Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 When the Light goes out [Pv Aya]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: When the Light goes out [Pv Aya]   Jeu 30 Juil - 12:56

Obnubilation.
Ce n'est pas un mot que l'on a l'occasion d'employer fort souvent, n'est-ce pas ?
Pourtant, c'était bien le seul qui correspondait à l'état grisant de Kareena en cet instant. Elle était obnubilée. Obnubilée par quoi ? Par l'étrange visiteur qui avait pris possession de ses appartements la veille au soir. Cette chose, ni vivante ni morte. Ce tueur, cet Assassin. Cette créature sans nom. Harmantaro Silok. D'une race oubliée, effacée des livres ; probablement volontairement d'ailleurs, que ce soit par cette race elle-même ou par la terreur des autres peuples. Qu'était-il, par la Non-Vie ? Elle s'était sentie si faible et terrifiée devant cet être qui pourtant ne venait qu'apporter ses services. Elle, la Comtesse Noire, effrayée. Cela n'avait pas de sens. Quel pouvoir pouvait-il détenir pour avoir ainsi accès aux peurs les plus viscérales de chacun ? Elle avait senti en lui un âge sombre, oublié... Cet être était probablement plus vieux que toutes les créatures d'Alésia réunies. Il était Tout, et pourtant il n'était Rien. Personne n'avait connaissance de son existence, à part peut-être... Les autres représentants de sa race ?

L'idée qu'il puisse y en avoir plusieurs la frappa soudainement de plein fouet. Elle n'y avait même pas songé, terrorisée par l'infâme puissance d'un seul de ces créatures. Un étrange calme l'envahit soudain, et quatre mots suivis d'une image se dessinèrent dans son esprit.
Le Sanctuaire. Le Sanctuaire des Pages Oubliées.
La seule et unique bibliothèque de la Crypte. Kareena savait n'avoir que très peu de chances de trouver quelque information à cet endroit, mais c'était sa seule possibilité. Elle pria le Temps, qui semblait n'avoir aucune prise sur Harmantaro, que ses ancêtres non-morts aient conservé ne serait-ce qu'un ou deux ouvrages qui pourraient la guider. Vers la source de cette... Chose.

Elle se leva vivement de son paradisiaque lit pourpre et sortit de sa chambre en claquant la porte de bois de cerisier, dont la serrure était toujours éventrée.

Ses pas résonnèrent dans les allées de marbre du chateau de Corran, avant de se répercuter contre les riches pierres des rues de la Cité des Morts. En passant devant la place Ysabella, elle eut une légère pensée pour Lizabelle, qu'elle avait rencontrée ici la semaine précédente. Mais il n'en fallait pas si peu pour la détourner de son but premier, et elle repartie de plus belle en direction du Sanctuaire.
Elle ne fut pas surprise de le trouver désert, elle-même n'y était pas allée depuis très longtemps. Il n'y avait pas énromément d'étagères ni énormément de livres étant donné que le Sanctuaire était la seule bibliothèque de la Cité, mais elle gardait espoir de dénicher au moins un grimoire qui l'aiguillerai.

Kareena se jeta donc à corps perdu dans les étalages, parcourant des mètres et des mètres de livres, avant de s'arrêter net devant un rayon. Civilisations Anciennes.
Son visage s'éclaircit d'un sourire satisfait alors qu'elle attrapait le manuscrit. Elle alla s'installer à une des tables d'ébène qui ornaient la richissime pièce, fière de sa trouvaille.
Pourtant, il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre à l'évidence : Ce livre ne parlait pas de ce qu'elle cherchait. Il parlait des anciennes créatures magiques, des fondations des races, mais aucun chapitre sur une race secrète.

Elle s'affala sur la chaise d'argent aux coussins de velours et enfouie sa tête dans ses mains.
Lorsqu'elle la revala, une singulière silhouette se dressait à quelques pas d'elle. Ce fut dans un étonnement non feint qu'elle reconnut Jissia, la servante de Corran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Jeu 30 Juil - 15:54

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis la visite des deux femmes chez le Roi et sa réaction quasi naturelle aux émotions de Lizabelle ... réaction qui lui avait valu d'ailleurs par la suite une visite de celui ci assez, comment dire, "salée". Le rouge lui monta aux joues instantanément aux pensées qui suivirent.
Néanmoins, c'étaient d'autres idées qui la préoccupaient, des idées qui tenaient en trois mots : la comtesse noire. En effet, Aya avait remarqué le regard appuyé que celle ci lui avait lancé lors de l'incident de Lizabelle, elle s'en voulait encore de s'être laissée submerger ainsi, et bien qu'elle n'ai pu controler son empathie et avait été affaiblie sur le coup, la réaction de Kareena Von Carstein ne lui avait en aucun cas échappé ni même le regard haineux qu'elle avait eu à son égard l'espace d'un instant. Aya ne comprenait pas trop la raison de cela, mais se méfiait de la comtesse qu'elle savait être une puissante nécromancienne. Elle savait surtout qu'elle n'avait pas les capacités nécéssaires de la battre si un combat s'engageait entre elles et que sa planche de salut était, Ô comble de l'ironie, l'homme qui lui avait ravi sa vengeance, qui l'avait délivrée de son tortionnaire et l'avait fait exécuté et qu'elle servait depuis deux ans maintenant avec la seule idée de s'enfuir le plus rapidement possible ... alors qu'une partie d'elle même avait de moins en moins envie de partir.

Secouant la tête, elle sortit de sa cachette en faisant bien attention qu'il n'y ait personne d'autre qu'elle dans cette bibliothéque habituellement déserte et qu'elle avait décourverte à peine quelques jours auparavant. Elle qui aimait tellement lire, n'en connaissait pas l'existence alors que cela faisait deux ans qu'elle vivait au manoir avant que le jeune prédateur en parle lors d'une de leurs conversations à batons rompus dans le jardinet lui en indique l'endroit, ignorant qu'elle n'avait pas le droit de sortir du manoir par ordre du Seigneur vampire, surtout depuis quelques jours.
Mais, elle avait tellement besoin de s'évader de sa réalité qu'elle faisait fi de cet ordre, priant tout de même pour qu'IL ne découvre pas son nouveau petit secret.
Elle aimait tellement lire qu'elle s'était un peu sentie diminuée sans ses livres à ses cotés, aussi quand elle apprit que cette bibiothéque oubliée regorgeait de livres d'histoires d'Alésia entre autre et du passé des vampires, ainsi que certains manuscrits de magie, elle n'avait pu résister à l'envie de replonger dans cet univers irréel.
Un bruit de pas feutrés puis de sac qu'on laisse tomber brutalement attira son attention, relevant précipitamment le nez du livre dans lequel elle était plongée depuis des heures maintenant à ce qu'il lui semblait, et qu'elle s'apprétait à échanger contre un autre sur les civilisations anciennes d'Alésia, elle espérait que ce soit son nouveau comparse, le coeur battant la chamade elle bougea légérement ... pour se retrouver nez à nez avec ... La comtesse noire avachie sur une chaise en argent, l'air déséspéré !
L'obscurité où elle se trouvait aidant, elle se recomposa aussi vite que possible l'attitude la plus normale possible, ses années d'entrainement au service des paladins lui avaient appris à dissimuler ses sentiments rapidement, sans compter son enfance et son adolescence qui l'avaient entrainée à porter un masque en permanence.
Rouvrant les yeux aprés les avoir fermés un instant infime, l'expression d'Aya la paladine rebelle et curieuse, laissa place à celle de la douce et soumise Jissia à l'air innocent et pur ... tout ce qu'elle n'était pas en réalité.
Baissant la tête, elle calculait sa marge de manoeuvre en cas d'attaque et ses chances de s'en sortir ... réduites à zéro pour ainsi dire, avant de retrouver un peu d'espoir à la pensée que la comtesse ne courrait surement pas le risque de contrarier son maitre en touchant sa protégée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Sam 1 Aoû - 13:01

La petite Jissia semblait ne pas vraiment regarder Kareena, préférant garder un regard neutre et bas en guise de soumission.
La Comtesse Noire l'observa un bref instant. Elle ne l'avait pas revue depuis la conversation avec Lizabelle dans la chambre de Corran, et n'avait pu se faire d'opinion fixe sur la servante. A vrai dire, elle n'y avait finalement guère pensé. Jissia avait très probablement un contact plus proche avec le Seigneur Vampire que n'importe quelle courtisane Artistocrate pulpeuse et plantureuse, et c'était la raison pour laquelle aucun autre Vampire n'osait l'approcher, sous peine de recevoir les foudres du Roi lui-même. Ce n'était pas le cas de Kareena. Non pas qu'elle n'avait pas peur de son maître, loin de là, mais elle ne ressentait au final aucune animosité à l'égard de la jeune fille. Malgré sa nature humaine et ses suspicions quant à sa moitié elfique, Kareena n'était sûre de rien et ne pouvait par conséquent pas la juger. De plus, l'ampathie qu'elle avait fait preuve pour Lizabelle lorsque celle-ci avait raconté son histoire avait étonnement plu à la Comtesse, bien que cela soit probablement un des plus purs signes de son apparenté Elfique.

Kareena n'avait guère d'ostilité envers les hybrides, et si ses soupçons quant à Jissia se vérifiaient, elle comptait lui laisser le choix avant de lui vouer sa haine traditionelle pour les Elfes. Elle lui proposerait de choisir de toujours garder caché son côté Elfe, donc d'apprendre à se maîtriser, voire même de l'abandonner. Si elle acceptait, Kareena retournerait à son indifférence première, et pourrait parler librement avec elle. Mais si elle refusait, elle n'avait plus aucune chance de trouver Kareena dans son camp.

La Vampire abandonna ses considérations pour le futur pour revenir au présent. La servante n'osait pas venir vers elle, ce qui était plus que compréhensible. Kareena inclina la tête pour lui signifier son respect, et le fait qu'elle ne courrait aucun danger. Lorsque celle-ci se fut un peu approchée de sa table, Kareena avait déjà refermé le livre et l'avait posé face cachée (elle ne souhaitait pas le moins du monde qu'une servante aussi proche de Corran puisse prendre connaissance de ses recherches).
Kareena lui désigna affablement la seconde chaise en face d'elle, et sourit.

" Bonsoir Jissia. J'avoue être plutôt étonnée de votre présence en ces lieux... Le Seigneur De Monfort vous aurait-il fait quérir quelque ouvrage ? "

Elle ne préféra pas entammer la conversation plus que cela avant d'être certaine des intentions de l'humaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Mer 19 Aoû - 12:39

La comtesse noire l'avait vue. Nulle échappatoire possible donc. * Il va falloir que je trouve une raison valable à ma présence ici * se dit-elle, sans se douter un instant que c'était son interlocutrice qui allait la lui fournir.
Kareena Von Karstein lui désigna affablement la seconde chaise en face d'elle, et sourit.


" Bonsoir Jissia. J'avoue être plutôt étonnée de votre présence en ces lieux... Le Seigneur De Monfort vous aurait-il fait quérir quelque ouvrage ? "

Corran ... Son sang ne fit qu'un tour. S'il apprenait qu'elle était venue ici sans sa permission, il risquait de piquer une colére noire.

- Ou... Oui madame. Bégaya-t-elle promptement. *Bonne idée .. si elle ne lui en touche pas un mot*. Elle baissa la tête en s'approchant de la chaise qu'elle lui désignait, l'air soumis, et se confondit en excuses afin d'éloigner les questions que la comtesse ne manqueraient sans doute pas de lui poser.

- Maitre Corran ne m'a pas dit que je vous y trouverai Madame, sinon je serais venue plus tard. J'espére ne pas vous avoir dérangée dans votre lecture


Elle n'osait prendre la chaise, non pas soumission ou pas timidité ... mais être assise lui réduirait encore plus ses chances de retraite en cas d'urgence. Quoique face à la comtesse, ce n'était même pas la peine de penser à s'échapper. Sa puissance était reconnue de tous, seul le roi lui était supérieur. La mort dans l'âme, elle s'installa du bout des fesses sur le siége, dissimulant à grande peine le livre qu'elle lisait.
En effet, montrer à cette femme qu'elle éssayait d'en savoir plus sur leur race et surtout sur les méandres du manoir afin de s'en échapper, n'était pas des plus judicieux. Elle garda la tête baissée, remarquant avec amusement que la comtesse semblait elle aussi dissimuler sa lecture au regard de la servante. * Tiens tiens, intéressant ça. Cacherait-on des choses qu'on aurait peur de voir le roi découvrir ?*


- Puis je vous aider dans vos recherches madame ? Je suis à votre disposition bien entendu.
Dit-elle d'un ton obséquieux légérement teinté d'ironie. *La meilleure des défenses c'est l'attaque. Première leçon de tout bon guerrier ... et brouiller les pistes est encore mieux ! * Elle devait cependant se montrer sur ses gardes songea-t-elle en se remémorant le regard qu'elle lui avait lancé dans la chambre du Seigneur vampire, quand Lizabelle avait conté l'histoire de sa famille et de sa trasnformation.
Elle même n'en revenait pas encore d'avoir été si réceptive à la douleur de la jeune vampire. Elle s'entraînait encore plus depuis sa captivité à résister à l'invasion des sentiments, Corran connaissait sa nature elfique mais avait toujours ignoré sa véritable identité et encore moins son lien avec la reine blanche et elle s'escrimait depuis deux ans maintenant à réduire le plus possible ses dons elfiques afin que personne, en dehors de ceux qui l'avaient sauvé dans le chateau de l'aristocrate renégat, n'en ait connaissance.
Aussi sa sensibilité ce jours là avait-elle faillit réduire à néant tout ces efforts, d'autant qu'aujourd'hui la comtesse se méfiait sans doute d'elle comme de la peste, alors qu'elle ne cherchait nullement à s'en faire une ennemie ... bien au contraire, les dons et connaissances magiques de la comtesse l'interessaient au plus haut point, bien que femme d'arme et guerrière d'élite, la magie l'attirait sans conteste et ce malgrè la conscience qu'elle avait de ses pouvoirs naturels limités du à la mixité de son sang. Elle savait néanmoins qu'il y avait deux types de magies: celle naturelle et celle acquise et elle espérait un jour pouvoir combler les lacunes de sa magie naturelle, par celle assimilée et apprise et pensait à juste titre donc que la comtesse serait un excellent professeur ... peut -étre même la meilleure.
Guettant la réaction de l'Aristocrate, elle réfléchissait au moyen le moins dangereux de lui faire comprendre qu'elle n'était pas une menace pour elle ou sa race, surtout avec les sentiments naissants pour le roi ... et au moyen le plus sûr de s'échapper également.
Elle soupira. * Si seulement j'étais libre de mes allées et venues !* Tout serait en effet plus simple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 31 Aoû - 13:02

Jissia confirma timidement la question de Kareena. La façon qu'elle eut de bégayer en prononçant ce petit mot parut un bref instant louche à la Comtesse, mais elle mit cela sur le compte de l'anxiété que devait éprouver la servante à se tenir devant elle. Le fait qu'elle n'ose prendre la chaise immédiatement la conforta dans cette idée : le garde-sang de Corran semblait avoir peur d'elle.


- Maitre Corran ne m'a pas dit que je vous y trouverai Madame, sinon je serais venue plus tard. J'espére ne pas vous avoir dérangée dans votre lecture.

Kareena lui sourit alors qu'enfin elle se décidait à s'assoir. La Comtesse lui répondit d'une voix affable en calant son dos sur le dossier du fauteuil.

" Vous n'avez pas d'inquiétude à avoir, mademoiselle Jissia. Si votre présence m'intrigue, elle ne m'incommode guère. "

La Vampire remarqua du coin de l'oeil que si Jissia avait aquiescier lorsqu'elle lui avait demandé si l'objet de sa recherche lui avait été fourni par Corran, celle-ci n'en cachait pas moins le livre qu'elle lisait. Se pouvait-il que la Comtesse Noire et la servante du Seigneur Vampire se trouvâssent dans la même situation ? Un comble. Les deux femmes les plus proches du roi, cachant toutes les deux leurs recherches à celui-ci... Cela en disait long.
Kareena ne jeta aucun coup d'oeil vers le livre de l'humaine, montrant que son intérêt pour l'ouvrage avait cessé d'exister suite à la réponse de Jissia. Elle y reviendrait plus tard... La Comtesse sourit intérieurement en songeant à cela.
Mais c'est alors que Jissia reprit la parole... Et qu'elle ne gâcha point ses mots. Elle semblait avoir remarqué que Kareena ne voulait pas dévoiler sa lecture ; le livre retourné était un signe bien trop voyant.

- Puis je vous aider dans vos recherches madame ? Je suis à votre disposition bien entendu.

Kareena laissa la surprise l'envahir une demi-seconde, avant recouvrer son calme et son air amical. Elle lui sourit comme elle aurait souri à une amie, et répliqua en donnant à sa voix des oscillations chaleureuses et avenantes. A cet instant précis, elle se sentit comme Harmantaro lorsqu'il l'avait ensorcellée de ces paroles terrifiantes et glacées. Elle chassa cette pensée dans un sourire.

" Merci beaucoup Jissia, mais je vais être contrainte de refuser votre aide. J'ai déjà trouvé ce que je cherchais, et je doute que cela puisse vous intéresser. "

Elle poncta sa phrase d'un haussement de sourcil étrangement complice. Kareena fit alors claquer sa langue contre son palais et vint poser les coudes sur la table, s'approchant de l'humaine... Et de son livre. Cette fois, son visage avait revêtit l'aspect intéressé de la première question qu'elle avait posé à Jissia.

" Mais dîtes-moi, si cela n'est pas classé secret (et connaissant Corran je doute que beaucoup de choses soient classées secrètes dans ses affaires), quelles recherches vous a-t-il envoyé faire ? "

... La joute verbale venait de commencer.
Jissia avait attaqué la première, Kareena avait riposté. La fin du défi serait-il conclu par une victoire et une défaite, ou bien par une égalité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Ven 4 Sep - 17:30

Oh, Oh, ça va tourner en eau de boudin, je le sens !

Ce fut la première pensée qui traversa l'esprit de la demi elfe, en voyant la comtesse noire poser ses coudes sur la table, son visage dans ses mains et plonger le regard dans le sien, une lueur inquisitrice dans le regard. Mais quand cette dernière s'exprima, laissant échapper un claquement de langue :

" Mais dîtes-moi, si cela n'est pas classé secret (et connaissant Corran je doute que beaucoup de choses soient classées secrètes dans ses affaires), quelles recherches vous a-t-il envoyé faire ? "


La seconde pensée qui traversa son esprit fut :

Je suis cuite !

Elle senti cependant, une soudaine excitation lui parcourir l'échine, comme lorsque jadis elle était au combat, la comtesse l'intriguait tout autant qu'elle mettait tout ses sens en alerte. elle avait du mal à la cerner malgré les deux années qu'elle avait passé à l'observer ainsi que Corran de Monfort et d'autres vampires de la classe supérieure. Aya, sentait un intérêt grandissant pour cette femme, manifestement aussi intelligente que dangereuse, puisqu'elle semblait avoir compris que la jeune demi-elfe cachait sa présence en ces lieux au roi ... autant qu'elle-même lui cachait sa lecture.
En même temps, elle remerciait ses aïeux de ne pas être sur un champ de bataille vu l'était cotonneux de ses jambes à cet instant précis. L'excitation, prit cependant le pas sur la crainte qu'elle ressentait, la comtesse n'avait pas l'air de ressentir quelconque animosité envers elle. Elle répondit d'une voix basse, jouant le jeu, son air le plus innocent sur son doux minois ... éclairé par une lueur de défi qui semblait trouver son reflet dans le regard de la comtesse :


- J'avoue, madame, que j'ignore si mon maitre tient à garder le secret ou pas. Mais si vous le souhaitez, je peux me rendre à ses appartements afin de lui poser la question.


Le plus étonnant était que la comtesse pensait manifestement que c'était sa lecture, que la jeune servante dissimulait.
Aya soupira, il fallait qu'elle parle de ses allées et venues à Corran, ne serait-ce que pour se rendre à la bibliothèque ... Elle pencha la tête sur le coté, les yeux dans le vague quelques instants, avant de se rendre compte du regard interrogateur posé sur elle. Elle se rapprocha de la dame noire et dit:


- Madame, puis-je me permettre une question ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Mar 8 Sep - 19:57

A la question de Kareena, Jissia répondit tout d'abord en ajustant un air complaisant et soumi sur son visage, avant que ses mots ne franchissent réellement ses lèvres.

- J'avoue, madame, que j'ignore si mon maitre tient à garder le secret ou pas. Mais si vous le souhaitez, je peux me rendre à ses appartements afin de lui poser la question.

...Fine tactique. Si Kareena refusait, cela pourrait prouver qu'elle préférait ne pas prendre le risque que Jissia aille raporter à Corran que la Comtesse avait des lectures secrètes, et donc cela prouvait que ces lectures étaient belles et bien secrètes. Oui mais... Si elle acceptait, Jissia serait dans une très mauvais posture. Car parler des lectures de Kareena sous-entendrait le fait qu'elle s'était elle-même rendue au Sanctuaire ; chose qui lui était interdite. De plus, même si celle-ci lui en parlait, il serait aisé à Kareena de prétexter que le livre ne parlait que d'Elfes, qu'elle étudiait pour connaitre chacun de leurs points faibles.
Certes, mais un autre inconvénient se présentait à l'horizon. Si elle acceptait, Jissia partirait et, tout d'abord, elle n'irait probablement pas voir Corran ; mais surtout... Elle échaperait aux griffes de la Comtesse. Et le seul moyen que Kareena avait de déceler le titre de l'ouvrage que Jissia lisait était de jouer de finesse en la gardant près d'elle.

Un sourire chaleureux se peignit sur ses lèvres pourprées.

" Non, cela n'est pas utile. Et puis, chacun a bien le droit à ses petits secrets, n'est-ce pas ? "

Un clin d'oeil complice ponctua sa phrase. Le sous-entendu était presque explicite, mais pas assez cependant pour que la servante soit certaine de ce dont Kareena était sûre, et de ce qu'elle ne faisait encore que supposer.
Peut-être que si l'humaine entrait dans son jeu et qu'une forme de complicité parvenait à naître, certains non-dits seraient rélévés. Mais évidemment, cela serait donnant-donnant.

Jissia ne lui laissa cependant pas le temps de continuer à réfléchir, car elle posa une question fortement réthorique.

- Madame, puis-je me permettre une question ?

Pourquoi poser cette question à laquelle elle connaissait déjà la réponse ? Voulait-elle mettre en garde Kareena contre ce qu'elle allait lui demander ? Ou bien encore lui faire comprende que sa prochaine interrogation ne pourrait pas être détournée comme les précédentes ?
Une sorte d'excitation semblait avoir gagné la jeune femme... Et il en était quasiment de même pour Kareena. Piquée par la curiosité malgré ses questionnements, elle ne put que répondre :

" Mais bien sur Jissia, faites, je vous en prie ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Sam 12 Sep - 4:49

Oui. Elle aimait jouer, c'était un fait établi depuis des siècles. Elle savait cependant que jouer avec la comtesse ou le roi était plus que dangereux ... mais que c'était plaisant ! Elle aimait par dessus tout les jeux d'esprit et de mots, aussi, la joute verbale ouverte entre elle et la comtesse, l'émoustillait bien plus qu'elle ne l'effrayait.
Oh bien sur, elle connaissait ses limites et savait que même si elle pouvait remporter un challenge verbal contre la comtesse, il en serait autrement si cela devait dégénérer.

Elle était surtout consciente que si cela devait se produire, et bien qu'elle fût sous sa protection, Corran ne pourrait pas se risquer de la préserver envers et contre tout. Elle devait donc se montrer prudente, autant dans ces duels verbaux que dans la confiance qu'elle pouvait placer en les autres.

Elle repensa au soir ou il était revenu de sa promenade et était venu dans sa chambre par surprise. Elle ne l'avait pas entendu. Elle avait voulu s'entrainer pendant son absence, mais avait semblait-il présumé de ses forces et avait fini par se reposer, épuisée, elle n'avait eu le courage que de déboutonner son corsage pour pouvoir respirer plus librement, ne supposant pas que son "maitre" allait venir lui rendre visite. Celui-ci l'avait trouvé alitée, fiévreuse et fébrile. La suite des événements avait été, semblait-il, inattendue pour chacun d'eux et elle avait encore découvert une facette de lui qu'elle en connaissait pas.

Elle soupira; qu'allait-il bien pouvoir faire si jamais il découvrait qu'elle était sortie du manoir ? Elle devait bien s'avouer que depuis qu'elle avait découvert la bibliothèque et les livres qu'elle contenait, elle s'en fichait autant qu'elle redoutait ce moment et pensait de moins en moins au danger que représentait sa bravade.

*Tant pis, je lui expliquerai et il comprendra ... enfin j'espère.*


Ce qui lui importait surtout en cet instant c'était de savoir s'il courrait vraiment un quelconque danger avec ces histoires de rébellions et surtout ... allait-elle devoir rester encore longtemps ici ?
Elle interrompit ses réflexions et reporta son attention sur la comtesse qui épiait ses moindre faits et gestes. Elle semblait la sonder et surveiller chacun de ses mouvements. Elle la regardait attentivement comme si elle se demandait quelle était la meilleure tactique à avoir avec l'esclave de son roi, sans doute afin de découvrir ce qu'elle faisait ici.

Aya savait pertinemment que la comtesse n'avait pas été dupe un seul instant de sa manœuvre visant à éviter de répondre à sa question et elle s'attendait donc à ce que celle-ci la prenne au mot et la conduise à Corran. Même si la comtesse ne voulait pas lui dévoiler sa lecture, au vu de la façon dont elle dissimulait la couverture du livre, elle avait le droit de se rendre à la bibliothèque et de lire ce qu'elle voulait contrairement à Aya ... et cette dernière était persuadée qu'elle le savait parfaitement, aussi quand la comtesse, les lèvres pourprées ceintes d'un large sourire chaleureux, dit avec un clin d'œil :


" Non, cela n'est pas utile. Et puis, chacun a bien le droit à ses petits secrets, n'est-ce pas ? "

faillit-elle s'étrangler de surprise: Elle venait de lui avouer à demi mots qu'elle avait un secret ... Surprenant ! Surprenant et intéressant surtout. Aya n'avait jamais été du genre à refuser un pacte de non agression or la comtesse en concédant cette confidence venait d'en proposer un. Habile manœuvre pour s'assurer le silence de la demi elfe ? ou pour que celle-ci ne cherche pas plus avant à savoir ce que la dame noire dissimulait tant bien que mal ... toujours est-il qu'une complicité éventuelle avec la deuxième vampire la plus puissante, ne pourrait pas lui nuire. Loin de là s'en fallait.

Aussi pour répondre à cette main providentiellement tendue, prit-elle le parti de repousser légèrement son livre sur la table, en libérant ainsi l'accès au titre : * Précis sur l'histoire apocalyptique * montrant ainsi qu'elle avait compris et acceptant de jouer le jeu, elle demanda si elle pouvait poser une question.

Quand la comtesse l'y autorisa, elle hésita un instant: elle se sentait observée, une sensation gênante qu'elle ressentit quelques instants auparavant. Elle marqua un temps et jeta un coup d'œil furtif vers l'entrée de la bibliothèque. Ses sens en alerte, elle baissa le ton et dit d'une voix tendue :


- Madame, vous savez que dans les cuisines les bruits circulent et les langues sont fort déliées ... Il m'est parvenu des rumeurs au sujet de rébellions et de mutineries qui se prépareraient contre le seigneur vampire ... et contre vous-même.


Elle se rapprocha de la comtesse et planta ses prunelles améthystes dans celles sans vie de cette dernière. Un sentiment obsédant la tenait aux tripes, mais rien de semblait anormal. De plus si quelque chose avait semblé anormal, la comtesse l'aurait probablement sentit immédiatement. Elle poursuivit néanmoins d'un ton prudent.

- Ces rumeurs sont elles vraies madame ? Est-ce que ... Est ce que Corr ... Est ce qu'il ... heu vous êtes parfaitement en sécurité ? Est-ce que le service de sécurité de maitre Corran est fiable ainsi que son entourage ? Et le votre ?


Elle n'avait bien entendu pas l'intention de trahir Konrad, mais elle devait savoir jusqu'à quel point il avait eu raison. Elle savait que cette question intriguerait la comtesse, voire même que cela la rendrait encore plus méfiante ... mais comme elle l'avait savamment souligné, chacun avait droit à ses petits secrets * moui, enfin bon toi ce n'est plus des petits secrets que tu caches c'est toute une vie. Les petits secrets sont en gros et demi-gros chez toi ma vieille ! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Jeu 17 Sep - 18:30

Précis sur l'histoire apocalyptique.
Ainsi donc, Jissia cherchait à en savoir plus sur l'Histoire d'Alésia ? La façon dont elle l'avait montré furtivement démontrait bien qu'elle faisait ces recherches pour elle, non pas pour Corran. Maintenant, restait à savoir si l'humaine lisait cette oeuvre par simple goût de l'érudition, ou pour dénicher une information bien précise. Les deux cas étaient complétement plausibles, ce qui ne laissait pas beaucoup d'éléments de déduction à Kareena. Aucun, finalement.
La Vampire dénota une certaine anxiété dans les gestes de Jissia... Qui ne provenait aucunement de sa révélation, elle en était sûre. C'est en cherchant ce qui pouvait bien troubler la servante qu'elle-même commença à percevoir cette si désagréable sensation... Celle d'être observée. Par Yéléna, comment avaient-elle pu être observées jusqu'à maintenant sans s'en être rendues comptes ? Celui ou celle qui les épiait devait être très haut gradé, ou spécialisé dans le domaine. Oui bien ce pouvait être... Non. Kareena battit des paupières, chassant à la naissance l'idée grotesque qui avait voulu paraitre.

Jissia jeta un coup d'oeil vers la porte d'entrée de la bibliothèque, que la Comtesse s'efforça d'ignorer. Elle avait la sensation que ce ne pouvait être personne d'autre que Corran... Mais il était impossible que ce soit lui. La servante reprit la parole en baissant d'un ton (acte inutile si l'on pense aux capacités sensorielles extraordinaires des Vampires) :

- Madame, vous savez que dans les cuisines les bruits circulent et les langues sont fort déliées ... Il m'est parvenu des rumeurs au sujet de rébellions et de mutineries qui se prépareraient contre le seigneur vampire ... et contre vous-même.

Kareena haussa un sourcil alors que naissait une ébauche de sourire au coin de ses lèvres. Sans même y réfléchir, un nom s'imposa à son esprit : Manfred. Cette famille de nobles n'avait de cesse depuis qu'ils étaient à la Crypte de trahir, assassiner et écraser les gens sur leur chemin pour accéder au pouvoir. Peut-être s'agissait-il de quelqu'un d'autre, mais c'était l'hypothèse la plus probable selon elle. Elle repensa au fait que Lizabelle s'était entretenue avec le petit dernier de la famille, un certain Konrad, dernièrement. Espérons qu'il ne se soit pas servi d'elle... Non, elle est trop intelligente pour se laisser faire.
En revenant à l'instant présent, une évidence frappa Kareena : si Jissia avait connaissance de tels complots, et qu'il s'agissait bien des Manfred, alors elle en avait forcément rencontré un. La jeune humaine s'approcha d'elle avant d'ajouter tout bas :

- Ces rumeurs sont elles vraies madame ? Est-ce que ... Est ce que Corr ... Est ce qu'il ... heu vous êtes parfaitement en sécurité ? Est-ce que le service de sécurité de maitre Corran est fiable ainsi que son entourage ? Et le votre ?

Kareena tenta de faire abstraction des hésitations vocales de son interlocutrice, qui démontraient involontairement son affection pour Corran, avant d'afficher un sourire rassurant et de prendre une voix calme et posée :

" Ne vous inquiétez pas, Jissia, il n'y a pas matière à le faire. Si quelqu'un tente de nous attaquer, il ne pourra qu'échouer. Premièrement parce que nous avons plus d'espions que lui n'en a, et deuxièmement, même s'il parvenait jusqu'à moi ou jusqu'au seigneur Corran, pensez-vous vraiment qu'il ait la moindre chance en combat singulier ? Non, évidemment. Et si c'est un assassinat qui est prévu, soyez certaine que nous serons avertis avant, ou bien que nous nous réveillerons avant d'être poignardés. "

Elle laissa passer un silence. Puis, elle mit toute l'émotion qu'elle put dans ses yeux (chose que même le meilleur espion ne pourrait pas déceler), espérant que Jissia capte le message entre les mots. Kareena chuchota :

" Si c'est un Manfred, il n'a aucune chance. Mais qui ne nous dis pas qu'un des leurs nous espionne, et nous attend à la sortie du Sanctuaire ? "

Et juste après cette phrase ax allures conspiratrice, Kareena rejeta la tête en arrière en éclatant d'un grand rire amusé ; comme si ce qu'elle venait de dire n'avait aucune emprise sur le monde réel.

Pourtant, sous ce masque si parfaitement porté, était un message tout à fait sérieux ; le poids des mots était lourd. Elle ne parlait pas des Manfred. Elle parlait de Corran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 21 Sep - 3:33

[HRP] Désolée pour le temps de réponse, je n'arrivais pas à ordonner mes idées. J'espère que ça vous convient. Si Kareena est d'accord, tu pourras poster après elle Corran. [/HRP]

------------------

La comtesse afficha un sourire rassurant et de prendre une voix calme et posée :

" Ne vous inquiétez pas, Jissia, il n'y a pas matière à le faire. Si quelqu'un tente de nous attaquer, il ne pourra qu'échouer. Premièrement parce que nous avons plus d'espions que lui n'en a, et deuxièmement, même s'il parvenait jusqu'à moi ou jusqu'au seigneur Corran, pensez-vous vraiment qu'il ait la moindre chance en combat singulier ? Non, évidemment. Et si c'est un assassinat qui est prévu, soyez certaine que nous serons avertis avant, ou bien que nous nous réveillerons avant d'être poignardés. "


Aya se raidit à ces mots. Ce qu'elle avait lu de l'histoire des familles les plus nobles indiquait surtout que les guerres de pouvoirs au sein de la crypte étaient monnaie courante, d'ailleurs cela semblait même faire partie de la culture vampirique.
Corran lui-même y avait trempé jusqu'au cou pour arriver finalement là ou il en était, mais ayant baigné dans le monde politique humain assez longtemps, elle savait pertinemment que dans certaines situations on devait suivre ce qu'on pensait être le plus juste ... même si cela signifiait couper quelques têtes au passage.
Elle l'avait fait il y avait de cela bien longtemps. Ce n'était ni de la trahison ni de la fourberie mais, elle se dévouait à son rôle et quand elle avait vu que les décisions qui allaient être prises couterait la vie de milliers de personnes, elle n'avait pas hésité une seule seconde à éliminer celui qu'elle considérait comme le mauvais conseilleur. Bien entendu, c'était passé pour une mort naturelle, car dans le monde des humains on ne pouvait se permettre de tuer comme bon semblait.


- Oh ça je n'en doute aucunement madame, il lui faudra plus que de la volonté et quelques malheureux sorts pour arriver à toucher Corr ... heu maitre Corran.


dit-elle avec un froid sourire carnassier, sans même se rendre compte qu'elle avait repris son timbre de voix, naturellement rauque, emportée par ses pensées et son désir de protéger son amant. Oui, celui qui s'en approcherait de trop prés avec une intention malsaine, devrait lui passer sur le corps.
La paladine expérimentée et habile qu'elle était revenait à la charge, mais pire que tout ... la femme sournoise et manipulatrice, la comédienne aux yeux d'anges, qu'elle n'avait jamais cessé d'être - oui, elle avait juste mis ses talents aux services des causes qu'ELLE estimait justes, selon son propre code moral et là ça en était une à n'en pas douter !- refaisait surface, plus dangereuse qu'une louve protégeant ses petits.
Mine de rien, tout en continuant à regarder la Comtesse dans les yeux, elle ouvrit le Précis de l'histoire apocalyptique à la page qu'elle avait marqué quelques instant auparavant. On pouvait y lire à la lettre M :

Les MANFRED : Une des familles les plus vieilles du monde nécromantique. Réputés pour être des assassins et fêlons de premier ordre, ils n'hésitent pas exterminer même ceux de leur propre race. Le chef de famille est prêt à tout pour arriver à ses fins et à cet effet, il n'hésite pas à transformer des jeunes humains et à les sacrifier sur l'autel de son ascension sociale. Agit dans l'ombre, et bien que personne dans le monde de la non vie n'ignore leur méfaits, nul n'est jamais parvenu à prouver quoi que ce soit. Ils restent à ce jours impunis de leurs méfaits.

Elle eu une pensée pour son ami Konrad qui devait être entrain d'affronter les foudres de son géniteur non-vivant s'il avait respecté ses projets. Elle espérait que tout irait pour le mieux pour lui.

Elle savait que même chez les vampires les plus sanguinaires, il existait un certain code de l'honneur et elle savait également que leur roi avait son code moral que beaucoup d'entre eux ne comprenaient pas, en faisant ainsi un roi craint à cause de sa force mais jalousé par son intelligence et sa non-addiction aux jeux puérilement macabres et luxuriants des autres aristocrates et autres descendants de la haute société vampirique. Et la félonie était une des choses les plus durement châtiées chez Corran De Monfort.

La demi-elfe n'arrivait toujours pas à se départir de cette sensation d'être observée qui devenait d'ailleurs obsédante, au point ou les muscles entiers de sa nuque étaient endoloris à force de raideur. Faisant un mouvement rotatif de la tête pour ce détendre, elle soupira avant de replonger son regard améthyste, cette fois-ci totalement franc et clair dans le regard mort de la comtesse noir, puis encore une fois, mine de rien, elle frôla du bout de l'ongle le nom des Manfred, suffisamment pour que la comtesse comprenne le message qu'Aya lui faisait passer.
Elle ne savait pas pourquoi son instinct lui soufflait qu'elle pouvait, dans ce cas tout du moins, lui faire confiance ... dans une certaine mesure certes. Kareena Von Carstein était fidèle à Corran, elle l'avait vu dans ses yeux et, il fallait être honnête, c'était la seule chose qui intéressait Aya.

La dame noire laissa passer un silence. Puis, avec une émotion toute nouvelle qu'elle put dans ses yeux (chose que même le meilleur espion ne pourrait pas déceler), espérant que Jissia capte le message entre les mots. Kareena chuchota :


" Si c'est un Manfred, il n'a aucune chance. Mais qui ne nous dis pas qu'un des leurs nous espionne, et nous attend à la sortie du Sanctuaire ? "

Et juste après cette phrase aux allures conspiratrice, Kareena rejeta la tête en arrière en éclatant d'un grand rire amusé ; comme si ce qu'elle venait de dire n'avait aucune emprise sur le monde réel.

Mais si le son de sa voix et l'éclat de son rire semblaient amusés et dérisoires, la froideur de son regard et le sérieux de ses prunelles indiquaient bien autre chose. Elle avait comprit, d'une part le message qu'Aya lui faisait passer, mais aussi, et ce qui acheva de convaincre Aya de la réelle supériorité de cette femme : Elle avait ressenti sa sensation d'être observée : c'est ce qu'elle lui disait insidieusement et cela ne pouvait être qu'une personne fort puissante pour avoir réussi à dissimuler sa présence ainsi. Sa remarque sur l'espion qui les guetait à la sotie était tout aussi clair: Elle ne parlait pas des Manfred. Elle parlait de Corran.

Aya leva le pouce en signe d'acquiescement puis fit une tentative à double tranchant : Fermant les yeux, elle se concentra sur la comtesse et dit mentalement : * Apprenez-moi, vous êtes un mentor rêvé pour quelqu'un comme moi qui cherche la connaissance *
Si c'était Corran qui les guettait comme la comtesse semblait le laissait supposer ( et ce que laissait supposer son propre sentiment, bien qu'elle préférât nier cette évidence, ne saisissant pas pourquoi le roi vampire l'espionnerait, et surtout ... pourquoi il remplirait lui-même cette besogne indigne de son rang... oubliant un instant son manque total de considération pour les protocoles.), elle ignorait si ses pouvoirs allaient jusqu'à pouvoir *entendre* la requête formulée par la jeune humaine.
Sinon elle espérait simplement que la comtesse ne la tuerai pas simplement pour ce qu'elle venait de dévoiler de sa véritable personnalité et accepterai de la prendre comme élève, comprenant bien qu'elle n'était pas son ennemie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 28 Sep - 20:25

[HRP : C'est à moi d'être désolée pour le temps de réponse, beaucoup de boulot IRL en ce moment =S ]



Jissia avait compris, c'était indéniable. Son air complice et son pouce légèrement levé en étaient les témoins. Mais soudain, l'humaine fit une chose étrange. Elle ferma les yeux, et sembla se concentrer. Les premières secondes, Kareena ne ressentit rien, rien d'autre qu'une étrange sensation qui lui rappelait inexplicablement la fois où la servante avait pleuré sous les mots de Lizabelle.
Un bref instant soudain, la Comtesse entraperçut une singulière aura autour du crâne de Jissia... Et elle comprit. C'était une aura d'Elfe. La servante était en train d'essayer de communiquer par la pensée.

Les yeux de Kareena se tintèrent de rouge alors que tous ses muscles se crispaient violemment. Tout en son être la poussait à sauter au coup de cette imbécile traitresse qui se faisait passer pour une simple humaine, et qui venait de se trahir alors qu'elle avait presque réussi à faire de Kareena son amie. Elle sentit sa gorge s'asséchait et la Soif l'assaillir puissamment, comme si sa haine des Elfes se traduisait par une faim impossible à assouvir. Ses ongles s'enfoncèrent dans les bras de son fauteuil alors qu'elle tentait par tous ses moyens de ne pas tuer Jissia sur le champ. Une hybride... Une hybride Elfe. Elle ne devait pas vivre, elle n'avait rien à faire ici en vie ! Mais à quoi pouvait donc bien penser Corran...
Corran, oui. Il était là, Kareena en était certaine. Derrière une rangée de livres, insaisissable et invisible. Pour cela, elle devait se contenir, et ne pas massacrer la femme qui se tenait devant elle, et qui semblait avoir rapetisser tant la Comtesse était terrifiante de rage.

Un simple sifflement, presque imperceptible, presque reptilien, franchit les canines aiguisées et les lèvres de marbre pourpre.

" Inconsciente... "

Kareena aurait voulu hurler, dépecer cette impudente et accrocher son cadavre sur le lustre de la salle de bal. Mais évidemment, c'était impossible ; elle ne le fit donc pas.
Elle ferma les yeux pour se calmer, excita ses sens pour les envoyer chercher la position la plus probable du Seigneur Vampire. Qui fut très difficile à repérer, mais elle finit par penser que l'endroit le plus plausible où il pouvait se tenir devait être... Là-bas, à droite, derrière l'étagère de livres anciens, tapis dans l'ombre.

Elle tourna alors la tête dans cette direction, et rouvrit les yeux une fois avoir bien déterminer l'emplacement de son maître.
Elle était certaine que Corran savait qu'elle était à demi-Elfe, comment aurait-il pu l'ignorer ? Mais alors, pourquoi la garder... Le regard que Kareena jetait aux ténèbres aurait pu réveiller les morts. Un instant, elle crut voir un éclat dans la pénombre, et elle détourna les regard pour le planter violemment dans celui de Jissia.

Sa voix était plus blanche qu'un linceul.

" Abandonne cet aspect de toi lorsque tu es avec moi. Parce que Corran ou non, je ne sais pas si je pourrais résister à cela une seconde fois. Suis-je claire ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corran De Monfort
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 864
Age : 33
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 12 Oct - 0:30

Alors que le Seigneurs des Cryptes se promenait incognito, il repéra très vite une odeur qui n'aurait pas dû se trouver là. Un parfum fait des fleurs, de baies, de miel... Cette odeur "elfique" était ténue mais bien présente et lui plus que tout autre était à même de savoir de quelle créature ensorcelante elle provenait... Cette trace le conduit à la bibliothèque, un lieu peu fréquenté au vu des mœurs plus que frivole des vampires... Il se concentra et repéra l'aura bien distincte de son bras droit, la belle et puissante Kareena... Il décida de se rendre invisible et entra comme une ombre pour épier les deux femmes.

Corran souriait de toutes ses dents vampiriques. Il était là, cacher derrière une étagère et des ténèbres magiques, à observer deux femmes très importantes pour ses plants. Elle se livrai une joute verbale et tentaient de se jauger mutuellement. Chacune maniant le mot comme un fleuret, alignant parade, estocades et replis. Elles étaient toutes deux intelligentes, vives et belles. Il s'en rendait compte mais il ne voulait pas vraiment l'admettre, il préférait nettement la beauté exotique de Jissia, ses beau yeux de couleur violette et son doux parfum, à celle froide et toute vampirique mais non moins magnifique de la Comtesse Noire.

Très vite Kareena repéra son aura ténébreuse. Il n'en attendait pas moins d'elle, elle qui comptait parmi les meilleurs et plus puissants vampires. Kareena avait toujours eu une affinité avec la magie, qu'elle soit ténébreuse ou non. Et comme il s'y attendait, elle révéla à mon couvert à Jissia qu'il se trouvait là. Malheureusement pour son amante, il lui avait bien interdit de sortir plus loin que les jardins du manoir. Il devrait la punir mais ça pouvait attendre car il se passait quelque chose...

C'est ainsi qu'il vit Jissia commettre une imprudence, elle utilisa ses pouvoirs d'elfes pour essayer de communiquer avec la belle noble. Cette dernière eu la réaction que tout les vampires auraient eu. Kareena se contenait uniquement parce qu'il était là, il le sentait. La comtesse siffla des mots entre ses jolies lèvres pulpeuses et prévint Jissia de ne plus recommencer. Un instant il faillit apparaitre et faire stopper là l'échange mais il se dit que tout compte fais Jissia méritait une petite leçon pour lui avoir désobéi et que comme Kareena ne lui ferait pas de mal, une petite frayeur serait salutaire à la demi-elfe. Corran se concentra et fit passer une pensée à Kareena.

"N'aie crainte Kareena, j'ai un plan. Fais moi confiance comme tu l'as toujours fait, mon amie. Si tu veux, viens me retrouver cette nuit et nous en discuterons en privé."

Il était temps de révélé une partie de son plan à la Comtesse, il aurait besoin d'elle pour ce qu'il avait en tête...

Et aussi invisible et silencieux qu'une ombre il repartit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 12 Oct - 12:55

Des sueurs froides se firent sentir sur le front de la demi elfe qui s'aperçut de son erreur aussitôt qu'elle la commit. Monumentale erreur qui faillit li couter la vie tant la rage de la comtesse était visible, elle était tout simplement terrifiante !
Aya, s'enfonça sur sa chaise froide, aussi froide que la rage de la comtesse en face d'elle, elle avait été incapable de maitriser son aura elfe, alors qu'elle ne voulait qu'utiliser son pouvoir d'empathie tout humain hérité de sa mère, capacité transmise de mère en fille depuis plus de 5 ou 6 générations de femmes Snowtiger, mais ça bien sur la comtesse ne pouvait le savoir, la seule chose qu'elle avait vu, c'est la manifestation de la race qu'elle détestait le plus, celle des ennemis de tout temps des vampires : Les elfes.

*Mais quelle idiote je fais !!*

L'entrainement avec son père qui consistait précisément à apprendre à combiner ses pouvoirs elfes qu'elle acquérait et ses capacités humaines innées, et à les utiliser séparément, avait commencé depuis quelques jours à peine, quand son enlèvement par le renégat avait eu lieu si bien qu'elle n'avait pas eu le temps de maitriser la distinction des deux éléments.

Elle attendait que la comtesse se calme ... ou qu'elle l'achève ..." Non, Corran ne la laissera pas faire, il va intervenir." Le regard que jeta Kareena à la rangée de livre la conforta d'ailleurs dans cette pensée qui la rasséréna quelque peu tandis qu'elle voyait la fureur de la comtesse aller crescendo, elle n'était pas de taille à lutter contre elle et pensait qu'essayer de la raisonner ne servirait à rien. Qui ne tente rien ...


- Ca ...cal ...calmez ... calmez-vous comtesse, laissez moi vous expliquer ...

Mais que faisait-il ? Pourquoi ne réagissait-il pas ? Elle allait se faire massacrer sous ses yeux et il ne faisait rien ... La demi elfe se rendit soudain compte du vide qui l'envahissait, elle ne ressentait plus la gêne qui l'avait saisie plus tôt ... en fait, elle ressentait plutôt une forme d'ironie et de joie folle et sadique. L'horreur de la situation la prit au dépourvu : Il n'interviendrait pas ... il ne se souciait pas de ce qui pouvait lui arrivait ...
Sa gorge se serra quand elle réalisa qu'il avait quitté la bibliothèque sans même attendre de voir ce qui allait lui arriver. C'est donc toute ma valeur à ses yeux ... que de mensonges ... Elle se sentait trahie et abandonnée, mais le moment n'était pas à l'apitoiement, il fallait impérativement qu'elle sauve sa peau et qu'elle retrouve la complicité qui l'avait unie à la comtesse quelques temps plus tôt. Elle lui dirait la vérité ... la confiance se mérite et ce n'est pas avec des silences et des mensonges qu'on l'obtient.
Aya osa enfin regarder la comtesse en face, celle-ci, après avoir planté son regard rouge sang dans les prunelles améthystes de la demi elfe, laissa tomber tomber d'une voix blanche :


" Abandonne cet aspect de toi lorsque tu es avec moi. Parce que Corran ou non, je ne sais pas si je pourrais résister à cela une seconde fois. Suis-je claire ? "

Elle semblait avoir réussi à se maitriser, aussi Aya lâcha :

- Vous ... vous faites erreur, madame ... laissez moi vous expliquer ... S'il vous plait ... vous me tuerez après si vous le voulez .

De toute façon à quoi bon vivre après ce qu'elle venait de découvrir ? Elle se promit d'accélérer son départ maintenant qu'elle savait qu'elle n'était rien pour celui qu'elle aimait ... car oui, elle aimait le Seigneur vampire. Un gouffre s'ouvrit en elle. Décidément, que ce soit les humains ou les vampires, les hommes étaient tous des traitres ... Une rage qu'elle n'avait plus ressenti depuis des siècles commença à se saisir d'elle. Elle partirai dans deux jours ! même si elle devait y laisser la vie.
Reportant son attention sur la comtesse, elle attendait patiemment sans se rendre compte de la lueur rageuse qui s'était allumée dans ses yeux, tel un feu dévastateur qui semblait de plus en plus la consumer ... et qui de fait consumait sa raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Jeu 12 Nov - 16:02

"N'aie crainte Kareena, j'ai un plan. Fais moi confiance comme tu l'as toujours fait, mon amie. Si tu veux, viens me retrouver cette nuit et nous en discuterons en privé."

Le flot de paroles au timbre de voix de Corran effleura l'esprit de Kareena telle une brise légère. Les capacités de son maître étaient réellement impressionantes... Il parvenait à lui parler par la pensée. La Comtesse Noire sentit le Seigneur Vampire quitter la pièce, ombre parmi les ombres.
Elle reporta son regard de braise sur Jissia, terrifiée et recroquevillée sur sa chaise. Les mots avaient intrigué Kareena et avaient quelque peu calmé ses ardeurs, mais sa fureur première demeurait toujours.

Quel lien pouvait bien unir ces deux êtres que tout opposait... Si Jissia n'avait été qu'un jouet sexuel ou qu'une source de nourriture, si précieuse soit-elle, Corran ne l'aurait pas ainsi protégée. Son maître était-il en train de tomber dans les affres de l'amour ? Avec une demi-elfe ? C'était impossible. Impossible. Et toi alors, grande Kareena Von Carstein, ne gardes-tu pas ton amour de jeunesse intact au fond du coeur ? Alors qu'il est peut-être mort, t'as peut-être oubliée, est peut-être devenu une autre créature. L'image furtive du visage de Rhyan se couvrant de poils pour se métamorphoser en gigantesque loup transperça une infime seconde l'âme de Kareena. Ce fut assez pour la faire cligner des paupières et la forcer à secouer très légèrement la tête.
Après cela, elle ne sembla plus la même. Ses pupilles s'étaient imperceptiblement dilatées, sa bouche infimement entrouverte.

Elle porta une main confuse sur sa poitrine, près de son cour, avant de reporter ses yeux sur la jeune servante en face d'elle. Celle-ci venait de lui demander la permission de lui expliquer la raison de son geste. La vision passée avait changé du tout au tout l'humeur de Kareena. Elle se sentait intangible, comme si elle avait été Lizabelle lors de sa forme éthérée. Tous ses espoirs venaient d'être chamboulés, détruits pour certains.

D'une voix incertaine, elle répondit à Jissia :

" Parle Jissia, parle... Je ne te ferai pas de mal. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Ven 27 Nov - 2:10

Pourquoi ? Comment ? Réalité ou inconscient ?

Recroquevillée sur sa chaise, Aya attendait la mort qui n'allait sans doute pas tarder à la frapper.
Stupide. Elle avait été plus que stupide. Son imprudence allait lui couter la vie et elle n'était même pas sûre que la comtesse accepterait ses explications, si tant est qu'elle lui laisse l'occasion de s'exprimer. Elle sentait que les larmes n'allaient pas tarder à arriver, sa colère était à nouveau remplacée par de la douleur, par de la tristesse, une tristesse sombre, infinie, une tristesse empreinte d'un désespoir, qu'elle n'avait jamais ressenti encore et pourtant elle en avait vécu des sentiments, quand ce n'étaient pas les siens, c'étaient ceux des autres. Un vide se fit en elle. Un sanglot s'échappa de ses douces lèvres. Elle se crispa sur sa chaise, tentant d'endiguer le flux d'émotions qui la submergea instantanément. Pourquoi donc se mettait-elle dans cet état ? Corran n'était pas et ne serait jamais le premier, ni même le dernier, homme à trahir une femme, comment donc avait-elle pu penser le contraire ?
Et surtout comment pouvait-elle se laisser aller ainsi ? Surtout devant la comtesse. Ce n'était vraiment pas le moment.

*Il vaudrait mieux pour moi que je trouve comment lui expliquer les choses au lieu de penser à lui, lui qui m'a abandonnée et trahie, lui qui était devenu autre que celui que j'aimais, peut-être même était-il devenu mon ennemi !*.
Cette pensée fugace la transperça comme un flèche empoisonnée, ravivant ce sentiment de désespoir qui continuait à l'envahir, tant qu'elle sentait qu'elle perdait pieds avec la réalité. Elle du cligner des yeux pour se raccrocher à ce qui l'entourait, son rythme cardiaque s'était accéléré, son souffle aussi, ses pupilles s'étaient dilatées et elle respirait avec peine à travers ses lèvres entrouvertes. Elle semblait changée. Elle ne comprenait pas ...


" Parle Jissia, parle... Je ne te ferai pas de mal. "

La voix de la comtesse la tira de sa torpeur, elle leva sur elle ses yeux hagards, perdue elle essayait de reprendre le fil de la conversation mais l'expression de la comtesse, la cloua sur place, elle eu l'impression que son cœur changeait de place et que son corps hébergeait deux âmes ... Elle comprit enfin ...

- Co-Comtesse ... s'il... pi-pi-tié.

Ces sentiments n'étaient pas les siens mais ceux de la comtesse ... Pourquoi ? Comment était-ce possible ? Elle n'en savait rien ... Tout ce qu'elle savait, c'est que si ça ne s'arrêtait pas son cœur et sa tête allaient exploser. Même ce qu'elle avait ressentit avec Lizabelle dans la chambre n'était rien comparé au sentiment de désespoir de Kareena Von Karstein.

Une image de gouffre dans lequel elle sombrait inexorablement se fit dans son esprit, lui tirant un long gémissement de douleur. Sans s'en rendre compte, sa main lâcha la table pour se crisper sur celle de la dame noire, si fort qu'un craquement d'os se fit entendre.


- Comtesse ... Je ... vous ... en prie ... Calmez ... vos émotions. Ar-rêtez, j'ai m-mal ... p-pitié dit-elle précipitamment.

Aya espérait de tout cœur que la comtesse ne penserait pas encore qu'elle essayait d'utiliser des pouvoirs d'elfe en sa présence ... Pouvoirs dont elle ne disposait pas ... mais comment Kareena aurait-elle pu le savoir. Comment le lui dire ? Comment lui faire comprendre qu'elle n'était en aucun casson ennemie ? A moins que ...

*- Maintenant tu dois apprendre à maitriser tes pensées. Les vampires possèdent ce qu'ils appellent la mémoire du sang. Heureusement elle n'est pas donnée à tout le monde, mais uniquement aux plus puissants et aux plus anciens d'entre eux. Ce pouvoir leur permet de lire dans la mémoire de leur victime et de s'approprier leurs récents souvenirs *

Voilà ce que lui avait enseigné son père. Oh, elle ne savait pas comment ça marchait précisément ni jusqu'où s'étendait la notion de "récents", mais ... elle n'avait pas le choix; il fallait qu'elle tente le coup. La sensation de vide qui l'envahissait devenait difficile à combattre et de grosses gouttes de sueur commençaient à perler sur son front.


- Com-comtesse, m-mordez ... moi ... v-vous ... co-com-prendrez m-mieux... U-uti-ili-sez l-la m-mémoire d-du sang ... S'il ... vous ... pl-ait


Parler devenait aussi difficile. Elle ne pouvait pas expliquer par des mots, elle n'avait pas le choix que de lui faire confiance.
Elle ébaucha un pauvre sourire épuisé en direction du visage étonné de la comtesse, puis se concentra sur ses souvenirs, espérant qu'ils fassent partie de ceux que la comtesse "gouteraient":
Sa jeunesse avec sa mère, l'empathie de sa mère, la sienne, décuplée par son ascendance elfe. La souffrance et l'exclusion vécus toute son enfance et sa jeunesse. Ses accès de rages, le rejet de sa mère, qui souffrait aussi des sentiments qui traversaient sa fille et qui n'avait eu d'autre choix que de la rejeter pour se protéger. Les crises et les accès de perception qui en faisait une bête. Puis ... la haine ... la peur ... la colère. L'ignorance dans laquelle elle avait vécu, son départ de chez elle et son intégration des paladins ... Puis les guerres, la peur, le sang ... la mort et son cortège de sentiments houleux. Tout ce qu'elle ressentait, parce qu'elle avait hérité d'un don maudit : l'empathie. Elle se concentra ensuite sur les souvenirs de son père, elfe, le jour ou elle faisait sa connaissance. Le rejet des elfes à son égard puis son isolement pendant longtemps et son sentiment d'appartenance aux humains plus qu'aux elfes. Mais toujours la présence de son père qui avait été comme une bouée de sauvetage pour elle, par sa douceur et son rapport proche de la nature, il avait réussi à canaliser les sentiments de sa fille et à lui apprendre à contrôler ces flux d'émotions qui l'envahissaient. Seulement parce qu'il l'aimait, bien que des elfes elle n'ai hérité que de certains traits physique et de son teint et aucunement de leurs pouvoirs.
* Non, je ne suis pas une elfe, je suis une humaine ... une sang impure certes, mais je restes une humaine! Je n'ai pas choisi mes parents, Je suis une paladine humaine, exilée, sauvage, caractérielle, idiote, mais ... humaine ... Et je ne suis pas votre ennemie !*. C'était pour cette raison qu'elle avait été réactive à lizabelle, et qu'elle l'était en ce moment même avec elle: Elles avaient eu des sentiments si forts, si douloureux qu'ils l'avaient atteinte. Cependant elle ignorait pourquoi elle réagissait aussi fort avec la comtesse, elle savait juste que celle-ci était malheureuse ... peut être à un point qu'elle même ne réalisait pas. C'est aussi de cette façon qu'elle avait repéré la présence de Corran plus tôt dans la bibliothèque, une joie pernicieuse et fébrile s'échappait de lui. Et elle, Aya, ne contrôlait absolument pas ces flux de sensations et d'émotions qui l'envahissaient et ... la détruisaient, elle ne les recherchait pas ! Bien au contraire elle les fuyait comme la peste.

Voilà! C'étaient les pensées et les souvenirs qu'elle se remémorait en boucle, espérant que cela marche et que la comtesse ne la tue pas avant. Elle avait posé un regard suppliant sur sa comparse, imploration silencieuse de soulager sa peine. Des larmes qu'elle n'avait même pas senti, s'écoulaient délicatement du coin de ses yeux, ses iris mauves ressemblaient à un champs de blé en pleine tempête.
Sa vue se brouilla et la voix de la comtesse lui parvenait de loin, elle était projetée dans un tourbillon d'émotions multiple, elle entendait les voix de Kareena, celle de Corran, de Moryan, de son père ... elle percevait le cri lointain d'un loup, une cascade ... Elle voguait sur des vagues d'inconscience, tout en tentant de s'accrocher à la réalité, mais en vain. Sa dernière pensée fut pour un roi qu'elle pensait indigne de son amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Dim 3 Jan - 14:48

Alors que Kareena sifflait ses dernières paroles, elle se rendit compte que Jissia semblait souffrir le martyre. Interloqueé, ne comprenant d'abord pas, elle écouta les balbutiements de la servante.

- Comtesse ... Je ... vous ... en prie ... Calmez ... vos émotions. Ar-rêtez, j'ai m-mal ... p-pitié.

La Comtessse haussa un sourcil mécontent. Calmer ses émotions ? Jissia se moquait-elle de Kareena ? Etait-elle encore en train d'utiliser ses pouvoirs elfiques, en la provoquant ? La Vampire demeura quelques furieuses secondes avec cette pensée, avant de se rendre à l'évidence : Jissia souffrait réellement. A part un penchant pour le masochisme, pouquoi aurait-elle voulu s'infliger pareil supplice ? Cela mettait Kareena très mal à l'aise, ce dont elle n'avait pas l'habitude.
Sa colère à peine passée, elle se trouvait la source d'une douleur plus profonde qu'elle n'aurait cru Jissia capable de ressentir. D'où pouvait venir cette douleur... Elle comprit brusquement. Tout à l'heure, l'humaine avait voulu transmettre des pensées. Quelques semaines auparavant, elle avait ressenti la douleur de Lizabelle à travers son récit. Alors... Jissia était-elle en train de ressentir ce qui se passait dans l'âme de Kareena ?

Celle-ci s'apprêta, par contenance, à lui feuler d'arrêter immédiatement, mais la demi-Elfe la devança.

- Com-comtesse, m-mordez ... moi ... v-vous ... co-com-prendrez m-mieux... U-uti-ili-sez l-la m-mémoire d-du sang ... S'il ... vous ... pl-ait

Kareena demeura stupéfaite. Utiliser la mémoire du sang ? Comment Jissia pouvait-elle connaitre ce don vampirique ? Elle opta pour que ce soit Corran qui lui en ai expliqué le fonctionnement. Malgré cela, c'était quelque chose qu'elle ne maitrisait que depuis une cinquantaine d'années, et elle ne s'était pas encore assez entrainée pour assurer à l'humaine qu'elle ne la viderait pas entièrement de son sang en même temps que de ses souvenirs.
Néanmoins, commençant à souffrir également du supplice de la servante, elle acquiesça doucement et se leva pour s'approcher d'elle. Plaçant une main derrière sa nuque, elle souffla :

" N'essaie pas de m'abuser Jissia. Et sache que je ne garantie pas que tu sortes indême
de cette expérience. Soit prête. "


Et Kareena plongea ses canines acérées dans la chair de Jissia. AU début, le sang épicé des Elfes la frappa de plein fouet, et il lui fallut faire preuve d'un effort considérable pour ne pas se retirer en crachant. Elle aggripa le cou de l'humaine alors que les senteurs premières disparaissaient et que les fragrances plus humaines apparaissaient à leur tour. Il apparut alors à la Comtesse que c'était là le sang le plus goûteux qu'elle n'avait jamais bu ; une fois les premiers instants passées, le parfum était exquis. Inconsciemment, elle avalait goulument le liquide vital de Jissia, oubliant momentanément pourquoi elle faisait cela.

Mais la réponse vint d'elle-même. Des images étrangères commencèrent à se succéder dans son cerveau. Elle se rappela, et se concentra sur celles-ci.
Une femme, tout d'abord. La mère de Jissia. Jissia ? Non... Elle ne l'appelait pas ainsi. Elle l'appellait... Aya. Rejetant son agacement, elle continua d'explorer la mémoire de l'humaine. Elle vécut ses crises de rage et de chagrin, le rejet de sa mère... Sa mère dont elle avait hérité son empathie... Sa mère humaine. Ainsi, le don qu'elle avait cru elfique était, en fin de compte, humain ? Se forçant à ne pas réfléchir, elle continua d'avaler sang et souvenirs. Un départ... Puis Fenrig. Intégration chez les Paladins. Le sang, la peur, la mort. Les sentiments qui n'étaient pas les siens mais qu'elle ressentait comme sortis de son propre esprit à cause de ce "don" qui apparaissait maintenant à Kareena comme une malédiction. Ah, enfin, le père Elfe. Le rejet de ceux-ci à cause de son humanité. Son père, toujours présent pour l'aider.
Kareena avala les paroles pensées de celle qu'elle nommerait à présent Aya : celle-ci était humaine, elle préférait les humains, n'avait pas de réel lien d'appartenance aux Elfes.
Au milieu des souvenirs qu'Aya offraient à la Comtesse, il y en avait d'autres qu'elle n'aurait peut-être pas voulu qu'elle apprenne. Des souvenirs plus récents. Kareena aperçu Corran, fébrile sous son impassibilité vampirique devant la poitrine nue de sa servante, ses mains carressant son corps... Les sentiments d'Aya, confus. Haineux et amoureux. Kareena fit son possible pour s'éloigner de cette romance absurde dont elle ne voulait rien savoir.

C'était la première fois qu'elle voyait aussi loin dans la mémoire de quelqu'un. Cela allait sans dire que c'était grâce au consentement de la demie-elfe et à sa concentration pour lui offrir ses plus anciens souvenirs ; mais l'expérience portait tout de même un aspect très étrange.
Se rendant enfin compte qu'Aya ne devait plus avoir beaucoup de sang, Kareena se retira vivement, un long filet vermillon dégoulinant au coin de sa bouche. Elle rattrapa Aya qui défaillit dans ses bras. Celle-ci était extrémement pâle, et la Comtesse eut soudain peur d'avoir trop ingurgité de son sang.
Avec un sourire, elle murmurra à la servante :

" Je comprends pourquoi Corran a fait de toi sa nourriture personnelle... "

Elle lui tapota la joue et la remit en place sur le fauteuil, avant de regagner le sien. Plusieurs minutes passèrent en silence alors qu'elle réfléchissait à la façon dont elle allait à présent traiter Aya. Elle conserverait son indifférence typique en présence d'autres Vampires, mais seule à seule, peut-être réviserait-elle son comportement.

" Jissia... Enfin, pardonne-moi d'avoir perçut ton véritable nom, Aya. Je te nommerai ainsi lorsque nous serons seuls. Corran lui-même n'aura pas vent de ce nom, sauf s'il le connait déjà, évidemment.
Je comprends mieux. Le don dont tu as hérité est en fait humain, n'est-ce pas ? Bien. Cela est un atout très puissant, je ne peux que te conseiller de le travailler pour en faire une véritable puissance. En dehors de cela, j'accepte tes opinions. Tu te préfères humaine, soit. Tu n'as pas choisi ton père, soit. Mais j'ai vu, Aya, en dehors de cela... Du moins, j'ai cru entr'apercevoir vivement une Elfe dont je n'ai pas entendu le nom, qui serait ta demie-soeur. J'ose croire, dans l'unique seconde où je l'ai aperçue, qu'elle t'aime, et que cela est réciproque. Je ne peux rien y faire, et ne peux guère te reprocher cela, mais soit consciente d'une chose. Si ton elfe tente de venir te chercher en ces terres, elle n'aura de ma part rien d'autre que de la haine. Si elle vient ici, je la tuerai. "


Kareena ne savait pas vraiment pourquoi elle disait cela, mais quelque chose dans le sang et les souvenirs d'Aya lui avait donné un étrange pressentiment.
Elle reprit une voix plus douce.

" Pour ce qui te concerne... Eh bien... Je ne sais pas encore quels sont mes sentiments vis à vis de toi. J'accepte de repartir à zéro, mais pour l'instant ce sera tout. Peut-être l'avenir nous feras amies ou ennemies, je ne peux le dire. Une grande partie de cet avenir dépent de toi, la moindre de moi. Mais tu es de toute façon liée aux Elfes, et si un jour, pour une raison ou une autre, tu passes de leur côté et les aide contre nous, il est évident que ta vie sera mise à prix. Néanmoins, si rien de cela de ne produit... Peut-être que tout pourra se passer... Disons, en bons termes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Sam 9 Jan - 5:00

Une voix lointaine lui parvenait comme à travers un brouillard épais. Elle ne savait plus où elle était, elle voguait sur les vagues houleuses d'une douleur lancinante.
Elle ne comprenait pas les paroles qui lui parvenaient confusément.


" N'essaie pas de m'abuser Jissia. Et sache que je ne garantie pas que tu sortes indême
de cette expérience. Soit prête. "


Qui était donc cette Jissia ? Sortir indemne de quoi ?

*Maman ... arrête ! Non ! ne me frappe pas ! je n'ai rien fait. Pourquoi est-ce que tu me repousses ?*


La tête d'Aya bascula sur le coté, offrant ainsi sa veine bleutée à Kareena Von Carstein qui y plongea ses canines acérées.
Tandis que la demi-elfe était perdue dans les méandres de ses souvenirs, où elle n'était qu'une enfant et où sa mère revenait la hanter, revivifiant ainsi les douloureux sentiments de rejets et de haine qu'elle vivait, la comtesse, elle, semblait passer par une palette de nouvelles expériences toutes plus surprenantes les unes que les autres. Crispée au début, elle semblait gouter au plaisir du sang métissé de la jeune demi-elfe et se détendre de plus en plus.
Elle maintenait Aya suffisamment fermement pour que les soubresauts de cette dernière ne lui fassent pas courir de dangers.

*Ayaaa ... Ayaaaaaa ... On l'appelait. Elle reconnaissait cette voix ... Mo' sa demi sœur, elfe, qui lui souriait et lui tendait les bras: Moryan !! par ici ! Je suis là, viens !

* Aya ! Où vas-tu comme ça ? Tu ne sortira pas de cette maison ! Vas dans ta chambre et restes-y !
* Mais maman, une copine de classe m'a invitée à dormir chez elle et tu avais dis oui !
* VAS IMMEDIATEMENT DANS TA CHAMBRE !
* ARRETE DE CRIER MAMAN !! ARRETE ! ARRETE ! ARRETE !


La rage la submergeait à nouveau et le souvenir des meubles qui avaient commencé à voler dans la pièce, la peur de sa mère et son propre chagrin de la voir ainsi. Puis son départ en trombe de la maison. Elle avait dormi depuis ce jour là chez une de ses amies dont le père était médecin. L'avantage de venir d'une famille aisée, c'est d'en cotoyer d'autres.
Mais laissée à trop de liberté, elle privilégia l'expérience de la rue et grandissant en sauvageonne, se servant de ses atouts, et regardant en face la mesquinerie des hommes et leur lubricité, jusqu'à Fenrig et les paladins, puis les guerres, les batailles, les morts, la haine et les larmes. Et la peur ... Peur d'elle même ... Puis son père.

La demi-elfe se détendit à nouveau dans les bras de la comtesse à l'appel de son père qui lui explicita encore comment contrôler le flux de sentiments, comme se détacher de ce qu'elle ressentait, pour ne pas souffrir.
El encore le rejet des elfes. En dehors de son père, qui l'avaient accepté d'emblée, tout les autres l'avaient rejetée. Elle avait fait des efforts pour sa sœur et sa grand mère la reine Elwin, qui au final et après une longue période de patience avaient finies par l'accepter aussi. D'abord sa sœur qu'elle avait sauvé une fois d'une flèche un peu trop entreprenante. Puis sa grand mère, des décennies plus tard, en apprenant la fidélité de sa petite fille humaine à sa famille.
Puis le temps passé revint apaiser la jeune femme qui appris à vivre en dehors du peuple elfique, ne se considérant pas comme une des leurs mais comme une humaine qu'elle avait toujours été.
Puis les bras doux de son amant revinrent l'entourer et l'aimer, vampire roi pour qui elle était tantôt pleine d'amour puis de haine et dont elle savourait néanmoins chaque moments avec lui.
Corran ! Kareena, Evan, Konrad ! Le brouillard commença à se dissiper. Les réminiscence du manoir nécromantique effaçait peu à peu celles du pays des elfes. La réalité semblait vouloir rattraper son du ... avant qu'Aya ne laisse filtrer des informations capitales pour la demi race.

Elle ressentait de moins en moins la souffrance de Kareena, mais celle-ci semblait s'adonner avec ivresse au breuvage chaud qui coulait dans sa gorge sans retenue. Elle se sentait engourdie et murmura avec peine :


- Comtesse ... Kareena ...


Elle n'avait pas encore repris toutes ses facultés, mais elle avait appelée la comtesse par son nom, espérant la faire réagir enfin. Celle-ci se rendit enfin compte qu'Aya ne devait plus avoir beaucoup de sang, et se retira prestement, un filet chaud et rouge s'écoulant du coin de sa bouche.
Elle rattrapa Aya extrêmement pâle, qui défaillit dans ses bras, puis murmura avec un sourire :


" Je comprends pourquoi Corran a fait de toi sa nourriture personnelle... "

La comtesse l'avait patiemment et délicatement rassise sur son fauteuil en lui tapotant la joue avant d'aller s'enfoncer à son tour dans son siège, la laissant recouvrer ses forcer.
La tête posée en arrière sur le dossier, elle reprenait lentement ses esprits, son sang d'elfe lui permettait de recouvrer la santé plus rapidement que l'être humain normal et se régénérait à ne vitesse qui lui autorisait un rétablissement express.
Il semblait également, que l'opération ait été un succès, vu la douceur qu'elle percevait maintenant dans les mouvements de la dame noire ... et surtout le fait qu'elle soit toujours en vie. La voix de Kareena la tira de sa torpeur


" Jissia... Enfin, pardonne-moi d'avoir perçut ton véritable nom, Aya. Je te nommerai ainsi lorsque nous serons seuls. Corran lui-même n'aura pas vent de ce nom, sauf s'il le connait déjà, évidemment.
Je comprends mieux. Le don dont tu as hérité est en fait humain, n'est-ce pas ? Bien. Cela est un atout très puissant, je ne peux que te conseiller de le travailler pour en faire une véritable puissance. En dehors de cela, j'accepte tes opinions. Tu te préfères humaine, soit. Tu n'as pas choisi ton père, soit. Mais j'ai vu, Aya, en dehors de cela... Du moins, j'ai cru entr'apercevoir vivement une Elfe dont je n'ai pas entendu le nom, qui serait ta demie-sœur. J'ose croire, dans l'unique seconde où je l'ai aperçue, qu'elle t'aime, et que cela est réciproque. Je ne peux rien y faire, et ne peux guère te reprocher cela, mais soit consciente d'une chose. Si ton elfe tente de venir te chercher en ces terres, elle n'aura de ma part rien d'autre que de la haine. Si elle vient ici, je la tuerai. "


Aya acquiesçait aux paroles de la comtesse, ses traits se crispant quand elle qualifia son don maudit d'"atout très puissant", elle ne comprenait pas comment cette malédiction pouvait être un atout. Il faudrait qu'elle en parle avec elle après. Elle allait lui expliquer son point de vue quand elle cita sa demi-sœur, elle sentit des gouttes perler à son front. Mo' ? La comtesse avait vu Mo' ? Et pourquoi parlait-elle de la voir venir ici ? Elle lui avait expressément interdit de venir la chercher, c'était suicidaire. Elle savait pertinemment que Mo' n'en faisait qu'à sa tête. Elle avait les idées complètement obnubilée par sa sœur. L'air fort sérieux sec, lui fit craindre le pire, elle la savait puissante, elle la savait sérieuse et surtout, elle la savait haineuse des elfes quels qu'ils soient.

" Pour ce qui te concerne... Eh bien... Je ne sais pas encore quels sont mes sentiments vis à vis de toi. J'accepte de repartir à zéro, mais pour l'instant ce sera tout. Peut-être l'avenir nous feras amies ou ennemies, je ne peux le dire. Une grande partie de cet avenir dépent de toi, la moindre de moi. Mais tu es de toute façon liée aux Elfes, et si un jour, pour une raison ou une autre, tu passes de leur côté et les aide contre nous, il est évident que ta vie sera mise à prix. Néanmoins, si rien de cela de ne produit... Peut-être que tout pourra se passer... Disons, en bons termes."

Elle écouta attentivement la diatribe de Kareena Von Carstein et soupira. Elle avait repris suffisamment de forces pour être capable de noter tout les avertissement sous-jacents derrière les paroles de Kareena mais également pour analyser parfaitement ce qui se passait.
Elle dit avec un sourire empreint de lassitude.


- Kareena ... Les elfes n'ont rien fait de bien pour moi et en dehors de mon père, de ma sœur et ma grand-mère très longtemps après eux, mais aujourd'hui décédée. Je ne leur dois RIEN. Je ne les aiderai pas, mais je ne ferai aucun mal et n'aiderai personne contre ces deux êtres qui m'ont acceptée, aimée et choyée quand tout le reste du monde me tournait le dos, même ma propre mère et je ne leur ferai jamais aucun mal. Ce sont les deux seuls êtres que je vous demanderai, si je devais le faire, d'épargner.
Je suis une guerrière avant tout, vous le savez maintenant. La vie se gagne à la pointe de l'épée, l'amitié à la mesure du respect et le respect se gagne à la mesure beaucoup de choses qui se font d'elles mêmes, telles que la fidélité, le partage et la confiance. Et croyez moi, j'ai déjà un grand respect pour vous, en tant que femme ayant réussi là ou beaucoup d'hommes ont échoué, et une certaine confiance ... sinon je n'aurai pas demandé à c que vous lisiez mon sang.


Elle se redressa et fit craquer ses os, puis regarda la comtesse :

- Mon père est le seul a avoir enduré de longs jours de privations et de souffrance à cause de mon empathie sans jamais me quitter. Mes accès de rages lui ont valus maintes cicatrices. Il est le seul à avoir eu le courage de rester prés de moi pendant ces périodes destructrices, quand tous s'enfuyaient comme des lapins. Je serais morte sans lui.
En fait quand je suis partie à sa recherche, j'y allais un peu comme allant vers la dernière chance de ma vie. Si vous trouvez que c'est atout puissant. Je l'ai toujours vécu comme une calamité, jusqu'à ce qu'il m'apprenne à maitriser le flux des émotions et à ne pas me laisser submerger par eux. Je n'avais pas fini mon apprentissage lorsque j'ai été enlevée par le Seigneur Renégat, et je réagis donc quand les sentiments sont vraiment forts et profonds. Comme cela a été le cas de Lizabelle, votre jeune disciple, et de vous même plus tôt.


Elle se dirigea vers la comtesse et s'accroupit devant elle, posant ses mains croisées en une supplication implicite :


Comtesse apprenez moi à me servir de cet atout. Je suivrais vos instructions à la lettre. Aidez-moi à ce que cela ne soit plus une calamité. Même si ce n'est que de ne plus en souffrir ... S'il vous plait.


Dernière édition par Aya Snowtiger le Lun 11 Jan - 4:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Dim 10 Jan - 19:43

Aya, d'un sourire empreint d'une grande lassitude qui n'échappa guère à Kareena, lui expliqua son sentiment vis-à-vis des Elfes. Elle ne leur devait rien, eux qui l'avaient toujorus rejetées. La Comtesse Noire tiqua lorsque l'humaine lui demanda d'épargner sa soeur si la situation le requerrait, mais elle se retint d'intervenir et l'écouta jusqu'au bout. Elle aquiesça lorsqu'Aya cita, en preuve de confiance et de respect, sa proposition d'utiliser la Mémoire du Sang sur elle.

- Mon père est le seul a avoir enduré de longs jours de privations et de souffrance à cause de mon empathie sans jamais me quitter. Mes accès de rages lui ont valus maintes cicatrices. Il est le seul à avoir eu le courage de rester prés de moi pendant ces périodes destructrices, quand tous s'enfuyaient comme des lapins. Je serais morte sans lui.
En fait quand je suis partie à sa recherche, j'y allais un peu comme allant vers la dernière chance de ma vie. Si vous trouvez que c'est atout puissant. Je l'ai toujours vécu comme une calamité, jusqu'à ce qu'il m'apprenne à maitriser le flux des émotions et à ne pas me laisser submerger par eux. Je n'avais pas fini mon apprentissage lorsque j'ai été enlevée par le Seigneur Renégat, et je réagis donc quand les sentiments sont vraiment forts et profonds. Comme cela a été le cas de Lizabelle, votre jeune disciple, et de vous-même plus tôt.


Kareena aquiesça une nouelle fois, signifiant à Aya qu'elle comprenait et acceptait ses explications. Elle se força à ne pas penser à Lizabelle, dont l'absence la tracassait énormément.
Ce qui fit alors Aya décontenança la Vampire au plus haut point. La jeune humaine venait de s'agenouiller devant elle, les mains croisées en signe de supplication.

-Comtesse apprenez moi à me servir de cet atout. Je suivrais vos instructions à la lettre. Aidez-moi à ce que cela ne soit plus une calamité. Même si ce n'est que de ne plus en souffrir ... S'il vous plait.

La Comtesse resta coite d'hébétude quelques secondes, avant qu'un sourire amusé ne fende son visage. D'une main, elle releva le menton de la servante vers elle et la mit debout en même temps qu'elle-même se relevait. Elle s'aloigna de quelques pas et jaugea Aya de haut en bas. Ce qu'elle avait déjà remarqué auparavant la frappait à présent de plein fouet : les muscles d'Aya n'avaient rien de ceux d'une servante ou d'une fille de joie. Elle se demanda comment, jusqu'ici, elle avait pu ne pas y prêter plus d'attention.

" Lire dans les sentiments ne fait guère partie de mes compétences, mais j'accepte de t'aider comme je le pourrais. Je crois être curieuse de ce que pourrait donner ton don, croisé à ta maîtrise martiale. D'ailleurs, Corran est-il au courant que tu sais te battre et que tu faisais partie des Paladins de Fenrig ?"

Elle attendit la réponse en réfléchissant à la façon dont elle pourrait aider Aya. Elle ne lui faisait pas encore assez confiance pour lui apprendre des choses qui pouraient réellement la rendre plus puissante, mais sa curiosité la poussait à tout de même l'entraîner quelque peu. L'idée de commencer ici, maintenant, lui avait traversé l'esprit ; mais était très vite retombée : des bruits de combat dans la bibliothèque, en moins d'une minute toute la garde aurait accouru.
En même temps, emmener Aya dans la salle d'entraînement n'était peut-être pas une très bonne idée non plus, car il serait très mal vu, probablement de Corran également, que la Comtesse Noire entrainât une servante comme si elle avait été son élève.

Alors finalement, elle adopta l'idée d'un petit essai, là, sur le moment.

" Nous sommes ici depuis un certain temps déjà, il ne faudrait pas que nous tardions trop. Néanmoins, je te propose un essai pour voir ce que pourrait donner la suite. Surtout, ne crie pas, n'élève pas plus la voix que lorsque tu parles normalement, quoi que tu ressentes. Cela est déjà, en soi, une forme d'exercice. Je vais me concentrer sur des émotions qui sont très fortes pour moi, tu vas d'abord devoir les percevoir, ensuite les canaliser pour qu'elles n'altèrent ton état physique et psychologique. Tu n'y arriveras sûrement pas dès le premier jet, mais essayons tout de même."

D'une certaine manière, laisser Aya lire dans ses sentiments était le retour positif du fait que l'humaine lui avait laissé pénétrer sa mémoire. Kareena se concentra donc sur les émotions les plus fortes chez elle. Inspirant profondemment, elle commença.

La douleur et la souffrance, qui submergent tout sans ne plus laisser de place à l'existence. L'amour, lointain, effacé. L'oubli ; oublier comme être oublié, n'être plus rien pour personne à part pour soi-même ; cesser, un temps, d'exister. L'espoir, comme la petite flamme vacillante qui protège l'âme de la folie et fait s'animer les fantasmes. La peur qui mord et qui ronge, qui tord les entrailles sans laisser de répit. Kareena les fit tourner en boucle en essayant de ne pas se préoccuper de sa propre souffrance, engendrée par le visionage des souvenirs se rapportant à ces sentiments.
Une phrase s'imposa cependant dans son esprit, complétement hors de contrôle.

M'a-t-il oubliée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Snowtiger
Paladine Exilée
avatar

Nombre de messages : 1066
Age : 45
Localisation : Dans le coeur sans vie de Corran De Monfort
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Lun 11 Jan - 3:35

Voilà ! C'était dit, elle avait été honnête jusqu'au bout, allant même à dire à la puissante comtesse qu'elle ne ferait pas de mal à son père et sa sœur et qu'elle demanderai grâce pour ces deux êtres qui lui étaient plus chers que ça propre vie.
Si sa grand mère n'avait pas été empoisonnée, peut être qu'il y aurait eu du changement ... Mieux encore, si Mo' avait été reine, les choses auraient certainement eues une toute autre tournure.
Elle osa un regard inquiet en direction de la comtesse noire, sachant pertinemment qu'elle pouvait la réduire en cendre immédiatement, pour avoir eu l'affront d'évoquer sans détour la possibilité de laisser sciemment la vie sauve à deux elfes. Ce qu'elle vit cependant l'apaisa. Kareena n'était finalement pas une vampire obtuse ni imbue de son pouvoir. Aya se dit, en la voyant acquiescer à ses propos, qu'elle n'avait peut-être pas eu tort de lui faire confiance. Tout du moins pour le moment. Elle savait que seul l'avenir le confirmerai.
La comtesse semblait néanmoins, accepter ses explications mais également comprendre ce que la jeune demi-elfe ressentait, ce qui, en soit, était beaucoup plus que ce qu'elle avait espéré. Un indicible espoir s'était emparé finalement d'elle et elle avait osé une approche totalement spontanée, qui avait pris la comtesse de court, en s'agenouillant devant elle, les mains croisées sur les genoux de la comtesse, le menton dessus, en une supplication formulée simplement.


-Comtesse apprenez moi à me servir de cet atout. Je suivrais vos instructions à la lettre. Aidez-moi à ce que cela ne soit plus une calamité. Même si ce n'est que de ne plus en souffrir ... S'il vous plait.

Elle se rendit compte au moment même où elle faisait cela, que cela pouvait être une erreur qui lui couterait peut-être la vie. En effet, elle savait que la confiance de la comtesse ne lui était pas encore acquise et que celle-ci pouvait parfaitement prendre son geste pour une tromperie où une comédie visant à la manipuler ou à l'attendrir. N'était-elle pas entourée, du soir au matin et du matin au soir de personnes à la sentimentalité affectée et aux mimiques sur-jouées, infatuées et superficielles à souhait ? Elle était en droit de supposer la même chose la concernant.

Mais maintenant que sa requête était formulée naturellement et instinctivement, elle ne la retirerait pas. Tout ce qu'elle voulait c'était arrêter d'endurer ces viols mentaux incessants qui faisaient de sa vie un enfer... chose dont elle ne souffrirait plus si un certain vampire ne l'avait pas kidnappée, un soir de pleine lune.

Elle leva ainsi son petit visage las et ses yeux améthystes qui s'étiraient en amande, comme chaque fois que son visage se tendait et attendit le verdict de celle qui dans l'immédiat tenait sa vie dans ses mains. Et c'est la qu'elle le vit ... Ce sourire amusé de la comtesse qui vint remplacer un air des plus surpris. Un sourire qui troubla la jeune elfe qui n'avait jamais vu la comtesse qu'avec son air ... de comtesse noir. Son visage fendu par un air réjoui, s'était illuminé tel une nuit pleines de nuages sombres que venait fendre un croissant de lune brillant et majestueux. La vampire était vraiment belle, pour une non vivante.

La main de Kareena Von Carstein vient lui relever doucement le menton et l'attirer à elle, la redressant d'un même mouvement qu'elle même. La comtesse s'éloigna de quelques pas et effectua un demi-tour gracieux toisant l'humaine, la jaugeant d'un œil intrigué avant de secouer légèrement la tête comme si une évidence venait de la frapper.


" Lire dans les sentiments ne fait guère partie de mes compétences, mais j'accepte de t'aider comme je le pourrais. Je crois être curieuse de ce que pourrait donner ton don, croisé à ta maîtrise martiale. D'ailleurs, Corran est-il au courant que tu sais te battre et que tu faisais partie des Paladins de Fenrig ?"

Aya rougit, il semblerait que sa maitrise des souvenirs n'ait pas été au summum, si la comtesse avait réussi à percevoir des souvenirs précis qu'elle n'avait pas voulu laisser filtrer. Elle était cependant plus que ravie de la réponse de la comtesse. Peut-être enfin la fin des cauchemars. Elle soupira d'aise et répondit d'un ton plus guilleret que précédemment.

- Corran ne sait pas que je connais l'existence de ce pouvoir. La mémoire du sang. Il pense que j'ignore qu'il fouille souvent ma mémoire lorsqu'il boit de mon sang. Mais, ce qu'il ignore, c'est que je le sens. Peut-être qu'un jour je vous direz comment. J'ai été entrainée pendant longtemps à filtrer mes sentiments et mes pensées mais je ne suis pas assez puissante pour lui barrer la lecture de mon sang. Donc pour vous répondre, je ne sais pas du tout ce qu'il sait de moi, ni dans quelles proportions. Je sais juste qu'il a eu l'occasion d'apprécier mon physique de prés et qu'il n'est pas assez bête pour ne pas en tirer les conclusions qui s'imposent d'elles mêmes. Contrairement à tout les autres membres de la crypte à qui je dissimule ma véritable apparence sous mon costume de servante et quelques autres artifices.

Elle venait encore de faire montre d'une foi certaine à l'égard de la comtesse en lui confiant explicitement, qu'elle connaissait plus de chose sur le monde de la crypte qu'on ne pouvait le supposer, mais également au sujet de son apparence et d'autres petites choses qu'elle savait la comtesse capable de comprendre implicitement, du à son intelligence.
Elle reprit, cependant, une idée la traversant.


- J'aimerai beaucoup apprendre avec vous comtesse, mais je n'aimerai pas que cela vous rappelle de mauvais souvenirs ou que cela vous cause une nuisance. Je ne pense pas connaissant Corran, qu'il verrai un moindre mal à ce que vous m'enseigniez. Mais je sais pertinemment que le reste de la crypte le verrai très mal. Or mon code d'honneur, m'interdit de vous remercier en vous causant du tort.

Ce qui allait suivre tait encore au delà de toutes ses espérances.

" Nous sommes ici depuis un certain temps déjà, il ne faudrait pas que nous tardions trop. Néanmoins, je te propose un essai pour voir ce que pourrait donner la suite. Surtout, ne crie pas, n'élève pas plus la voix que lorsque tu parles normalement, quoi que tu ressentes. Cela est déjà, en soi, une forme d'exercice. Je vais me concentrer sur des émotions qui sont très fortes pour moi, tu vas d'abord devoir les percevoir, ensuite les canaliser pour qu'elles n'altèrent ton état physique et psychologique. Tu n'y arriveras sûrement pas dès le premier jet, mais essayons tout de même."

Elle acquiesça hésitante, se demandant si elle était suffisamment remise de son expérience précédante mais surtout si elle avait récupéré toutes ses capacités physiques et mentales pour subir un nouveau traitement de choc.
La comtesse prit une profonde inspiration. Au bout de quelques minutes, des picotements se firent sentir sur l'échine de la demi-elfe dont le fin duvet se hérissa, tel les poils d'un chaton en colère ou ... effrayé. Un sentiment d'inquiétude la saisit soudain et elle se sentit comme obligée de dire, les yeux fixant les étagères derrière la vampire :


- Vous savez comtesse, tout ce que je souhaite, c'est pouvoir maitriser les flots entrants, ne plus les subir comme un viols. Peut-être même arriver à choisir ce que je veux ressentir ou pas. Je ne vous demande pas de m'apprendre à m'en servir ni même à devenir plus puissante. C'est une chose que vous ferez quand vous le déciderez. Quand vous aurez confiance en moi, comme en Lizabelle ...

Elle s'interrompit ... Pourquoi diable parlait-elle de Lizabelle ? Pourquoi diable ressentait-elle cette profonde inquiétude ? Elle regarda la comtesse l'air hagard, s'efforçant de ne pas céder à la panique de ce tracas qui n'était pas le sien.

- Elle est absente depuis trop longtemps sans vous avoir prévenue de son départ. N y a-t-il donc personne pour vous donner des nouvelles ?

Puis à cela, succédèrent d'autres sentiments diffus, nombreux, elle commença à suffoquer, se souvint de ce qu'elle devait faire. Les percevoir, puis les canaliser, les empêcher d'entrer. Les percevoir, puis les canaliser, les empêcher d'entrer. Les percevoir, puis les canaliser, les empêcher d'entrer.
Elle se remémora les entraînements avec son père et ferma les yeux, se cramponnant à la table, tentant de fermer l'accès à ce qui l'envahissait en vrac. Un à un, calmement, puis soudain, ils s'effacèrent immédiatement remplacés par un seul sentiment de sourde souffrance, savant mélange, d'amour, de désespoir et de peur. Nettement plus puissant que ceux qui l'avaient précédé.


M'a-t-il oubliée ?

Les iris d'Aya se mirent à changer de couleurs, s'assombrissant, elle commençait à perdre contrôle. Les dents serrés, elle se crispa sur la table à tel point qu'elle y enfonça ses paumes, l'abimant ainsi des deux cotés opposés.

Un léger tremblement se fit sentir et quelques livres tombèrent des étagères les plus proches. Elle savait quels sentiments occasionnaient cela: La peur, le désespoir, mais surtout ce sentiment d'abandon.
Elle se concentra d'avantage sur les paroles de son père, sur les sourire doux de la comtesse, sur ses instructions. Elle ne voulait pas la décevoir, elle ne devait pas les laisser la submerger. Elle se concentra d'avantage ... Elle était une Paladine ! La force mentale, l'endurance physique, la justice, la maitrise de son destin, le code d'honneur auquel jamais ne déroge.
Les tremblements se calmèrent petit à petit, sa respiration redevenait normale, elle desserra son étreinte sur la table, puis leva vers Kareena un regard embué de larmes, en secouant la tête:


- Non ... Je ne veux pas qu'il m'oublie ... Je préférerai mourir ... sans espoir de le retrouver un jour.

Elle hoquetait, elle ne savait pas pourquoi, elle ne savait pas de qui elle parlait, elle savait juste que son cœur était une plaie béante sans espoir de guérison ... où plutôt si ...

- Il faut que je le retrouve. Il faut que je sache. Je dois partir à sa recherche.

M'a-t-il oubliée ?

Puis les sentiments tombèrent d'un coup. Elle reprit peu à eu ses esprit, elle avait réussi à maitriser ses réactions physiques. Elle s'était laissée submergée par le sentiment que lui avait envoyé la comtesse, et avait donc échoué à maitriser ses réactions psychologiques. Une lassitude sans nom la saisit, son visage moite se tourna vers celui de la comtesse :

- Pardonnez-moi comtesse, j'ai échoué. Je ferais mieux la prochaine fois, je vous le promets.

Elle était comme dans un état second. Elle ne comprenait pas ce qui s'était passé. D'habitude elle se contenter de ressentir les sentiments des autres. Pas de les vivre. Et cette désagréable sensation d'être parfois maitresse d'elle même et à d'autres moments dans les brumes. Brrr, elle frissonna.
Cela ne s'était jamais produit auparavant. *Menteuse! Cela s'est produit toute ton enfance et une bonne partie de ton adolescence !* Elle eut l'impression de recevoir un uppercut en plein plexus ! Elle refusait de s'attacher à la comtesse.
Malheureusement elle savait de par sa réaction, que c'était trop tard. Elle s'était attachée à la comtesse et avait pour elle l'affection et la reconnaissance qu'elle avait eu au début pour son père. Voyant en elle, son ultime espoir de ne plus vivre ces affres, chaque fois qu'un excès de sentiment passait à sa portée. Mais ... il ne fallait pas ... Elle ne voulait pas. Pas parce que c'était la comtesse noire, mais simplement pour ne pas souffrir de sa perte quand elle partirait.

Elle murmura, un peu gênée :


- Je ... Je ne suis pas très sûre de comprendre c-ce qui s'est passé.

[HRP] Mille Pardons, je me suis vraiment lâchée et encore je me suis restreinte, mon rp est vraiment très long, j'espère qu'il ne sera pas lassant.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/
Kareena Von Carstein
Comtesse Noire
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   Jeu 11 Fév - 17:02

" Vous savez comtesse, tout ce que je souhaite, c'est pouvoir maitriser les flots entrants, ne plus les subir comme un viols. Peut-être même arriver à choisir ce que je veux ressentir ou pas. Je ne vous demande pas de m'apprendre à m'en servir ni même à devenir plus puissante. C'est une chose que vous ferez quand vous le déciderez. Quand vous aurez confiance en moi, comme en Lizabelle ..."

Kareena leva brusquement les yeux vers Aya, interrompant son flux de pensées.

" Elle est absente depuis trop longtemps sans vous avoir prévenue de son départ. N y a-t-il donc personne pour vous donner des nouvelles ?"

Kareena émit un petit claquement de langue agacé, s'efforçant de ne pas se déconcentrer ni de penser à Lizabelle. Pourquoi l'humaine parlait donc d'elle maintenant ? En plein exercice ? Aurait-elle... Perçut les sentiments de la Comtesse Noire, et comprit, consciemment ou non, que c'était de Lizabelle qu'il s'agissait ? Kareena ferma fermement les yeux, se reconcentrant. Elle refit tourner dans sa tête les sentiments auxquels elle pensait quelques secondes auparavant.

Ils revinrent au galop sans se faire prier. Kareena se demanda si ce n'était pas l'empathie d'Aya qui lui renvoyaient ses propres sentiements, comme si un lien mental s'était établié entre elles... Car, subitement, la phrase frappa une nouvelle fois l'esprit de la Vampire de plein fouet : M'a-t-il oubliée ?
La demie-Elfe en face d'elle enfonçait ses paumes dans la table, imprimant les empreintes de ses mains dans le métal. Un tremblement étrange parcourut toute la pièce, et quelques livres tombèrent des étagères. Une violente migraine cingla la tête de Kareena, qui cilla des paupières et vacilla sur sa chaise. Elle se rattrapa de justesse, et la migraine s'évanouit subitement, comme elle était venue. La Comtesse leva le regard vers Aya pour vérifier qu'elle allait bien, et ses yeux s'écarquillèrent d'eux-mêmes lorsqu'elle la vit.

Aya avait les yeux grand ouvert, rougis par les vaisseaux sanguins éclatés sous la puissance bizarre de leurs esprits se rencontrant, embués de larmes. Elle ouvrit la bouche en hoquetant, et les mots jaillirent, hésitants.

" Non ... Je ne veux pas qu'il m'oublie ... Je préférerai mourir ... sans espoir de le retrouver un jour."

Kareena étouffa un cri en plaquant sa main sur sa bouche. Si son corps avait été toujours en vie, elle aurait pleuré brutalement, sans retenue, sans même savoir exactement pourquoi. Car si Aya, d'une part, avait psalmodié les mots qui enserraient les coeur de la Vampire depuis des décénies, elle avait de plus adopté la même façon de parler, les mêmes intonations que Kareena.
Mais le corps de la Comtesse était mort, et elle n'avait plus la chance immense de pouvoir pleurer. Elle se contenta alors simplement de rabasser sa main sur ses genoux, de calmer son âme et d'écouter attentivement la suite.

" Il faut que je le retrouve. Il faut que je sache. Je dois partir à sa recherche."

Kareena ferma les yeux, et tenta ardentement de se renfermer sur elle-même, de reprendre ses sentiments et de couper le lien qui permettait à Aya de les percevoir. Elle ignora si c'était cela ou autre chose, mais l'Humaine se tranquilisa, et reprit la parole normalement.

" Pardonnez-moi comtesse, j'ai échoué. Je ferais mieux la prochaine fois, je vous le promets. "

Kareena écarta ses excuses d'une main lasse. Elle n'avait pas à s'excuser, rien n'était sa faute. Mais la Vampire se sentait trop exténuée pour formuler sa pensée en entier.

" Je ... Je ne suis pas très sûre de comprendre c-ce qui s'est passé."

La Vampire sourit doucement. Elle laissa passer une poignée de secondes paisibles avant de reprendre les hostilités avec son esprit.

" Moi non plus, Aya, moi non plus... Je n'ai que... Quelques hypothèses, rien de très certain, ni de très concret. Je ne sais guère si la plaie dans mon âme était si grande qu'elle t'a habitée, ou si c'est ton propre pouvoir qui est beaucoup plus grand que tu ne le penses. Il faudra que nous retentions l'expérience, plus tard."

Kareena se tut quelques secondes, qui parurent durer indéfiniment.
Plus tard.
Plus tard, cela voulait dire qu'il fallait qu'Aya reste, et sans savoir exactement pourquoi, la Comtesse Noire n'en était pas sûre. Elle plongea son regard dans celui de l'Humaine. Vas-tu partir Aya ? Retrouver les tiens ? Rien n'était plus légitime. Mais allait-elle réussir ? Echapper à Corran était-il véritablement possible ? Kareena fut troublée, une nouvelle fois, de ressentir une pointe de peine à cette idée. Elle reprit la parole comme si de rien n'était.

" Donc, pas maintenant. Je ne comprends pas encore vraiment ce qu'il s'est passé, je vais donc devoir chercher un peu, et me reposer beaucoup, avant que nous ne reprenions cet entrainement. En tout cas, ne te décourage pas, la prochaine fois sera probablement très intéressante. "

Kareena se leva, et fit accidentellement tomber le livre qu'elle lisait avant qu'Aya n'arrive, plus d'une heure auparavant. Elle l'avait oublié, elle avait même oublié ce pourquoi elle était venue ici... Harmantaro. Trop fatiguée pour tenter de cacher le titre à Aya, elle se baissa pour le ramasser.
Le livre était ouvert à une des pages finales. Un minuscule paragraphe attrapa son regard.

"Pour conserver le Secret nous tairons jusqu'au Silence. Le poète parlait d'êtres entièrement voués aux secrets, dont personne ne devrait jamais rien savoir. Aucune information nette n'a encore été trouvée quant à ce peuple inconnu dont parle les textes les plus anciens."

Et c'était tout. Une demie-seconde, Kareena marqua un temps d'arrêt alors que les mots pénétraient son cerveau, mais elle se reprit immédiatement et ramassa le livre nonchalament. Elle le referma doucement, laissant délibéremment Aya apercevoir le titre de l'ouvrage. Après toutes les confidences qu'elle lui avait faites, elle lui devait bien ça. Elle ne resta néanmoins qu'un bref instant ainsi, et rangea le livre à sa place, ramassant en même temps les autres qui étaient tombés sous l'influence du choc étrange d'Aya.

Une fois cela fait, Kareena se retourna vers la Paladine.

" Je vais à présent regagner mes appartements, pardonne cette fin d'entrevue rapide. Je ne comprends toujours pas, mais ce petit entrainement m'a tout bonnement épuisée. Pour la première fois depuis une bonne centaine d'années, je crois que je vais aller dormir la nuit. "

Elle sourit franchement à la servante de Corran, avant de reprendre doucement.

" Si tu as encore une question, quelque chose, dis-le maintenant, avant que je ne m'effondre. "

Kareena lui sourit de nouveau.
Ce qu'elle disait n'était pas tout à fait vrai. Elle avait été exténuée une minute auparvant, mais le petit paragraphe du livre lui avait rendu une bonne partie de ces facultés. Elle allait retourner dans sa chambre, réfléchir à Aya et à Harmantaro, et enfin aller dormir ; tant pis si le jour n'était pas encore levé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When the Light goes out [Pv Aya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When the Light goes out [Pv Aya]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Sanctuaire des Pages Oubliées-
Sauter vers: