Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alexander de Sarkanta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander De Sarkanta
Chevalier de Fer
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Alexander de Sarkanta   Mer 16 Sep - 13:49

Nom : De Sarkanta

Prénom : Alexander

Age : 26 ans


Présentation physique :

"Comment caractériser Alexander...
Vois-tu, il est tellement changeant, tellement... lunatique, que cela se reflète presque sur son corps. Il est beau, séduisant... Je dirais même fascinant, à sa manière. Bien proportionné, tout en muscle sans que cela le déforme à la manière d'un lutteur d'arène qui ne pourrait même plus se gratter l'oreille ! Non, physiquement je pense qu'il est aussi parfait qu'un être humain peut l'être. Seulement, tu ne le verra jamais t'adresser un sourire irradiant de joie de vivre et de gaité. Le seul sourire que je lui connaisse serait celui de la satisfaction que peut ressentir un dingue une fois sa triste besogne accomplie, quelle qu'elle soit. Tu sais parfaitement de quoi je veux parler alors ne me jette pas cet air interrogateur. Un rictus sadique, à peine plus fluide qu'une grimace de dégout. C'est d'ailleurs sûrement ce qu'il ressent envers le genre humain...
Du dégout.
Je m'égare. Tu le reconnaîtrais sans peine de loin : de longs cheveux noirs, légèrement bleutés par endroit (mais pour ça il faudrait te rapprocher, hein ?) qui encadrent sa gueule d'ange. Plutôt fin au niveau des traits, mais suffisamment durs pour que cet enfoiré dégage un charisme ahurissant et une sensualité virile qui ferait tomber ta femme à genoux, en extase mon gars. La laisse pas trop s'approcher de lui si tu veux mon avis.
Pis des yeux...
Tu dois connaître sa soeur, Pauline De Sarkanta ? Elle à des yeux bleu magnifiques, un vrai rayon de soleil cette fille. Tu y voit les cieux les plus purs dont on puisse rêver.
Lui c'est tout le contraire. Tu y verrais la glace, un terrible froid qui ferait s'arrêter ton coeur de battre à son simple contact. C'est tout ce que tu y vois. Peut-être pourrais-tu t'imaginer un paysage mélancolique et fabuleux d'étendues glacées, mais tu te ferais des idées. Si tu vois ces étendues, elle ne sont absolument pas fabuleuses.
C'est la solitude, l'absence d'émotions et de sentiments. Il a des yeux de démon, un démon de glace qui se cache sous une apparence humaine.
Bref, en tout cas au niveau des vêtements ça ne serait pas très dur : comme la plupart de nos Chevaliers de Fer tourné vers les Ténèbres, il porte toujours des tuniques, manteaux, pantalons et ornements entièrement noirs. Evidemment, si tu le vois en armure tu ne pourra pas le reconnaître, ils se ressemblent tous une fois la dessous.
Donc il va falloir que tu te contente de ce que je t'ai dis : visage, vêtements... et surtout, yeux."

Caractère :

"Je te disais qu'il était lunatique.
Vois-tu, cela peut-être des plus agréable de discuter avec lui car il est incroyablement cultivé, très intelligent et beau parleur. Il peut te mener par le bout du nez du début à la fin de la conversation sans que tu ne t'en rende compte et t'amener là où il le désir. C'est très stimulant de parler avec cet homme, et tu sera sans doute moins bête après, mais tu peux être sûr que t'aura jamais le dessus, et que t'aura pas non plus le dernier mot. Enfin, au moins on peut parler avec lui tu vois. Mais pas toujours...
Parfois, sans que rien n'ai annoncé le coup, il devient hargneux, agressif, incisif, grossier, dédaigneux. Un bel enfoiré quoi. Il te tourne en dérision sans que tu puisse faire quoi que ce soit pour te défendre, ou bien il te refait le portrait parce que tu lui a lancé une petite réplique innocente qu'il se serait fait un plaisir de retourner contre toi par à un autre moment. Pis si tu le vois piquer une colère tu ne reste pas devant, ça vaut mieux pour toi.
Je ne dis pas que c'est le plus fort des Chevaliers de Fer ou des Paladins, parce qu'il est encore jeune et tout ça... Mais son style de combat change aussi facilement que son humeur.
En temps "normal" c'est l'un des plus redoutable bretteur que je connaisse. Un génie pourrait-on dire, très prudent et réfléchit, avec une maîtrise quasi-parfaite de toutes nos techniques de combat. Il connait presque tout je te dis, c'est pour ça qu'il est aussi fort : il peut changer du tout au tout ça façon de se battre en fonction de son adversaire. Bon je dis pas, il est quand même plus fort à l'épée et à la claymore.
Seulement, s'il est dans l'une de ses périodes de.. "mauvais humaur" disons, il perd toute sa retenue. En fait on dirait qu'il oubli ce qu'il sait faire d'habitude au profit d'autre chose... De plus... Bestial.
Je l'ai vu une fois se battre contre un Paladin qui l'avait provoqué. c'est vers le milieu du combat que ça à mal tourné, alors qu'il menait la partie depuis le début pourtant. Rien ne justifiait qu'il s'énerve de la sorte, il allait gagner sans problème. mais l'autre à dit quelque chose que je n'ai pas comprit, et ça à éclaté... Il a prit son épée comme on prend un couteau de boucher et c'est jeté sur l'autre, pointe en avant sans faire mine de se protéger. Il s'est ramassé un coup à la hanche mais n'a pas bronché. ses yeux glacée jetaient des regards déments lorsque qu'il a embroché le Paladin et projeté au sol en se jetant contre lui. Il a continué à s'acharner sur lui jusqu'à ce qu'on les sépare, mais on était tous pétrifiés sans comprendre pourquoi. C'était déjà arrivé que deux gars s'échauffent pendant un duel amical ou un entrainement et se cognent dessus sérieusement, y'en a même qui avaient été gravement blessés disait-on. Mais là ce n'était pas la même chose...
j'ai réalisé après coup ce qui m'avais tant choqué à ce moment là et qui m'avait empêcher de réagir tout de suite.
pendant tout le temps où il lui plantait sa lame dans le torse et dans les bras, alors que le sang lui éclaboussait le visage et que ses yeux monstrueux ne quittait pas ceux de sa victime qui hurlait, il n'a pas dit un mot. Pas un son n'est sortit de sa bouche...
Rien.
Le Paladin s'en est sortit, mais on a frôlé l'incident diplomatique entre les Ordres.

Enfin bon, c'est certainement l'un des combattants les plus fidèles aux Seigneurs Chevaliers, à Fenrig et au Royaume de Fer tout entier, y'a pas à s'en faire pour ça. Il a pas eu une vie facile jusque là, donc personne pourrait le blâmer d'être un peu... "impulsif". Sa soeur redresse un peu le niveau... à eux deux ils sont neutres. Je sais qu'il cache des choses, des "penchants" un peu déviants si tu vois ce que je veux dire. Mais tu n'en parlera à personne. C'est le meilleur conseil que je puisse te donner !
Maintenant, vire de là mon garçon, t'as du travaille je crois, non ? Allez, file !"


Choses qu'un sergent instructeur bavard raconta à un infortuné domestique qui passait par là.



Histoire :

"Ecoutez.
Ecoutez mon histoire...

Je me nomme Alexander, premier enfant de la famille des De Sarkanta. J'ai une soeur, Pauline, la seule chose lumineuse qui subsiste encore dans ma vie vouée aux ténèbres.
Jadis, nous avions des parents, tous les deux membres de l'Ordre des Chevaliers de Fer, les gardiens de l'humanité. Notre famille était certainement le meilleur exemple possible de l'équilibre censé régner en Fenrig. Père était un homme bon, bienveillant, noble et courageux. Un fervent défenseur de la Lumière. Mère était une femme sombre, belle et fière, tout aussi bonne guerrière que Père, mais irrévocablement tournée vers les Ténèbres. Dès les premières années de ma vie je fut bien plus proche d'elle, lui ressemblant autant physiquement que moralement alors que ma petite soeur prenait exemple sur mon père, aussi douce et pure qu'il l'était. Nous avions somme toute une existence idéale, jusqu'à ce qu'ils partent pour une mission dont ma soeur et moi ignorions presque tout, hormis qu'elle les conduisait vers les ruines de la morte Alésia.
Ils n'en revinrent jamais.

Les lois de Fenrig sont faites de telles façon que nous n'aurions jamais du nous retrouver seuls à la mort de nos parents. Nous avions tous les deux des maîtres d'armes différents, qui nous dispensaient un enseignement plus proche de nos idéologies divergentes. Cependant, alors que j'avais la possibilité de laisser ma soeur partir vivre chez son mentor et moi chez le mien, je n'en fis rien. J'étais déjà majeur, et je décidais donc de garder notre maison et d'y élever la seule personne qui me soit chère en ce monde. Nous nous adorions, et nous adorons toujours. Mais nous avons depuis perdu cette innocence qui nous caractérisait à l'époque...
J'entrainais moi même Pauline lorsque nous n'étions ni l'un ni l'autre occupé dans quelque endroit que ce fut. Elle progressait vite, et j'avais aussi le sentiment d'être beaucoup plus habile, beaucoup plus doué que je n'aurais dû à cet âge. Tous deux disposions d'une force peu commune, développée par nos mentors respectifs mais qui trouvait probablement sa source dans une anomalie génétique, une particularité familiale. Mais là où Grimdil, le Chevalier de Fer en charge de ma soeur la félicitait et encourageait ses efforts, le mien, Zelion, se conduisait différemment...
Ses entrainements n'étaient la plupart du temps que prétexte à l'exercice de ses désirs sadiques et pervers. je recevais coups de fouet, estafilades sanglantes qui représentaient des motifs que son imagination morbide le poussait à graver au stylet sur mon dos, brulures, hématomes, et d'autres choses que je me suis efforcé d'oublier avec le temps...
Je dois néanmoins reconnaître que, les rares fois où le Chevalier dépravé était d'humeur clémente, il m'enseignait moult techniques meurtrières et me dispensait le savoir qui ferait de moi un érudit autant qu'un guerrier. Il refusait catégoriquement de me concéder une quelconque progression, ne montrait aucun signe de fierté et parfois même me désavouait devant certain de ses confrères en expliquant quel malheur il avait de devoir enseigner à un élève aussi pitoyable.
J'en vins donc à haïr cet homme de toute mon âme, me renfermant de plus en plus sauf dans les précieux moments partagés avec Pauline. Je m'occupais d'elle du mieux qu'il m'étais possible et n'évoquais jamais tous vices qui m'étaient infligés fréquemment par Zelion. Nous continuâmes donc de grandir et de forger nos personnalités distincts ; étant différents mais nous complétant à merveilles, nous n'envisagions pas le futur l'un sans l'autre.

Mais quelqu'un ne souhaitait pas qu'il en fut ainsi...

Cela arriva lorsque j'avais vingt-quatre ans. Ma soeur en avait alors seize...
Je me rendais à la salle d'entrainement réserve par Zelion pour mon cours du jour, mais ne l'y trouvais pas bien qu'ayant cherché partout. J'en fut d'abord étonné, mon maître, aussi ignoble soit-il, n'arrivait jamais en retard tant la séance lui était agréable. En cet instant, que la chaleur de l'été m'eut été trop violente ou bien que je reçus bien une sorte de prémonition, je sus parfaitement où se trouvais le Chevalier de Fer et pourquoi il s'y trouvait.
Je courus, la peur et la colère se disputant âprement mon coeur.
Lorsque j'arrivais enfin sur le lieux où Pauline s'entrainait avec Grimdil, mon épée se trouvait dans ma main sans que j'eu conscience de l'avoir prise et mes jointures étaient blanchies tant j'avais serré le manche. Jamais les murs de cette petite arène ne me parurent aussi menaçants que ce jour là, jamais les statues de pierres ne me parurent regarder le monde avec autant d'ironie dans leurs yeux de marbre. Jamais l'univers ne me parut aussi diabolique...

« HAHAHA ! Dis-moi que tu as peur, Pauline de Sarkanta ! Dis-le moi ! Je le sais ! Et toi, tu sais pourquoi je veux ta vie, hein ? Parce que tu es trop jeune et que tu avances trop vite, VOILA POURQUOI ! Tu apprends trop vite, et ça ce n’est pas juste tu comprends ça ? Et ton sale frère soumis, C’EST LA MEME CHOSE !! Quand j’aurais violé ta dépouille, j’irai lui arracher la peau à cet insecte répugnant… Tu saisis, petite Pauline ?! »

Je ne vis pas le corps de Grimdil étendu au sol. Je ne vis pas le sang qui maculait le sable fin. Je ne vis pas même ce que Zelion tenait dans sa main à ce moment là. Je ne vis que l'expression de terreur qu'affichait ma petite soeur.
Je chargeais, corps animé uniquement par la haine et le désir de massacre. J'embrochais l'homme, le Chevalier, évacuant toute ma rage et ma douleur accumulées par la lame qui plongeait dans ses entrailles. Je devais être couvert de sang. Aujourd'hui encore, je rêve parfois de cet instant d'absolu silence où seul régnait l'odeur, le gout métallique du sang, et ce voile rouge qui engloutissait ma vision.

Ainsi mourut Zelion, l'homme qui m'avait volé mon innocence et qui venait de me ravir mon âme.
J'ai pris sa vie. Juste retour des choses, vous ne croyez-pas ? Quelle ironie...

Le nom du Chevalier félon fut radié de l'Ordre, alors que j'étais moi-même adoubé quelque jours plus tard. Cette promotion ne me laissa pourtant que le gout amer de l'échec...
J'avais échoué à protéger ma petite soeur.
Certes j'étais arrivé à temps, et elle s'était évanouie dans mes bras une fois mon ancien maître mort sur le sol. J'avais protégé sa vie, mais je n'avais su protéger son coeur... Elle apprit les traitement infligés par Zelion, peut-être même de ma bouche lors d'un moment de faiblesse, et de ce jour funeste elle conserva entre autre une aversion profonde pour la violence de l'homme, allant jusqu'à refuser tout contact charnels avec l'un d'entre eux. Je découvris quelque temps plus tard qu'elle éprouvait en revanche de l'amour et de l'attirance pour d'autres jeunes filles. Elle me l'avoua d'elle même à vrai dire, lorsque je lui faisais remarquer quelques faits singuliers. Je lui promis cependant de toujours garder ce secret et nous n'en parlâmes plus après cela. Quelque-fois seulement, elle me confiait ses pensées à propos de telle ou telle jeune personne et je l'écoutais avec attention et douceur, la réconfortant aussi bien qu'il m'étais possible.
J'avais également échoué pour une autre raison...
En vérité, chose que je n'avouais pas à Pauline, et qu'elle ne saurait sans doute jamais, c'est que je nourrissais depuis longtemps le désir de faire souffrir mon maître... autant que lui m'avait fait souffrir, de lui faire endurer milles tourments avant de lui ravir enfin le souffle de son existence lorsqu'il serait plongé dans les abimes de la terreur la plus profonde. En cela, j'avais échoué. Certes il n'était plus, mais il était partie de la mort la plus rapide qu'il m'eut été possible de lui offrir. Il ne la méritait absolument pas...

Je continuais l'entrainement de ma soeur bien aimée en étant toujours le plus neutre et objectif possible, par respect pour ses propres convictions. Mes efforts aboutirent lors de sa dix-huitième années, le jour où elle fut adoubée à son tour, devenant ainsi la plus jeune recrue de l'histoire de l'Ordre de Fer. J'en étais heureux, chose qui ne m'étais pas arrivée depuis bien longtemps au regard de ma courte vie. C'était il y a quelques mois à peine.
J'ai vingt-six ans aujourd'hui. Mon esprit est trop vieux pour mon corps, mais je suis respecté tout autant que l'était jadis ma mère.
Il est pourtant des choses que je suis seul à savoir. Pauline elle-même n'est pas au courant, du moins je l'espère...
La douleur. Elle me manqua vite. J'ignore pourquoi, j'ignore comment... mais quelque chose s'est définitivement brisé Ce jour là, alors que je me savais désormais indubitablement voué aux même Ténèbres que ma défunte mère et que le maître que j'avais moi même assassiné.
Je ne peux me passer de la douleur... qu'elle soit mienne ou que je l'inflige, peu importe... mais j'aime voir couler le sang... Tout comme suis esclave des plaisirs de la chair. Ma réputation de ce côté là n'est plus à faire, et nombreux sont les hommes à me détester pour ce que j'ai fait à leurs femmes, avec leurs femmes... Addiction au Sexe et à la Douleur...
C'est une maladie. Il en est de même pour ces étranges crises durant lesquelles je deviens pire encore qu'à l'accoutumée.
Mon âme est de glace et mon coeur est mort, sauf pour ma soeur...


Un démon de glace qui se cache sous une apparence humaine dites-vous ? c'est peut-être ce que je suis."




Information(s) importante(s) : Frère de Pauline de Sarkanta, Alignement obscurité / Double compte Ymir Danhaka

Rang souhaité : Chevalier de Fer

Disponibilités pour poster : Un peu tout le temps en fonction des jours.

Comment avez-vous connu les Cendres d'Alésia ? : Si vous saviez...

Si vous connaissez le nom de votre avatar et le manga/jeu ou autre dont il est tiré, mentionnez-le ici :


Dernière édition par Alexander De Sarkanta le Dim 27 Sep - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Dim 27 Sep - 19:15

ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIN Very Happy !

Superbe fiche, des fautes-mais-c'est-pas-grave, y en a presque pas, pis tu vas les corriger hein Smile ?

Sinon ben euh... T'es validé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander De Sarkanta
Chevalier de Fer
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Dim 27 Sep - 19:23

Merci, ô grande admin de ce forum =p !

heu.. bon rp à moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ko'ountar
Paladin
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Dans les bras d'une catin
Date d'inscription : 12/09/2009

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Lun 28 Sep - 19:28

Oh my god...
En général, je lis les présentations mais ne prend pas la peine d'y répondre même ne serait-ce que pour souhaiter la bienvenue, mais là...
J'adore! O.o"
L'histoire, la description, le caractère... Je suis littéralement sur le cul!
Et puis j'adore le personnage, faudra qu'on se fasse un rp! Le feu et la glace... ça va donner XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander De Sarkanta
Chevalier de Fer
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Lun 28 Sep - 20:00

Et ben ça fait plaisir =) ! Merci ami humain (démon) :p

J'ai un Rp à faire en tout premier lieu et ensuite on s'en fait un ^^, ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ko'ountar
Paladin
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Dans les bras d'une catin
Date d'inscription : 12/09/2009

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Lun 28 Sep - 20:16

Bwarf Humain, Démon... C'est la même chose! Razz
Pas de problèmes, j'en ai un en cours avec So'han, un qui va arriver après avec Balthazar et un autre avec Akara donc bon xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Balthazar
Roi Démon ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 256
Age : 28
Localisation : Au coeur du Chaos !
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   Mar 29 Sep - 3:56

Effectivement, nous avions remarqué que Dante était sujet au masochisme, il aime les fessées xD

Très belle fiche Ymir, que je vais relire tiens, pour le plaisir des yeux Very Happy

_________________
La Mort nous sourit à tous...Tout ce que l'on peut faire, c'est sourire à la Mort !(Balthazar)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cendres-alesia.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexander de Sarkanta   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexander de Sarkanta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.
» The History Of Mike Alexander

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Fiches des Humains-
Sauter vers: