Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ezéquiel Kirëé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezéquiel Kirëé
Roturier
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 27
Localisation : aux abords d'Ackbar
Date d'inscription : 04/10/2010

MessageSujet: Ezéquiel Kirëé   Mar 5 Oct - 1:54

Nom : Kirëé

Prénom : Ezéquiel

Âge : Une vingtaine de printemps

Présentation physique :
«Ce garçon est enfin devenu un Homme, et qu'est-ce qu'il a changé! Il est devenu grand et beau. Je me souviens encore quand il était petit, avec sa petite tête ronde et sa touffe brune ébouriffée sur le crâne; maintenant il est adulte, il fait la taille que faisait son père, un bon mètre quatre-vingt, toujours brun, un peu moins ébouriffé, un peu quand même. Son visage s'est affiné et des traits de visage se sont formés, il a vraiment l'air de son père, et ça ne me rajeunit pas tout ça, moi, sa grand-mère. Il a, par contre, les yeux qu'avait sa mère, cela faisait tout son charme, de très beaux yeux bleus avec un soleil de jaune autour de la pupille.

Aujourd'hui, il est en train de faire des travaux à la maison, et il reste habillé simplement : il porte toujours des manches longues, attachées entre elles par une lanière et qui descendent jusqu'aux mains où un petit cordon les relie au majeur! Et il reste torse nu dessous, ha... le même torse que mon mari à notre rencontre. Toutes les filles voudraient d'un corps pareil à leur coté ! Le plus souvent il porte un pantalon bouffant aux couleurs sombres, un peu délavé, un haut noir à grande capuche qui recouvre d'une ombre son doux visage. Je ne l'accompagne plus en ville, mais il s'habille très rarement pareil quand il y va en missions, histoire de ne pas être reconnu ! Quand il part en chasse, il et revêtu d'une grande cape aux mille lanières qui pendent, de couleur terre et feuille, un vêtement très efficace pour le camouflage! Il se badigeonne également le visage et la peau apparente d'une sorte de peinture faite de glaise et de plantes pour cacher ses traits Humain et son odeur !

Ho... je ne vous ai pas parlé de cette cicatrice qu'il a sur le visage, il vous racontera lui même comment il se l'est faite, je ne connais pas tous les détails, tout ce que je peux vous dire, c'est qu'elle entaille sa joue droite, d'un trait, sous l'œil, et filant vers l'oreille!»



Caractère :
Ezéquiel, Ezéquiel est un jeune homme plutôt patient, en même temps, il en faut de la patience pour la chasse. Grâce à elle il est devenue d'une nature calme et réfléchie, il ne fais pas de choses sur un coup de tête, enfin sauf quand son immaturité prend le dessus, il est encore jeune...
D'ailleurs, irréfléchi, il l'est surtout avec les filles, sa jeunesse et ses hormones font de lui un homme à femme, si je puis dire, ou un coureur de jupons, lorsque qu'il croise une dame qui lui plait, quelque soit son âge, il faut qu'il se passe quelque chose, pour qu'il soit satisfait et calmer son égo !A de nombreuses défaites «sentimentales» il a fait face et quand son esprit calme et réfléchi reprend le dessus, il se met des baffes et se promet de ne plus être aussi … homme !
Il vous parlera toujours d'une voix claire et calme, plutôt basse.
La peur, beaucoup disent qu'ils ne la connaissent pas, mais sa jeunesse et sa faible expérience du combat ne lui donne pas encore l'assurance nécessaire pour la surmonter totalement ! Il préfère renoncer à un affrontement plutôt que de ce livrer à une mort assurée !
Aujourd'hui, suite aux derniers malheureux évènements qui ont changé sa vie, il a en lui une rage, qui le pousse à aller au devant et à prendre de plus en plus de risques !

Histoire : «Du feu, tout autour de moi, du feu, mon village, mes amis, ma famille, qu'est-ce que ce merdier, pourquoi?

Cela faisait plusieurs générations que ma famille était plutôt prestigieuse, et à l'abri du besoin, nous étions à la tète de notre village nommé Lanrig situé au nord ouest de Fenrig dans le royaume de fer, près du lac Thor et en lisière de la foret. Nous vivions là depuis longtemps, paisiblement, sans être dérangé par le monde, et sans le déranger. Nous formions les générations suivantes aux arts que nous avions appris de nos pères, l'art de la chasse ! Nous étions réputés pour être les meilleurs dans notre domaine, camouflage, pièges, traque, pistage, tout cela fait partit de notre formation et de notre force ! Et bien sur le tir, nous rivalisions avec les elfes dans ce domaine, enfin je ne serais trop dire, je n'ai moi même jamais vu d'elfe à l'action ! Mais là, le feu vient perturber notre paisible vie. Pourquoi ?

Des cris, des pleurs. Je cours, saute à travers la mince barrière de feu et me défenestre par la même occasion, j'atterris lourdement sur le sol, encore à demi plongé dans mes jolis rêves, je reprend mes esprits, frotte mes habits plein de bris de verre, et regarde autour de moi, histoire de comprendre la situation. Des gens courent dans tous les sens, un jeune enfant perdu de ses parents, pleure, assit au milieu de la rue, je commence à m'avancer vers lui, pour le prendre dans mes bras et l'emmener en sureté, quand un sifflement arrive à toute vitesse derrière moi, je connais ce bruit, je plonge sur le côté, et regarde d'où venait le projectile, au centre de la rue, à une trentaine de mètres, son visage dans l'ombre, ce tenait une silhouette, un homme, tenant un arc dans sa main. Un rire sadique ce fit entendre, le gosse ne pleurait plus, je le regarde de nouveau, la flèche que j'avais esquivé était venue ce planter au sommet de son crâne, le sang giclait de son cadavre. Un relent de bile remonta jusque ma bouche, une acidité atroce! Un coup d'œil de l'autre côté de la rue, l'homme encochait une nouvelle flèche, tranquillement je pris mes jambes à mon coup, tournais à la première rue, entrais dans la maison qui se trouvait être celle d'où je venais de sauter quelques instants plus tôt, courut jusqu'à l'entrepôt où l'on rangeait notre matériel de chasse. La fumée se faisait de plus en plus dense, je ne distinguait presque plus le mur opposé, mes yeux me faisait mal. Je pris mon équipement le plus rapidement possible en oubliant les trois quarts, je disposais de mon arc, mon carquois à demi plein, et mon couteau de chasse, plus utile pour dépecer un lapin que pour affronter un ennemis ! Je ressors précipitamment de ma baraque enflammée, la gorge brulante des toussotements répétés que je lui faisait subir, et tombe nez à nez avec l'homme de la ruelle, lui, aussi surpris que moi de me voir débarquer là, recula d'un bon et se cogna contre une poutre incandescente déjà tombé du toit en feu.
Je sors du village et rejoint une poignée de villageois qui m'expliquent la situation.
Apparemment, une bande de mercenaires sans pitié auraient été recrutés pour raser notre village et tuer tous les habitants, nous seul réussîmes à nous en sortir, beaucoup ou furent surpris par les flammes pendant leur sommeil. Qui, Pourquoi? Qui en avait après nous jusqu'au point de détruire notre village ?
J'avais toujours pensé que notre village était neutre, sans histoire, et ne cherchant pas à en créer, nous ne demandions qu'à vivre de notre art !

Le lendemain, alors que les feux étaient presque tous éteints, je redescendis dans le village pour chercher des survivants et des affaires à récupérer, faisant quelques détours pour ne pas être vu des hommes armés qui avaient semé la terreur la veille ! Ma demeure était totalement carbonisée, ma sœur et mon petit frère étaient dans leur lit quand l'incendie est survenu, il ne reste maintenant plus rien, juste le souvenir d'eux dans ma mémoire. Pres du cadavre de l'enfant dans le rue se trouvait un groupe d'hommes, je reconnu l'un d'eux, enfin surtout son rire ignoble, celui la même qui avait retiré la vie de ce corps au sol ! Pris d'une rage incontrôlable, je pris mon arme, encocha une flèche et banda mon arc, pris quelques petite secondes pour viser et lâcha. La flèche fila droit sur sa cible, et vint se planter au creux de l'oreille du tueur nocturne pour en ressortir de l'autre coté ! Seules les plumes n'avaient pas fait la traversée et flottaient doucement dans les airs, et c'est seulement quand elles ce posèrent délicatement au sol, que le groupe comprit la situation, le corps inanimé s'affala au sol !

Je suis resté là, planté, c'était la première fois que je tuais un homme, une sensation étrange me parcourut le corps, d'abord un écœurement, puis un grand soulagement, une sorte de plaisir et de satisfaction. J'aime ça !
Le sang gicle ! Mon sang ! Une douleur à la joue. Je reviens à l'action, le groupe d'hommes court vers moi, les armes à la main, un autre est à l'arrière avec un arc ! Je ne ressens plus la rage et la puissance dont j'avais fais preuve pour liquider l'autre, et je comprend que mon seul moyen de vivre et de... courir ! Je traverse le village aussi vite que mes jambes me le permettent et rejoint le groupe de rescapés en prenant garde de ne pas avoir été suivi !
De ma famille, seule ma grand-mère a survécu, elle est la sage de la famille, c'est elle qui connait toutes les histoires et légendes de ce monde, enfin c'est ce qui se disait, aujourd'hui elle est bien fatiguée, et la perte de toute sa descendance l'a affligé énormément. Enfin comme elle le dit, il reste moi, et elle a de grands espoirs à ce sujet. J'espère que je serai à la hauteur.

Après la destruction de notre village, nous avons décidé de nous diriger vers Ackbar, une ville réputée pour sa tolérance, et où tout le monde est accueilli et se côtoie. Mais le voyage pour y parvenir n'est pas sans danger, et nous nous sommes séparés du reste des villageois qui préféraient aller à Fenrig.
Nous entamons notre périple par la traversée de l'extrême Est de la foret d'Imbolt, à l'endroit où elle est la moins épaisse pour limiter les risques. Dans cet immensité de verdure aux mythes plutôt effrayants, les bêtes regorgent... Une fois traversée, nous continuons notre périple en longeant la forêt vers l'ouest, de longues journées de marche à faire face au soleil, à la nuit, à la pluie, au froid … et puis le voyage est déjà long à pied, mais avec ma grand mère, qui peine à marcher, le voyage et encore plus long. Ainsi il faut chasser pour nous nourrir, monter le camps, veiller la nuit, et être en forme pour pouvoir suivre la journée suivante.

Alors que nous avions passé depuis peu un massif montagneux sur notre gauche, la fin de journée se faisait sentir, les jambes de ma grand-mère ne la supportaient plus. Pendant qu'elle installait le camp, je pris mes affaires de chasse et entra dans la sombre forêt. Le visage masqué de peinture, le corps recouvert de couvertures aux couleurs et texture terreuse et feuillue, je devenais la nature, je me fondais en elle pour la guetter. Immobile depuis de longues minutes, observant le passage d'animaux dans une petite clairière. Des bruits de pas, sur ma droite, quelqu'un approche, il entre dans mon champ de vision. C'est un homme, plutôt grand, il a un grand manteau marron, en dessous, il a l'air de porter un pull en laine, dont la capuche ressort couvre sa tête et cache son visage. Il suit son chemin, et passe derrière un arbre. Je m'apprête à sortir pour l'interpeller … mais quand il réapparait, je me sens cloué au sol, un vent froid me passe dans le dos, une douleur me traverse le corps.
J'avais peur.
Je connaissais tout de la foret, j'avais appris par cœur tous les animaux connus, toutes les plantes, mais qu'est-ce que c'est que cet … être ! L'homme était en fait une bête, une sorte de reptile géant, se tenant sur ses pattes arrières. Il avait toujours ses vêtements, mais sa tête était écailleuse, et ressemblait plus à celle d'un serpent, une langue fourchue s'y laissait pendre. Il se tenait courbé vers l'avant, une queue dépassant dans le bas de son dos. A l'arrière de son crâne, des piques se dressaient !
Une force inconnue m'intima de ne pas bouger, de ne pas me faire repérer. Je ne connaissais pas cette créature, mais l'on pouvait deviner qu'elle étais dangereuse, et sans merci ! J'avoue que je n'étais pas loin de détaler en courant !
De retour à notre campement de fortune, je posai des questions à ma grand-mère sur notre monde, sur ce qui nous entoure.
« -J'attendais ce moment mon petit, depuis longtemps je suis là à attendre de révéler mon savoir. Aujourd'hui je sais que tu es assez grand pour recevoir ma sagesse et la comprendre...
Comme tu le sais nous ne sommes pas seuls sur cette terre , nous, les Hommes. Il y a les nains que tu as surement déjà croisé, les elfes dont nous t'avons déjà vanté les mérites... Mais d'autres créatures cohabitent ici... Les vampires qui apparaissent dans les livres mythiques et les contes existent bel et bien ! Ainsi que les Lycans, des créatures mi-homme, mi-loup. Des Orcs, des Démons, et des Anges. A Ackbar, tu en rencontreras certains, et vivras à leur coté.

-Et qu'est-ce que j'ai vu lors de ma chasse ?


-La Créature dans la foret, me fait penser à une histoire écrite dans un vieux grimoire qui se trouvait dans un coin reculé de la bibliothèque de notre village. Il est dit que ce serait des esprits, ou des ombres, qui reviendraient sous forme humaine pour accomplir leur devoir. Et qu'il est extrêmement rare d'en croiser un sous cette forme et encore plus rare d'y survivre. Il ne devait pas être des plus puissants.
Il est important que je t'informe aussi que ces êtres sont doté de magie qui leur permet de faire des choses que notre science n'explique pas. Certains Hommes en sont capables aussi, on dit qu'ils utilisent les «pouvoirs de l'âme». Notre famille n'a jamais été doté de ces dons la. Ni personne dans notre village.»


Ce soir là, je ne dormis point, des pensées dans la tête, mon esprit chamboulé par tout ce que je venais d'apprendre, les histoires que l'on racontait pour faire peur aux enfants, les créatures des livres, tout se révélaient vrai !
Le lendemain matin, nous repartions en direction d'Ackbar. Notre prochaine étape serait Alésia, la cité en ruine. Nous n'y entrerons pas mais nous passerons non loin, histoire de pouvoir la contempler depuis les collines alentour».

...
Cet épisode est passé et ne sera pas raconté ici...

Maintenant, je suis dans une vielle ruine à la lisière de la ville franche, où j'ai aménagé une pièce pour m'abriter et me loger convenablement.
Je gagne mes repas en vendant les fruits de ma chasse à Ackbar, avec ces gains, je m'achète des tissus pour me faire de nombreux vêtements divers et variés, et ainsi demeurer inconnu quand je vais en ville.


Aujourd'hui il ne me reste plus que cette balafre pour me rappeler d'où je viens...










Information(s) importante(s) :
Ezéquiel n'est pas expérimenté aux arts de combat au corps à corps. Il dispose, d'un arc long et d'un carquois à sa ceinture, d'un couteau de chasse et d'une bâtarde qui tire plus du coupe-coupe que de l'épée !
ne soyer pas surpris de le voire sortir quelques ustensiles bénin comme une balle ou des cartes, ainsi que des bous de ficelles, et de ne rien comprendre a son tour, on appel ca de la manipulation, ou aussi appelé, magie. il traine, de temps à autre, avec lui quelque balles, et massues donc il a appris l'art des saltimbanques dans sa jeunesse.

Rang souhaité : Roturier si ce n'est pas trop élever pour mon niveau d'écriture !

Disponibilités pour poster :
de temps à autre !

Comment avez-vous connu les Cendres d'Alésia ?
J'ai des relations !

Si vous connaissez le nom de votre avatar et le manga/jeu ou autre dont il est tiré, mentionnez-le ici : Ashitaka, de «la princesse mononoké»


Dernière édition par Ezéquiel Kirëé le Mer 13 Oct - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanÿs Basmaran
Elite des Ombres
avatar

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Ezéquiel Kirëé   Mer 13 Oct - 22:00

Hey, mais c'est très bien tout ça.
Pas beaucoup de critique, si ce n'est que quelques fautes d'accords persistes, mais rien de vraiment dérangeant, juste ça à corriger.
Sinon j'aime beaucoup ta fiche.
Bon par contre il va falloir attendre les deux autres admins pour avoir ton rang et ta couleur.

PS : Le rang me convient et, à mon avis il n'est pas trop élevé Wink.

Au plaisir de te rencontrer en RP.

_________________
Je suis haine, ténèbres et désespoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Ezéquiel Kirëé   Mar 19 Oct - 22:05

C'est tout bon pour moi, après relecture. Les fautes se sont bien améliorées, et ta fiche se lit très bien, très agréablement ^^.
Je te mets ton rang et ta couleur immédiatement, désolé de notre retard.

Bienvenue et bon Rp sur les cendres, jeune Roturier ^^.

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezéquiel Kirëé
Roturier
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 27
Localisation : aux abords d'Ackbar
Date d'inscription : 04/10/2010

MessageSujet: Re: Ezéquiel Kirëé   Mer 20 Oct - 17:22

Merci beaucoup, ne vous inquiétez pas du retard, je n'étais pas pressé puisque nous devons attendre la surprise avant de commencer à "Jouer"
Merci encore, et n’hésitez pas à donner vos avis, vous RPiste de ce forum !

Appelez moi Ezé ou Zek' à vous de voir. tchoutchou ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ezéquiel Kirëé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ezéquiel Kirëé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Accepté] Magyar Királyság.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Fiches des Humains-
Sauter vers: