Les Cendres d'Alésia

Découvrez un Royaume dévasté par la guerre où s'affrontent nombre de créatures fantastiques et sanguinaires. Créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de chaos...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trauma-Nakan Strix, Archange Sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trauma-Nakan Strix
Archange Sombre ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Trauma-Nakan Strix, Archange Sombre   Jeu 29 Jan - 15:30

Nom : Strix

Prénom : Trauma-Nakan

Âge : Tout juste 615 hivers en ce corps de marbre figé dans une apparence de jeune adulte…

Présentation physique : Les yeux d’obsidienne profonde toisent, ensorcellent. La beauté qu'offre le surnaturel de l'âme est grande, magnifique. Les cheveux sont de jais, cascade miroitante de mèches aux reflets d'argents sur les épaules fines et blanches. Le visage est fin, glacial tel un masque de porcelaine, impassible. Les lèvres sont délicatement ourlées, pétales de rose sur un linceul de neige. Le nez est très fin lui aussi, à la limite de la fragilité. Trauma-Nakan est de ces beautés froides qui enivrent et plongent au plus profond de l'âme pour arracher le coeur.

Le corps est bien proportionné, svelte mais pulpeux. Les mains de glace sont délicates et délicieuses, mais ont ce petit quelque chose de cruel qui freine les ardeurs. Les bras agréablement musclés semblent fragiles, mais lorsque l'on s'y attarde, il devient évident qu'ils sont toujours sur le qui-vive, prêts à bondir au cou du danger. Le buste, à la gorge de marbre onctueuse, est toujours recouvert de corsets et autres bustiers de cuir ou de velours noir, mettant si bien en valeur l'extrême pâleur de la peau. Les longues jambes satinées sont quant à elles couvertes de robes et de jupons de couleur sombre, qui se mêlent aux ombres, désireux de devenir ténèbres à leur tour.

La prestance qu’elle dégage est sans nulle autre pareille, son aura est omniprésente et gigantesque, et vous guette de sa lueur de nuit.

Caractère : L’esprit de l’Archange Sombre est tortueux, si bien qu’il est loin d’être aisé de le décrire en quelques phrases. Nous pouvons néanmoins en examiner les grandes lignes.
Tout d’abord, elle est, à l’instar de son apparence, glaciale et ténébreuse. Elle n’use guère à tort et à travers de la parole, et pourra fort bien ne pas vous répondre si elle juge vos mots inutiles et indignes d’êtres considérés.
De même que le masque de marbre qui rend son visage sempiternellement impassible, comme figé dans sa magnificence silencieuse, elle semble ne jamais faire preuve d’aucun sentiment. Ceux qui l’habitent sont à ce point enfouis dans son âme que jamais aucun ne peut être décelé par une personne extérieure. Malgré cela, il existe des gens qui soutiennent l’avoir déjà vu faire preuve de sentiments. Ce sont principalement des humains, qui soutiennent envers et contre tout l’avoir réellement vu sourire. D’autres, des elfes et des anges, sont certains d’avoir pu percevoir dans les abysses de ses yeux la plus grande des haines, et la plus impitoyable des folies.

Histoire : Née il y a de cela 615 ans dans le royaume céleste, d'une mère et d'un père ange, j'étais destinée à un brillant avenir parmi eux. Je fus bien éduquée, dans les bras de parents aimants et entourée d'amour et de lumière.
Jusqu'à mon adolescence.
Je rencontrai alors un démon. En effet, je m'étais aventurée sur terre pour découvrir l'endroit où vivait ceux que nous protégions, mais ce fût un humanoïde à la peau rouge et sombre que je découvris. Il avait environs le même âge que moi, et nous nous entendîmes immédiatement à merveille. On m'avait déjà parlé des démons, évidemment, mais je ne le trouvai ni méchant, ni violent. Après 2 ou 3 heures passées ensemble, nous étions réellement devenus amis. Nous étions assis au bord d'une falaise, il avait approché sa main de la mienne et l'avait prise tendrement. J'étais heureuse. Je me tournai alors vers lui pour contempler encore son visage, pour tenter d’y déceler, une nouvelle, la raison de la haine de mes pairs envers sa race. Mais je découvris dans un cri d’horreur glacé ses yeux vides, sa bouche béante et la pointe de l'épée qui ressortait par son coeur. De ses yeux perlaient des gouttes vermeilles, vestiges de l’infinie beauté qui présidait en eux seulement quelques minutes auparavant.
L'épée se retira de son corps innocent et il vacilla dans le vide.

Le responsable se trouvait n'être autre que mon père. Quand je me retournai pour le voir, choquée et horrifiée. Il me ferma les yeux du bout des doigts en me disant que je ne devais jamais plus être avec un démon. Je n'en croyais pas mes oreilles. J'étais trop jeune pour être bannie, alors il m'infligea une malédiction : je ne pleurerais désormais plus que des larmes de sang, à l’instar de mon ami dont il venait de me « débarrasser » .

Par la suite,je me renfermai sur moi-même, détestant de plus en plus mes parents et tous ces anges qui tuaient sans connaître. Quand je devins majeure, les ténèbres avaient totalement envahi mon coeur. Je tuai mes parents sans une larme, sans un regret. Je fus bannie immédiatement par le Haut Conseil, mes ailes furent coupées, mais j'étais étrangement soulagée.
Je repartais pour une nouvelle vie, solitaire et impitoyable, pactisant avec les démons et détruisant sans retenue.

Cette nouvelle vie m'apporta bien des surprises. Je rencontrai des gens, et même si je ne m'attachais à personne, cela avait quelque chose de plaisant. Je me rendis vite compte que les humains ne méritaient aucunement leur si mauvaise réputation. Certains d’entre eux étaient certes cupides, imbéciles et lâches, mais ceux que je rencontrai lors de mes périples dans les montagnes m’accueillir à bras ouverts et m’offrirent tout ce dont j’avais besoin, y compris leur sympathie, en échange de ma protection.
Ainsi, je découvris pendant mes voyages autour du monde que nous, les anges déchus, avions une reine. Je n’eus alors de cesse que de la rencontrer, et la cherchai durant de longues semaines. Je la trouvai un sombre jour d’hiver, au cœur d’une montagne noire et déserte. Elle s’appelait Thalia.
Je me sentis proche d’elle dès que je la vis. Nous nous ressemblions physiquement, c’était une chose, mais je me sentais proche d’elle, même… Mentalement. Sensation étrange pour moi qui n'éprouvait généralement que de l'indifférence ou de la haine. Je me présentai rapidement et expliquai la raison de ma venue : Je voulais être sous ses ordres, la protéger contre tout. Je lui décrivis en détaille mon histoire, fis mes preuves au combat et au maniement de la magie, et elle accéda à ma demande. Je devins sa sous chef.
Je repartais satisfaite, espérant revoir un jour cette femme que j'admirais. Ce serait désormais la seule qui pourrait me donner des ordres sans risquer sa vie. Je me jurais même de lui être fidèle et de répondre à tous ses appels lorsqu'elle aurait besoin de moi. Chose que je n'aurai jamais imaginé faire, rien qu'un mois au par avant.
Par la suite, je continuai à tuer et à vivre librement,voyageant et combattant, détestant et maudissant, m'entraînant pour le jour où j'y retournerai,et où je les tuerai,tous.

Mais un jour, une chose improbable se produisit. J’étais justement retournée là-haut, chez les Anges. Au prix de combats acharnés où ma fureur et ma folie me sauvèrent, j’en tuai une petite dizaine. C’était un avant poste de la cité dorée, et je comptais le détruire pour me permettre plus tard d’aller plus avant en ces terres répugnantes. Mais alors qu’épuisée, je me rendais au cœur de l’avant poste pour détruire les trois anges qu’il devait rester, je ne trouvai là bas que leur cadavres. Et au milieu d’eux, un quatrième, dont les ailes commençaient à se faner doucement. Il saignait abondamment, et seule ma capacité à ressentir très nettement les auras m’appris qu’il était toujours vivant. Et, en m’approchant, je le reconnus. C’était Ymir Danhaka, un des Haut Conseillers qui m’avaient bannie après le meurtre de mes parents. J’hésitai alors à le laisser mourir. Mais en observant la situation, il ne fit bientôt plus aucun doute que c’était lui qui avait tué ses frères. Pour m’aider ? Je n’en savais rien. Toujours est-il que je décidai de le sauver. Je dus avoir recours à un procédé interdit pour lui épargner la mort, car il était déjà presque au bord du gouffre. Tentant le tout pour le tout, je lui offris une part de mon âme, de manière à réveiller ce qui se trouvait au plus profond de lui. Cela aurait très bien pus être une entité angélique et blanche, aussi je souris délicieusement quand mes doigts palpèrent les contours d’une bête maléfique endormie en son cœur blanc. J’essayai de ne la réveiller qu’à moitié, pour éviter qu’elle ne soit trop présente à l’avenir, et partis sur le champ, lui soufflant quelques mots apaisant à l’oreille. Je ne sus que plus tard la monstruosité de ce que j’avais réveillé.

Alésia se mourrait. Les guerres étaient partout, elfes contre vampires, démons contre humains, anges contre déchus. Je savais qu’il ne resterait bientôt de cette terre plus que des cendres.

Je n’eus cependant pas à attendre longtemps le retour de celui que j’avais sauvé. En effet, une ou deux semaines plus tard, le jeune Danhaka venait à moi. Je lui offris une épée forgée par mes soins, et il jura de la mettre à mon service. La sympathie que je commençais à éprouver pour lui m’étonnait et m’inquiétait un peu, mais je tachais de ne pas y penser.
Nous découvrîmes ensemble l’abominable ampleur de ce que j’avais créé en lui, que je ne puis révéler ici. Il apprit doucement à la maîtriser, avec mon aide.
Nous continuâmes tous deux notre quête contre les anges, un court laps de temps. En effet, alors que nous nous entraînions lui et moi, Thalia mourut. Je le sus instantanément car me vint sur le moment une puissance extraordinaire et étrangère, que je ne maîtrisais ni ne connaissais pas, suivit d’un grand vide dans mon cœur. J’étais la nouvelle Archange Chaotique, à la tête de tous les Anges Déchus. S’en suivit la mort inévitable du royaume d’Alésia. Tous les autres dirigeants tombèrent, et leurs peuples s’éparpillèrent.

Ymir et moi, au milieu de ces flammes grandissantes et de tout ce sang, prîmes vite notre décision.
Nous allions construire un véritable royaume Déchu dont je serai la Reine et lui le Chef de l’élite des Ombres, mon bras droit. Nous monterions une armée, formerions des alliances, déclarerions la guerre.

Ainsi, dans un nuage de rêves et d’espoirs macabres, naquit le Pandémonium.

Information(s) importante(s) : Trauma-Nakan pleure des larmes de sang, reste d’une malédiction qui lui fut affligée durant son adolescence angélique. Néanmoins, il y a peu de chances pour que vous puissiez un jour la voir pleurer…

Rang souhaité : Archange Sombre.

Disponibilités pour poster : Plusieurs fois par semaine, week end souvent exclus.

Comment avez-vous connu les Cendres d'Alésia ? /

Si vous connaissez le nom de votre avatar et le manga/jeu ou autre dont il est tiré, mentionnez-le ici : Je choisis les dames sombres qui me plaisent, au détour des ruelles d’internet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ymir Danhaka
Commandeur de l'Elite des Ombres ~ Admin
avatar

Nombre de messages : 387
Age : 25
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Trauma-Nakan Strix, Archange Sombre   Jeu 29 Jan - 15:39

Bienvenue, ô noble Reine...
La nuit commencera bientôt.. =)

Magnifique présentation, toujours autant de style hihi Very Happy

Je vous déclare : Validééééée ! Mouhaha...
*C'est sympa de faire ça*

_________________

Ténébreux Anges-Déchus... Mecus Omnes Plangite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trauma-Nakan Strix, Archange Sombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ruelle sombre
» .Sombre rêve. |.Libre.|
» Secret entre guerrier [ Rêve Sombre ]
» Plume Sombre [Journaliste]
» Morwën, la dame sombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cendres d'Alésia :: Fiches des Anges Déchus-
Sauter vers: