nouvelle Née
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 28
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mar 12 Mai - 21:41

Lizabelle constata le soudain intérêt de la servante du coin de l'oeil, mais ne fis aucun geste signifiait qu'elle avait capté ce moment plutôt incongru. La domestique semblait changer d'avis à chaque minute sur elle, mais la jeune créature vampirique comprenait parfaitement ce que devait ressentir l'humaine. Vivre ici ne devait avoir rien d'un conte de fée, surtout en tant que vivante parmi les morts. Même si la Comtesse semblait se méfier, Lizabelle ne pouvait pas en faire autant. En espérant qu'elle n'en paierait pas trop cher le prix. Cependant, Lizabelle fut choquée d'entendre le roi inviter la servante à s'assoir sur ses genoux. Tant de familiarité! Elle aurait certainement rougie si elle avait pu devant un manque flagrant de pudeur... elle qui avait reçu une éducation plutôt prude.

Lizabelle prit grand soin de ne rien démontrer du dérangement que cela provoquait chez elle cette proximité physique entre le roi et la servante. Elle leva ses yeux bleu-gris pâles, mais scintillants de mille feux sous la caresse des rayons lunaires. Son visage pâle aux grands yeux ornés de longs cils noirs rappelait celui des plus belles poupées de porcelaine. Ses boucles brunes nouées en un chignon stylisé rehaussait la ressemblance. Elle réfléchit un moment puis sembla avaler sa salive avant de commencer :


"Je suis née Lizabelle Ayanna de Shram, cadette du Comte de Shram. J'avais une soeur et un frère aînés, deux parents aimants, une vie tranquille et rangée. J'ai reçu l'éducation que toute jeune fille de mon rang se doit de recevoir. Je crois même que j'étais promise à l'époque, même si mes parents ne m'en ont jamais rien dit. Les mariages arrangés sont si souvent sources de problèmes lorsque la fiancée décide, par jeunesse et insouciance, d'échapper à tout cela et de s'opposer à ce qui, au bout du compte, se produit de toute façon. Ah... Vaine résistance."


La jeune femme sembla se perdre dans les méandres de ses pensées. La fiancée de son bien-aimé, le duc Mévérick, elle, avait été beaucoup trop heureuse d'être promise à un homme tel que lui. Son orgueil avait enflé dans des proportions que Lizabelle n'avait jamais soupçonné possible et sa jalousie avait commandité la mort de quatre innocents sans parvenir à éradiquer la seule véritable cible. Le spectre reprit tranquillement :

"Ce fut d'ailleurs un mariage arrangé qui provoqua mon malheur. Pas le mien. Ce n'était même pas une fiancée qui cherchait à échapper à son destin. Ç'en était plutôt une qui avait peur qu'il lui échappe. J'imagine que tout aurait pu être différent si seulement sa jalousie n'avait pas été aussi maladive. Elle commandita mon assassinat. Malheureusement, s'il y avait des témoins... Il en serait fini d'elle et de ses rêves de miel et d'or. Mes parents sont morts les premiers, en silence. Puis ma soeur, Malista. Je me suis enfuie du castel... avec mon frère. Nous avons gagné la plage, mais là... ce fut son tour."


Lizabelle ferma les paupières. Les images du cauchemar défilaient à nouveau dans sa tête. Chaque scène était détaillée avec une cruelle précision et elle percevait la moindre parcelle de ces images avec une lucidité qui lui noua la gorge. La jeune femme rouvrit ses yeux. Des larmes lumineuses et translucides s'écoulaient sur ses joues soyeuses calmement. La sérénité qu'elle inspirait n'était trompée que par la douleur indescriptible qu'exprimait son regard. Les larmes coulaient sur son menton et s'accrochaient désespérément à sa peau délicate jusqu'à ce que le poids du chagrin qu'elles portaient ne deviennent trop lourd à porter. Alors, elles tombaient telles de minuscules boule de lumière jusqu'à ses genoux où elles disparaissaient. Elle inspira profondément. Ses traits reprirent leur impartialité et les larmes cessèrent de couler.

"J'ai reçu un premier coup de poignard dans le dos... Puis dans la main..."

Elle ouvrit doucement sa paume où une cicatrice fine et pâle confirmait ses dires. Lizabelle referma son poing, comme si elle ressentait encore la cuisante douleur de la lame traversant tous les nerfs de sa main et les muscles. La jeune femme reprit :


"Il m'a poignardé ensuite... En pleine poitrine. Puis tout s'est embrouillé. J'ai vu une ombre fondre sur lui. Je n'ai pas très bien compris. Quand je revis autre chose que du noir, je me suis vue, étendue sur le sable blond. Il y avait Mathusalem et un autre individu. Ce dernier s'est occupé d'emporter le corps de l'assassin. Mon arrière-arrière-arrière-grand-père s'est chargé de me ramener ici. Comme je voyais un cordon argenté relié mon corps à mon... à mon esprit, j'ai suivi. J'avais si peur que ce lien ténu ne se brise si j'osais m'éloigner trop loin. Peu de temps avant d'arriver ici, j'ai sombré dans le noir. Puis j'ai ouvert les yeux. J'étais à vos pieds et Mathusalem se penchait sur moi. J'étais confuse. Je ne me souviens même pas de ce que j'ai dit ou ce que Mathusalem m'a répondu. Toujours est-il que j'ai sentie un froid immense m'envahir en même temps qu'une douleur cuisante. La vie me fuyait si vite. Je la voyais jouer les filles de l'air entre mes doigts. J'ai vu une lumière blanche. J'ai voulu m'en approcher, mais elle m'a rejeté avec violence. J'ai réapparu un peu plus loin dans pièce. Mon corps n'était plus aussi lourd, je ne sentais plus les choses comme avant... Il n'y avait que le vide. Le vide et un froid infini."


Absorbée par quelque chose que seule elle pouvait voir au travers de la fenêtre, elle avait raconté la moitié de la fin de son récit en fixant ce point. Lizabelle osa enfin tourner le regard vers la Comtesse. Cette dernière approuvait-elle ce qu'elle avait dit? En avait-elle trop raconté? La jeune femme ne savait que penser. Elle s'était sentie d'abord intimidée de raconter tout cela, puis le reste de son histoire avait coulé comme de source. Elle avait trouvé les mots justes pour éviter les sujets les plus épineux et était parvenue à juguler la douleur que provoquait encore le souvenir des êtres chers qu'elle avait vu mourir.


"Je crois que c'est tout."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 46
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Chambre [libre]   Mer 13 Mai - 2:32

"Jissia viens sur mes genoux"

Elle sursauta. Elle ne s'attendait pas à cet ordre, son maitre étant habituellement discret lors de ses repas et détestait être dérangé pendant ces moments. Elle frémit en s'exécutant, ces derniers temps, elle devait s'avouer que les moment ou elle nourrissait le roi vampire, de drôles de sensations l'envahissaient. N'ayant jamais connu ce trouble elle ne savait pas trop l'identifier; Sans doute une réaction secondaire à la perte de sang ... pourtant sa moitié non humaine et les enseignements qu'elle avait eu parmi les elfes, l'avaient entrainée à une guérison plus rapide que la normale.
Chassant ses idées, elle se dirigeait lentement vers maitre Corran tout en portant la main à son corsage. Hésitante, elle lança un regard en direction des deux femmes, saisissant au passage un éclair choqué dans le regard devenu soudain plus doux de la nouvelle née ainsi que l'air intrigué de la comtesse noire, puis senti le rouge lui monter au joues. Elles devaient la prendre pour la fille de joie personnelle du roi. A cette pensée, elle se sentit rougir encore plus ... mais cette fois ci c'était de colère. Elle préférait mourir que de laisser croire cela !! Elle, une paladine fière, maitresse du seigneur des vampires! Si l'idée n'avait pas été tellement ridicule elle aurait éclaté de rire au nez de tous ! A moins ... Mais oui bien sûr! Corran de Monfort ne semblait pas gêné par l'idée ... au contraire au regard appuyé et troublé qu'il lui lançait, il semblait même cultiver cette ambiguïté, elle savait qu'il était totalement hermétique à la préciosité dont faisaient preuve les aristocrates et elle savait également que ces derniers étaient pire que les pires des cancannières ... Elle allait en profiter !
A quelques centimètres de lui, elle plaqua un léger sourire aguicheur sur ses lèvres et commença à déboutonner son corsage, quand elle se souvint qu'elle n'avait pas ôté sa tenue d'elfe qui faisait ressortir les rondeurs de sa poitrine, qu'elle camouflait habituellement pour la faire paraitre moins pulpeuse ... Son sang ne fit qu'un tour avant qu'elle ne se décide : Deux boutons supplémentaire sautèrent, dévoilant ainsi la vallée entre ses seins à la seule vue du vampire face à elle, puis s'assit de biais sur ses genoux, prenant bien soin de se lover sensuellement contre lui, la poitrine collée contre lui, une main maintenant son équilibre appuyée sur son torse, puis elle dégagea son cou, s'offrant pour le nourrir, la tête penchée, légèrement appuyée sur son épaule, le nez contre le cou du vampire, le souffle court caressant sa peau pâle et translucide. Elle osa même un coup de langue sur sa jugulaire avant d'émettre un léger souffle chaud et de murmurer d'une voix rauque :


- Je suis prête maitre.

Elle senti une main froide se poser sur son cou tandis que l'autre prenait place sur son ventre, lui faisant l'effet d'une décharge électrique; Elle ne sut réprimer un frisson qui la parcourut de part en part ni une onde de chaleur qui lui traversa les reins, lui coupant le souffle. Décidément, elle couvait quelque chose d'étrange, il allait falloir qu'elle se soigne, si elle voulait conserver toutes ses forces pour s'enfuir.
La jeune spectre avait commencé son récit par l'évocation de sa famille, de son titre et de son train de vie, habituel chez la noblesse humaine. Aya senti la voix de la jeune femme se troubler, elle semblait se perdre dans ses pensées à la mention de sa famille. Elle sentait une douleur sourde gronder en elle ... Non! pas maintenant! des sentiments de tristesse l'envahirent tout à coup, un désespoir sans nom, suivi d'un sentiment de perte intense ... puis un immense gouffre qui s'ouvrait au fond d'elle. Elle accusa le coup dans les bras du vampire, tentant tant bien que mal de maitriser cette invasion de souffrance. Puis vint l'évocation de l'assassinat de la famille, ses parents d'abord, puis sa sœur, et enfin sa fuite avec son frère ... Une douleur lancinante saisit le cœur de l'humaine, lui arrachant un petit gémissement, elle dodelina de la tête, proche de l'inconscience, elle essayait de reprendre le contrôle de ses sensations sans y parvenir; elle ne s'était pas rendue compte que des larmes coulaient de ses yeux au même moment.
*Je ... Je te ... vengerai* pensa t elle à demi consciente. Tant d'injustice se devait d'être réparée.

Les sentiments houleux commencèrent à s'estomper ; Aya était de plus en plus lucide et priait ardemment pour que son état soit passé inaperçu, bien qu'elle en doutait en ce qui concernait le roi ... En effet elle venait de se rendre compte qu'elle avait tellement crispé ses doigts sur son bras que ses ongles avaient pénétré la chair au travers de son habit. Ses tempes et son front étaient parsemés de fines gouttelettes de transpiration et les larmes qu'elle avait versées, avait tracé un petit sillon sur chaque joue. Son regard croisa celui inquisiteur du vampire, confirmant ainsi qu'il n'avait pas perdu une miette de la tempête qui l'avait habitée, quelques secondes auparavant. Ses prunelles améthystes, dont l'iris constitué de plusieurs losanges entrecroisés, ressemblait à un papillon qui déployait ses ailes. En effet ces losanges semblaient animés, donnant à la jeune femme un regard bien singulier et une particularité physique extrêmement rare même chez les elfes, très traitresse lors de grandes émotions, car totalement hors de contrôle.
Elle était cuite. Laissant rouler sa tête à nouveau sur l'épaule du vampire, elle soupira dans l'attente de la sentence de son maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "C'est ici la chambre 6M?" [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Appartements du Seigneur Vampire-
Sauter vers: