Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Jeu 6 Aoû - 14:05

Brumes et nuages...


Cercles vaporeux d'esprits luminescents, dansants sur un axe invisible qui montait en délicates volutes autour de l'immense construction.
Rocher de basalte obscure, lisse, vierge de toute éraflure, poli jusqu'à refléter chaque étoile miroitant dans le vaste ciel nocturne.
Dans ce corps cyclopéen, au détour d'un couloir, une silhouette dont la taille est en comparaison dérisoire. Et pourtant, plus ancienne encore que les marche qu'elle gravit une a une. Cet endroit, elle l'avait vu naitre ; mieux... Il en était l'un des pères.
Et il portait maintenant un regard aux étranges reflets d'améthyste et d'argent sur chacune des innombrables et somptueuses gravure ornant les murs froids. Un regard chargé du poids des siècles, certes, mais où se lisait toujours la flamme des passions ardentes qui consume depuis toujours le coeur des siens. Il en croisa d'ailleurs, des frères. Dans ces longs couloirs sinueux, sous les voutes élevées et les arches d'une architecture impossible, les anges déchus marchaient lentement, avec respect. Respect envers la Tour elle même, autant qu'envers ses habitants...

les gardiens ténébreux... Les guerriers immortels parmi les plus puissants du Monde.
Un Monde qui pourtant ignorait leur existence... Pour encore quelques temps...
Bientôt... Élites des Ombres...

Lui même ne les craignait point. Il les respectait, évidement, mais eux lui devaient et lui témoignaient un respect plus grand encore.
Il était leur chef. Leur Commandeur... Le sombre prince auquel il devaient loyauté et obéissance.

Ymir Danhaka marchait tranquilement dans les couloirs de dernier étage accessible de la Tour des Sombre, des pensées lointaines et mystérieuses dansant étrangement dans son esprit. Il pensait à ce qui l'amenait ici, si haut par delà les nuages et la terre. Un danger. Un danger tellement proche de lui, de son peuple, qu'il justifiait incontestablement qu'il se rendit jusqu'à la pièce qui -solitaire- occupait le dernier niveau de la grande Tour, au sommet de l'escalier plongé dans la pâle obscurité que les pierres de merian ne dissipaient que faiblement. Un désir de la seule et unique occupante de l'endroit. Lui même s'en accommodait fort bien, ayant toujours admiré les cristaux blancs qui décoraient les parois lisses.
L'escalier n'était pas gardé, il ne l'avait même jamais été. Quelle utilité cela aurait-il pu avoir ? avait dit la maîtresse des lieux. Et on s'était rangé à son avis.
Comme toujours.

Ymir frappa quelques coups discrets sur la porte d'ébène et tourna la poignée ornée de motifs subtils, incrustation d'argent et de saphir sur une sphère d'onyx. ce petit rituel n'était pas destiné à prévenir l'occupante des lieux ; elle l'avait sentit arriver bien avant qu'il n'atteigne l'escalier de pierre... C'était une habitude du au respect de l'intimité de la dame.
La porte s'ouvrit sur une vaste pièce circulaire au plafond droit, contrairement à la plupart des autres salles dotées d'une voute montante de cathédrale. A la gauche d'Ymir, de fines colonnes de marbre donnaient sur un balcon qui dominait la cité tout entière. On pouvait distinguer jusqu'aux personnes circulant sur les multiples places du Pandémonium, ou encore les sentinelles patrouillants sur les lointains remparts aux à pics vertigineux. Pour peu que l'on ait une bonne vue.
A sa droite, une arche de bois, une porte aménagée vers une pièce plus réduite où il savait se trouver un bassin creusé à même la roche et ou coulait une eau pure et fraiche issue des glaciers de la montagne et amenée ici par les habiles sortilèges de la cité ; les mêmes que ceux qui la maintenaient dans les air comme une île flottant sur l'océan céleste.
Et devant lui, exquise structure de bois noble gravé d'arabesque stylisées, drapé d'un voile pourpre qui rendait nébuleuses les formes des draps et coussins brodés, un somptueux lit à baldaquin. Le reste de la pièce était de pierre, les mur dénudé respirait le calme et la sérénité. Une unique une petite table surmontée d'un miroir, accolée à une large armoire noire. Les deux étaient couvertes de motifs semblables à ceux du lit, conférant à l'ensemble une agréable harmonie. Au sol, un vaste tapis rouge foncé, sur lequel il s'avança.
Et malgré ce magnifique décor, l'attention du noir déchu était ailleurs.

Tout cela ne représentait rien, paraissait bien morne au regard de l'image même de la beauté et de la sombre grâce qui lui faisait face, à quelques pas du grand lit.
Ne quittant pas des yeux cette divine silhouette, Ymir Danhaka s'inclina s'avança encore et s'inclina profondément, un mince sourire au lèvres.
Sa voix s'éleva, douce et profonde, chargée d'une émotion que nul autre lieux ne saurait entendre.


"Bonsoir... Majesté..."


Brumes et nuages...
Dans le silence de la Nuit...
Cieux de mille étoiles...

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...


Dernière édition par Ymir Danhaka le Lun 8 Mar - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Sam 15 Aoû - 23:04

Minuit étira ses ailes de corbeau sur le ciel. Son amante, la Lune l'accueillit dans sa blancheur pâle et ténébreuse, douce et glacée. Et les étoiles se mirent à briller de mille feux, piquetant le pan de velours noir qu'était la voûte céleste nocturne de minuscules cristaux de neige.
Et la plume de l'Archange Noire glisse et crisse sur le papier jauni du carnet de cuir sombre.


L'inquiétude me gagne. L'étrange forme rougeoyante et sombre, que j'ai réveillé jadis pour sauver la vie d'Ymir Danhaka, a grandi. Beaucoup. Beaucoup trop. Il est devenu le grand Lodarian, monstruosité démoniaque tapie au creux de l'âme de mon cher ami. Nous avions réussi à le tenir enfermé dans une gigantesque épée qu'Ymir porte dans le dos et que j'avais forgée, magie noire aidant. Mais lors de ce fameux conseil où Balthazar s'est tenu, il a voulu sortir, et reprendre le dessus. Ce n'est que par ma vitesse de réaction que je parvins à le faire taire en une fraction de seconde, mais il est à présent évident, et inévitable, qu'il retentera de se libérer. J'en ai la preuve irréfutable. Je l'ai senti encore une fois il y a quelques jours, alors qu'Ymir était parti en mission pour le Seigneur Karon Kel Varanor. Il s'était déjà manifesté avant, lors d'un entraînement avec Tanÿs et May, mais n'ayant pas pu voir mon Chef d'Elite depuis, nous n'avons pu remédier à cela. Cela fait trois jours que j'attends qu'il revienne au Pandémonium, et enfin, il est là. Je sens sa présence qui se rapproche de la Tour des Sombres. Je sens son aura pénétrer dans le grand hall.
Il est là. Il vient.


La plume fut déposée près de l'encrier, le cahier refermé et enfoui dans un tiroir. Le miroir du meuble où elle écrivait renvoya froidement à Trauma-Nakan l'image d'une beauté glacée à la chevelure d'ébène miroitante et aux yeux d'obsidienne abyssaux.
Elle se souvint ce que lui avait valu cette comparaison il y a fort longtemps. Un cadeau d'un tout petit Ange Noir, le Premier Né. C'était une sculpture de terre la représentant, et l'emplacement des yeux n'était que deux trous vides. Elle réprima un sourire. La statuette, bien qu'ayant un peu fondu, ne l'avait jamais quittée. Elle trônait sur sa table de nuit, souvenir du début de cette ère. Tanÿs aurait probablement terriblement honte s'il savait qu'elle était toujours là, et dormait près de la Reine chaque nuit.

Trauma-Nakan se leva de son siège, faisant doucement bruisser les pans d'obscurité qui ondulaient autour de ses jambes. Le corset finement brodé retenait sa taille en l'affinant et mettait en valeur la blancheur de sa peau. Ses pupilles brillaient d'un éclat renouvelé. Elle percevait les pas d'Ymir qui entamaient le grand escalier en colimaçon au plus profond de la Tour des Sombres, seule voie vers la chambre royale. Et cela mettait à l'épreuve son impassibilité et son masque de marbre.

Elle tint néanmoins les longues minutes qui séparaient le moment présent de son entrée dans la chambre, debout devant la porte, incapable de faire autre chose. Le carnet et la plume demeuraient endormis sur le bureau, et ne l'appelaient plus de leurs plaintes incessantes qui l'obligeaient chaque fois à aller noter quelques mots sur le vieux papier qui la suivait depuis si longtemps. Le vent lui-même semblait s'être tu, cessant de venir danser dans le tissu du superbe lit à baldaquin qui était le sien.
Seul le Silence. La merveilleuse entité immatérielle muette et assourdissante regna un bref instant, et trois coups légers retentirent à la porte.

Trauma-Nakan inspira profondemment.
Enfin.

Il entra dans la pièce à pas de velours, la porte ouverte puis refermée deumeurant étrangement coite. Si elle n'avait pu ni le voir ni sentir son aura démentielle, elle n'aurait jamais pu savoir qu'il était dans la pièce.
Un sourire miroitait sur les lèvres fines. Le regard se perdit dans celui de la Reine. Les cheveux caressaient sensuellement le visage subtile et magnifique. Et Ymir Danhaka s'inclina devant sa souveraine, le sourire noué aux lèvres.
Lorsqu'il se releva pour revenir effleurer le regard de l'Archange Sombre, sa voix profonde et douce ensorcella l'air ambiant et un certain coeur de glace.

"Bonsoir... Majesté..."

Trauma-Nakan inclina la tête en signe d'un respect inébranlable.
Un coin de sa bouche se souleva alors. Un sourire léger naquit sur ses lèvres, et le voile d'impassibilité tomba, faisant voler en éclats le masque de neige blanc.

Le labyrinthe des rêves sembla devenir clair et accessible et les cauchemars devenir merveilleux.
Une voix caressante s'éleva soudain, cristalline et assourdie par une joie non feinte, fruit d'une attente torturée.

"Ymir... Enfin..."

L'Archange Noire s'avança encore, effaçant les quelques pas qui les séparaient toujours. Ne resta bientôt entre eux plus que leurs souffles, une main gelée, des souvenirs et des espoirs.
La paume de la Dame Sombre venait de se poser sur la joue du Seigneur des Ombres, et ses doigts fins se glissèrent dans quelques mèches éparses.

"Je crois que nous avons énormément de choses à nous dire... N'est-ce pas ?"




La Lune regarde Minuit un instant, et l'embrasse follement. Et les étoiles luisent, loin, loin au dessus d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Ven 21 Aoû - 16:27

« Ymir… Enfin… »


Ce fut par ces mots que la Noble Reine Trauma-Nakan strix accueillit en son domaine Ymir Danhaka, le commandeur des armées déchues et son champion éternel…
Mais avant cela, il la vit incliner légèrement la tête, signe d’un respect tout aussi profond que celui qu’il lui vouait, puis vint l’instant magique. Le masque d’impassibilité parfaite de la dame vola en éclats, alors qu’un sourire incomparablement radieux illuminait son visage et le cœur de l’ange déchu auquel il était adressé. Puis les mots. Elle s’avança jusqu’à ce qu’il ne reste que la brise gelée de leurs souffles entremêlés, leva une main blanche comme neige et la posa délicatement sur la joue d’Ymir. Il frissonna à ce contact, cette caresse d’une sublime douceur, alors que les doigts de l’Archange Sombre se glissaient dans ses cheveux de jais. Il ferma brièvement les yeux avec l’impression d’avoir changé d’Univers…


"Je crois que nous avons énormément de choses à nous dire... N'est-ce pas ?"


Ymir rouvrit les yeux. Il sentit ses poumons se comprimer violement tandis qu’il amorçait un retour mélancolique à la réalité présente. Sa venue n’était pas sans but, et sa maîtresse en avait tout autant conscience que lui. Il se détacha lentement, abandonnant la fraîcheur de sa caresse, et fit quelques pas dans la pièce avant de s’arrêter. Il ruminait de sombres pensées, et il n’avait d’autre choix que de les faire partager à Trauma-Nakan, bien que cela ne l’enchante guère. Il n’était pas fier de tout ce qu’il s’apprêtait à lui dévoiler…
Finalement, se retournant vers elle il se lança, anxieux malgré son calme apparent.
Les paroles au début lentes et prononcées avec un soupçon d’hésitations se firent assurées et naturelles au fur et à mesure que son récit avançait.


« En effet, nous avons beaucoup de chose à nous dire majesté. J’ai beaucoup de chose à vous dire…
Je commencerais par le fait le plus ancien, à savoir l’arrivée du démon Balthazar sur nos terres. Vous l’avez certainement senti, et je gage même que la courte durée du phénomène et due à votre intervention, mais il s’est produit quelque chose lors de notre entretien…
J’ignore comment cela est possible, j’ignore ce qui a provoqué cela, mais en tout cas il n’y a aucun doute à avoir.

Lodarian s’est libéré de sa prison…

Je n’arrivais pas à accepter à ce moment-là, je n’osais pas même tenter de comprendre… Je suis aller voir Charon après le conseil, mais il n’a guère pu répondre à mes questions. La seule chose qui paraisse évidente, c’est que Balthazar a joué un rôle dans ce réveil, bien qu’il n’en ait sûrement pas conscience.
La chose la plus préoccupante est arrivée en plein entraînement avec May Maegallan et Tanÿs Basmaran, bien qu’il ne fut pas encore présent à ce moment-là. Je me suis énervé, et, durant un court moment, j’ai senti cette présence terrifiante qui tentait de s’approprier mon corps comme elle avait réussi à le faire il y a de ça deux cent ans… Je l’ai néanmoins repoussé, et j’ai fait jurer à May qu’elle n’en parlerait à personne…
Je suis alors parti avec Tanÿs pour Ackbar. Je lui ai fait visiter la cité et nous nous sommes arrêtés à une taverne. J’avais pour projet de le laisser repartir seul et accomplir une course pour Charon avant de rentrer moi-même. Le voyage étant long jusqu’aux terres ancestrales, il me semblait stupide de ne pas en profiter à ce moment plutôt que de revenir bien plus tard si j’en avais l’occasion. Peut-être aurez-vous remarquer que je n’avais pas pris la peine d’emmener un certain objet lors de ces quelques jours d’absence… Elle me semblait avoir perdu tout son pouvoir, le démon en liberté parmi les ténèbres de mon âme… Je ne me faisais guère d’illusion quant à ce qui pourrait arriver, mais j’ai sans doute pensé que ce serait mieux pour tout le monde si j’étais loin à ce moment-là…
Je n’ai donc pas pris la lame. Au combien ai-je eu tort, puisque je fus contraint de faire appel à Elle malgré la distance nous séparant.

J’ai fait une rencontre fortuite sous les ombres d’Imbolt… Un Lycan, un certain Tanhor Ullerdran, probablement l’un des plus puissant guerrier de cette race. C’est là que j’ai appris qu’il avait déjà rencontré l’un des notre… Et pas n’importe lequel, puisque c’est même l’une des notre et qu’elle se nomme May Maegallan… »



Ymir fit une brève pause, l’expression de la colère passant vivement sur son visage. Il rendrait prochainement une visite à la jeune Elite pour lui passer un sacré savon à ce propos… Il reprit son récit, de sa voix profonde et envoûtante…


« Quoi qu’il en soit, le Lycan connaissait notre existence, et j’ai longuement réfléchi à la conduite qu’il me fallait adopter. Toutefois, il nous prenait pour une race d’anges-vampires ; qu’il avait la puissante envie de dévorer en nouvelle expérience. Nous nous sommes donc battus. Il a brisé mes deux sabres et m’a infligé une sévère blessure avant que je ne réalise sa véritable force.
C’est là que j’ai fait appelle à la Lame…
J’ai vaincu le loup-garou, et je l’ai tué. J’ai du abandonner l’endroit lorsque j’ai senti une autre présence fort semblable à celle de mon ennemi. Je suis rentrée directement, et me voilà… »



Il s’arrêta une fois de plus, hésitant à poursuivre. Mais il avait parfaitement conscience de son incapacité à mentir à la reine. Après quelques secondes de silence troublé, il se décida enfin et annonça :


« Il reste une chose…
Avant le combat, j’ai eu une.. « conversation » avec Lodarian. Il m’a assuré de plus tenter de me posséder, ou du moins pendant un certain temps. Malgré ça, lui et moi avons pour projet de voyager jusqu’aux terres de feu.
Nous irons jusqu’à la cité de Val-Tempête où doit se trouver Balthazar et nous essayerons de comprendre grâce à lui. Quel lien uni ces deux créatures… Pourquoi sa présence a t-elle causé le réveil… Comment nous séparer, Lodarian et Moi.
Nous irons aux Enfers…

Et ce sera probablement sous sa forme à Lui… »



Ymir Danhaka termina son récit à cet endroit. Il attendait, impatient mais tourmenté, la réaction de la reine…
Minuit tournait lentement autours de la Lune, glissant sur l’océan des cieux de milles étoiles…

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Jeu 27 Aoû - 17:18

Ymir s'écarta légèrement et fit quelques pas dans la pièce, l'air plus que préoccupé. Trauma-Nakan se demanda si elle avait sous-estimé la quantité de choses qu'il avait à lui dire... Et lorsqu'il commença à expliquer, elle sut que c'était le cas. Il lui parla de l'arrivée de Balthazar lors du Conseil. Il avait deviné que la très courte durée de l'apparition de Lodarian à ce moment-là était de son fait, paroles auxquelles elle acquiesça sans mot dire. Il pensait que c'était Balthazar qui avait réveillé le démon.

" La chose la plus préoccupante est arrivée en plein entraînement avec May Maegallan et Tanÿs Basmaran, bien qu’il ne fut pas encore présent à ce moment-là. Je me suis énervé, et, durant un court moment, j’ai senti cette présence terrifiante qui tentait de s’approprier mon corps comme elle avait réussi à le faire il y a de ça deux cent ans… Je l’ai néanmoins repoussé, et j’ai fait jurer à May qu’elle n’en parlerait à personne… "

Trauma-Nakan hocha la tête une seconde fois. Elle avait senti la présence de Lodarian au moment où le Dojo du Loup Noir s'était à moitié écroulé. Cela lui remit à l'esprit le fait qu'elle devait en parler à Ymir. Mais elle chassa ces pensées, alors qu'il continuait. Il lui évoqua sa course à Ackbar avec Tanÿs, et la Reine laissa échapper un sourire en pensant à ce qu'ils avaient bien pu pouvoir y faire.
Il avait ensuite laisser repartir Tanÿs, et était parti pour accomplir la quête donnée par Charon, dont celui-ci lui avait déjà parlé. Il n'avait pas pris la Lame de l'Enchaîné, ce qu'elle avait bien évidemment remarqué. Le fait qu'il ait du faire appel à elle aussi, elle l'avait remarqué. Lorsqu'il en parla, elle répondit doucement :

" J'étais en train de la ramener dans mes appartements pour l'étudier et éventuellement la retravailler, au moment où tu l'as appelé. "
- ...J’ai fait une rencontre fortuite sous les ombres d’Imbolt… Un Lycan, un certain Tanhor Ullerdran, probablement l’un des plus puissant guerrier de cette race. C’est là que j’ai appris qu’il avait déjà rencontré l’un des notre… Et pas n’importe lequel, puisque c’est même l’une des notre et qu’elle se nomme May Maegallan… "


Le visage d'Ymir sembla se teinter de colère un bref instant, alors qu'il faisait une pause dans son discours. Trauma-Nakan se maîtrisa pour ne pas plonger par la fenêtre et ramener May par les ailes. La jeune Déchue allait entendre parler de sa Reine.

« Quoi qu’il en soit, le Lycan connaissait notre existence, et j’ai longuement réfléchi à la conduite qu’il me fallait adopter. Toutefois, il nous prenait pour une race d’anges-vampires ; qu’il avait la puissante envie de dévorer en nouvelle expérience. Nous nous sommes donc battus. Il a brisé mes deux sabres et m’a infligé une sévère blessure avant que je ne réalise sa véritable force.
C’est là que j’ai fait appelle à la Lame…
J’ai vaincu le loup-garou, et je l’ai tué. J’ai du abandonner l’endroit lorsque j’ai senti une autre présence fort semblable à celle de mon ennemi. Je suis rentrée directement, et me voilà… »



Son bras droit s'arrêta une fois encore, l'air de ne pas savoir comment poursuivre, et même s'il devait poursuivre. Elle sentit sa volonté lutter pour ne pas lui dire, puis sa loyauté reprendre le dessus, et le forcer à dévoiler la suite.


« Il reste une chose…
Avant le combat, j’ai eu une.. « conversation » avec Lodarian. Il m’a assuré de plus tenter de me posséder, ou du moins pendant un certain temps. Malgré ça, lui et moi avons pour projet de voyager jusqu’aux terres de feu.
Nous irons jusqu’à la cité de Val-Tempête où doit se trouver Balthazar et nous essayerons de comprendre grâce à lui. Quel lien uni ces deux créatures… Pourquoi sa présence a t-elle causé le réveil… Comment nous séparer, Lodarian et Moi.
Nous irons aux Enfers…

Et ce sera probablement sous sa forme à Lui… »


Trauma-Nakan accusa le coup un long moment. Le Silence se déposa sur leurs esprits, et plus aucun bruit ne se fit entendre durant plusieurs minutes. Puis, la Reine Sombre, d'un geste empreint d'un calme étouffant, se dirigea vers son grand lit à baldaquin. D'un mouvement un peu plus brusque que ce qu'elle aurait voulu et qui démentit la violente agitation qui avait lieu en son for intérieur, elle écarta le voile de mousseline et le fixa à une des colonnes. Elle s'assit le plus tranquillement possible sur les draps de soie et de velours, évitant le regard d'Ymir. Elle prit entre ses doigts la statuette de terre, depuis longtemps solidifiée, qui jadis avait maculé les escaliers menant à sa chambre d'une épaisse couche de crasse, et la fit tourner doucement. Cela la forçait à se maîtriser, à rester calme. Si elle laissait la colère l'envahir, elle risquait de briser l'oeuvre enfantine, et cela était hors de question.

Elle n'était pas assaillie par le remord, le regret ou le doute. Elle était en proie à une puissante colère, qui menaçait de s'étendre à tout instant. Balthazar... S'il était responsable de quoi que ce fût, elle irait lui rendre visite en personne. Son amitié et son respect pour lui s'arrêtaient là où débutait son amour pour Ymir. Mais elle savait bien, finalement, que Balthazar ne pouvait être la seule cause du réveil de Lodarian. C'était lui qui avait saisi l'occasion et c'était hissé à la surface. Et qui avait tout dérangé. Il était une menace pire que tout. Si n'importe quelle personne se trouvait en face de lui, elle n'avait quasiment plus de chances de survie tant qu'Ymir ne parvenait pas à reprendre le dessus.
Ce que Trauma-Nakan avait réveillé des siècles plus tôt, pour sauver ce petit ange qui avait trahi les siens, était devenu un monstre. Lodarian était du même monde de Balthazar, certes, mais saurait-il pour autant leur fournir des réponses ?
Ymir parlait de séparer Lodarian de lui... Mais était-ce seulement possible ? Pour tout dire, elle n'en était pas certaine. Non, en fait, elle était quasiment sûre que c'était impossible.
Sans Lodarian, Ymir serait mort. Les séparer maintenant ne rimerait probablement à rien d'autre qu'à un échec impardonnable.

Ainsi, d'autres longues minutes plus tard, elle reposa la statuette et regarda enfin le Commandeur des Ombres dans les yeux.

" Es-tu certain de ce que tu fais, Ymir ? Balthazar ne te connaissait pas avant ce jour au Conseil, qui plus est, s'il a vaincu Ramus, il a également dormi pendant deux siècles. Que pourra-t-il te dire de plus que ce que nous savons déjà ? Si Lodarian touche au monde démoniaque et aux Enfers, il est certain qu'il ne voudra pas repartir... Qu'il ne vous laissera pas ressortir. Es-tu certain de pouvoir reprendre le dessus sur lui le moment venu, alors qu'il aura goûté à la liberté si longtemps ? "

Trauma-Nakan resta un instant à fixer Ymir sans rien dire, avant de reprendre.

" Et... Je ne pense pas qu'il soit possible de... De vous séparer. En un sens, il est toi comme tu es lui. Lorsque je l'ai réveillé, c'était la seule partie de toi encore en vie qui aurait pu te sauver. Je ne savais pas ce qu'il était, mais sans lui, tu serais mort. "

Elle laissa ses paroles faire leur effet, avant de secouer la tête en soupirant.
Que crois-tu pouvoir vraiment faire, Ymir ?

Elle sembla réfléchir un instant, puis sa voix dansante et onirique franchit une seconde fois ses lèvres.

" Enfin... Si tu vois la solution dans ce voyage, fais comme tu l'entends. Je ne t'empêcherai pas d'y aller. Emmèneras-tu Tanÿs ?"

Ses yeux ne reflétaient plus rien qu'une résignation exaspérée, mais au fond de son coeur de glace, elle espérait violemment que non. Les laisser partir tous deux sans savoir s'ils reviendraient ou non serait un supplice plus atroce que toutes les tortures charnelles. Perdre Ymir pour un temps indéterminé serait déjà assez insupportable, alors si le seul Déchu connaissant tous leurs secrets partait avec lui... Comment pourrait-elle appaiser son âme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Mar 22 Sep - 21:05

" Es-tu certain de ce que tu fais, Ymir ? Balthazar ne te connaissait pas avant ce jour au Conseil, qui plus est, s'il a vaincu Ramus, il a également dormi pendant deux siècles. Que pourra-t-il te dire de plus que ce que nous savons déjà ? Si Lodarian touche au monde démoniaque et aux Enfers, il est certain qu'il ne voudra pas repartir... Qu'il ne vous laissera pas ressortir.
Es-tu certain de pouvoir reprendre le dessus sur lui le moment venu, alors qu'il aura goûté à la liberté si longtemps ? "
Et... Je ne pense pas qu'il soit possible de... De vous séparer. En un sens, il est toi comme tu es lui. Lorsque je l'ai réveillé, c'était la seule partie de toi encore en vie qui aurait pu te sauver. Je ne savais pas ce qu'il était, mais sans lui, tu serais mort.

Enfin... Si tu vois la solution dans ce voyage, fais comme tu l'entends. Je ne t'empêcherai pas d'y aller. Emmèneras-tu Tanÿs ?"



Certain de ce qu'il faisait ? Non, il ne l'était absolument pas ; d'ailleurs comment l'aurait-il pu ? Partir en territoire inconnu, avec pour seul compagnon la plus abjecte créature de ce monde, pour rencontrer quelqu'un dont il avait d'innombrables raisons de se méfier et qui pouvait tout aussi bien se transformer en menace... Si lui même agissait inconsidérément. Quand à savoir si Lodarian se laisserai maîtriser une fois les Enfers atteints, c'était un risque de plus à prendre pour obtenir des réponses. Si une séparation n'était pas envisageable, au moins aurait-il tout essayé.
Ymir Danhaka s'avança lentement vers le lit à baldaquin, caressant du bout des doigts les délicates arabesques qui ornaient la colonne la plus proche, se plaça juste devant sa noble reine et posa son regard sur ce visage à l'exquise beauté.


"Altesse... dit t-il d'une voix profonde et empreinte de douceur, Il est quantité de choses dont je ne puis être certain, et tant de questions qui ne trouveront sans doute jamais de réponse, quand bien même vivrai-je éternellement...
Mais j'ai enfin une chance, aussi infime soit-elle, de découvrir enfin une partie du mystère qui nous entoure Lodarian et moi. Comme vous le savez, Il existe une zone d'ombre non négligeable dans la généalogie de ma famille, des personnes dont toute trace fut effacé il y a bien longtemps...
Peut-être l'une de ces personnes est-elle encore en vie, ou bien quelqu'un en aura entendu parlé au royaume des démons. Et si, aussi invraisemblable que cela paraisse, mon cas n'était pas isolé ? Si certain de mes ancêtres avaient porté en eux un enfant du Chaos, alors peut-être finirai-je par trouver le moyen de me libérer définitivement...

De nous libérer tous les deux...
ajouta-t-il tout bas.

Je dois faire ce voyage.
Et je n'emmènerai pas Tanÿs, n'aillez crainte. Il n'est pas prêt à subir une telle épreuve, et il faut bien que quelqu'un se charge de vous surveiller durant mon absence."


L'ange noir adressa alors un sourire lumineux à la dame qui lui faisait face et fit un pas en avant, avant de mettre un genoux à terre et de s'incliner devant elle. Il resta dans cette position et leva une main incroyablement pâle qui s'en vient caresser avec une infinie tendresse le joue de Trauma-Nakan. De nouveau, la voix d'Ymir s'éleva dans l'air dans la chambre royale, mais le ton avait changé et laissait à présent percevoir une émotion palpable qu'il ne s'efforçait plus le moins du monde de retenir.


"Cependant, je ne pense pas t'avoir autorisé à faire ce que bon te semble avec mon épée lorsque je ne suis pas là. Sache que je pourrais le prendre très mal..."


Il se redressa dans un bruissement et rapprocha son visage du sien jusqu'à ce que leurs souffles s'entremêlent comme quelque instants plus tôt. Ses doigts effleurèrent fugitivement les lèvres de velours de l'Archange avant de se glisser dans ses cheveux d'ébène jusqu'à sa nuque où ils continuèrent de jouer avec les longues mèches soyeuses. Il sourit.


"Tu t'inquiète vraiment trop tu sais... " dit-il dans un murmure une seconde avant de l'embrasser passionnément.
Il ferma les yeux et laissa ses lèvres exprimer ce que son coeur hurlait depuis les jours, alors que la Nuit enveloppait la Lune d'un halo de sombre beauté...



Je t'aime... Trauma-Nakan...

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Mer 21 Oct - 20:01

La peur qui tordait les entrailles de Trauma-Nakan Strix s'envola au fur et à mesure que les mots d'Ymir Danhaka venaient résonner à son esprit. Elle l'écouta attentivement, tentant par tous les moyens de ne pas le couper pour lui exposer des centaines de contre-arguments ; essayant simplement de ne pas trop penser à ce que tout cela voulait dire. La terre des Démons était si lointaine... Combien de temps faudrait-il à Ymir pour y aller, puis pour revenir ? Sans compter le temps qu'il passerait là-bas à rechercher ses origines... Il faudrait probablement estimer cela en mois.
Au moins, Tanÿs resterait avec elle.

La Reine Sombre s'efforça de chasser les néfastes présages qui courraient dans sa tête en cri de souffrance et en gerbes de sang. C'est alors qu'Ymir posa un genoux à terre devant elle. Elle retint son souffle lorsque la main du Commandeur des Ombres s'éleva pour effleurer sa joue.

"Cependant, je ne pense pas t'avoir autorisée à faire ce que bon te semble avec mon épée lorsque je ne suis pas là. Sache que je pourrais le prendre très mal..."

Un nouveau sourire brisa le masque de neige. Trauma-Nakan posa doucement un doigt sur les lèvres d'Ymir.

" Et toi, souviens-toi qu'elle n'est tienne que parce que je te l'ai offerte ; techniquement elle m'appartient, puisqu'elle fut forgée de ma main. "

Elle l'avait observé se lever et approcher dangereusement ses lèvres des siennes. Souffles entremêlés.

"Tu t'inquiète vraiment trop tu sais... "

Alors qu'il plongeait sa bouche sur la sienne, Trauma-Nakan avait déjà enlacé ses épaules de ses bras. Elle l'attira contre elle, répondant à son baiser avec plus de passion que toutes les flammes des Enfers ne pourraient jamais donner. La douceur des draps accueillit leur étreinte, tandis que la Dame faisait glisser ses bottines de cuir noir lacées sur le sol. Elle entraina Ymir vers le milieu du lit, océan de velours et de soie pourpre. Ses lèvres cherchèrent les siennes une nouvelle fois pour y déposer gracieusement tout leur amour.
Assis l'un contre l'autre au centre du gigantesque lit à baldaquin, ils semblaient être des statues de marbre derrière un voile de mousseline.

De longues minutes passèrent, alors que la Lune embrasait Minuit. Puis, l'Archange Sombre s'écarta un peu de son amant, plongeant son regard de nuit dans le sien. Sur ses genoux repliés sous elle, ses mains vinrent trouver la blancheur glacée de celles d'Ymir.
La voix de Trauma-Nakan, débarassée de son froid habituel, résonna entre leurs visages.

" Je crois être en fait bien plus égoïste que tu ne le crois. Je m'inquiète pour toi, évidemment, mais si je me refuse à te laisser partir, c'est que j'ai trop peur que tu ne me reviennes jamais... Et même si tu reviens, ce sera au bout de combien de temps ? Chacun de tes départs est, pour moi, la pire des torture du coeur et de l'âme, Ymir. "

Elle serra un peu plus ses doigts et laissa son amour affluer dans son regard. Oh je t'aime Ymir, Seigneur des Ombres, je t'aime tant...
Sa main remonta caresser la joue blafarde, sourire faible et ombrageux. Trauma-Nakan sentait les larmes courirent vers ses yeux, et elle les retenait de toutes ses forces. Pleurer était déjà tellement douloureux pour elle, pas besoin d'accabler Ymir d'une vision de souffrances vermeilles. Pour y parvenir, elle reprit un peu de son masque de marbre, et aborda un sujet qu'elle se devait de ne pas mettre de côté. Autant valait se débarasser tout de suite des questions désagréables, pour laisser ensuite plus de temps... Au reste.

" Il y a également une chose que nous ne devons pas oublier. L'alliance avec les Vampires. Je pensais y aller moi-même, mais cela ne semblait pas au goût de Donutar, et après mûre réflexion, je crois effectivement plus sage pour moi de rester au Pandémonium. Alors, je te confie la tâche d'y aller. Tu fais un parfait orateur et un puissant guerrier ; nos frères de la Nuit ne pourront que penser que nous serons des alliés de poids. Pour cette mission, je te laisse emmener Tanÿs, pour qu'il voie un peu de pays -cela ne lui fera pas de mal. "

Elle baissa les yeux un instant.
Puis ajouta dans un sourire :

" Je te laisse un mois. "

Sa main vint jouer avec les mèches d'ébène qui parcouraient son visage ténèbreux et blanc. Elle arqua alors un sourcil, et se laissa doucement basculer en arrière, comme retenue par les Ombres elles-mêmes. Ainsi allongée sur les draps pourprés, elle semblait volutes de rêves sombres sur un nuage de sang. Et Ymir, lui... N'aurait pu être comparé à rien d'autre qu'à la Beauté elle-même.
Elle tendit la main vers lui pour l'inviter à la rejoindre, et lança dans un souffle une question aux sens multipes :

" Acceptes-tu ta mission, ô Chevalier de l'Ombre ? "


Dernière édition par Trauma-Nakan Strix le Lun 5 Avr - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Mar 17 Nov - 16:08

Aucune splendeur de ce monde, aucune merveille n'était comparable à la perfection de cet instant.
La douceur melée de passion qui s'exprimait à travers les lèvres de la reine emplissait l'ange déchu d'un sensation de bien-être absolu et de désir brulant. Elle l'attira contre elle tout en s'étendant sur les draps soyeux et continua de l'embrasser, laissant le temps s'écouler avec ravissement.
Elle s'écarta de lui après un long moment et, prenant ses mains entre les siennes, lui parla d'une voix subtilement changée qu'il était certainement seul à connaître.



" Je crois être en fait bien plus égoïste que tu ne le crois. Je m'inquiète pour toi, évidemment, mais si je me refuse à te laisser partir, c'est que j'ai trop peur que tu ne me reviennes jamais... Et même si tu reviens, ce sera au bout de combien de temps ? Chacun de tes départs est, pour moi, la pire des torture du coeur et de l'âme, Ymir. "


Le déchu pouvait percevoir les infimes fremissement dans l'aura de son amante et suzeraine, devinant avec emotion ce qu'elle s'interdisait de laisser parraître devant lui. Les caresses qu'elle lui adressait réchauffaient son visage d'albâtre tout autant qu son coeur et il voulu lui répondre et l'attirer contre lui à nouveau pour appaiser ses tourments. Elle ne lui en laissa pas le temps.


" Il y a également une chose que nous ne devons pas oublier, continua-t-elle.
L'alliance avec les Vampires.
Je pensais y aller moi-même, mais cela ne semblait pas au goût de Donutar, et après mûre réflexion, je crois effectivement plus sage pour moi de rester au Pandémonium. Alors, je te confie la tâche d'y aller. Tu fais un parfait orateur et un puissant guerrier ; nos frères de la Nuit ne pourront que penser que nous serons des alliés de poids. Pour cette mission, je te laisse emmener Tanÿs, pour qu'il voit un peu de pays -cela ne lui fera pas de mal.

Je te laisse un mois. "



Le commandeur resta songeur quelques instants. Il s'avoua qu'il aurait également été du coté de Donutar pour cette fois si l'Archange Sombre s'était proposée d'y aller en personne. Trop peu de nouvelles parvenaient au Pandémonium sur la Crypte apocalyptique et ses Seigneurs pour que Trauma-Nakan s'y rende lors d'un tout premier contact, sans parler du fait que cela renseignerait un peu trop les vampires sur les forces déchus et leur fournirait un otage de poid en cas de problèmes. Il s'imagina avec amusement ce que donnerait une bande d'aristocrates délicats annonçant à sa dame qu'elle était desormais leur captive; ces pauvres vampires ne s'en remettraient jamais.
Mais même si ce risque la était minime, d'autres étaient suffisement conséquents pour justifier cette décision, et Ymir fut enchanté qu'elle n'eut pas besoin d'être imposée.
Quant à Tanÿs Basmaran, il ne pouvait être question de partir sans lui. S'il n'était pas le plus ancien et le plus formé de ses élite, il était celui en qui le commandeur accordait toute sa confiance et qui saurait le mieux l'assister dans pareilles circonstances. Le ténèbreux ange-déchu allait enfin prendre la parole, tout en effleurant doucement la main de sa sublime compagne, lorsque celle-ci l'en empêcha de nouveau en se laissant gracieusement basculer en arrière sur le velour noir. Elle était là, incarnation de la plus parfaite beauté, dégageant une sensualité incomparable. Un haussement de sourcil entendu vint précéder l'invitation silencieuse à la rejoindre et Ymir sentit un brasier de désir subjuguer ses sens alors qu'il laissait ses yeux la contempler de leur singulière vision.
Trauma-Nakan était magnifique...
Quel que soit le plan du monde sous lequel on pouvait la percevoir, cette femme, cette ange-déchue à qui il avait offert son coeur et son âme bien des siècles auparavant semblait être d'une nature différente, presque divine, songeait-il en cet instant. Il voyait les courants de mana illuminer le corps de son amante alors qu'eux même irradiaient d'elle, venant dessiner des arabesques scintillants dans l'air et l'éther. Fasciné, Ymir laissa ses yeux courir sur les courbes gracieuses que les vêtements de la reine soulignaient parfaitement. Il sortit de sa rêverie lorsque une dernière phrase, prononcée dans un souffle, vint le faire frissonner malgré le feu qui couvait en lui.


" Acceptes-tu ta mission, ô Chevalier de l'Ombre ? "


Les lumières évanescentes se dissipèrent alors qu'il regardait de nouveau le monde sous un jour normal. Un sourire naquit sur les pâles lèvres du sombre seigneur alors qu'il embrassait furtivement la main que lui tendait la reine. Il parla enfin, d'une voix aussi douce que le vent. Appaisante.


"Je l'accepte, ma reine... J'irai en terres vampires, je conclurai cette alliance en votre nom et celui de votre peuple. Je reviendrai ici pour annoncer la nouvelle, puis je repartirai, seul cette fois, vers les lointaines contrées des Enfers. Peut-être trouverai-je les réponses à mes questions, peut-être pas... Mais je rentrerai rapidement. En vie.
Je te le promets, Trauma...
murmura-t-il avec tendresse.
Quant au reste de mes missions..."


Ymir haussa à son tour un sourcil alors que son expression se faisait moqueuse et son regard soudainement brillant. La silhouette de l'ange-déchu se dissipa alors, dans le bruissement qu'accompagnait un nuage de plumes couleur de nuit. Son corps se matérialisa de la même manière au dessus de celui de Trauma-nakan, mais son long manteau n'était plus. Ne lui restait que son pantalon de toile, alors que sur son torse musculeux se dessinaient des tatouages complexes... dont la teinte obscure contrastait fortement avec la paleur extreme de sa peau nue.
La dame était l'une des rares personnes à les avoir jamais vu en entier. Ces symboles torturés qui sinuaient jusqu'à ses mains étaient pour lui un douloureux rappel de sa condition ; un douloureux rappel de l'existence de l'etre qui hantait son corps et son esprit. Il passa brievement un doigt sur la cicatrice au centre de sa poitrine, dernière trace de ce jour lointain où il avait faillit perdre la vie et où il en avait finalement trouvé une autre. Grâce à elle... Trauma-Nakan Strix.
Ymir regarda son amante dans les yeux, souriant.


"Je devrais m'en sortir.." souffla-t-il.


Et il laissa son corps se déposer contre celui de la déchue alors que ses lèvres se liaient aux siennes. Il glissa doucement un bras sous sa taille tandis que son autre main allait délicatement se placer sous sa nuque. Peu à peu, ses baisers se firent de plus en plus passionés alors que ses mains glissaient le long des hanches de la déchue et se faufilaient sous les étoffes et les corsages pour venir caresser sa peau...

...

De longues minutes s'écoulèrent avant que l'ange noir ne se détache de la dame, des lueurs d'envie dansantes parmi les étoiles de ses yeux d'améthyste. Il caressa du bout des doigts ces lèvres soyeuses dont le contact lui était si agréable, mais son regard restait rivé à celui de la splendide reine.
Il se pencha de nouveau vers elle, et lui murmura d'une voix terriblement envoutante au creux de l'oreille :


"Je t'aime... Trauma-Nakan... Oh je t'aime...

Tu ne crois pas que tu es trop habillée pour une telle soirée... ? "



Le silence recouvrit doucement ses paroles d'un voile de satin et de velour...

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Jeu 3 Déc - 16:38

Trauma-Nakan Strix sentit le regard éthéré, venu d'un autre monde, que posait sur elle Ymir Danhaka. Elle connaissait les possibilités de ce pouvoir, ce qu'il révélait à son utilisateur ; néanmoins, ils ignoraient tous deux d'où lui venait ce don. Peut-être une des caractérisques de... L'Autre.
Elle sourit doucement.

"Je l'accepte, ma reine... J'irai en terres vampires, je conclurai cette alliance en votre nom et celui de votre peuple. Je reviendrai ici pour annoncer la nouvelle, puis je repartirai, seul cette fois, vers les lointaines contrées des Enfers. Peut-être trouverai-je les réponses à mes questions, peut-être pas... Mais je rentrerai rapidement. En vie.
Je te le promets, Trauma... "


Un bref instant, le regard de la Reine se voila d'une brume pourpre. Celle-ci ferma brusquement ses yeux meurtris dont les pupilles, sous le sang des larmes, recouvraient toute l'iris tant elles étaient dilatées. Le liquide qui n'aurait pas du se trouver là reflua sous la puissante volonté de son hôte. Malgré les promesses, Trauma-Nakan ne pouvait s'empêcher d'être simplement terrifiée à l'idée qu'Ymir soit blessé, ou pire. Celui-ci, comme entendant ses pensées, haussa un sourcil en prononçant une dernière phrase :

"Quant au reste de mes missions..."


Son sourire se fit moqueur et, l'espace d'une infime seconde, il disparut dans une fine fumée noire et une volute de plumes tourbillonantes, pour réapparaitre l'instant d'après dans la même position, au dessus d'elle... Mais sans son long manteau de ténèbres. Trauma-Nakan sourit, émerveillée. Elle admira le torse nu de son amant, sur lequel ondulaient d'étranges tatouages obscurs qui semblaient presque mouvants. La Reine les effleura du bout des doigts. Les souvenirs et les rappels qu'ils évoquaient pour eux étaient inombrables. Ils s'enroulaient autour des bras d'Ymir comme autant de serpents jaloux et protecteurs, sinuaient sur les muscles de son ventre. Et là, au centre de son torse, trônant fièrement, unique élément perturbateur dans l'infinie beauté de l'Ange Déchu, la fine cicatrice violacée qui témoignait du combat intérieur qui s'était déroulé ce jour là... Le jour où la Reine avait sauvé celui qui allait devenir son bras droit et son amour. Trauma-Nakan la caressa doucement... Et brusquement, une vision s'imposa à son esprit.
Elle se revit en train de plonger la main dans le torse d'Ymir, de toucher son coeur, l'Ombre la secondant dans tous ces mouvements. Elle sentit à nouveau la curiosité et la joie alors que son aura et sa peau rencontraient la petite chose lovée au fond de l'âme d'Ymir, la petite chose sombre qui allait le sauver... Elle lui avait donné sa force, son énergie, pour la faire grandir et garder le Déchu en vie. Elle ne savait pas encore l'horreur qu'elle avait réveillée. Le visage de son amant avec les traits de Lodarian effaça tout le reste. Ses yeux paraissaient animés d'une multitude de flammes ardentes, et il souriait d'un sourire malsain, impossible à soutenir car trop plein de sous-entendus.

"Je devrais m'en sortir.."

Elle revint violemment à la réalité. Ses paupières papillonèrent un instant pour finir d'évacuer les lambeaux du visage démoniaque dans son esprit. Ymir déposa son corps contre celui de Trauma-Nakan, et unit ses lèvres aux siennes. Ce dernier geste acheva de la faire délicieusement revenir au réel, où elle se laissa complétement aller, abandonnée aux mains de son Commandeur. Celles-ci commençaient à caresser sa peau, se glissant sous les étoffes sans pour autant défaire corsages et laçages...
De longues minutes passèrent avant qu'Ymir ne se détache doucement de la Reine, la laissant vibrante d'un désir brûlant qu'elle retrouvait dans les yeux de son amant.
Il se pencha de nouveau vers elle, et lui murmura d'une voix terriblement envoutante au creux de l'oreille :

"Je t'aime... Trauma-Nakan... Oh je t'aime..."

La Reine Noire poussa un soupir d'aise en fermant les yeux. Elle laissa ses doigts s'emmêler dans les cheveux du Déchu, ouvrit la bouche pour répondre... Mais il ne lui en laissa pas le temps.

"Tu ne crois pas que tu es trop habillée pour une telle soirée... ? "

Un silence plana quelques instants, avant que sur les lèvres de l'Archange Sombre ne s'affiche un sourire heureux, satisfait, gourmand et provocateur. Elle plaqua la main droite sur le torse d'Ymir, là où se trouvait la cicatrice -un battement de coeur, mais rien ne se produisit cette fois-ci, Lodarian devait être trop excité pour tenter de communiquer avec elle- et le repoussa doucement mais fermement. Ils se retrouvèrent à genoux l'un en face de l'autre. Trauma-Nakan porta ses doigts à son corset de dentelle et de velours noirs, et commença à le délacer doucement, fixant toujours Ymir droit dans les yeux. De plus en plus de parcelles de peau devenaient visibles... Entre ses seins, le milieu de son ventre, son nombril... Lorsqu'elle arriva au dernier oeillet, un clin transperça l'air, et la dame disparut dans une volute d'obscurité dansante et de rêves inachevés.

Lorsqu'elle réapparut, un infime instant plus tard, elle se prélassait allongée sur le lit... Complétement nue. Elle accentua malicieusement la cambrure de ses reins et laissa échapper un éclat de rire discret devant l'étonnement d'Ymir. Elle caressa sa jambe avec sa cheville, l'invitant à revenir vers elle.
Une fois que le torse de son amant eut touché sa poitrine dans un frémissement, elle répondit avec un sourire :

" Est-ce mieux ainsi, Monseigneur ? "

Sans lui laisser le temps de répliquer, elle les fit changer de rôles en un passement de corps habile, pour se retrouver au dessus de lui. Elle effleura son ventre de sa peau et plongea sur sa bouche en un baiser fulgurant de passion.

Au dehors, la Lune semblait briller plus fort que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Dim 17 Jan - 15:28

Petit ange...
Sais-tu seulement à quel point je t'envie ?
Tu possèdes un corps que tu sais être le tiens...
Tu possèdes une âme qui habite ce corps...
Tu possèdes un coeur, que tu as offert de ton plein gré...
J'ai juré de ne plus tenter de m'approprier ce qui t'appartient, j'ai juré de me contenter du peu de chose dont la vie et le chaos m'ont fait don...
Rien ne dure éternellement. Un jour, petit-ange, tu devras te battre pour conserver tout ce bonheur, tout ce monde dont tu es maître aujourd'hui...
Et ce jour là, c'est moi qui l'emporterai...

Sois-en certain.










Elle l'avait doucement repoussé avant de s'atteler à lentement délacer son sublime corset, délivrant à sa vue l'exquise beauté de sa peau. Peu à peu. A aucun instant elle ne rompit l'échange silencieux que se livraient leurs regard...Puis vint la dernière attache, un clin d'oeil fugitif, et la dame se volatilisa dans un souffle d'obscurité et de rêve. Elle se matérialisa une seconde plus tard, allongée nue sur les draps soyeux telle une déesse drapée de sa seule aura. Ymir sentit sa poitrine se compresser comme si l'air lui maquait lorsqu'il se laissa aller à la contempation du corps de Trauma-Nakan. Elle savait comment faire monter en lui le plus insoutenable des désir, aussi se plaisait elle à accentuer la cambrure parfaite de ses reins tout en lui jetant des regards qui manquaient chaque fois de lui faire rater un battement de coeur. Elle caressa la jambe du déchu de sa cheville, l'invitant à la rejoindre. Il s'allongea alors, déposant son torse sur la délicieuse poitrine de son amante dans un doux fremissement.

"Est-ce mieux ainsi, Monseigneur ? "

Avant qu'il qu'un seul mot n'ai pu franchir ses lèvres, Ymir se retrouva étendu sur le dos, dominé par les yeux moqueur de Trauma. Elle glissa sur son ventre avant de fondre sur sa bouche pour l'embrasser avec une ardeur passionnée qu'il lui rendit avec délectation. Les mains de l'ange-déchu caressèrent le visage de la dame sans que cessent les baisers, puis glissèrent avec une indicible délicatesse le long de son dos. Ses doigts exèrcerent une pression de plus en plus forte sur la peau soyeuse, jusqu'à ce qu'ils s'arrètent sur ses hanches et les saisissent avec une douce fermeté. Le dos d'Ymir de se décola du lit alors qu'il s'asseyait tout en soulevant légèrement Trauma par la taille pressant toujours leurs corps l'un contre l'autre. Ses lèvres abandonèrent celles de la reine et dessendirent le long de son cou, de sa gorge, pour aller enfin se déposer entre ses seins. L'un de ses bras ensserra plus fortement sa taille gracile pendant que son autre main venait ajouter ses carasses aux efforts de sa bouche. Durant de longs instants, le déchu explora ainsi chaque centimètres de la poitrine et du ventre de son amante, la faisant parfois basculer un peu plus en arrière pour déposer quelques baisers volés sur le trésor de son intimité, dans un sourire emmerveillé et doucement moqueur. Sa langue se joignit progressivement au reste, cependan que tout autours d'eux l'atmosphère ondulait tel une rivière de brume intangible et se teintait de délicates lumières oscillantes. Des éclats d'améthyste, de pourpre, d'argent et de ténèbres se confondaient en un somptueux balai d'energies mirroitantes. Un enchevêtrement d'aura semblable à celui des deux êtres dont les liens immortels se renouaient enfin après une longue séparation...
Le divin reflet de l'âme et du coeur des anges-déchus.

Un nouveau bruissement d'étoffes et de plumes se fit entendre lorsqu'Ymir disparut juste après avoir libéré Trauma se ses bras et de ses caresses. Lorsqu'il ressortit de l'Ombre derrière elle, il déposa un baiser fugitif sur sa nuque, avant d'indiquer avec amusement l'autre bout de la pièce ou reposait le pantalon de toile qu'il portait un instant plus tôt.

"J'ai pensé que ce serait plus... équitable ainsi", murmura-t-il avace un sourire radieux.

Ses mains glissèrent de nouveau sur le ventre de la dame alors qu'il collait son torse au dos de celle-ci, et plongèrent en avant sans prévenir. Il fit mine d'hésiter sur la direction à prendre, puis laissa ses doigts parcourir de haut en bas le corps de son amante, tours à tours délicat ou provocant, tendre ou ardent. Et il embrassait son cou, sa nuque, son dos, laissait le bout de sa langue glisser jusqu'au bord de ses lèvres lorsqu'il se penchait par dessus son épaule avant de se retirer soudainement dans un murmure moqueur. Les baisers laissèrent peu à peu place à de doux mordillements au fur et et à mesure que son désir augmentait au son des soupirs de sa reine...

"Oh Je t'aime Trauma...
Je t'aime...
Je t'aime..
Je t'aime."

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   Mer 10 Mar - 17:03

Ymir rendit un ardent baiser à Trauma-Nakan alors que ses mains parcouraient son corps nu, doux effleurements de plume. Son dos se décolla lentement de la soie des draps, la soulevant d'une poigne de velours. Il abandonna ses lèvres pour faire glisser les siennes là où il savait que sa Reine vibrerait de plaisir et de désir entremêlés. De longues, onctueuses secondes filèrent sous les doigts du Commandeur et le Temps s'arrêta lorsque le bout de sa langue s'ajouta aux caresses de la peau. Les soupirs de Trauma-Nakan emplirent la pièce, et les Ombres semblèrent y répondre, se refermant en ondulant autour de leurs corps enlacés, protecteur et sombre écrin de douceur maligne.

Ymir se releva soudainement, son interminable sourire tendrement moqueur aux lèvres. Une nouvelle fois il rejoignit l'Ombre et disparut dans un éclat de ténèbres. Lorsque, une unique seconde plus tard, il réapparut dans le dos de l'Archange Sombre, elle n'eut pas besoin de la voir pour savoir qu'il s'était débarrassé de la dernière étoffe qui enserrait sa peau. Elle sentit un léger baiser sur sa nuque.

« J'ai pensé que ce serait plus... équitable ainsi. »

Trauma-Nakan sourit doucement et ferma les yeux pour mieux percevoir l'aura et le corps de son amant contre son échine... Qu'il fit brusquement basculer en avant. D'humeur joueuse, Trauma-Nakan se contenta de sourire de plus belle sans rouvrir les paupières, attentive à la moindre caresse des doigts ou des lèvres. Ymir fit glisser ses mains, provocantes et douces, dominatrices et hésitantes, ardentes et fébriles, le long de ses hanches, sa poitrine, son ventre... Elle sentit les baisers sur son dos se transformer en mordillements, alors qu'elle percevait le désir de son amant monter progressivement vers des limites insoupçonnées, et qu'elle-même tressaillait et frissonnait sous la tendresse d'Ymir.

« Oh Je t'aime Trauma...
Je t'aime...
Je t'aime..
Je t'aime. »


L'Archange Sombre se redressa et se retourna vers le Commandeur des Ombres. Une fois que leurs visages ne furent plus séparés que par un infime voile d'ombre dansante et que leurs souffles furent entremêlés, elle ouvrit les yeux et plongea dans l'âme d'Ymir Danhaka. Ses pupilles abyssales semblaient piquetées de milliers d'étoiles d'un amour ancestral, sans pareil. Elle enlaça ses épaules de ses bras en souriant doucement, et déposa un baiser infiniment doux au bord des délicieuses lèvres d'Ymir.

« Magnifique Ange Sombre... Je t'aime, Ymir... Je t'aime tellement... »

Trauma-Nakan sembla soudainement prise d'une idée fulgurante. Cela ressemblait plutôt à quelque chose qui venait subitement de lui revenir, comme quelque chose à laquelle elle pensait depuis des jours et qu'elle avait oublié en le voyant...
Elle sourit intérieurement d'un sourire impitoyable, alors que, face à son amant, elle arbora son air le plus tendre. Elle le poussa du bout des doigts et le fit tomber doucement sur le dos dans un bruissement d’étoffe. Elle se pencha sur lui et dit d'une voix onctueuse et évocatrice au possible :

« Il me semble qu'il y a une chose dont nous n'avons pas encore parlé... »

Laissant planer le suspens, Trauma-Nakan embrassa les lèvres d’Ymir, puis effleura son cou des siennes, et commença à descendre lentement, langoureuse, secondant ses baisers de caresses. Elle explora une énième fois le corps parfait de son amour, s’émerveillant autant que toutes les fois précédentes et que toutes celles qui viendraient. Elle fut bientôt en train de goûter, savourant méthodiquement, les muscles puissants du bas-ventre du Commandeur des Ombres… Un bout de langue taquin émergea alors des pétales nacrés de sa bouche, pour glisser furtivement, délicieusement, vers la virilité surprenante d’Ymir Danhaka. Elle l’effleura une fois, fugitivement ; moins pour procurer du plaisir que pour encore attiser le désir.

L’Archange Sombre revint au niveau du visage de son amant et murmura amoureusement à son oreille.

« Seigneur Danhaka, n’auriez-vous pas… »

Elle se redressa brusquement, son expression entièrement changée. Là où, quelques instants auparavant, régnaient tendresse et douceur, il ne siégeait plus qu’une fureur exquise.
Elle plaqua les poignets d’Ymir sur les draps d’une poigne de fer, lui mettant de force les bras en croix dans une position de faiblesse feinte. Ses yeux ne reflétaient plus qu’une colère sourde, grisée par le désir mais bien palpable là où les biceps de la Reine menaçaient d’envoyer un coup d’une puissance sans précédent.
Sa voix se fit tranchante, forte et glaciale...

« ...Complètement et sauvagement détruit mon Dojo ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le coeur des anges noirs... [Pv Trauma-Nakan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» Les Eldars noirs.
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: La Tour des Sombres :: Chambre Royale-
Sauter vers: